Aéroport de Vannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir VNE.

Vannes-Golfe du Morbihan
Tour de contrôle de l'aéroport de Vannes-Golfe du Morbihan
Tour de contrôle de l'aéroport de Vannes-Golfe du Morbihan
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Ville Monterblanc
Date d'ouverture 1926
Coordonnées 47° 43′ 19″ nord, 2° 43′ 41″ ouest
Superficie 108 ha
Altitude 130 m (427 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
VNE
VNE

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
VNE
VNE
Pistes
Direction Longueur Surface
04/22 1 530 m (5 020 ft) Bitume
08/26 1 025 m (3 363 ft) Herbe
Informations aéronautiques
Code AITA VNE
Code OACI LFRV
Nom cartographique Aéroport de Vannes-Golfe du Morbihan
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Edeis
Site web aéroport Consulter

L'aéroport de Vannes-Golfe du Morbihan (officiellement Vannes aéroport, anciennement Vannes-Meucon aéroport), (code AITA : VNE • code OACI : LFRV) est un aérodrome construit sur la commune de Monterblanc à 8 kilomètres au Nord-Nord-Est de la ville de Vannes, en Bretagne. L'aérodrome est à usage civil et commercial ouvert au trafic national et international (sur demande).

Depuis le 1er janvier 2017, l'aéroport est géré par le groupe Edeis[1] à travers une délégation de service public.

L'aéroport de Vannes - Golfe du Morbihan[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]


Historique[modifier | modifier le code]

Le premier aérodrome de Vannes a ouvert en 1926[2] lorsque le champ d'aviation est décrété d'utilité publique le 7 juillet 1926. Avant cela, les premiers vols d'aéronefs sur le site de Vannes sont enregistrés au cours des années 1920.

L'aérodrome, en mai 1928, accueille le Breguet 19 GR Nungesser et Coli, avion des aviateurs Dieudonné Costes et Joseph Le Brix avec lequel ils réalisèrent leur tour du monde en 39 étapes.

Avant la Seconde Guerre mondiale, comme tous les terrains d'aviation, l'aéroport de Vannes - Meucon est un aérodrome référencé par les forces armées, c'est un site d'entrainement et de formation des pilotes de l'armée de l'air. L'aéroclub du Morbihan s'implante au nord de Vannes en 1935, année où des travaux d'aménagement sont conduits afin d'ouvrir l'aérodrome militaire à l'aviation civile. Deux ans plus tard l'école élémentaire numéro 27 est fondée sur le site de l'aérodrome. Pendant la guerre, un groupe de bombardiers de l'armée Allemande s'installe et développe les infrastructures de l'aérodrome.

Dès la fin des combats, l'aéroclub reprend ses activités civiles (Brevet de pilote, planeurs, modélisme) sur un aérodrome semi-militaire où le 6e régiment de parachutistes d'infanterie de marine, créée en 1948, effectue ses entrainements.

En février 1971, l'aérogare actuelle est inaugurée et c'est trois ans plus tard que la tour de contrôle est construite. Avec un succès mitigé, des lignes régulières et saisonnières sont mises en place entre 1976[réf. nécessaire] et les années 1990 par exemple:

- Nantes Aviation (1972-1981)[3] et Air Rhuys (1976-1978)[4] ont voulu exploiter une ligne régulière entre Vannes et Nantes.

- Mars 1976: Air Inter demande l'ouverture d'une ligne Vannes-Paris via Rennes[5]. En 1977, cette ligne n'était plus programmée.

- Eté 1992: Arrivée à 10h du Vol TAT de Paris-Orly, départ le dimanche vers Orly à 18h25. En fin de matinée, escale en fin de matinée du vol La Rochelle-Shannon (Irlande) et atterrissage du vol retour à 16h45, initié par l'association "Maison du Connemara". Enfin, Crossair dessert également le samedi l'aéroport (arrivée 15h50, départ 16h40)[6].

- Eté 1991: Le Fokker 27 de la TAT est remplacé par un ATR 42 (50 places) de 5 ans d'âge. L'avion arrive le Samedi à 10h10 et quitte Vannes le dimanche à 18h et ceci du 29 juin au 08 septembre. la compagnie Crossair assure du 15 juin au 21 septembre, la ligne Genève-Vannes-Morlaix-Genève en Saab SF340[7] (pour les clients qui se rendent dans les thalassos du Crouesty, Quiberon et Perros-Guirec.

- Eté 1990: Ligne vers Paris Orly par la compagnie TAT en Fokker 27 de 25 ans d'âge. Arrivée le Samedi et départ le dimanche (14 rotations dans la saison). Crossair assure le samedi le vol Genève-Vannes-Morlaix. Le prix du billet A/R le plus bas sous conditions était de 760 Francs (115 €) et 1060 francs (161 €) le billet A/S en plein tarif[8]. Comparativement, le billet en train Paris-Vannes en 1ere classe à cette période coûtait 682 francs (104 €).

