Brionnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brionnais (homonymie).
Brionnais
Image illustrative de l'article Brionnais
Châteauneuf, village du Brionnais

Pays France
Ville(s) principale(s) Semur-en-Brionnais
Marcigny
Charlieu
La Clayette
Chauffailles
Superficie approximative 800 km2
Relief collines, de 250 à 800 m d'altitude
Production(s) élevage de bovins (charolais)
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Charolais
Mâconnais
Beaujolais
Roannais
Sologne bourbonnaise
Pays (div. territoriale) Pays Charolais Brionnais
Région(s) et espace(s) connexe(s) Charolais

Le Brionnais est une région naturelle française située au sud de la Bourgogne. Elle est réputée pour ses églises romanes, ses châteaux, sa gastronomie (région d'origine du bœuf charolais) et ses paysages verdoyants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Briant, au cœur du Brionnais

Le Brionnais est situé à l'extrémité sud-ouest[1] du département de Saône-et-Loire, dans la partie sud de la Bourgogne.
Bordé au nord par le Charolais, limité à l'ouest par la Loire et au sud par le Sornin, il s'appuie à l'est sur les Monts du Beaujolais. Le pays est encadré par les départements de l'Allier, de la Loire et du Rhône.

Les principaux centres de la région sont Marcigny, Semur-en-Brionnais, Chauffailles, La Clayette, Saint-Julien-de-Civry et Saint-Christophe-en-Brionnais, célèbre pour son marché hebdomadaire de bestiaux.

Le Brionnais est une région vallonnée, d'altitude comprise entre 240 m (au niveau de la Loire) et 550 m (au centre). À l'est, sur le prolongement des terrains granitiques du Massif Central, le relief est plus accidenté et les altitudes plus élevées : 736 m (Montagne de Dun), 712 m (col des Echarmeaux, communication avec la vallée de l'Azergues).

Avec son sous-sol varié (marnes, calcaires, granites), le Brionnais est une région bocagère essentiellement tournée vers l'élevage bovin de race charolaise, qui y aurait été créée (à Oyé).

  • Accès :

Située à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Lyon, la région est aisément accessible, par la Route Centre-Europe Atlantique au nord, ou par l'A72 et la N7 au sud.

La ligne de train Paray-le-Monial - Lyon dessert l'est du pays (gares de Paray, La Clayette et Chauffailles). La gare de Paray est également reliée à Clermont-Ferrand, Orléans et Tours via Moulins. Enfin, une navette SNCF relie Marcigny et Paray à la gare du Creusot TGV, permettant de relier Paris en respectivement 2h35 et 2h15.

L'aéroport de Saint-Yan est situé à Saint-Yan, à quelques kilomètres au sud de Paray-le-Monial.

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Charolaises

Le Brionnais est principalement une région agricole, tournée vers l'élevage bovin (race charolaise). Le marché aux bestiaux de Saint-Christophe-en-Brionnais (le mercredi matin pour le marché au cadran et l'après-midi pour le marché traditionnel) existe depuis plus de 500 ans. Depuis 2010, une appellation d'origine contrôlée concerne cette viande bovine[2].

Il y a également des chèvres dont le lait sert à la fabrication de fromage (le charolais).

L'exploitation forestière est plus développée à l'est du Brionnais.

Les autres activités sont l'élevage ovin, et l'horticulture (Marcigny).

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Le secteur secondaire est néanmoins bien représenté, avec des entreprises locales devenues internationales : poteries culinaires Emile Henry (Marcigny), grues Potain (Charlieu et La Clayette), forges de La Clayette, etc.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Le tourisme est à l'origine de nombreuses activités culturelles et de loisirs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Charolais et Brionnais : une histoire commune[modifier | modifier le code]

Carte de la Bourgogne vers 1830 extraite du tableau de la France en 86 départements.

