Aéroport de Toulouse-Montaudran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Toulouse - Montaudran
Vue de l'aéroport en 1982.
Vue de l'aéroport en 1982.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Haute-Garonne
Ville Toulouse
Date d'ouverture 1917
Date de fermeture 2003
Coordonnées 43° 34′ 13″ nord, 1° 28′ 51″ est
Altitude 150 m (492 ft)
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
XYT
XYT
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
XYT
XYT
Géolocalisation sur la carte : Toulouse
(Voir situation sur carte : Toulouse)
XYT
XYT
Pistes
Direction Longueur Surface
14/32 1 861 m (6 106 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code IATA XYT
Code OACI LFIO
Type d'aéroport Aéroport civil

L’aéroport de Toulouse-Montaudran est un ancien aéroport français qui était situé dans le quartier de Montaudran sur la commune de Toulouse en Haute-Garonne. Construit en 1917 par Pierre-Georges Latécoère, cet aéroport historique a vu l'émergence de l'industrie aéronautique à Toulouse et la naissance de l'aviation civile via les « Lignes Latécoère » puis l'Aéropostale jusqu'en 1934. Bombardé durant la Seconde Guerre mondiale, il fut ensuite utilisé par Breguet Aviation et Air France Industries jusqu'en 2003. Aujourd'hui totalement intégré au tissu urbain de Toulouse, le site partiellement inscrit monument historique héberge depuis 2018 le campus Toulouse Aerospace ainsi que les musées de la Halle de La Machine et l'Envol des pionniers.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Toulouse-Montaudran était situé sur la commune de Toulouse, dans le quartier de Montaudran, au sud-est de la ville. Construit à une altitude de 150 m, le site aéroportuaire était établi des deux côtés de la ligne de chemin de fer reliant Toulouse à Sète, à proximité du Canal du Midi et du quartier de Lespinet. D'une surface d'environ 20 hectares, il était bordé au sud-ouest par l'avenue de Lespinet, au nord-ouest par le chemin (puis avenue) des Herbettes, au nord et à l'est par le chemin Carrosse. Dans les années 1960, l'aéroport est agrandi vers le sud-est d'environ 40 hectares pour prolonger la piste au-delà du chemin Carrosse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création du site par Latécoère (1917-1926)[modifier | modifier le code]

Montage des Salmson 2 dans l'usine de Montaudran en 1918
Montage des Salmson 2 dans l'usine de Montaudran, 1918.
Salmson 2 sur le terrain de Montaudran en 1918
Salmson 2 sur le terrain de Montaudran, 1918.
Aérodrome en 1921
Aérodrome en 1921.
Laté 28 devant l'usine Latécoère
Laté 28 devant l'usine Latécoère.

En 1912, l'usine de Pierre-Georges Latécoère produit du matériel ferroviaire près du pont des Demoiselles et de la ligne de chemin de fer reliant Toulouse à Sète. La Première Guerre mondiale ouvre de nouvelles possibilités à l'industriel, qui se lance dans la fabrication d'obus de gros calibre dans le cadre de l'effort de guerre. Il gagne en une importante commande de 11 000 wagons pour la Compagnie du Midi, ce qui l'incite à construire une nouvelle usine, plus grande. Il achète ainsi à Montaudran un terrain de 45 hectares traversé par la voie ferrée[B 1].

Latécoère a besoin de fonds pour construire son usine. Il cherche auprès de Louis Loucheur, le ministre de l'Armement, un nouveau contrat de guerre. L’État ayant déjà une capacité industrielle suffisante pour l'artillerie et les wagons, c'est vers l'aviation que le ministre s'oriente. Latécoère signe ainsi le un important contrat visant à construire 1 000 exemplaires de l'avion de reconnaissance Salmson 2. L'usine de Montaudran sort de terre au début de l'année 1918, avec une halle de montage, une piste engazonnée, ainsi que divers ateliers et bureaux dans différents bâtiments. Le premier avion produit à Montaudran effectue son vol inaugural dans le ciel toulousain au printemps 1918[P 1],[A 1]. Les cellules des exemplaires suivants sont expédiées depuis Toulouse par fer vers le front où les avions sont montés[A 1],[A 2]. Le site emploie alors près de 1 500 ouvriers et ingénieurs, et devient la première usine de fabrication d'avions à grande échelle à Toulouse[1]. Entre 500 et 800 appareils sont produits au total, à raison de cinq à six par jour[A 1].

