Pont-sur-Sambre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont (toponyme).
Pont-sur-Sambre
La tour du guet.
La tour du guet.
Blason de Pont-sur-Sambre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Berlaimont
Intercommunalité Agglomération Maubeuge Val de Sambre
Maire
Mandat
Michel Détrait
2014-2020
Code postal 59138
Code commune 59467
Démographie
Gentilé Pontois
Population
municipale
2 536 hab. (2011)
Densité 224 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 26″ N 3° 50′ 50″ E / 50.2238888889, 3.8472222222250° 13′ 26″ Nord 3° 50′ 50″ Est / 50.2238888889, 3.84722222222  
Altitude Min. 122 m – Max. 166 m
Superficie 11,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Pont-sur-Sambre

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Pont-sur-Sambre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pont-sur-Sambre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pont-sur-Sambre

Pont-sur-Sambre est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Locus-Quartensis, Ponte à la fin du XIe siècle. Pons au XIIe siècle et Pont-Quartes. Au XIXe siècle : Pont-Sur-Sambre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pont-sur-Sambre

Les armes de Pont-sur-Sambre se blasonnent ainsi : D'azur au lion d'or tenant en ses pattes une clef d'argent, le panneton en haut et à dextre.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'écluse sur la Sambre.

Situé au sud-est du département, à l'orée de la forêt de Mormal, Pont-sur-Sambre est un petit bourg de l'Avesnois logé dans un méandre de la Sambre, un affluent de la Meuse. Il est situé à 30 km au sud-est de Valenciennes, 15 km au sud-ouest de Maubeuge et 15 km à l'ouest d'Avesnes-sur-Helpe.

Liaisons routières :

Trains au départ d'Aulnoye-Aymeries, à 3,5 km : Directs vers Paris, Lille, Amsterdam

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pont-sur-Sambre
Hargnies Vieux-Mesnil

Boussières-sur-Sambre

Locquignol Pont-sur-Sambre Saint-Rémy-du-Nord
Berlaimont Aulnoye-Aymeries Bachant

Histoire[modifier | modifier le code]

  • À l'origine, on pense qu'une piste gauloise qui joignait Houdain à Etroeung franchissait la Sambre à cet endroit. Plus tard, les romains utilisèrent cette même piste pour leur voie allant de Bavay à Reims et le pont permettait à cet endroit de traverser la Sambre. Le quatrième milliaire qui y était borné donna son nom au hameau de Quartes. C'est ainsi que naquirent Pont et Quartes dont l'union donna Pont sur Sambre. Quartes, Hameau de Pont-sur-Sambre, est une station romaine qui figure sur l'Itinéraire d'Antonin IVe siècle, sous le nom de Locus Quartensis de la Notitia Dignitatum. Le temple païen fut alors remplacé par une église.
  • L'église bâtie sur l'emplacement d'un temple païen remonte au XVIIe siècle. Au centre du village existe un Beffroi qui remonte au XVIIe siècle et qu'on appelle Tour du Guet.
  • En 1246, Pont-sur-Sambre appartenait aux Seigneurs d'Avesnes et Comte de Beaumont. Par la suite, le village changea de maîtres : le Comte de Luxembourg, René d'Anjou, Nicolas de Rolin, Claude-Henri de Rocca et Pierre Badv Seigneur d'Aymeries, en furent successivement les principaux propriétaires.
Ancienne centrale EDF en cours de démolition.
  • Au début des années 1960, la construction de la centrale thermique au charbon (aujourd'hui détruite, mais qui a laissé un important crassier de cendres de charbon polluées, dans lequel une colonie d'hirondelles de rivage s'était installée), fit prospérer la commune. La centrale ferma en avril 1998. Depuis 2009, la Sté Poweo dispose sur le site d'une nouvelle centrale à cycle combiné au gaz.
  • Centrale Poweo : Sur le site de l'ancienne centrale à charbon EDF, les travaux de construction de la centrale Poweo débutent en février 2007. Inaugurée le 27 avril 2009 par Charles Beigbeder, PDG de Poweo, la mise en service commerciale de la centrale à cycle combiné au gaz naturel a lieu le 25 septembre 2009. Première centrale de ce type installée en France. Unité de production électrique de 412 MW.
La mairie et la salle de fêtes

