Saint-René Taillandier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taillandier (homonymie).

Saint-René Taillandier

Description de cette image, également commentée ci-après

Saint-René Taillandier (1879)

Nom de naissance René Gaspard Ernest Taillandier
Naissance 16 décembre 1817
Paris, Drapeau de la France France
Décès 23 février 1879 (à 61 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture français
Distinctions académicien

René Gaspard Ernest Taillandier, dit Saint-René Taillandier[1] (16 décembre 1817 à Paris23 février 1879 à Paris), fils de René Taillandier, avoué près le Tribunal Civil de la Seine, et de Zélie née Lebeuf, est un historien, homme de lettres et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études supérieures à Heidelberg et devient professeur à Strasbourg, puis à Montpellier et à Paris, où il est titulaire de la chaire d'éloquence française de la Sorbonne en 1868. En janvier 1870, il est nommé secrétaire général du ministère de l'Instruction publique, puis ministre de l'Instruction publique par délégation à Bordeaux jusqu'en 1871. Devenu conseiller d’État, il est élu membre de l'Académie française en 1873.

Saint-René Taillandier est connu pour avoir été un observateur attentif de la scène littéraire, non seulement en France, mais aussi en Allemagne et en Europe centrale. Ses ouvrages d'histoire littéraire sont pour la plupart composés d'articles parus initialement dans la Revue des deux Mondes.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Pseudonyme créé à l’imitation de celui de Saint-Marc Girardin.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Béatrice, poème (1840)
  • Scot Érigène. Thèse pour le doctorat, présentée à la Faculté des lettres de Paris (1843)
  • Histoire de la jeune Allemagne. Études littéraires (1849)
  • Études sur la révolution en Allemagne (2 volumes, 1853)
  • Allemagne et Russie, études historiques et littéraires (1856)
  • Le Poète du Caucase, Michel Lermontoff (1856)
  • Histoire et philosophie religieuse. Études et fragments (1859)
  • Littérature étrangère. Écrivains et poètes modernes (1861)
  • La Comtesse d'Albany (1862)
  • Maurice de Saxe. Étude historique, d'après les documents des Archives de Dresde (1865)
  • Pierre Corneille, étude historique (2 volumes, 1865)
  • Tchèques et Magyars. Bohême et Hongrie. XVe siècle–XIXe siècle (1869)
  • Drames et romans de la vie littéraire. La comtesse d'Ahlefeldt, Henri et Charlotte Stieglitz, Henri de Kleist (1871)
  • La Serbie. Kara-George et Milosch (1872)
  • Le Général Philippe de Ségur, sa vie et son temps (1875)
  • Dix ans de l'histoire d'Allemagne. Origines du nouvel empire d'après la correspondance de Frédéric-Guillaume IV et du baron de Bunsen (1847–1857) (1875)
  • Les Renégats de 89. Souvenirs du cours d'éloquence française à la Sorbonne (1877)
  • Le Roi Léopold et la Reine Victoria. Récits d'histoire contemporaine (2 volumes, 1878)
  • Études littéraires. Un poète comique du temps de Molière (Boursault, sa vie et ses œuvres). La Renaissance de la poésie provençale (1881)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luc Fraisse, Les Fondements de l'histoire littéraire, de Saint-René Taillandier à Lanson, Genève-Paris, Champion, « Romantisme et modernités », 2002.

Liens externes[modifier | modifier le code]