Villers-Pol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villers.
Villers-Pol
La mairie de Villers-Pol
La mairie de Villers-Pol
Blason de Villers-Pol
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Quesnoy-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Jean-Marie Simon
2014-2020
Code postal 59530
Code commune 59626
Démographie
Population
municipale
1 237 hab. (2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 08″ N 3° 37′ 01″ E / 50.2855555556, 3.61694444444 ()50° 17′ 08″ Nord 3° 37′ 01″ Est / 50.2855555556, 3.61694444444 ()  
Altitude Min. 62 m – Max. 124 m
Superficie 12,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Villers-Pol

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Villers-Pol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-Pol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-Pol
Liens
Site web http://www.villers-pol.fr

Villers-Pol est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villers-Pol se situe sur une des sept anciennes voies romaines autour de Bavay à 5 km au nord du Quesnoy. La commune est traversée par la Rhonelle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villers-Pol
Préseau Curgies Jenlain
Maresches

Sepmeries

Villers-Pol Frasnoy
Ruesnes Le Quesnoy Orsinval

Histoire[modifier | modifier le code]

De traces d'habitations romaines ont été trouvées à Villers-Pol. Un texte de 885 mentionne Villare, quae est sita in pago hagnoense (Villare dans le pays d'Hainaut) Il fallait bien specifier, avec tant de villages nommé Villers. Le clergé utilisait (1142) le latin Villare episcopi [1]. Il n'en était pas pareil pour le peuple: Vulgo dictus Villare Polii, Gallicè Villers Pol (Appelé par le peuple Villare Polii, en français Villers Pol)[2]

Le seigneur de Villare episcopi était donc un évêque: c'était celui de Cambrai, qui possédait dès 885 la terre et la cure. Dans la période féodale l'évêque offre des parties de la terre en don, il les reprend, mais toujours les liens de dépendance envers l'évêché de Cambrai restent enracinés.

Toujours au Moyen Âge, sous les ducs de Bourgogne comtes palatins de Hainaut, le bourg est signalé dans les actes des échevins, Villers Monseigneur Polle. Des notables de Valenciennes et de Le Quesnoy possédaient également des bois (futaies), prés, terres ahanables (labourables), et courtils sur l’entité. En effet, dans les archives du Chapitre métropolitain de Cambrai[3], des parchemins mentionnent entre les années 1451 et 1457, les héritages que ces familles possédaient sur Villers-Pol et, dont certaines firent des donations partielles à l’évêché : telles, Marguerite des Ghaukiers veuve de Jehan de Mons, châtelain, gouverneur du Quesnoy et, Marguerite de Maroilles veuve de Jehan de Surie (ou, de Sury(e)), échevin de Le Quesnoy, qui détenaient ensemble des prés au lieu-dit « au chemin Tommesiau », attenant aux terres de la Maison (cense) de le Follie, aux terres de la cense du Linsoit et aux terres de l’abbaye d’Orsinval [4]; héritages de bois (futaies), au lieu-dit « au chemin de le Haie » détenus par les hoirs Jacquemart de Bohaing et de Piérart de Ruesnes ; les terres de Hauwain de Kievraing (ou, Hauwiel de Quiévrain, chevalier) et de Jacquemart dou Melz (ou, du Melz), près de « l’arbre de la Croisette » ; les terres de Jehan d’Oisy, de Jehan de Segry, et de Martin de Frasnes, attenant au lieu-dit « aux buissons à Welt », etc.. Ces parchemins, riches d’enseignement pour la connaissance des anciens lieux-dits de la commune, nous relatent aussi les mouvances de fiefs et les passations d’héritages familiaux, dont une partie, comme signalé plus haut, tombait dans l’escarcelle de l’évêché. La paroisse de Villers-Pol, qui comprenait aussi Orsinval, dépendait du décanat de Valenciennes, et cela du XIIe siècle jusqu'à la Révolution.

En 1790 une incendie détruit les archives et ravage l'église ainsi qu'une trentaine de maisons.

