Maurice Couyba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles-Maurice Couyba
Image illustrative de l'article Maurice Couyba
Fonctions
Parlementaire français
Député 1897-1907
Sénateur 1907-1920
Gouvernement IIIe république
Groupe politique RRRS (1897-1907
GD (1907-1910
Biographie
Date de naissance 1er janvier 1866
Date de décès 18 novembre 1931
Résidence Haute-Saône

Charles-Maurice Couyba, né le 1er janvier 1866 à Dampierre-sur-Salon (Haute-Saône) et mort le 18 novembre 1931 à Paris, est un homme politique français. Sous le pseudonyme de Maurice Boukay, il fut également poète et chansonnier.

Mandats politiques[modifier | modifier le code]

  • Député de la Haute-Saône de 1897 à 1907
  • Sénateur de la Haute-Saône de 1907 à 1920
  • Ministre du Commerce et de l'Industrie du 27 juin 1911 au 14 janvier 1912 dans le gouvernement Joseph Caillaux
  • Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale du 13 juin au 26 août 1914 dans le gouvernement René Viviani (1)

Publications[modifier | modifier le code]

Les pieds devant, chanson écrite vers 1890
  • L'Escholier et l'Étudiant, saynète infernale, avec Gabriel Montoya, représentée à la fête de l'Association générale des étudiants de Lyon, Casino des arts, 23 mars 1890
  • Chansons d'amour, préface de Paul Verlaine, 1893
  • Nouvelles chansons : rêves, joies, regrets, préface de Sully Prudhomme, 1895 Texte en ligne
  • Édition sur Wikisource Chansons rouges, musique de Marcel Legay, illustrations de Steinlen, 1897
  • Classiques et modernes. La réforme de l'enseignement secondaire, 1901 Texte en ligne
  • L'Art et la démocratie : les écoles, les théâtres, les manufactures, les musées, les monuments, 1902 Texte en ligne
  • Les Beaux-Arts et la nation, 1908 Texte en ligne
  • La Chanson des mois pour la jeunesse, musique de Marcel Legay, 1913
  • Panurge, haulte farce musicale en 3 actes, d'après Rabelais, avec Georges Spitzmuller, musique de Jules Massenet, Paris, Théâtre lyrique municipal, avril 1913
  • Françoise, drame lyrique en 4 actes, avec Édouard Francklin, musique de Charles Pons, Lyon, Grand Théâtre, novembre 1913
  • Le Parlement français, 1914