Entrevoyant la fin de la guerre, Latécoère réfléchit déjà à une utilisation civile de l'aviation pour du transport de courrier, et pourquoi pas de passagers. Il achète du terrain en face de ses usines, de l'autre côté de la voie ferrée, et l'aménage en établissant à ses frais un nouveau tracé du chemin Carrosse, un nouveau passage à niveau et garde-barrière, créant ainsi l'espace du nouvel aérodrome[A 2]. Il cherche en parallèle un soutien politique auprès du gouvernement, en particulier du sous-secrétaire d'état à l'Aéronautique, Jacques-Louis Dumesnil[B 1],[A 1]. Au moment même de l'Armistice, le , il inscrit au tribunal de commerce de Toulouse les statuts de la première compagnie aérienne française, la Compagnie Espagne Maroc Algérie (CEMA). Le site de Montaudran s'établit alors comme un des berceaux de l'aviation civile et de l’industrie aéronautique. C'est depuis cette piste que décolle le , le premier avion civil vers Barcelone, un Salmson démilitarisé et piloté par René Cornemont[P 2]. Ce vol d'un peu plus de deux heures marque la création des « Lignes Aériennes Latécoère » qui deviennent la Compagnie Générale d'Entreprises Aéronautiques (CGEA) en 1921[A 3].

En , Latécoère parvient a effectuer des trajets entre Montaudran et Alicante en cinq heures[P 3]. La ligne Toulouse-Casablanca, établie le en onze heures pour 1 900 km[P 4], est officiellement inaugurée le [A 4] et devient quotidienne (dans les deux sens) en 1922[A 5]. Elle est prolongée jusqu'à Dakar en 1925[A 6]. La compagnie exploite initialement le Salmson et la version civile du Breguet 14[A 3],[A 7], avant de concevoir et fabriquer ses propres appareils de plus en plus performants à Montaudran : les « Laté » 14, 17, 25, 26 et 28 s'enchaînent alors rapidement. Depuis Montaudran, c'est Didier Daurat, d'abord recruté en tant que pilote, qui dirige l'exploitation des lignes aériennes Latécoère dès 1920[A 1].

L'année 1920 voit l'émergence d'une compagnie aérienne concurrente (Aéro-Transport Ernoul) qui ouvre à partir de janvier une ligne vers Bordeaux, et à partir de juin vers Montpellier[A 4]. Elle n'opère pas sur l'aérodrome de Montaudran, propriété de Latécoère, mais non loin de là au domaine Ribaute, sur la commune de Quint. Cette compagnie n'a pas l'expertise, le professionnalisme et la rigueur de Latécoère et Daurat. La rentabilité n'est pas au rendez-vous, et plusieurs accidents entachent sa réputation. Elle est mise en liquidation judiciaire le , consacrant Latécoère comme étant « la » compagnie aérienne toulousaine[A 8].

L'Aéropostale (1927-1933)[modifier | modifier le code]

En 1923, devant l'essor de Latécoère, qui exploite à Toulouse le seul aérodrome de la ville, le service de la navigation aérienne fait aménager un nouvel aéroport public à Francazal, destiné à recevoir les appareils de toutes les compagnies de navigation aérienne, ainsi que ceux des particuliers et des navigateurs faisant escale à Toulouse[A 9]. En l'absence de compagnie concurrente à Latécoère, Montaudran demeure le principal aéroport toulousain avec son activité commerciale régulière.

Fin 1926, Latécoère se recentre sur son activité industrielle aéronautique, en particulier la fabrication d'hydravions avec la Société Industrielle des Avions Latécoère (SIDAL). Rencontrant également des difficultés financières, il revend alors la CGEA et ses lignes aériennes à l'homme d'affaires Marcel Bouilloux-Lafont. Ce dernier renomme l'entreprise en Compagnie Générale Aéropostale, connue sous le simple nom d'Aéropostale. Montaudran est alors le lieu de départ des pilotes chevronnés que sont Jean Mermoz, Henri Guillaumet, Didier Daurat, Paul Vachet ou Antoine de Saint-Exupéry. Les principales lignes en partance de Montaudran acheminent le courrier en direction de l'Afrique et de l'Amérique du Sud. L'aéroport se dote en 1928 d'un service permanent des douanes, tout en conservant son statut d'aérodrome privé[A 10]. La même année l'Aéropostale concrétise le projet fou de Latécoère: relier Toulouse à Buenos Aires, puis à Santiago. Au début des années 1930, l'importance et la notoriété de l'Aéropostale font de l'aéroport de Montaudran un lieu qui participe directement au rayonnement de la France. Albert Ier (roi des Belges), Alphonse XIII (roi d'Espagne), et d'autres missions diplomatiques ont fait escale à Montaudran, tenu à visiter les installations, découvrir les appareils et rencontrer les équipages[A 2],[P 5].

