Aéroport de Saint-Brieuc Armor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Brieuc Armor
Aéroport de Saint-Brieuc
Vue de la piste
Vue de la piste
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Ville Saint-Brieuc
Coordonnées 48° 32′ 16″ nord, 2° 51′ 24″ ouest
Altitude 138 m (453 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saint Brieuc Armor
Saint Brieuc Armor

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Saint Brieuc Armor
Saint Brieuc Armor
Pistes
Direction Longueur Surface
06/24 2 200 m (7 218 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA SBKVoir et modifier les données sur Wikidata
Code OACI LFRTVoir et modifier les données sur Wikidata
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Syndicat Mixte Saint-Brieuc Armor

L'aéroport de Saint-Brieuc Armor est un aéroport du département des Côtes-d'Armor. Il se situe sur la commune de Trémuson, à 12 km à l'ouest de Saint-Brieuc. En semaine, une navette est à disposition des pilotes et des passagers afin de rejoindre le centre ville.

L'aérodrome est ouvert au trafic commercial régulier ou non, aux avions privés, aux IFR et aux VFR. L'aéroport est situé à proximité de la Côte d'Émeraude, rendue célèbre par le roman de Pierre Loti, Pêcheurs d'Islande, et à environ 45 minutes de la Côte de granit rose et de l'Aéroport de Lannion.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1909 et 1939 c'est la plage de Cesson (un quartier de Saint-Brieuc), à marée basse, qui sert d'aérodrome. Dès 1931, la question d'un aérodrome permanent et non soumis aux marées se posait. Une solution avait été proposée qui consistait à construire une digue de 2.500 mètres de long pour assécher la baie. Cette solution, trop onéreuse a été abandonnée.

En 1939 est inauguré l'aérodrome des Plaines-Villes, dans la commune de Ploufragan. Il est modernisé à partir de 1942 sous l'occupation allemande[1].

Dans les années 1980, se pose la question de son agrandissement. Les maisons d'habitation étant trop proches de la Plaineville, un nouveau lieu est donc cherché. Depuis 1975, le futur contournement de l'agglomération par l'est avec une « quatre voies » est envisagé et sera même ouvert à la circulation en 1980. Le terrain idéal se trouvera à proximité de cet axe.

L'inauguration de l'actuel aéroport de Saint-Brieuc Armor a lieu le 30 novembre 1985. Il se situe en bordure de la rocade RN 12 au lieu-dit « La Lande », sur la commune de Trémuson.

Fréquentation et utilisation[modifier | modifier le code]

Entre 1973 et 1976, Nantes Aviation a demandé une convention sur la ligne St Brieuc-Nantes auprès du conseil Supérieur de l'aviation marchande (CSAM)[2].

Dans les années 1974/1975, c'est Rousseau Aviation qui exploitait la ligne vers Paris via Rennes[3].

En 1979, la compagnie Air Vendée assurait la ligne St Brieuc-Nantes. En 1982, elle avait pour projet la ligne St Brieuc-La Roche Sur Yon[4].

En 1979, Bretagne Air Service assurait en DC-3 une ligne vers Jersey[3].

En 1980, c'est la Société Aéronautique Jurasienne-Compagnie aérienne de transport qui demandait une convention pour la ligne vers Nantes[3].

Jusqu'en 2001, Air Bretagne assurait des lignes commerciales régulières vers Paris-Orly, Jersey et Nantes. Air Bretagne cessa ses activités en octobre 2001 mettant fin à ses lignes régulières.

A partir de 2003, la compagnie britannique Rockhopper assurait la liaison vers Jersey. Cette dernière fût reprise en Mai 2006 par Jersey Blue Island qui a assuré la ligne jusqu'à Novembre 2006.

En 2008 et 2009, une ligne saisonnière vers Newquay (Cornouaille) a été assurée par la compagnie Skybus.

La société AAI, spécialisée dans la maintenance aéronautique d'ATR-42-72 a quitté l'aéroport en octobre 2011[5] pour regrouper son activité sur l'ancien site militaire de Toulouse-Francazal.

L'aéroport a accueilli 4 610 passagers en 2008[6], 3 508 en 2009 581 en 2010, et stagne à 3889 en 2015 avec un déficit de 600 000 euros pour le budget 2010[7].

Il se trouve en déficit depuis plusieurs années arrivant juste a couvrir les frais de fonctionnement, il est financé par des subventions d'états pour 2,3 millions entre 2012 et 2015[8].

En 2016, 3 388 passagers et 15 189 mouvements d'avions ont animé l'aéroport qui n'a plus de lignes régulières commerciales.

Situation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'ancien aérodrome, 50 ans après, vaut toujours le détour », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  2. « Nantes Aviation page 10 », sur Archives nationales
  3. a, b et c « BRETAGNE AIR SERVICE page 15 et ROUSSEAU AVIATION page 27 », sur Archives Nationales
  4. « Air Vendée page 8 », sur Archives Nationales
  5. « De nouvelles pistes pour l'aéroport de Saint-Brieuc », sur ouest-france.fr, (consulté le 21 août 2014)
  6. « Trou d'air en 2009 pour les aéroports bretons », sur ouest-france.fr, (consulté le 21 août 2014)
  7. UAF, « Statistiques annuelles : Aéroport de Saint-Brieuc - Armor », sur aeroport.fr (consulté le 10 mars 2017)
  8. « Le gaspi du mois », Capital,‎ , p. 14

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]