Les « pagus » Charolais et Brionnais sont deux anciens bailliages créés sous le règne de Saint Louis. politiquement, ces deux pays ont suivi des voies très chaotiques. Le Charolais sera confisqué au roi Charles II d’Espagne en 1684, mais annexé à la couronne seulement en 1751. Le Brionnais relevait pour certaines paroisses du Parlement de Paris et du bailliage de Mâcon, et pour d’autres du Parlement de Dijon et du bailliage secondaire de Semur-en-Brionnais, relevant lui-même du bailliage principal d'Autun. Ces deux petits pays se sont néanmoins forgé une histoire commune où pays, paysans et paysages sont fortement liés.

Au moment de la Révolution, le bailliage de Semur et les paroisses mâconnaises du Brionnais ont intégré le district de Marcigny. Ce district à ensuite rejoint celui de Bourbon-Lancy et de Charolles pour former l'arrondissement de Charolles.

Le Brionnais est actuellement fédéré avec le Charolais et le Bourbonnais au sein du Pays Charolais Brionnais.

Les barons de Semur[modifier | modifier le code]

Restes du château des barons de Semur

Dès le début du haut Moyen Âge, et jusqu'au commencement du XIVe siècle, le Brionnais fut le siège d'une puissante baronnie, celle des barons de Semur.

Faute de documents, les origines de la famille de Semur sont obscures. Sans doute, séduit par le site, un seigneur de passage dans la région, Freelan de Chamill, fit-il construire un château féodal au sommet du promontoire de Semur, dominant et contrôlant ainsi la vallée de la Loire.

La baronnie se développa alors sous l'impulsion des seigneurs de Semur, dont certains connurent gloire et puissance, tel Dalmas Ier, dit le Grand (tué en 1148)[3].

L'un de ses fils, Hugues - le futur saint Hugues - (1024-1109), deviendra grand abbé de Cluny et jouera un rôle important dans toute la chrétienté.

Une fille de Dalmas, Hélie, épousa le duc de Bourgogne Robert Ier. Le fait même qu'une fille de la seigneurie de Semur ait été choisie pour femme par l'un des princes les plus puissants de France, et sans doute de la chrétienté, montre bien que la famille de Semur, au XIe siècle, était considérée.

Blason des barons de Semur-en-Brionnais
Bandé de gueules et d'argent

Pendant plusieurs siècles, la baronnie de Semur va connaître prospérité et sécurité. Cette puissance, le calme relatif de la province brionnaise, l'encouragement, la protection et l'aide apportés par la famille des barons, tout cela peut expliquer partiellement la mise en chantier, dès le XIe siècle, de plusieurs églises dans le Brionnais. Le premier couvent de femmes dépendant de Cluny fut également fondé à Marcigny. L'influence spirituelle d'Autun, centre religieux important du monde de la chrétienté, et de Cluny, qui connut un rayonnement sans précédent aux XIe siècle et XIIe siècle, essentiellement sous l'autorité de saint Hugues, grand abbé de Cluny, constitue également une explication.

Ajoutons enfin qu'il existait la possibilité de se procurer, sur place, les matériaux nécessaires à la construction des édifices. Des carrières, d'où était extraite la belle pierre jaune du Brionnais, sont encore visibles aujourd'hui.

Dictionnaire universel d'histoire et de géographie Bouillet Chassang[modifier | modifier le code]

Le Brionnais est un petit pays de l'ancienne Bourgogne, sur les confins du Bourbonnais, aujourd'hui dans l'arrondissement de Charolles, comprenait Semur-en-Brionnais, St-Christophe et St-Laurent en Brionnais.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises romanes :

Tympan de l'église d'Anzy-le-Duc
Basilique du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial
Église de Bois-Sainte-Marie
Château de Drée
Château de La Clayette
Tour du Moulin, Marcigny

Châteaux :

Autres lieux de culture :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Villages du Pays Charolais Brionnais - Saône-et-Loire, avec carte de la Saône-et-Loire indiquant les contours du pays du Charolais-Brionnais, du Maconais-Clunisois, de l'Autunois - Morvan et de la Bresse Bourguignone.
  2. INAO, « Décret n° 2010-1033 du 31 août 2010 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Bœuf de Charolles » », Site legifrance.gouv.fr,‎ 2010 (consulté le 23 février 2011)
  3. Dalmas Ier de Semur, mort en 1148, sur site Foundation for Mdedieval Genealogy

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]