Latécoère, qui a conservé une participation dans l'Aéropostale, construit pour celle-ci à Montaudran ses hydravions, qu'il achemine en pièces détachées vers son centre d'essai sur l'étang de Biscarosse. Après quelques prototypes décevants, le Latécoère 300 Croix-du-Sud effectue son premier vol en 1931 et entre en service dans l'Aéropostale en 1932[B 1].

À partir de 1931 éclate néanmoins l'affaire de l'Aéropostale qui conduit directement à la disparation de celle-ci au profit de la création d'Air France en 1933[B 2].

De la construction à la maintenance aéronautique (1933-2003)[modifier | modifier le code]

Plan de l'aérodrome de Montaudran en 1948
Plan de l'aérodrome de Montaudran en 1948.

Air France, dès sa création en 1933, envisage de déplacer la « tête de pont » de sa ligne à destination du Maroc et de l'Amérique du Sud depuis Montaudran vers l'aéroport de Marseille-Marignane, auparavant exploité par les compagnies Air Orient et Air Union, et disposant d'une ligne directe avec la capitale[P 6]. C'est finalement vers l'aéroport de Francazal qu'Air France déménage son activité de transport, après que l’État y ait établi en 1934 un commissariat spécial chargé du contrôle des passagers aériens[A 11],[P 7]. La société charge alors son Centre de Toulouse-Montaudran de l'entretien et de la réparation de tout le matériel du secteur Afrique, et l'utilise, en raison de son outillage, pour la réalisation d'accessoires. L'activité de maintenance tend toutefois à rapidement se spécialiser par type d'appareils pour l'ensemble de la compagnie, et non plus par secteur géographique[A 12]. Avec 150 ouvriers, Montaudran est en 1933 le plus important centre d'Air France[A 2].

De l'autre côté de la voie ferrée, l'activité est également importante chez Latécoère. En 1934, c'est plusieurs centaines d'ouvriers qui travaillent à livrer le Latécoère 521 Lieutenant de Vaisseau Paris, nouvel hydravion géant transatlantique[A 13]. En , Latécoère rationalise son outil industriel : il vend à Breguet Aviation ses usines et centres d'essai de Montaudran, Anglet et Biscarrosse, pour construire un nouvel établissement au centre-ville de Toulouse, rue de Périole[P 8]. Montaudran produit alors les avions d'attaque au sol Br.693 et les hydravions Br.730[A 14].

En , la France prend des mesures pour interdire le départ de volontaires pour la guerre d'Espagne, dans le cadre de sa politique de non-intervention. Elle impose ainsi des contrôles stricts des mouvements aux frontières entre la France et l'Espagne, ce qui inclue le trafic aérien. Le décret du établit que les vols entre l'Espagne et Toulouse ne peuvent se faire que depuis Francazal[A 15]. Cependant, de à , plusieurs avions de l'armée républicaine espagnole atterrissent à Montaudran, Francazal, Pau ou Lézignan, parfois officiellement contraints de se poser faute de carburant suffisant[P 9]. Tous ces mouvements laissent penser que la France ait livré clandestinement des bombes aux républicains espagnols, malgré la posture officielle du Front populaire[P 10],[P 11].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les usines Breguet de Montaudran et de Saint-Martin-du-Touch travaillent pour l'occupant allemand ; elles sont rasées lors d'un bombardement allié qui survient le , faisant 22 morts[A 16],[P 12]. Les installations d'Air France, contrainte depuis 1943 d'effectuer des opérations de maintenance pour la Lufthansa[A 17], sont également durement touchées, mais l'activité reprend rapidement ; en 1946, environ 800 agents y travaillent, effectif constant jusque dans les années 1990[A 18]. En 1947, le ministère des transports constate que « du fait de la guerre et de l'évolution de l'aviation, la plupart des aérodromes agréés ne remplissent plus les conditions techniques » nécessaires. Il établit ainsi que Montaudran est un « aérodrome privé agréé avec restriction, réservé exclusivement au centre d'ateliers de réparations d'Air France »[A 19].