Le trafic passagers de 1990 s'établit de la sorte: 533 passagers sur le vol TAT vers Orly, 319 passagers sur le vol Crossair de Genève.

Entre 1988 et 1990, une aérogare avait été installée sur le port de Vannes. C'est de cette aérogare que partait le vol Vannes-Paris via l'aéroport de Lorient. Air inter affrétait des bus entre Vannes et l'aéroport de Lorient "Lann-Bihoué"[9]'[10].

La longueur de la principale piste bétonnée passe de 1190 à 1530 mètres en 1993.

Depuis janvier 2007, la Communauté d'Agglomération du Pays de Vannes est le propriétaire de l'aéroport de Vannes - Meucon, rebaptisé à l'occasion " Aéroport de Vannes - Golfe du Morbihan".

En 2017, l'aéroport de Vannes a accueilli 783 passagers commerciaux dont 204 passagers internationaux. 34 079 mouvements d'aéronefs ont été récences pour cette même année dont 460 mouvements de passagers commerciaux (vol d'affaires, rotations hélicoptères vers les îles ou la côte bretonne…)[11].

Gestionnaire[modifier | modifier le code]

SNC-Lavalin était le gestionnaire de l’aéroport de Vannes - Golfe du Morbihan depuis le à travers sa filiale dédiée Société d’Exploitation de Vannes Aéroport (SEVA). Le groupe canadien SNC-Lavalin était aux commandes de 16 autres aéroports en France en août 2016 : Angoulême, Annecy, Auxerre, Chalon-sur-Saône, Cherbourg, Dijon, Le Havre-Octeville, Mayotte, Nîmes, Reims, Rouen, Saint-Martin Grand-Case, Tarbes-Lourdes-Pyrénées, Toulouse- Francazal, Tours et Troyes. Le groupe a toutefois annoncé céder tous ses actifs français, y-compris les aéroports, fin août 2016[12] à Edeis.

Edeis a repris le 30 décembre 2016 toutes les activités du groupe SNC-Lavalin SAS en France et à Monaco.

Edeis reprend la gestion de 19 aéroports : Angoulême, Annecy Mont Blanc, Auxerre Branches, Bourges, Castellon (Espagne), Châlon Champforgeuil, Cherbourg Maupertus, Dijon Bourgogne, Le Havre Octeville, Mayotte, Nîmes Alès Camargue Cévennes, Reims, Rouen, Saint Martin Grand Case, Tarbes Lourdes Pyrénées, Toulouse Francazal, Tours Val de Loire, Troyes et Vannes Golfe du Morbihan.

Données Aéronautiques[modifier | modifier le code]

  • SSLIA : Niveau 3 / Niveau 5 sur demande
  • Emprise au sol : 108 hectares

Infrastructures aéroportuaires[modifier | modifier le code]

  • 1er piste :
    • Dimensions : 1530 m x 45 m
    • Orientation : 04/22
    • Nature du revêtement : Bitume
    • Aides à l'atterrissage : Localizer (22) – PAPI (04) – balise omnidirectionnelle
    • Balisage lumineux : HI – PCL – Feux à éclats
  • 2e piste :
    • Dimensions : 1025 m x 60 m
    • Orientation : 08/26
    • Nature du revêtement : Herbe
  • Aire de Stationnement avions :
    • 28 000 m2 en béton
    • 5 000 m2 en herbe
  • Traitement des passagers
    • 1 Terminal de 300 m2

Les hangars privés[modifier | modifier le code]

À proximité de l'aérodrome s'est formé un regroupement de hangars, dans lesquels des propriétaires ou des constructeurs d'avions en amateur construisent ou stockent leurs avions (ULM et autres). Ces hangars sont directement reliés à la piste grâce à des taxiways.

Opérateurs aériens[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. « Aéroport. Le français Edeis devient le gestionnaire à Vannes », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  2. Agence Multimedia Otidea, « Historique - Aéroport de Vannes », sur www.vannes.aeroport.fr (consulté le 8 avril 2017)
  3. « Nantes Aviation page 23 », sur Archives nantionales,
  4. « Air Rhuys page 11 », sur Archives Nationales,
  5. « Air Inter (1976): Paris-Vannes via Rennes (page 5) », sur Archives nationales
  6. « Vacances en avion au départ de Meucon Paris, Genève ou Shanonn ? », Ouest France,‎
  7. « Aérodrome Vannes-Meucon Reprise des vols saisonniers », Ouest France,‎
  8. « Ligne aérienne Paris-Vannes-Paris Un Fokker à partir du 12 Mai », Ouest France,‎
  9. « Vannes, une ville qui décole », Ouest France,‎
  10. « 1988 - March 27 - Air France Timetables, Route Maps, and History. », sur airchive.com (consulté le 9 avril 2017)
  11. « Union des Aéroports Français », sur www.aeroport.fr (consulté le 21 août 2018)
  12. « SNC-Lavalin quitte la France | Sylvain Larocque | Économie » (consulté le 5 septembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]