Orsinval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orsinval
Église St.Nicolas avec campanile
Église St.Nicolas avec campanile
Blason de Orsinval
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Quesnoy-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Élisabeth Debruille
2014-2020
Code postal 59530
Code commune 59451
Démographie
Population
municipale
543 hab. (2011)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 16′ 28″ N 3° 37′ 53″ E / 50.2744444444, 3.6313888888950° 16′ 28″ Nord 3° 37′ 53″ Est / 50.2744444444, 3.63138888889  
Altitude Min. 74 m – Max. 123 m
Superficie 3,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Orsinval

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Orsinval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orsinval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orsinval
Calvaire funéraire

Orsinval est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Orsinval
Villers-Pol
Orsinval Frasnoy
Le Quesnoy

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve une première mention de ce village en 1186 lorsque celui-ci s'appelle "Ursina Vallis". Ce village a été donné en 1111 au chapitre de la cathédrale de Cambrai par l'évêque Odon. Au XIIe siècle, il accueillait un petit monastère de femmes dont il ne subsiste plus aucun vestige.

Les armoiries d’Orsinval (trois lions surmontés d’une vierge à l’enfant) ont fait penser que ce blason rappelait, comme beaucoup, l’époque des croisades. Dans l’Album du Prince Charles de Croÿ (2500 gouaches), au tout début du XVIIe siècle, le peintre valenciennois Adrien de Montigny représente le village étalé le long de la Rhônelle que barre un joli moulin.

Le territoire de la commune d’Orsinval est traversé par la chaussée menant de Valenciennes aux places-fortes du Quesnoy et de Landrecies, implantée sur le haut du plateau quercitain. Le cœur ancien du village est situé à l’ouest de cette voie, le long du vallon de la Rhonelle. Lorsque le noyau, d’abord constitué d’une rue, s’éloigne du cours de la rivière, il devient triple, avant de rejoindre la chaussée, se densifiant au niveau du carrefour. Le bâti ancien est également composé de quelques grandes fermes sur plateau, ainsi que du secteur du moulin, à l’ouest, en contrebas de la chaussée. Implanté dans une vallée assez profonde, le territoire communal est caractérisé par des pentes marquées, en particulier à l’ouest. Le bâti pavillonnaire s’est implanté de manière linéaire, sur la D73, dans le prolongement de Villers-Pol.

Évolution du nom de la commune[modifier | modifier le code]

1111 : Ursenens villa, cartulaire de l'église de Cambrai

1170 : Orsina vallis, cartulaire de l'abbaye de Vicogne

1181 : Orsineval, cartulaire de l'église de Cambrai

1186 : Ursina vallis, cartulaire de Vicogne

1189 : Ursini val, id

1194 : Ursineval, 2ème cartulaire de Flandre

Toponymie[modifier | modifier le code]

domaine d'Ursin. Jacques de Guyse raconte le combat du Roi Ursys contre la reine Ursa. Une Ursa surnommée "Beere". Dans toute l'Europe du nord, ber est le nom de l'ours. Orsinval, la vallée des ours. Et ce, que l'on prenne son étymologie latine ou néerlandaise. Ors a l'étymologie tout aussi claire. Oui, dans le passé, il y avait des ours dans la région.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason chapitre de Notre-Dame de Cambrai.svg

Les armes de Orsinval se blasonnent ainsi : D’or à trois lions d’azur, au chef de gueules chargé d’une Notre-Dame-de-Grâce à mi-corps, de carnation, vêtue de gueules et d’azur et tenant l’enfant Jésus à senestre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Élisabeth Debruille    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 543 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350 262 361 436 478 503 497 528 526
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
554 486 495 521 515 503 474 475 420
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
412 412 380 355 356 363 339 342 346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
320 332 336 389 440 457 462 543 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Orsinval en 2007 en pourcentage[3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,9 
4,0 
75 à 89 ans
2,8 
9,6 
60 à 74 ans
8,5 
26,5 
45 à 59 ans
30,5 
17,3 
30 à 44 ans
23,0 
25,3 
15 à 29 ans
17,8 
16,9 
0 à 14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village a su garder, en plusieurs endroits, son pittoresque. Deux sites se distinguent d’ailleurs par leur environnement frais et vert : la chute de l’ancien moulin et, non loin de là, l’ancien lavoir dit « Belle Fontaine ».

La grange dite « de Malbrough » (10, route de Valenciennes) rappelle une tradition chère aux Orsinvalois : c’est là que la célèbre chanson aurait été composée, au soir de la Bataille de Malplaquet (1709), alors que les troupes françaises se repliaient sur le Quesnoy et que le bruit courait que le général anglais était mort sur le champ de bataille.

L’église Saint-Nicolas est l’ancienne chapelle d’un couvent, détruit sous Louis XIV. À l’intérieur, on remarque surtout une grande pieta attribuée à un élève de Van Dyck. Mais ce qui fait l’originalité de cette église, c’est son campanile qui, à quelques pas de l’église même, laisse admirer sa cloche et sa charpente.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]