En 1959, Toulouse constate que la piste de Montaudran, trop courte pour recevoir des avions à réaction, condamne le centre Air France à ne recevoir que des appareils de type DC3 ou DC4, et s'inquiète de l'avenir de l'activité du groupe dans la ville. Est alors évoquée la possibilité de transférer cette activité à Toulouse-Blagnac, ou de rallonger la piste[2]. C'est cette dernière option qui sera dans un premier temps choisie, permettant au centre d'accueillir plus tard des Airbus A320 et Boeing 737. De 1959 à 1961, Air France réalise l'acquisition d'environ 40 hectares de terrain en ce sens puis prolonge et modernise la piste. L'usine Breguet, quant à elle, produit après la guerre le Mercure, le Deux-Ponts, le Vultur et l'Alizé[A 14]. En 1959, le site apparaît trop exigu pour la fabrication du Breguet Atlantic. L'industriel achète alors 13 hectares à Colomiers, en bordure de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, et y érige d'importants bâtiments pour la construction de son nouvel appareil. La mise en service de cette nouvelles usine mène à la reconversion du site de Montaudran en centre d'essai et de maintenance, la construction s'effectuant à Colomiers[A 20]. Ces activités cessent suite à la fusion de Breguet avec Dassault Aviation en 1971[P 13].

Le site est partiellement inscrit monument historique en 1997[3],[4]. Dès 1998, Air France Industries évoque la possibilité de déménager son centre de révision de Montaudran à Tarbes ou Blagnac, ce qui mènerait à la fermeture de l'aéroport[P 14],[P 15]. La compagnie ouvre le site à la visite du public en 2000 lors des journées européennes du patrimoine[A 21] et annonce la même année sa décision de déménager en 2003 son centre technique à Blagnac au sein de la zone AéroConstellation[P 16]. Les visites de maintenance s'effectuent pour le compte d'Air France (ou d'autres compagnies clientes[P 17]) à Montaudran jusqu'au [P 18], date du dernier envol d'un avion de cet aéroport. Le terrain de Montaudran est définitivement fermé à la circulation aérienne le [A 22],[A 23].

Urbanisation et reconversion (2004-2021)[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, Toulouse connaît un fort développement démographique et économique, en tant que préfecture de la région Midi-Pyrénées et ville privilégiée pour les activités aéronautiques et spatiales dans le cadre de la politique française de décentralisation. L'ENAC, Supaéro et l'ONERA s'établissent ainsi à proximité de l'aéroport de Montaudran. L'usine Breguet et le centre d'Air France, qui emploient à eux deux environ 1 900 personnes en 1966, contribuent directement au peuplement du quartier. Nombre d'employés résident en effet près de l'aéroport, que ce soit en maison individuelle ou dans les logements collectifs construits par Breguet en face de son usine[5]. En 1966, la municipalité lance une étude en vue de réaliser l'aménagement d'un parc industriel à Montaudran[6]. Ce parc d'activités est achevé en 1979[7].

Dès 2002, avec le départ programmé d'Air France et la fermeture de l'aéroport, se pose la question de la reconversion du site. Les associations locales militent depuis longtemps pour établir à Montaudran un musée ou parc aéronautique à la mémoire de l'Aéropostale, en supplément ou remplacement du projet de parc aéronautique toulousain proposé dans la zone AéroConstellation à Blagnac. À la suite de l'explosion d'AZF en 2001, il est également envisagé d'y déménager le parc des expositions, endommagé lors de la catastrophe et ne pouvant être agrandi dans l'espace restreint de l'île du Ramier. D'autres possibilités sont évoquées, comme y créer un nouveau pôle de recherche ou étendre le parc d'activités existant[P 19],[P 20]. Air France annonce en 2002 la vente de 18 hectares de terrain à un promoteur immobilier en vu d'y construire des logements, et de 38 hectares à la Mairie. Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, accorde les premiers permis de démolir en 2004. Les premiers hangars d'Air France tombent dès le mois de janvier 2005[P 21]. En , une convention réduit le périmètre alloué à l'habitat pour augmenter la superficie de la partie dédiée à la mémoire aéronautique, sous la pression des associations. On entrevoit dès lors le projet définitif de reconversion du site, centré sur la piste plus tard renommée « Piste des Géants », avec des logements, un espace dédié à la mémoire de l'Aéropostale, et un pôle d'excellence aéronautique associant un campus universitaire, des laboratoires de recherche et des industriels tels qu'Airbus[P 22],[P 23],[B 3]. L'association Aerospace Valley est créée pour regrouper les acteurs qui participeront à ce projet[P 24].