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Bernard Huriau    
mars 2001 mars 2008 Francis Burillon SE  
mars 2008 mars 2012 Alain Bortolus SE  
avril 2012 en cours
(au 4 avril 2014)
Michel Détrait SE Réélu pour le mandat 2014-2020[1]
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 536 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
911 779 845 931 1 159 1 212 1 259 1 320 1 310
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 326 1 435 1 502 1 518 1 503 1 443 1 519 1 632 1 811
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 887 1 912 1 885 1 872 1 989 1 998 1 970 2 144 2 026
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 700 2 716 2 749 2 595 2 443 2 564 2 599 2 622 2 586
2011 - - - - - - - -
2 536 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Pont-sur-Sambre en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
0,8 
4,6 
75 à 89 ans
7,2 
11,3 
60 à 74 ans
12,6 
22,2 
45 à 59 ans
19,3 
20,6 
30 à 44 ans
19,4 
19,2 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Ancienne brasserie, maison natale du peintre Félix Del Marle.

Depuis la fermeture de l'ancienne centrale, le village s'est tourné vers le tourisme, avec, par exemple, l'ouverture d'une auberge de campagne sur le site de l'ancienne brasserie, lieu de naissance du peintre Félix Del Marle (1889-1952), qui est complétée par des chambres d'hôtes, un gîte équestre, deux restaurants gastronomiques et un centre de bien-être.

Siemens construit à proximité de l'ancien site EDF une centrale au gaz à cycle combiné, qui sera exploitée par Poweo Pont sur Sambre. Poweo Pont sur Sambre est une filiale à 100 % de PoweoProduction, qui est elle-même détenue à 60 % par Poweo SA et 40 % par Verbund, l'opérateur national autrichien pour l'électricité.

La société des ateliers mécaniques de Pont-sur-Sambre, qui est en 2009 la seule entreprise produisant des bombes pour avions du complexe militaro-industriel français, à son usine sur le territoire de la commune et emploie une vingtaine de personnes.

Sports[modifier | modifier le code]

  • École du Ballet d'Art Classique et Jazz, dont la Compagnie a fini Championne Européenne en 1998 à Rome.
  • École de Danse "rythme et révérence"
  • École de Danse "Danse et Vie" de Nadine Vandois

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Tour du Guet[modifier | modifier le code]

Symbole de Pont-sur-Sambre, ce bâtiment de 4 mètres de côté et de 18 mètres de haut reste une énigme pour les pontois. Construite probablement au XVIIe siècle, on pense qu'elle servait au guet. Classée monument historique, elle abrite une cloche datée de 1660 qui provient du collège des oratoriens de Thuin en Belgique.

L'église[modifier | modifier le code]

L'église, dont l'existence est mentionnée depuis 1125 dans une charte du chapitre de Saint-Géry de Cambrai, est dédiée à Notre-Dame de Quartes et un pèlerinage a lieu tous les lundis de Pentecôte (guérison de la fièvre de quarte).On distingue trois parties dans l'architecture : Le clocher qui date de 1783, la nef du XVe et le chœur vers 1600.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Plaque mémorial du 2 septembre 1944
  • Chapelles
  • Ancienne brasserie, lieu de naissance du peintre Félix Del Marle (1889-1952)
    Article détaillé : Brasseries du Nord Pas-de-Calais.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Félix Del Marle, peintre (1889-1952), Art moderne.
  • Robert Louis Stevenson, cite son passage à Pont et Quartes dans son ouvrage « An Inland Voyage » (London - CHATTO & WINDUS 1919), d'où le nom donné à l'école primaire de la commune.

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Joël Ratte réélu pour un 2e mandat », L'Observateur de l'Avesnois, no 19461,‎ 4 avril 2014, p. 20
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. « Évolution et structure de la population à Pont-sur-Sambre en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  5. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)