Bousies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bousies
Église Saint-Rémy et centre du village
Église Saint-Rémy et centre du village
Blason de Bousies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Landrecies
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
André Ducarne
2014-2020
Code postal 59222
Code commune 59099
Démographie
Gentilé Bodiciens
Population
municipale
1 705 hab. (2011)
Densité 173 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 06″ N 3° 36′ 59″ E / 50.1516666667, 3.6163888888950° 09′ 06″ Nord 3° 36′ 59″ Est / 50.1516666667, 3.61638888889  
Altitude 137 m (min. : 131 m) (max. : 156 m)
Superficie 9,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Bousies

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bousies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bousies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bousies

Bousies est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Le nom jeté des habitants de Bousies est les Coquardeux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aux portes de l’Avesnois, dans le sud du département du Nord, la commune de Bousies est située au centre d’un triangle formé par les villes de Landrecies (6 km), du Cateau-Cambrésis (9 km), et d’Englefontaine (6 km).

Les villes de taille significative et proches de Bousies sont Valenciennes (30 km), Cambrai (30 km) et Avesnes-sur-Helpe (25 km).

La liste des communes limitrophes, quant à elle, comprend Croix-Caluyau, Fontaine-au-Bois, Forest-en-Cambrésis, Poix-du-Nord, Robersart, et Vendegies-au-Bois.

Communes limitrophes de Bousies
Vendegies-au-Bois Poix-du-Nord
Croix-Caluyau Bousies Robersart
Forest-en-Cambrésis Ors Fontaine-au-Bois

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La campagne bodicienne, bocagère et très verdoyante, est typique de l’Avesnois. Les prairies servent à l’élevage et sont bordées de haies comprenant des essences très présentes localement comme l’aubépine ou le charme. Au milieu de celles-ci, on trouve encore quelques pommiers même si cette tradition agricole a tendance à disparaître.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le nom de Bousies (prononcé bouzi, le « s » final étant muet) proviendrait de «Bultsiacas» ou Domaine de Bultso (époque mérovingienne).

On a écrit Boussies au XIe siècle, Buzeis, Bousiaco, Busies, Busis, Bouzies au XIIe siècle. Bolsies au XIIIe siècle. On trouve déjà au XIe siècle l'orthographe actuelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Bousies était dans le comté de Hainaut une enclave du Cambrésis, dont il était une des 12 pairies. En l'an 1007, Jean, seigneur de Bousies, comme pair du Cambrésis, prêta serment de fidélité à l'évêque Herbin Ier, comte de Cambrai[réf. souhaitée].

En 1095, l’évêque Gaucher fit assiéger le château de Bousies, où son seigneur Wiband aidé de quelques habitants résista 3 jours avant que l'édifice ne fut pris d'assaut et détruit ensuite. Rebâti, il fut à nouveau pris en 1185 et en 1665. Plus tard, il devint la propriété du maréchal Mortier dont les héritiers vendirent le domaine en détail.[réf. souhaitée]

Le monument aux morts

Wauthier III seigneur de Bousies, pair du Cambrésis épousa Adelvaie ou Adélaïde, une fille du comte de Champagne. Ladite Adélaïde étant la sœur de Marie de Champagne épouse de Baudouin VI comte de Hainaut, alias Baudouin IX comte de Flandre et empereur latin de Constantinople. Wauthier III se croisa en l'an 1202 avec Baudouin VI comte de Hainaut, et assista à la prise de Constantinople par les Croisés, en 1204. Il vivait encore en 1214 et eut une descendance connue (Wauthier, Wilbaut (Ribauld), Simon, Eustache,..)[1]