Les travaux de construction de logements débutent en 2008[P 25], mais le projet global subit de nombreux contretemps. En 2008, le nouveau maire Pierre Cohen relance les études et ne présente Toulouse Aerospace qu'en 2010[P 26]. Le projet de campus essuie le refus du ministère de l'Enseignement supérieur, fin 2008, de financer ce projet jugé « hors-sujet »[P 27],[P 28]. Les associations locales ne cessent de s'opposer aux projets immobiliers du promoteur Kaufman & Broad, allant jusqu'à organiser des manifestations[P 29]. En 2011, la Dépêche du Midi révèle que 8 ans après avoir quitté l'aéroport, Air France n'a toujours pas cédé l'intégralité des terrains, en partie à cause de recours de l'association Toulouse Montaudran Mémoire d'Avenir[P 30]. Désaffectés depuis plusieurs années, les bâtiments historiques tombent en ruine et ont subi des vandalismes[P 31].

En 2012 est lancée la construction de l'Espace Clément Ader, devant abriter l'Institut Clément Ader récemment créé[P 32]. Le chemin Carrosse qui traversait la piste est rouvert à la circulation publique, ainsi que le passage à niveau de Montaudran. Ce dernier fait l'objet de concertations et d'enquêtes publiques de 2012 à 2018 en vue de sa suppression, effectuée en 2021[8].

Le , Air France vend finalement à la Mairie, près de 10 ans après son départ, les derniers terrains de l'aéroport, dont les bâtiments historiques[P 33]. Fin 2013 débute la construction de la Halle de La Machine[P 34], en 2014 celle de l'Institut de recherche technologique Saint-Exupéry, créé un an plus tôt[P 35],[P 36]. En 2015, un peu plus de 6 000 personnes travaillaient dans le secteur de Montaudran[9]. Le , la déclaration d'utilité publique de Toulouse Aerospace est prise, marquant le coup d'envoi des derniers travaux de reconversion[P 37]. Celle-ci entraîne de nombreuses créations de voies ou de changement de dénominations ; la portion du chemin qui traversait la piste est élargie en « Avenue de l'Aérodrome de Montaudran », tandis que de nouvelles rues et rond-points portent les noms de Beppo di Massimi, Léna Bernstein, Pierre Deley, Marcel Bouilloux-Lafont, Henri Rozès, Vicente Almonacid, Julien Pranville, Élysée Négrin, René Cornemont, Léopold Gourp, Henri Érable, Joseph Roig et Lorenzo Pintado[P 38].

L'année 2018 voit l'aboutissement de nombreux projets, avec l'inauguration en juin du bâtiment B612, nommé en référence à l’astéroïde du Petit Prince[P 39], en novembre de la Halle de La Machine[P 40], et en décembre du musée très attendu sur l'Aéropostale, l'Envol des pionniers[P 41].

Installations[modifier | modifier le code]

Le service de la navigation aérienne ouvre à Montaudran en un poste de T.S.F. assurant une liaison bilatérale avec Bordeaux, Nîmes et Lyon, et en réception avec l'aéroport du Bourget. Une station météorologique, en lien avec les stations de Bordeaux, Bayonne, Perpignan et Paris, et mise en service le [A 24].

En 1930, l'aérodrome comporte « un atelier de montage et réparation, des hangars, un balisage de nuit, un poste de T.S.F., un phare de signalisation à éclipses, un projecteur d'atterrissage et tous les services de ravitaillement »[10].

La piste rallongée en asphalte est construite entre 1959 et 1968[2],[A 25].

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Carte des destinations depuis Montaudran en 1921
Destinations depuis Montaudran en 1921.
CompagniesDestinations
Drapeau de la France Latécoère (1919-1926)[P 42],[P 43],[P 44]
Drapeau de la France Aéropostale (1927-1933)

Drapeau de la France Air France (1933-1934)

Trafic[modifier | modifier le code]

L'aéroport connaît une exploitation commerciale de transport de passagers de 1919 à 1934. En 1935 Air France transfère cette activité à l'aéroport public de Francazal, et Montaudran devient exclusivement un centre de maintenance aéronautique.

Voir la requête brute et les sources sur Wikidata.


Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Le , un avion s'écrase lors d'un vol d'essai à Montaudran. Le pilote originaire de Paris, René Portal, 27 ans, est retiré mort des débris de son appareil. Son passager, le mécanicien François Gaye, 20 ans, est gravement blessé lors de l'accident et décède trois jours plus tard[P 45],[P 46],[P 47].
  • Le , un incendie détruit un entrepôt de l'usine Latécoère[P 48].
  • Le , le Potez 56 immatriculé F-ANMU en provenance de Bilbao rate son atterrissage à cause d'une forte brume. Ses occupants sont légèrement blessés[A 26],[P 49].
  • Le , un bombardement allié détruit les bâtiments de l'usine Breguet et tue 22 personnes[A 16],[P 12].
  • Le , un Bücker Bü 181 fait l'objet d'une enquête d'accident ou incident aérien[A 26].
  • Le , le Languedoc 161 immatriculé F-BATM s'écrase au décollage et prend feu. Son pilote, Emmanuel Arin, gravement brûlé, décède de ses blessures 2 jours plus tard[P 50],[A 26].
  • Le , le Piper Cub immatriculé F-BCPT fait l'objet d'une enquête d'accident ou incident aérien[A 26].
  • Le , le Morane-Saulnier MS.315 no 351 (immatriculé F-BCNU) fait l'objet d'une enquête d'accident ou incident aérien[A 26].
  • Le , le Nord NC.854 no 16 (immatriculé F-BFIE) fait l'objet d'une enquête d'accident ou incident aérien[A 26].

Faits notables[modifier | modifier le code]

Transfert du corps de Didier Daurat en bordure de la piste de Montaudran le 21 avril 1972
Transfert du corps de Didier Daurat en bordure de la piste de Montaudran le 21 avril 1972.
  • Du 1er au s'est déroulé sur les aéroports de Montaudran et Francazal le premier meeting aérien de Toulouse, au cours duquel ont été montrés des ballons dirigeables, des planeurs lancés du haut d'un ballon d'observation, un concours d'atterrissage d'hélice calée, ainsi que des démonstrations de téléphonie sans fil à bord d'un avion[P 51].
  • Le , le corps de Didier Daurat, ancien directeur d'exploitation des Lignes Latécoère puis de l'Aéropostale, est inhumé dans une tombe à proximité de la piste de Montaudran. Son corps est transféré au caveau familial à Marseille le , lors des travaux de reconversion du site[P 52].
  • Le , une bombe de 215 kg datant du bombardement de 1944 est découverte sur le site lors des travaux du campus Toulouse Aerospace, nécessitant une intervention de déminage[P 53],[P 54].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références aéronautiques[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e René Sicre, « L'Aéropostale. », Recueil de l'Académie de Montauban,‎ , p. 85-96 (lire en ligne, consulté le ).
  2. a b c et d Jean Ferré, « Toulouse, berceau de l'aviation marchande. », France-aviation,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b Louis Hirschauer et Charles Dollfus, L'année aéronautique 1921-1922, (lire en ligne), p. 95-96.
  4. a et b Louis Hirschauer et Charles Dollfus, L'Année aéronautique 1920-1921, (lire en ligne), p. 195-196.
  5. Louis Hirschauer et Charles Dollfus, L'Année aéronautique 1922-1923, (lire en ligne), p. 127.
  6. Louis Hirschauer et Charles Dollfus, L'Année aéronautique 1925-1926, (lire en ligne), p. 274.
  7. Jean-Paul Reynaud, « J'ai visité le musée de l'Air et de l'Espace: le Breguet XIV », Pégase : revue de l'association des amis du musée de l'air,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le )
  8. Claude Andrieu, « Champ d’aviation de Ribaute. », sur anciens-aerodromes.com, (consulté le ).
  9. « Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso. », sur Gallica, Journal officiel de la République française, (consulté le ).
  10. Ministère de l'Air, « Organisation du réseau des routes aériennes - aérodromes douaniers français. », sur calameo.com, Bulletin de la navigation aérienne, (consulté le ).
  11. Ministère de l'intérieur, « Décret du 8 septembre 1934 portant création de commissariats spéciaux chargés du contrôle des passagers de l'air et de la police aérienne. », sur Gallica, Bulletin officiel du Ministère de l'intérieur, (consulté le ).
  12. Air France, « Le centre de Toulouse-Montaudran. », Terre et ciel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Le Lieutenant de Vaisseau Paris, hydravion géant, sera lancé prochainement. », L'Aéro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. a et b « L'usine de Montaudran. », Aviation magazine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Décret du 18 février 1937 portant application des dispositions de la loi du 21 janvier 1937 autorisant le gouvernement à prendre toutes mesures utiles afin d'empêcher le départ de volontaires pour l'Espagne. », sur Gallica, Recueil de la Gazette des tribunaux, (consulté le ).
  16. a et b Louis Raynal, « Bombardement de Montaudran du 6 avril 1944. », sur aviatechno.net (consulté le ).
  17. Lettre de la Direction Générale d'Air France sur les rapports de la Société avec les Autorités Allemandes d'occupation
    Archives Nationales, Cotes : 19760041/233, 1 A 233
  18. Air France, « Direction du Matériel : bilan et perspectives. », Intrado,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Ministère des travaux publics et des transports, « Ouverture des aérodromes publics et agrément des aérodromes privés. », sur www.legifrance.gouv.fr, Journal officiel de la République française, (consulté le ).
  20. « Breguet Aviation à Colomiers. », Aviation Magazine international,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Air France, « Portes ouvertes sur l'histoire et la culture de la Compagnie. », Concorde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Direction Générale de l'Aviation Civile, « Toulouse – Montaudran. », sur www.anciens-aerodromes.com, Atlas DGAC, (consulté le ).
  23. Arrêté du 2 février 2004 portant fermeture définitive et suppression de l'aérodrome de Toulouse-Montaudran.
  24. Service de la navigation aérienne, « Bulletin de la navigation aérienne », sur calameo.com, 1920-1924 (consulté le ), p. 75,124.
  25. Air France, « Salut, les Toulousains. », France-aviation,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. a b c d e et f Archives Nationales, Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile. Enquête sur les accidents et incidents aériens de 1931 à 1967, , 1436 p. (lire en ligne), p. 440,520,565,822,873,936.