Villers-Pol, occupé pendant la guerre 1914-1918 presque jusqu'à la fin de la guerre, voit couler beaucoup de sang pour sa libération, début novembre 1918.

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes de Villers-Pol

Les armes de Villers-Pol se blasonnent ainsi : D’argent à la bande de sable chargée de trois fleurs de lis d’or.[5]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1944 Jules Carlier-Caffieri Rad. ind. Député,
Conseiller général du Canton du Quesnoy-Ouest
         
Mars 1977[6] janvier 2013 René Locoche Apparenté UDF Conseiller général du Canton du Quesnoy-Ouest
Démissionnaire[7]
Juin 2013 mars 2014 Jean-François Chabot[6], [7]   Enseignant retraité
Mars 2014 en cours
(au 4 avril 2014)
Jean-Marie Simon[8]   Éducateur retraité
Les données manquantes sont à compléter.
L'école

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 237 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
954 1 041 1 144 1 286 1 421 1 484 1 507 1 573 1 485
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 449 1 458 1 491 1 441 1 400 1 413 1 398 1 398 1 435
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 423 1 407 1 455 1 343 1 371 1 247 1 261 1 203 1 197
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 137 1 098 1 036 1 214 1 256 1 254 1 248 1 247 1 237
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Villers-Pol en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,8 
5,4 
75 à 89 ans
8,3 
13,4 
60 à 74 ans
14,0 
25,2 
45 à 59 ans
23,6 
21,9 
30 à 44 ans
20,6 
14,9 
15 à 29 ans
17,1 
19,1 
0 à 14 ans
15,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage [12].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de 1772, ravagée par un incendie en 1790, reconstruite.
  • Plusieurs chapelles, dont celle de Sainte-Geneviève datant de 1632, la plus ancienne du canton.
  • Calvaire de 1852 et 1909.
  • Monument de l'abbé Lehu, curé de Villers-Pol et Orsinval tué en septembre 1944.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Mériaux, Gallia irradiata: saints et sanctuaires dans le nord de la Gaule du haut Moyen âge, 2006, pg 337
  2. Baldericus Noviomensis (évêque de Noyon et Tournai), environ 940, édition imprimé par Georgius Colvenerius, 1651: Chronicon Cameracense et Atrebatense, sive historia utriusque ecclesiae, III
  3. A.D.N. à Lille, Archives du Chapitre métropolitain de Cambrai. Donations et acquisitions à Villers-Pol (lez Le Quesnoy) entre les années 1451 et 1457, par l’évêché de Cambrai. Série « 4G133 », parchemins n°s 1994, 1995 (4 et 7 juin 1456), et 4726 (31 décembre 1453).
  4. Abbaye d’Orsinval : il s’agissait en réalité, du prieuré d’Orsinval près de la ville de Le Quesnoy, occupé par des moniales se rattachant à l’abbaye Notre-Dame d’Avesnes, de l’Ordre de Saint-Benoît. In « Nobiliaire universel de France ou recueil général de généalogies.. », vol 21, par Nicolas Viton de Saint-Allais, Chez l’auteur, Paris, 1843, p. 369.
  5. http://www.newgaso.fr/lecture_fiche_commune.php3?page=f59626
  6. a et b « Dans le Quercitain, le conseil municipal de Villers-Pol est assis entre deux chaises », Nord Éclair,‎ 4 février 2013 (lire en ligne)
  7. a et b Estelle Baillieux, « Villers-Pol: Jean-François Chabot ne s’est jamais «imaginé être maire» », La Voix du Nord, édition Maubeuge et ses environs,‎ 16 juin 2013 (lire en ligne)
  8. « Un nouveau maire qui veut déjà préparer sa relève », L'Observateur de l'Avesnois, no 19461,‎ 4 avril 2014, p. 28 (ISSN 0183-8415)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Villers-Pol en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  13. Villers-Pol sur www.inmemories.com