Avesnelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avesnelles
La mairie
La mairie
Blason de Avesnelles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Avesnes-sur-Helpe-Sud
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de l’Avesnois
Maire
Mandat
Sébastien Baroche[1]
2014-2020
Code postal 59440
Code commune 59035
Démographie
Gentilé Avesnellois, Avesnelloises
Population
municipale
2 486 hab. (2011)
Densité 196 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 06″ N 3° 56′ 38″ E / 50.1183333333, 3.9438888888950° 07′ 06″ Nord 3° 56′ 38″ Est / 50.1183333333, 3.94388888889  
Altitude Min. 146 m – Max. 207 m
Superficie 12,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Avesnelles

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Avesnelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avesnelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avesnelles

Avesnelles est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Avesnelles se situe dans le sud est du Département du Nord (Hainaut) en plein cœur du Parc Naturel Régional de l'Avesnois. L'Avesnois est connu pour son bocage et son relief un peu vallonné dans sa partie sud-est (début des contreforts des Ardennes), dite « petite Suisse du Nord ».

Avesnelles fait partie administrativement de l'Avesnois, géologiquement des Ardennes, historiquement du Hainaut et paysagèrement[Quoi ?] de la Thiérache. La commune est bordée par les communes d'Avesnes-sur-Helpe, Étrœungt, Flaumont-Waudrechies, Haut-Lieu et Sémeries.

La commune se trouve à 100 km de Lille (Préfecture du Nord), Bruxelles (Belgique) ou Reims (Marne), à 45 km de Valenciennes, Mons (B) ou Charleroi (B), à 15 km de Fourmies et juste à côté d'Avesnes-sur-Helpe (Sous-Préfecture). La Belgique se trouve à 15 km et le département de l'Aisne à 11 km.

Communes limitrophes d’Avesnelles
Avesnes-sur-Helpe Bas-Lieu Flaumont-Waudrechies
Haut-lieu Avesnelles Sémeries
Etroeungt

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Avesnelles est placé sur la route nationale 2 (RN2) reliant Paris à Bruxelles. Elle est également desservie par les TER Nord-Pas-de-Calais en gare d'Avesnelles.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Noms anciens (cf "Bulletin de la commission historique du département du Nord - tome IX - 1866) : Avesnelle, 1151, cart de l'abb. de Liessies. — Avenelles, 1186, J. de Guise, XII, 339. — Avenelles, 1200, charte de Gauthier d'Avesnes. — Advesnelloe, 1263, cart. de l'abb. de Liessies. — Advesnielle, 1273, cart. des Guillemin de Walincourt. — Advesnielles, 1349, pouillé du diocèse de Cambrai. — Avenielles, 1484, manusc. de J. de Guise, Valenciennes. — Avenele, 1639, scel échevinal. — Avenelles-St-Denis, 1643, acte féodal de la pairie d'Avesnes. — Avenelles. — Avesnelles, documents divers.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 855 : avec le traité de Prüm qui partage la Francie médiane entre les trois fils de Lothaire I, le Hainaut est rattaché à la Lotharingie dont hérite Lothaire II.
  • À partir de 1800 (cf Base Mérimée - Min. de la Culture) :
  • Carrière : une carrière, implantée près de la ferme de la Goutelette, a été abandonnée avant 1789 en raison de l'eau qui venait la remplir. Les statistiques du préfet Dieudonné publiées en 1810 mentionnent encore une carrière de pierre de taille en activité.
  • Textile : l'industrie textile s'implante dès 1838 à Avesnelles à la suite d'une autorisation préfectorale permettant de nouvelles installations pour le peignage et le filage des laines : la filature Tordeux-Flament (1 080 broches) est construite au quartier du Taille-Pieds. En 1874 trois filatures (fondées en 1853 et 1871 pour les plus récentes) sont présentes et perdureront jusqu'en 1918, date à laquelle ces unités sont intégrées dans la Société des Filatures de la région de Fourmies qui regroupe 25 usines, soit 350 000 broches. Ce développement industriel concourt à l'augmentation de la population d'Avesnelles et à la construction de nouveaux "équipements" sous le Second Empire et la Troisième République.
  • En 1873, plus de la moitié des habitants, soit 867 personnes, vit du travail industriel. L'apogée de la commune se situe en 1890. Lors du prolongement de la ligne de chemin de fer Lille-Valenciennes, jusqu'à Aulnoye et Anor, la ville fait valoir son développement pour obtenir une halte favorable. Remplaçant les grands propriétaires terriens, les nouveaux industriels accèdent aux fonctions municipales dès le début du Second Empire. Après la Première Guerre mondiale, la population ouvrière se reconvertit en grande partie dans l'industrie métallurgique du bassin de la Sambre.

