Willies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Willies
La mairie de Willies
La mairie de Willies
Blason de Willies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Trélon
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Avesnois
Maire
Mandat
Laurent Méresse
2014-2020
Code postal 59740
Code commune 59661
Démographie
Population
municipale
165 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 18″ N 4° 05′ 56″ E / 50.1216666667, 4.09888888889 ()50° 07′ 18″ Nord 4° 05′ 56″ Est / 50.1216666667, 4.09888888889 ()  
Altitude Min. 162 m – Max. 230 m
Superficie 4,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Willies

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Willies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Willies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Willies

Willies est une commune française, du département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais, dans l'Avesnois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Willies se situe dans le Sud-Est du département du Nord (Hainaut) au cœur du Parc naturel régional de l'Avesnois. L'Avesnois est de tradition bocagère et de relief un peu vallonné dans le Sud-Est (au début des contreforts des Ardennes), dite "petite Suisse du Nord".

En fait, Willies fait partie administrativement de l'Avesnois, géologiquement des Ardennes, historiquement du Hainaut et ses paysages rappellent la Thiérache.

La commune se trouve à 110 km de Lille (préfecture du Nord), Bruxelles (Belgique) ou Reims (Marne), à 55 km de Valenciennes, Mons (B), 40 km de Charleroi (B), à 15 km d'Avesnes-sur-Helpe (sous-préfecture) et 10 km de Fourmies. La frontière avec la Belgique est à quelques kilomètres.

Le village est située sur l'Helpe Majeure, affluent de la Sambre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Willies
Felleries Clairfayts
Liessies Willies Eppe-Sauvage
Trélon

Environnement[modifier | modifier le code]

Malgré la présence du barrage qui a fortement artificialisé le cours de l'Helpe, la commune bénéficie d'un contexte naturel d'une richesse inhabituelle pour cette région industrielle et d'agriculture intensive. Ce contexte la place dans une zone qui est un cœur d'habitat de la trame verte et bleue régionale qui décline localement la trame verte du Grenelle de l'environnement et le réseau écologique paneuropéen.

De nombreuses espèces rares et/ou protégées peuvent encore y être observées mais quelques espèces invasives comme l'écrevisse américaine sont enregistrées et des pressions importantes sur l'environnement.

En 2008, la commune est concernée par les classements suivants :

Le Bois de la Garde de Belleux et le bois du Cheneau sont des ZNIEFF de type I, comme la Forêt domaniale du Val-Joly, le Bois de Nostrimont et le Bois de Fetru et, la Forêt domaniale de Bois l'Abbé et ses lisières ; le complexe écologique de la Fagne forestière est classé en ZNIEFF de type II (En savoir plus)

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Origine du nom : il semble que la localité doive son nom à la présence d'une villa gallo-romaine sur son territoire. Le village a porté successivement les noms de Wilheis et Wilhies au VIIe siècle, Villis au XIIe siècle. L'orthographe actuelle est en usge depuis le milieu du XVIIe siècle.
  • 843 : le traité de Verdun partage de l'empire carolingien entre les trois petits fils de Charlemagne et octroye à Lothaire I, la Francie médiane qui comprend le Hainaut avec le village de Willies ;
  • 855 : le traité de Prüm partage la Francie médiane entre les trois fils de Lothaire I, le Comté de Hainaut est alors rattaché à la Lotharingie dont hérite Lothaire II ;
  • 870 : le traité de Meerssen après la mort de Lothaire II donne une partie de la Lotharingie dont fait partie le Comté de Hainaut à la Francie occidentale ;
  • 880 : avec le traité de Ribemont, le Comté de Hainaut est rattaché à la Francie orientale qui deviendra le Saint-Empire romain germanique en 962.
  • Avec les conquêtes de Louis XIV, la commune fait ensuite partie du Royaume de France ;
  • En 1626, le village était compris dans le marquisat de Trélon.
  • En 1790, elle fait partie du Nord ;
  • Depuis 1793, elle devient officiellement municipalité, fait partie intégrante du département du Nord,du district d'Avesnes et du canton de Trélon[1] ;
  • Au XVIIIe siècle, Willies n'est qu'un hameau dont les jardins étaient entourés de haies qui les séparaient des champs périphériques. Le village est construit dans une trouée d'essartage de la forêt d'Avesnes (Haie d'Avesnes), le long de l'Helpe majeure, en aval de Liessies. À l'Est de la commune, un secteur linéaire de prairies humides et de landes à bruyères conduisait le long de la rivière à une forge dite « Forge d'enfer »;
  • Plans du cadastre du Consulat de Willies : site internet des Archives départementales du Nord
  • Plans du cadastre napoléonien (1823 et 1882) de Willie : site internet des Archives départementales du Nord
  • La bruyère, la vallée et la forge ont été noyés au XXe siècle par la mise en eau du barrage du Val Joly.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 mars 2001 Benoît Desmarescaux    
Mars 2001 en cours
(au 4 avril 2014)
Laurent Meresse   Réélu pour le mandat 2014-2020[2]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 165 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312 295 342 399 498 495 516 543 542
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505 456 407 335 297 271 252 229 218
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
201 185 182 215 199 189 165 154 140
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
134 137 107 105 128 139 145 143 165
2011 - - - - - - - -
165 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Willies en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
3,6 
1,2 
75 à 89 ans
2,4 
13,4 
60 à 74 ans
10,8 
15,9 
45 à 59 ans
16,9 
20,7 
30 à 44 ans
24,1 
28,0 
15 à 29 ans
19,3 
20,7 
0 à 14 ans
22,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Barrage hydroélectrique du Val Joly, à l'est de Willies
Le barrage du Val Joly, une nouvelle structure touristique
  • Le barrage hydroélectrique du Val Joly est le plus grand de la Région nord-Pas de Calais, et le seul qui ait une production significative d'électricité, le reste de la région étant en raison d'une faible déclivité peu propice à la production hydroélectrique. Il a permis l'installation d'une base nautique sur le lac.
  • La fontaine de Sainte-Hiltrude.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Willies (59) Nord-France.svg

Les armes de Willies se blasonnent en "de gueules à deux fasces bretessées et contre-bretessées d'argent ; au franc-canton de gueules à trois pals de vair et au chef d'or."[7],[8]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]