Gommegnies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gommegnies
Gommegnies, la mairie
Gommegnies, la mairie
Blason de Gommegnies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Quesnoy-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Jean-Yves Fierain
2014-2020
Code postal 59144
Code commune 59265
Démographie
Gentilé Gommegnons
Population
municipale
2 279 hab. (2011)
Densité 144 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 16′ 17″ N 3° 42′ 30″ E / 50.2713888889, 3.70833333333 ()50° 16′ 17″ Nord 3° 42′ 30″ Est / 50.2713888889, 3.70833333333 ()  
Altitude Min. 100 m – Max. 152 m
Superficie 15,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Gommegnies

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Gommegnies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gommegnies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gommegnies

Gommegnies est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gommegnies est situé entre Le Quesnoy et Bavay, à 15 km de Valenciennes et 20 de Maubeuge, administrativement en Avesnois et historiquement dans le Hainaut.

Le village s'étend le long de l'ancienne voie romaine conduisant de Bavay à Vermand.

Il est arrosé par l'Aunelle, affluent de l'Escaut, qui prend sa source dans la forêt au lieu-dit « La fontaine Pierrette ». L'Aunelle est grossie par le ruisseau des Bultaux et l'Herpion, ruisseau des près Massin et du ruisseau de Carnoy.

Placé à la lisière de la forêt de Mormal, le village de Gommegnies-Carnoy compte 2265 habitants en 2010.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gommegnies
Preux-au-Sart Amfroipret
Frasnoy Gommegnies
Villereau Locquignol

Histoire[modifier | modifier le code]

La devise de Gommegnies, normalement lisible le blason original de la commune (de gueule (rouge), ornée d'une licorne d'argent assise regardant à dextre)[1] est : "Taire ou Bien Dire".

Jadis[Quand ?], le village produisait des sabots.

À la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918), après avoir été occupée par les troupes allemandes, Gommegnies est libérée les 4 et 5 novembre 1918 par les troupes alliées néo-zélandaises et anglaises.

Gommegnies-Carnoy qui était depuis le 30 décembre 1992, le chef-lieu de la Communauté de communes des Vallées de l'Aunelle et de la Rhônelle(C.C.V.A.R.), fit ensuite partie de la Communauté de Communes du Quercitain (C.C.Q.) dont le chef-lieu est Le Quesnoy, à la suite de la fusion de la CCVAR et de la CCPQ le 1er septembre 2006. Depuis le , la commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Mormal.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Gommegnies (Nord) actuel.svg

Les armes de Gommegnies se blasonnent ainsi :

  • De gueules à une licorne assise d'argent.

L'armorial "Leuridan" lui prète un De gueules à la fasce d’or, accompagnée en chef d’une divise vivrée du même. (image de droite), que le site de la mairie fait figurer, mais en souligant que c'est la licorne qui a été le choix de la commune.

blason

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Michel Copros    
4 avril 2014[2] en cours
(au 11 avril 2014)
Jean-Yves Fierain    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 279 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 000 2 563 2 589 2 604 2 950 2 960 2 980 3 048 3 093
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 167 3 308 3 486 3 456 3 487 3 517 3 514 3 510 3 517
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 374 3 266 3 164 2 679 2 531 2 426 2 247 2 043 2 015
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 022 1 929 1 878 1 780 2 004 2 002 2 176 2 222 2 279
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Gommegnies en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,1 
4,6 
75 à 89 ans
9,3 
10,2 
60 à 74 ans
13,3 
22,1 
45 à 59 ans
20,4 
24,5 
30 à 44 ans
23,3 
16,5 
15 à 29 ans
12,8 
21,9 
0 à 14 ans
20,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Le bourg de ce village comprend plusieurs commerces de proximité. La commune comprend 38 km de rues macadamisées, mais celles-ci sont entrecoupées de petits sentiers appelés "caches" par les gommegnons (venant du mot châsses) qui, autrefois, permettaient aux villageois de s'y cacher pour fuir l'ennemi en cas de conflit, ensuite empruntés par les chasseurs. De nos jours, ils servent de raccourcis et de lieux de promenades.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre Dame de l'Assomption à Gommegnies (XVIe siècle) et l'église St.Joseph à Carnoy.
  • Nombreux chapelles et oratoires, dont la Chapelle Notre-Dame-des-Affligés de 1756, et trois calvaires, dont le Calvaire du Chêne des loups[7] .
  • La forêt de Mormal.

Evénements[modifier | modifier le code]

La foire de la Licorne rassemble chaque année le 1er dimanche de juin, environ 600 à 700 commerçants et brocanteurs. Cette manifestation est l'occasion offerte aux spécialistes et éleveurs venus de la France entière de participer au concours de race bovine bleue du Nord.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1])
  2. « Jean-Yves Fierain élu maire à l’unanimité », L'Observateur de l'Avesnois, no 19462,‎ 11 avril 2014, p. 35 (ISSN 0183-8415)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Gommegnies en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  7. http://derniame.karine.pagesperso-orange.fr/gommegnies/calvaire%20du%20chene%20des%20loups.htm