Jean-Victor Augagneur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Victor Augagneur
Jean-Victor Augagneur, député de Lyon (1914).
Jean-Victor Augagneur, député de Lyon (1914).
Fonctions
Parlementaire français
Député 1904-1905
puis (1910-1919)
puis (1928-1931)
1904 –
Gouvernement IIIe république
Groupe politique PRS (1910-1919)
GSR (1928-1931)
Biographie
Date de naissance 16 mai 1855
Lieu de naissance Lyon
Date de décès 23 avril 1931 (à 75 ans)
Lieu de décès Vésinet
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Parti républicain-socialiste
Diplômé de Université de Lyon
Profession Chirurgien, administrateur colonial
Résidence Lyon, Rhône

Jean-Victor Augagneur, dit Victor Augagneur, (né à Lyon le 16 mai 1855[1] et mort au Vésinet le 23 avril 1931) est un médecin et homme politique français. Docteur en médecine, il est professeur à la Faculté de médecine de Lyon. Originaire du Brionnais, il est fils de Pierre-François Augagneur, jardinier puis régisseur à Lyon, petit-fils d'un menuisier de Saint-Laurent-en-Brionnais et d'un jardinier garde-champêtre de Vauban, Victor Augagneur (son nom d'usage) n'est pas issu de la bourgeoisie lyonnaise contrairement à la biographie citée en référence. Il fait ses études au séminaire de Semur-en-Brionnais avant d'embrasser la carrière médicale.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1890, il entre au conseil municipal de Lyon, ville dont il devient maire en 1900, après avoir battu Antoine Gailleton, son mentor, républicain plus conservateur. Il pratique une politique populaire avec 3 priorités : hygiène, éducation, voirie.
Dès 1904, il est élu député de Lyon, membre du Parti républicain-socialiste.
De tempérament autoritaire, les satiristes du journal Guignol l’appelaient le roi Victor ou Victor Ier.
Ambitieux, réélu maire en 1904, il démissionna de son poste en 1905, préférant devenir gouverneur de Madagascar. Il introduisit alors un jeune radical-socialiste, modeste et prometteur : Édouard Herriot.
De 1905 à 1910, il est nommé gouverneur de Madagascar. À son retour, il siège à la Chambre en étant élu député du Rhône. Il est ensuite, du 27 juin 1911 au 14 janvier 1912, ministre des Travaux-publics et ministre des Postes-et-Télégraphes, dans le gouvernement Joseph Caillaux, puis, du 13 juin 1914 au 3 août 1914, ministre de l'Instruction publique et ministre des Beaux-Arts dans le gouvernement René Viviani (1), et enfin, du 3 août 1914 au 29 octobre 1915, ministre de la Marine dans les gouvernements René Viviani (1) et René Viviani (2). À l'Assemblée nationale en 1916, face aux partisans de la méthode forte (notamment Justin Godart) il prend position contre l'utilisation de la méthode dite du « torpillage ». Il décrit cette méthode comme inhumaine et ne prenant pas en compte la souffrance des poilus[2]. À l'Assemblée nationale également, il se montre un farouche opposant à l'attribution du droit de vote aux femmes en 1919, craignant, en radical laïc convaincu, après la saignée de la Grande guerre, leur nombre et leur conservatisme.

En 1919, il est nommé Gouverneur de l'Afrique équatoriale française.

De 1928 à 1931, il est de nouveau élu député de Lyon.

Écrits[modifier | modifier le code]

Outre ses articles scientifiques, Victor Augagneur est l'auteur d'un essai, Erreurs et brutalités coloniales, paru en 1927, aux éditions Montaigne, Paris[3].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le quai Victor-Augagneur, appelé ainsi à Lyon depuis 1932. Un lycée est nommé en son honneur à Pointe Noire en République du Congo.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives municipales numérisées de l'état civil de Lyon, acte de naissance no 1/1855/500 (consulté le 20 janvier 2013)
  2. Jean-Yves Le Naour, Les soldats de la honte, Éditions Perrin, 2011, page 200. Extrait du Journal Officiel (JO) séance du 20 octobre 1916, p. 3089
  3. Ce texte a fait l'objet d'une réédition critique en 2010 aux éditions Les Nuits rouges, Paris, 254 p. (ISBN 978-2-913112-41-4). .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • « Victor Augagneur » (notice bio-bibliographique de Catherine Pellissier dans Jean-Marie Mayeur et Xavier de Montclos (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, volume 6, Éditions Beauchesne, 1994, p. 29-30 (ISBN 9782701013053))
  • http://www.galichon.com/genealogie/perso/augagneur/ (consulté le 23 mars 2011)
  • Béghain P., Benoît B., Corneloup G., Thévenon B., 2009, Dictionnaire historique de Lyon, Ed. Stéphane Bachès, Lyon.
  • Valode P., Guyot F., 7 maires de Lyon depuis 1900, histoire et anecdotes, Ed. Lyonnaises d'Art et d'Histoire, Lyon.