Le 28 octobre 1907 est mise en service la ligne de chemin de fer Avesnes-sur-Helpe - Solesmes via Landrecies (47 km). La ligne comporte une station dans la commune. Un service régulier des voyageurs est assuré matin et soir. En août 1914, le trafic voyageur est interrompu. En 1916, pendant l'occupation allemande, les rails sont démontés. La ligne de chemin de fer est dans l'impossibilité de fonctionner.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1959 Georges Lefebvre    
1959 1964 Georges Pantegnies    
1964 1964 Léon Gauthier    
1964 1965 Fernand Carlier    
1965 mars 1977 Pierre Gouzon    
mars 1977 mars 1989 Jean-Pierre Desrousseaux    
mars 1989 en cours
(au 4 avril 2014)
André Ducarne Divers droite Conseiller général du canton de Landrecies
Réélu pour le mandat 2014-2020[2]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Risum-Lindholm (Allemagne)Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées. Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées., voir Risum-Lindholm (de)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 705 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 121 1 102 1 283 1 416 1 577 1 665 1 772 1 831 1 839
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 840 1 809 1 906 2 362 2 660 3 012 3 183 3 525 3 109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 058 2 803 2 674 2 509 2 366 2 114 2 002 1 849 1 907
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 905 1 895 1 814 1 723 1 717 1 683 1 679 1 678 1 705
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bousies en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
6,5 
75 à 89 ans
10,1 
12,4 
60 à 74 ans
14,3 
21,7 
45 à 59 ans
19,9 
21,7 
30 à 44 ans
20,9 
16,4 
15 à 29 ans
14,2 
21,2 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage [6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 


Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bousies fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Brocante de printemps (lundi de Pâques)
  • Brocante d'été,1er dimanche d'août rue Victor Hugo et rue Neuve
  • VTT Le Rayon d'enfer (premier dimanche de septembre)
  • course à la bodicienne 1, 4 et 10 km
  • Course cycliste René Ruelle (jeudi de l'Ascension)
  • le marché de Noël deuxième week-end de décembre

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Rémy : vraisemblablement édifiée sur le site d’une première église moyenâgeuse, l’église a été construite en 1736. Le clocher actuel, en revanche, est plus récent puisque le précédent fut emporté avec les dévastations de la Grande Guerre. À l’intérieur, une partie du mobilier est classé, dont le Chemin de croix, toiles de grandes dimensions du peintre Dumortier. Depuis 1998, l’église fait entendre régulièrement son carillon.
  • Le musée des Évolutions de Bousies est ouvert en 1993 à l’initiative de son conservateur Jean Vaillant, dans un bâtiment daté de 1576 sauvé de la destruction puis restauré Le musée aborde l’histoire de la région de Bousies, à travers les évolutions de la technique : des pièces préhistoriques aux premiers appareils électroniques en passant par de nombreux outils et objets anciens. On y trouve également un espace consacré à l’histoire locale ainsi que la reconstitution d’une salle de classe du début du XXe siècle. Le musée est installé dans un bâtiment remarquable, une ferme du XVIe siècle avec son étable voûtée de briques et sa grange attenante.
  • La verte vallée des Harpies et le moulin.
  • Le calvaire et des chapelles-oratoires disséminées dans la commune.
  • la salle de sport Gérard Noiret

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie-Estelle Delebecq citoyenne d'honneur depuis le 22 novembre 2013, pour services rendus à la musique et à l'harmonie municipale de Bousies, présidente de l'harmonie de 2005 à 2013[pertinence contestée].
  • Jean Lebon citoyen d'honneur depuis 2003, pour services rendus à la musique et à l'harmonie municipale de Bousies, chef de musique de 1984 à 2004[pertinence contestée].
  • Henri Dufrenelle, Comte de Bousies[réf. souhaitée], citoyen d'honneur de Solesme.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bousies (Nord)

Les armes de Bousies se blasonnent ainsi :« D’azur à la croix d’argent ».

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Vaillant, avec la collaboration de la comtesse de Bousies, princesse Philippine de Merode et de Geoffroy G. Sury, « Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut (°1202 - dcd. 1280) » (Opuscule de recherches historiques illustrées sur Bousies, ses seigneurs et les comtesses de Hainaut), Publication du Musée des Evolutions, Bousies, avril 2011.
  2. « André Ducarne pour un nouveau mandat », L'Observateur de l'Avesnois, no 19461,‎ 4 avril 2014, p. 25 (ISSN 0183-8415)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Bousies en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)