Haut-Lieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haut-Lieu
Mairie
Mairie
Blason de Haut-Lieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Avesnes-sur-Helpe-Sud
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de l’Avesnois
Maire
Mandat
Bernard Cabaret
2014-2020
Code postal 59440
Code commune 59290
Démographie
Gentilé Hautlieusards, Hautlieusardes
Population
municipale
391 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 07″ N 3° 54′ 48″ E / 50.1019444444, 3.9133333333350° 06′ 07″ Nord 3° 54′ 48″ Est / 50.1019444444, 3.91333333333  
Altitude Min. 152 m – Max. 196 m
Superficie 9,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Haut-Lieu

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Haut-Lieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Haut-Lieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Haut-Lieu

Haut-Lieu est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les hautlieusards.

Géographie[modifier | modifier le code]

Haut-Lieu se situe dans le sud est du Département du Nord (Hainaut) en plein cœur du Parc Naturel Régional de l'Avesnois. L'Avesnois est connu pour son bocage et son relief un peu vallonné dans sa partie sud-est (début des contreforts des Ardennes), dite "petite Suisse du Nord". La localité se nommait autrefois Banlieue-Haute, nom qui indique sa position par rapport à la ville Avesnes-sur-Helpe, situé à 2 km.

Haut-Lieu fait partie administrativement de l'Avesnois, géologiquement des Ardennes, historiquement du Hainaut et paysagèrement de la Thiérache.

La commune se trouve à 100 km de Lille (Préfecture du Nord), Bruxelles (Belgique) ou Reims (Marne), à 45 km de Valenciennes, Mons (B) ou Charleroi (B) et juste à côté d'Avesnes-sur-Helpe (Sous-Préfecture).

La frontière belge et le département de l'Aisne se trouvent à une quinzaine de kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Haut-Lieu
Saint-Hilaire-sur-Helpe Avesnes-sur-Helpe
Cartignies Haut-Lieu Avesnelles
Boulogne-sur-Helpe Étrœungt

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1907 : le 28 octobre 1907 est mise en service la ligne de chemin de fer Avesnes-sur-Helpe - Solesmes via Landrecies (47 km). La ligne comporte un arrêt sur le territoire de la Commune (La Folie). Un service régulier des voyageurs est assuré. En août 1914, le trafic voyageur est interrompu. En 1916, pendant l'occupation allemande, les rails sont démontés. La ligne de chemin de fer est dans l'impossibilité de fonctionner.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Michel Hannecart    
mars 2008 en cours Bernard Cabaret    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 391 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
306 302 309 337 416 390 406 424 404
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
417 398 420 450 460 456 450 432 408
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420 408 437 418 433 415 386 377 417
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
416 415 401 442 458 540 432 401 391
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Haut-Lieu en 2007 en pourcentage[3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
7,1 
75 à 89 ans
6,7 
14,2 
60 à 74 ans
18,0 
16,2 
45 à 59 ans
18,5 
25,4 
30 à 44 ans
19,9 
12,2 
15 à 29 ans
19,4 
24,9 
0 à 14 ans
17,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

La Commune est marquée par la présence de la carrière Bocahut. En 1857, un dénommé Berlemont commence l'exploitation de la carrière. Plus tard, à la faveur d'un mariage, elle passe aux Bocahut. A Haut-Lieu, les ouvriers taillent alors la pierre extraite. Ils réalisent des stèles et autres monuments. Cette pierre bleue a reçu le nom de petit granit de l'Avesnois. Polie, elle tire sur le bleu. La guerre de 14 finie, Charles Bocahut dirige la concession d'Avesnes tandis que son cousin M. Fillion gère celle de Glageon. L'affaire emploie 20 ouvriers. Dans les années 1950, la taille de pierre est délaissée. L'activité passe à la production de granulats et à la chaux. Après avoir racheté la carrière de Glageon puis celle de Corbigny (Nièvre), après avoir acheté une centrale à béton à Hirson et ensuite avoir monté une centrale à béton à Marle, l'entreprise Bocahut avec ses 250 salariés intègre, en 2004, le groupe Appia, filiale d'Eiffage.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie de 1883
  • L'église Saint-André de 1891
  • La chapelle Notre-Dame-de-la-Prospérité de 1717
  • La chapelle Notre-Dame-de-Bohain de 1737
  • Le Manoir de Biwetz

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]