À partir de 1900 :

  • 1907 : le 28 octobre 1907 est mise en service la ligne de chemin de fer Avesnes-sur-Helpe - Solesmes via Landrecies (47 km). La ligne comporte une station dans la Commune. Un service régulier des voyageurs est assuré. En août 1914, le trafic voyageur est interrompu. En 1916, pendant l'occupation allemande, les rails sont démontés. La ligne de chemin de fer est dans l'impossibilité de fonctionner. Aujourd'hui encore, on trouve une trace historique de la ligne de chemin de fer de par le nom attribué à la "rue de l'ancienne gare".
  • 1914-1918 (1ère guerre mondiale) : Après avoir envahi la Belgique, les Allemands entrent en France. Les Français cèdent devant leur poussée. Le 25 août 1914, les soldats français battent en retraite. Les Allemands suivent. Avesnelles sera occupée jusqu'à quelques jours avant l'armistice (11 novembre 1918).
  • 1925 : Avesnelles a été lié à la production du Maroilles pendant longtemps. En 1925, Paul Fauquet reprend l'entreprise Chameroy et Leroy. Deux sites existaient. L'un à Dompierre-sur-Helpe où le Maroilles était fabriqué, l'autre à Avesnelles (Route d'Etroeungt) où il était affiné. Le Maroilles Fauquet était né. En 1989, les Fromagers de Thiérache rachètent la société Fauquet et transfèrent, en 1991, la production à Le Nouvion-en-Thiérache (Aisne) dans une usine appartenant aujourd'hui au groupe Bongrain.
  • 1940-1944 (Seconde Guerre mondiale) : venue de Belgique, la 7e Panzerdivision, commandée par le Général Erwin Rommel, arrive dans l'Avesnois le 16 mai 1940 en passant par Clairfayts. Elle continue sa progression très rapidement en empruntant la route qui mène de Solre Le Château aux « 3 pavés » (intersection RN2/D962), puis poursuit en passant à Avesnes-sur-Helpe (en empruntant l'avenue du Pont Rouge) et continue vers Landrecies. Avesnelles sera ensuite occupée par les Allemands et libérée le 2 septembre 1944 (comme Avesnes-sur-Helpe et Fourmies) par des troupes américaines.
Avesnelles, salle des fêtes et bibliothèque
  • 1994 : Ouverture du Collège Renaud-Barrault

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1949 1989 Marcel Hardy    
1989 1995 Pierre Cornée    
1995 mars 2008 Jean-Pierre Leclercq UDF  
mars 2008 mars 2014[1] Jean-Claude Breucq DVD retraité de l’enseignement supérieur
mars 2014[1], [2] en cours
(au 8 août 2014)
Sébastien Baroche   Fonctionnaire

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 486 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
401 356 469 635 671 756 904 986 1 024
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 171 1 333 1 536 1 596 1 894 2 149 2 494 2 354 2 485
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 497 2 518 2 532 2 370 2 554 2 636 2 665 2 341 2 468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 564 2 849 3 112 3 031 2 639 2 572 2 565 2 555 2 505
2011 - - - - - - - -
2 486 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


À partir des années 1830, moment où l'industrie textile pourvoyeuse de nombreux emplois se développe sur Avesnelles, la population de la commune va augmenter considérablement. À partir des années 1830, le village va gagner 1000 habitants en 40 ans et, à nouveau 1000 habitants sur les 90 années suivantes. À partir des années 1970, le nombre d'habitants baisse en concomitance avec la déclin de l'activité textile.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Avesnelles en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,0 
5,4 
75 à 89 ans
9,8 
15,5 
60 à 74 ans
16,9 
22,4 
45 à 59 ans
20,8 
20,1 
30 à 44 ans
18,8 
17,9 
15 à 29 ans
15,9 
18,5 
0 à 14 ans
16,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage [6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 


Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Avesnelles fait partie de l'académie de Lille.

  • Collège Renaud Barrault[7].