Références académiques relues par les pairs[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Marc Olivier, « Latécoère, de la gloire à la survie. Un fabricant d'hydravions devenu sous-traitant de premier rang. », Entreprises et histoire, vol. 73, no 4,‎ , p. 100 (ISSN 1161-2770 et 2100-9864, DOI 10.3917/eh.073.0100, lire en ligne, consulté le ).
  2. Nicolas Neiertz, « Argent, politique et aviation. L'affaire de l'aéropostale (1931-1932) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 24, no 1,‎ , p. 29–40 (DOI 10.3406/xxs.1989.2183, lire en ligne, consulté le ).
  3. Guy Jalabert et Jean-Marc Zuliani, « Transformations récentes d’un système productif, les activités aérospatiales de la métropole toulousaine », Sud-Ouest européen. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, nos 41-42,‎ , p. 13–32 (ISSN 1276-4930, DOI 10.4000/soe.2296, lire en ligne, consulté le ).

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Buffier, « L'épopée de l'aviation postale. », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. David Saint-Sernin, « Toulouse. Il y a pile 100 ans, voici comment Latécoère a fait décoller le premier avion civil à Montaudran. », actu.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Le raid Alicante-Barcelone-Toulouse. », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « La poste aérienne. », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Une mission argentine à Toulouse. », Comœdia,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. Lucien Castan, « Pour le maintien de Toulouse premier aéroport. », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « L'aménagement de l'aérodrome de Francazal-Toulouse. », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Breguet reprend Latécoère. », Le Populaire,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « A court d'essence, quatorze avions gouvernementaux espagnols atterrissent à Toulouse. », La Dépêche de Brest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « On déménage à Francazal. », La Croix de l'Aveyron,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Les avions espagnols qui ont atterri à Pau venaient-ils d'Espagne ? », La Croix de l'Aveyron,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. a et b Louis Rayssac, « Il y a 73 ans, Toulouse bombardée par l'aviation anglo-américaine. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Les sociétés Breguet et Dassault fusionnent », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Jean-Jacques Dard, « Air France : Tarbes au secours de Montaudran ? », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Pierre Escorsac, « Air-France, de Montaudran à Blagnac ? », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Air France ouvrira son centre de maintenance à Blagnac-AéroConstellation en 2003. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Philippe Hugon, « Le business des ateliers d'Air France Industrie. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Jean-Marie Decorse, « Toulouse. Le dernier avion s'envole de Montaudran. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Philippe Emery et Djamel Azzouni, « Toulouse. Un nouveau Parc des expos sur la zone Air France? », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Indiscrétion : plusieurs hypothèses pour Toulouse-Montaudran. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Philippe Emery, « Toulouse. Montaudran : premières démolitions. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Toulouse redéfinit les surfaces de la Zac de Montaudran entre lieu de mémoire et habitat. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Philippe Emery, « Toulouse. Urbanisme. La mémoire des pionniers. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Jean-Jacques Rouch, « Toulouse. Pôle de compétitivité. Aéropôle : le campus du XXIe siècle à Montaudran. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Toulouse. Immobilier. Montaudran, c'est parti. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Philippe Emery, « Toulouse. Le nouvel envol de Montaudran. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Jean-Jacques Rouch, « Toulouse. Plan Campus : la ville doit revoir sa copie avant février. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Jean-Jacques Rouch, « Toulouse-Campus : le dossier retoqué par le ministère », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Toulouse. Manifestation contre le projet immobilier de Montaudran. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Philippe Emery, « Toulouse. Montaudran : vers un conservatoire du transport. