Aéroport international de Malte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport international de Malte
Image illustrative de l'article Aéroport international de Malte
Localisation
Pays Drapeau de Malte Malte
Ville Luqa
Coordonnées 35° 51′ 27″ N 14° 28′ 39″ E / 35.857544, 14.47740635° 51′ 27″ Nord 14° 28′ 39″ Est / 35.857544, 14.477406
Altitude 91 m (300 ft)

Géolocalisation sur la carte : Malte

(Voir situation sur carte : Malte)
MLA
MLA
Pistes
Direction Longueur Surface
06/23 2 377 m (7 799 ft) Asphalte
13/31 3 544 m (11 627 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA MLA
Code OACI LMML
Type d'aéroport civil
Gestionnaire Aéroport international de Malte

L'aéroport international de Malte (code AITA : MLA • code OACI : LMML) est le seul aéroport international de Malte et il dessert l'ensemble de l'archipel maltais. Il est situé sur le territoire du kunsill lokali-conseil local de Luqa sur l'île de Malte. Il occupe l'emplacement de l'aérodrome de la RAF de Luqa et a été complètement réaménagé afin de devenir un aéroport civil opérationnel.

Il est encore connu par la population comme l'aéroport de Luqa et parfois comme l'aéroport international de La Valette, car situé à 8 kilomètres de la capitale maltaise.

L'aéroport est le principal hub d'Air Malta, et reçoit d'autres compagnies aériennes comme Lufthansa, Alitalia, Air France, des compagnies charter comme Medavia ou low cost comme Ryanair, Easyjet ou encore des compagnies cargo comme European Air Transport.

Il héberge également le centre de contrôle régional et le centre de météorologie, ainsi que la base aérienne des forces armées de Malte.

L'aéroport et la base aérienne accueillent chaque année le Malta Airshow, un show aérien d'avions civils et militaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers avions à atterrir sur Malte sont des aéronefs militaires anglais sur l'aérodrome Ta' Qali au début du XXe siècle pendant la Première Guerre mondiale, les premiers avions civils atterriront après guerre dans les années 1920. Deux autres terrains seront construits avant la Seconde Guerre mondiale à Ħal-Far et à Luqa. Les aérodromes de Ta' Qali et Ħal-Far ayant particulièrement souffert des bombardements italiens et allemands, le trafic passagers est ramené sur Luqa.

L'augmentation du trafic aérien nécessite de la part des Britanniques la construction d'un terminal civil. En 1956 est lancé un projet de 300 000 livres et la première aérogare de Luqa est inaugurée le 31 mai 1958 par le gouverneur sir Robert Laycock. C'était un bâtiment de deux étages comportant, en plus des équipements techniques et passagers, un restaurant, un bureau de poste, de téléphone et un balcon d'observation pour le public.

Avec l'apparition des avions à réaction, en octobre 1977, la piste est prolongée, un nouveau hall pour les arrivées et un salon VIP sont ajoutés aux premières constructions réservées aux départs. Mais rapidement, il faut envisager sa modernisation, en 1987, est lancé un grand projet de reconstruction, en attendant est procédé à l'installation de la climatisation, de l'informatisation, de tapis à bagages, de points de vente et d'un plus important duty free. La première pierre d'un nouvel aéroport est posée en septembre 1989, l'aéroport actuel est mis en exploitation le 25 mars 1992.

En juillet 2002, le gouvernement prend la décision de privatiser l'aéroport. MIA - Malta International Airport - est créé par la vente de 40 % de son capital à Malta Mediterranean Link Consortium Ltd et aussi par le placement en bourse de 40 % du capital auprès du grand public[1].

Faits marquants[modifier | modifier le code]

  • Le 23 novembre 1985, l'aéroport de Luqa a été le théâtre d'un détournement d'avion meurtrier. Le vol 648 d'EgyptAir, en route vers la Libye, est détourné sur l'aéroport de Luqa à Malte. À la demande de l'Égypte, le gouvernement maltais permet aux forces égyptiennes antiterroristes d'intervenir faisant plus de 60 victimes, pirates de l'air y compris[2].
  • En décembre 1988 la bombe de l'attentat de Lockerbie aurait été embarquée sur un avion à l'aéroport de Luqa, qui via Francfort et Heathrow, fait exploser le vol PanAm 103[3].
  • Le 21 février 2011, deux avions de chasse de l'armée de l'air libyenne ayant fait défection ont atterri sur l'aéroport de Luqa. Les deux officiers pilotes, qui n'avaient pas largué leur armement en haute mer, n'ayant pas confiance dans leurs systèmes d'armes, ont déclaré ne pas vouloir bombarder la population civile de Benghazi[4].
  • Le même jour, 21 février 2011, deux hélicoptères civils Super Puma, immatriculés en France, ayant sept personnes de nationalité française (une seule étant en possession d'un passeport français) à leur bord ont également atterri sur l'aéroport de Luqa en demandant la protection des autorités maltaises. Ils ont déclaré travailler sur une plate-forme pétrolière près de Benghasi[4].
  • Par contre le 23 février 2011, les autorités aéroportuaires maltaise aurait refusé l'atterrissage d'un avion de la compagnie Libyan Arab Airlines sans plan de vol. La télévision Al Jazeera a indiqué qu'Aïcha Kadhafi, la fille de Mouammar Kadhafi, était à bord de l'appareil qui a rebroussé chemin vers la Libye[5]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

La tour de contrôle de aéroport de Malte a sous sa surveillance l'héliport de Gozo qui ne comprend aucune tour pour contrôler son trafic occasionnel en VFR (vol à vue).

Compagnies aériennes opérant à l'Aéroport international de Malte[modifier | modifier le code]

Les compagnies aériennes, ayant eu des autorisations de vol au départ ou à l'arrivée de l'aéroport international de Malte en 2012, sont listées ci-dessous par ordre décroissant du nombre de trafic des avions passagers et du tonnage des avions cargo[6] : Trafic d'avions passagers :

Trafic d'avions cargo :

Destinations reliées à partir de l'aéroport international de Malte[modifier | modifier le code]

Les destinations sont classées, pour l'année 2012, par ordre décroissant de trafic passagers, en provenance et à destination des aéroports[6] : Destinations passagers :

Destinations cargos (ponctuelles) :

Transports[modifier | modifier le code]

Chiffres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. historique consulté le 21 mai 2013
  2. Le retour du détournement aérien, arme privilégiée du terrorisme, Lionel Froissart, Libération, 24 décembre 1994.
  3. (en)Lockerbie bombing: are these the men who really brought down Pan Am 103?, Gordon Rayner, The Telegraph, 10 mars 2014.
  4. a et b article du Point consulté le 23 mai 2013
  5. article de 20 minutes consulté le 23 mai 2013
  6. a et b Statistiques officielles pour 2012 consulté le 21 mai 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]