Le collège Renaud Barrault a été créé en 1994 à [Avesnelles] suite au transfert de la section du collège présente auparavant au sein du Lycée Jessé de Forest à [Avesnes-sur-Helpe].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Tir à L'arc (La compagnie des archers d'Avesnelles fondée il y a 40 ans par Francis Baroche, personnalité du village)
  • Football Avesnelles
  • École de Danse « Rythme et Révérence » à Avesnelles

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Église présente au centre village. Avesnelles fait partie de la Paroisse Bon Pasteur (Diocèse de Cambrai).

Économie[modifier | modifier le code]

  • Commerces : de par la position géographique d'Avesnelles contiguë à Avesnes-sur-Helpe, en matière de commerce, plusieurs grandes enseignes nationales (notamment des supermarchés, ...) sont présentes sur son territoire.
  • Services : une partie des actifs travaillent dans les services publics et activités « tertiaires » présents sur Avesnes-sur-Helpe. Des professions indépendantes sont également implantées.
  • Agriculture : Avesnelles est à la fois une commune urbaine et rurale. Plusieurs exploitations agricoles sont présentes et spécialisées principalement dans la production laitière et l'élevage bovin.
  • Industrie :
    • Filature de l'Avesnois : les filatures étaient très nombreuses dans le Sud Avesnois jusque les années 1970. À Avesnelles, au cœur du village, 42 rue Léo Lagrange, il reste une usine textile spécialisée dans les fibres techniques. Dénommée "Filature de l'Avesnois", l'usine faisait partie autrefois de la Société des Filés de la Région de Fourmies (SFRF). En 1994, elle a été rachetée par Rhovyl, société fondée en 1948 par Rhône-Poulenc, basée à Tronville-en Barrois (Meuse). En 2005, 58 salariés étaient encore présents ; 35 en 2009. La Filature de l'Avesnois fournit du fil pour la bonneterie, la couture et l'ameublement.
    • Eise Chapel : créée en 1990, l'entreprise Chapel fabrique des vérins (2 millions de 1990 à 2008), une pièce mécanique et hydraulique que l'on retrouve dans le machinisme agricole et industriel dès lors qu'il s'agit de lever des charges. Le siège du Groupe CHAPEL est basé à Grenoble. Le site d'Avesnelles comporte 38 salariés (en 2008) qui travaillent en 3-8. L'entreprise est installée sur une petite zone industrielle, à l'est de l'agglomération.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis
  • Place du village avec kiosque à musique et mémorial Léo-Lagrange
  • Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, en pierre bleue du pays
  • UTPAS - Conseil Général du Nord

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léo Lagrange. Une stèle est érigée Place Marcel-Hardy en sa mémoire.
  • Francis Baroche (1946-2009). Artiste peintre. Fondateur et président de la compagnie des archers d'Avesnelles pendant 40 ans. La salle éponyme a été inaugurée en présence de son fils Sébastien Baroche[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Avesnelles

Les armes d'Avesnelles se blasonnent ainsi : Écartelé : aux 1 et 4, d’argent à trois fasces de gueule (qui est Croÿ) ; aux 2 et 3, contre-écartelé : aux a et d, d’azur à trois fleurs de lis d’or (qui est France) ; aux b et c, de gueules (qui est d’Albret) ; sur le tout du contre-écartelé, d’hermine (qui est Bretagne) ; et sur le tout de l’écartelé, de gueules à trois roses d’or (qui est Arenberg).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Michaux, Histoire d'Avesnelles, village du Hainaut, Éditions du Hainaut,‎ 1983, 78 p.
    Prix La Renaissance Française

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Sébastien Baroche, le tombeur du maire d’Avesnelles, est né en Inde », La Voix du Nord,‎ 25 mars 2014 (lire en ligne).
  2. Elodie Noireaux, « Polémique : le club dénonce, le maire répond : Depuis des semaines, les bruits courent autour de la J. S. A. Le président S. Seguin a annoncé sa démission suite à ses désaccords avec la municipalité », L'Observateur de l'Avesnois, no 19479,‎ 8 août 2014, p. 5.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. « Evolution et structure de la population à Avesnelles en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  7. Collège Renaud Barrault
  8. « La salle du Cardé a été baptisée « salle Francis-Baroche » », La Voix du Nord,‎ 2009 (consulté le 30 juillet 2013)