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Philippe Emery, « Toulouse. Montaudran : le passé envolé des héros de l'Aéropostale. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Montaudran Aerospace : Coup d'envoi du chantier de l'Espace Clément Ader. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. « Toulouse. Montaudran : Air France vend dix ans après son départ. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Toulouse. Montaudran : voici la halle de la Machine. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Gil Bousquet, « Toulouse. Aéronautique : l'IRT toulousain décolle enfin. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Philippe Emery, « Toulouse. Montaudran Aerospace : première pierre pour l'IRT Saint-Exupéry. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Philippe Emery, « Toulouse. Montaudran : logements, bureaux ; c'est parti, hôtel et cinéma à l'étude. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Toulouse. Hommage aux pionniers de l'Aéropostale. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Philippe Emery, « Toulouse. Le pôle mondial aérospatial décolle au B 612, en hommage à Saint-Ex'. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Cyril Doumergue, « Halle de la Machine : près de 20000 personnes en deux jours pour découvrir la nouvelle demeure du Minotaure. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Toulouse. Avec près de 10 000 visiteurs sur quatre jours, l'Envol des Pionniers réussit son décollage. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Lignes aériennes Latécoère. », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. « Lignes aériennes Latécoère. », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. « Lignes aériennes Latécoère. », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. « Terrible accident d'aviation - deux victimes », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Nouvelles en peu de mots », Le Gaulois,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « La vie sportive - aéronautique », Le Matin,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « Incendies », Le Radical,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. « Un avion venant d'Espagne casse du bois à Montaudran », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Grièvement blessé, le pilote du Languedoc-161 succombe à ses blessures », Le Franc-tireur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. « Le meeting d'aviation de Toulouse », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. « Aéropostale. Le corps de Didier Daurat a quitté Montaudran », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. Jean-Noël Gros et Jean-Jacques Rouch, « Toulouse. Une bombe sur les pistes de Montaudran », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. Béatrice Dillies, « Toulouse. Désamorçage réussi », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « le projet | Aerospace. », sur www.toulouseaerospace.com (consulté le ).
  2. a et b Mairie de Toulouse, « Atténuation des droits de patente en faveur des entreprises industrielles ou commerciales ayant réalisé des transferts, créations et extensions. », Bulletin municipal de la ville de Toulouse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Ministère de la Culture, « Château Lespinet-Raynal, puis usine de construction aéronautique puis aéroport Latécoère, Montaudran. », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  4. Liste des immeubles protégés au titre de la législation sur les monuments historiques au cours de l'année 1997.
  5. Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse, « Montaudran, porte d'or et d'azur de Toulouse. », L'Auta : que bufo un cop cado més,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. Conseil d’État, « Conseil d’État, 7 /10 SSR, du 17 mars 1999, 156210, mentionné aux tables du recueil Lebon », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  7. Cour administrative d'appel de Bordeaux, « Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2e chambre, du 16 décembre 1993, 91BX00599, inédit au recueil Lebon », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  8. SNCF Réseau, « Suppression du passage à niveau 189Bis de Toulouse Montaudran. », sur www.sncf-reseau.com, (consulté le ).
  9. Toulouse Métropole, « Territoires de l'économie. », sur www.toulouse-metropole.fr, (consulté le ).
  10. Institut colonial français, « Nos ailes aux colonies. », La Chronique coloniale,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 23 octobre 2021 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 23 octobre 2021 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.