Eth (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eth.
Eth
Vue du village
Vue du village
Blason de Eth
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Quesnoy-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Jean-Luc Lambert
2014-2020
Code postal 59144
Code commune 59217
Démographie
Gentilé Ethois, Ethoises
Population
municipale
327 hab. (2011)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 19′ 36″ N 3° 40′ 08″ E / 50.3266666667, 3.6688888888950° 19′ 36″ Nord 3° 40′ 08″ Est / 50.3266666667, 3.66888888889  
Altitude Min. 59 m – Max. 107 m
Superficie 2,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Eth

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Eth

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eth

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eth

Eth est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Sart à Eth

Eth est situé sur le Sart, presque à égale distance de Bavay (9,3 km à l'est), Le Quesnoy (9 km au sud) et Valenciennes (10 km à l'ouest).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Eth
Sebourg Roisin
Eth
Wargnies-le-Grand Bry

Histoire[modifier | modifier le code]

Eth figure en 1186 parmi les paroisses du decanat de Valenciennes. La seigneurie est mentionnée en 1484. À cette date, le seigneur d'Eth achète la terre du village voisin Bry, village qui tombait alors sous la paroisse d'Eth. Dans des actes du XVe siècle-XVIe siècle, plusieurs membres de la famille de Sart portent le titre seigneur d'Eth.

Il y existait un château fédoal, dont les restes ont été utilisés dans la construction, en 1776, du château actuel.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Eth (Nord).svg

Les armes de Eth se blasonnent ainsi :"d'or à la coix engrêlée de gueules".

D'abord endenché, rapidement devenu engrêlé, cet écu, fut porté par une seule et même Maison, celle de Haynin sise initialement à la fois sur Bouchain, Denain, Valenciennes (F) et Hainin (B).

La différence héraldique, très minime, ne réside que dans la forme des dentures de la croix ; à l'origine endenchée c.à.d. avec des dentures droites (telles celles d'une scie), elle laisse place progressivement à l'engrêlé aux dentures incurvées et au fond arrondi en grain d'orge, telles des épines, rappel aux participations de certains membres de cette Maison aux toutes premières croisades. Il sera toujours porté ensuite engrêlé du XIVe siècle à nos jours.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1990 mars 2014 Jean-Pierre Ramette    
Mars 2014 en cours
(au 4 avril 2014)
Jean-Luc Lambert[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 327 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
224 154 230 277 302 308 314 323 321
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
309 318 343 320 329 339 281 272 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
304 298 293 254 293 258 260 246 240
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
216 197 185 237 300 327 328 328 327
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Eth en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
3,2 
75 à 89 ans
5,8 
17,2 
60 à 74 ans
14,6 
27,4 
45 à 59 ans
22,2 
22,9 
30 à 44 ans
24,0 
14,0 
15 à 29 ans
9,9 
15,3 
0 à 14 ans
23,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Denis, XIIIe et XVIIIe siècle, avec anciennes dalles funéraires
  • La mairie (1922)
  • La chapelle Notre-Dame-des-Enfants de 1715 et la chapelle Saint-Hubert
  • Le château
  • Ouvrage d'Eth, un ouvrage fortifié de la ligne Maginot, qui a été sous le feu du 22 au 26 mai 1940.
  • Le monument aux morts, érigé en 1920 et restauré en 2008.
  • Le cimetière communal d'Eth héberge neuf tombes de la Commonwealth War Graves Commission, de soldats morts le 4 ou le 8 novembre 1914, au début de la guerre de 1914-1918.

Titanobel[modifier | modifier le code]

Titanobel, entreprise d'explosifs à usage industriel, possède un site à Eth. Le projet d'extension du site Eth de Titanobel, classé Seveso, dans un bunker de l'ouvrage d'Eth a suscité depuis 2008 l'inquiétude des habitants. En juillet 2011, Titanobel a, provisoirement au moins, retiré sa demande d'extension du dépôt[6]. Titanobel a dans un deuxième temps cessé son activité à Eth.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « À Eth, Jean-Luc Lambert succède à Jean-Pierre Ramette », L'Observateur de l'Avesnois, no 19461,‎ 4 avril 2014, p. 30 (ISSN 0183-8415)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. « Évolution et structure de la population à Eth en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  5. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  6. La voix du Nord du 16 juillet 2011