Gilles de Robien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Robien
Gilles de Robien
Image illustrative de l'article Gilles de Robien
Fonctions
Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Président Jacques Chirac
Gouvernement Dominique de Villepin
Prédécesseur François Fillon
Successeur Xavier Darcos
Ministre de l'Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer
Portefeuille du Logement remplacé par celui de l'Aménagement du territoire le 31 mars 2004
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin I, II, III
Prédécesseur Jean-Claude Gayssot
(Équipement, Transports et Logement)
Jacques Brunhes
(Tourisme)
Successeur Dominique Perben
(Équipement, Transports, Tourisme et Mer)
Christian Estrosi
(Aménagement du territoire)
Jean-Louis Borloo
(Logement)
Maire d'Amiens
1989
Prédécesseur René Lamps
Successeur Brigitte Fouré
Prédécesseur Brigitte Fouré
Successeur Gilles Demailly
Député de la
deuxième circonscription de la Somme
19 juin
Député de la Somme
(scrutin proportionnel)
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Cocquerel (Somme)
Nationalité Française
Parti politique UDF
Conjoint Jeanne Hoarau de la Source
Profession Agent général d'assurance et agent de crédit
Religion Catholicisme

Gilles de Robien, né le à Cocquerel (Somme), est un homme politique français.

Il a été député de la Somme, de 1986 à 2002, maire d'Amiens, de 1989 à 2002, ministre de l'Équipement et des Transports dans les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin, de 2002 à 2005, ministre de l'Éducation nationale dans celui de Dominique de Villepin, de 2005 à 2007, puis à nouveau maire d'Amiens, de mars 2007 à mars 2008. Depuis 2007, il est ambassadeur « chargé de promouvoir la cohésion sociale » et délégué du Gouvernement français au conseil d'administration du Bureau international du Travail (BIT), qu'il préside du 15 juin 2012 au 21 juin 2013.

Origines et cursus[modifier | modifier le code]

Le vicomte[1],[Note 1] Gilles-Marie-Ghislain-Louis Gauteron de Robien[2] est le fils du vicomte Jean-Henri-Marie de Robien (1899-1954)[3], propriétaire cultivateur et industriel, et d'Éliane-Camille-Marie-Paule Le Mesre de Pas (1902-1989), le huitième de leurs dix enfants, le mari de Jeanne Hoarau de la Source depuis le 5 juillet 1965 et le père de quatre enfants (Laure, Hugues, Thibaut, Gaël)[4]. La famille de Robien est une famille bretonne[5], catholique pratiquante[6], appartenant à la noblesse de robe et à la descendance capétienne[7],[8],[1]. Ses armes se blasonnent d'azur à 10 billettes d'argent 4, 3, 2 et 1[9],[1] et sa devise est « sans vanité ni faiblesse »[5],[10] (Familles subsistantes de la noblesse française : Noblesse d'extraction chevaleresque - 1389 - Honneurs de la cour).

Il suit sa scolarité à l'école de la Providence d'Amiens puis au collège Saint-Jean-de-Béthune à Versailles et à l'école militaire de Sorèze (1958-1959)[11]. Il passe avec succès les épreuves du baccalauréat, option philosophie, au Lycée Hoche de Versailles[12], puis obtient une Capacité en droit, à Amiens[13], avant de commencer à l'Université Paris II une Licence en droit qu'il ne termine pas[14]. À partir de 1965, il exerce jusqu'au début de ses mandats politiques, la profession d'agent général d'assurance et d'agent de crédit, à Amiens.

Activités et mandats politiques[modifier | modifier le code]

Partisan de Valéry Giscard d'Estaing, Gilles de Robien devient président de la fédération départementale de la Somme du Parti républicain (PR), à partir de 1977. En 1978, il perd la première élection législative à laquelle il se présente, à Amiens, où il est ensuite élu conseiller municipal d'opposition, en 1983, à la tête d'une liste de l'Union pour la démocratie française.

Il est député de la Somme de 1986 à 1988 (Élections législatives de 1986 - Scrutin proportionnel plurinominal), puis de la 2e circonscription de la Somme, de 1988 à 2002 (Scrutin uninominal majoritaire à deux tours). À son entrée dans le gouvernement en mai 2002, il est remplacé par son suppléant, Olivier Jardé.

Il est élu maire d'Amiens à l'occasion des élections municipales de 1989[15],[16],[17] et succède à René Lamps, maire communiste de la ville depuis 1971. Il est réélu en 1995, puis en 2001[18],[19], et reçoit une Marianne d'Or en 1999[20], le titre de « Ville la plus sportive de France » étant décerné à Amiens la même année, par le journal L'Équipe[21].
À son entrée dans le gouvernement en mai 2002, il est remplacé par Brigitte Fouré, l'une de ses adjointes, dont il devient l'adjoint du 27 juin 2002 au 29 mars 2007, date à laquelle il est à nouveau maire (à l'issue d'une élection que la gauche amiénoise qualifie de « mascarade »[22]) pour le rester jusqu'au 21 mars 2008[23]. Il est président de la communauté d'agglomération Amiens Métropole de 1994 à 2008 (réélu en 1995 et 2001).

Le 21 février 2008, un mois avant qu'il ne perde sa mairie le 21 mars, le magazine Challenges attribue à Amiens la première place de son « Palmarès des villes les mieux gérées de France » et décerne à Gilles de Robien le titre de « Meilleur Maire »[20].

Secrétaire de l'Assemblée nationale de 1986 à 1988, puis vice-président de 1993 à 1998[24], il est l'auteur de la loi du 11 juin 1996 tendant à favoriser l'emploi par l'aménagement du temps de travail[25], première loi française dite « loi Robien » (deux autres suivront en 2003). En 1997, il crée une Association du 11 juin pour l'innovation sociale.

Il devient membre du bureau exécutif et du comité directeur du PR en 1990. Il siège parallèlement au conseil national et au bureau politique de l'UDF, à partir de 1991, et préside son groupe parlementaire de 215 députés à l'Assemblée nationale, de 1995 à 1997. Il est désigné en 1996 « Parlementaire de l'année »[26].

Il est élu conseiller régional de Picardie en 1992.

En 1993, il s'engage derrière la socialiste Martine Aubry lorsqu'elle lance sa Fondation Agir contre l'exclusion (FACE), qui vise à faciliter l'insertion par l'emploi[27].

En 1996, il soutient les étrangers en situation irrégulière qui occupent l'église Saint-Bernard, à Paris[2].

De 1998 à 2002, il est vice-président du Conseil national des villes et du développement social urbain[6],[28],[4] .

Le 25 avril 1998, il est agressé par le député communiste de la Somme, Maxime Gremetz, pendant l'inauguration d'une rocade d'autoroute à Amiens, en présence de Charles Baur, président de la région[29] (une condamnation du communiste à trois mois de prison avec sursis sera prononcée, puis augmentée en appel de 2 ans d'inéligibilité et confirmée en cassation, avant que le président Jacques Chirac ne le gracie finalement en 2002)[30],[31],[32].

Opposé à la ligne politique d'Alain Madelin, il quitte Démocratie libérale (organisation ayant succédé au Parti républicain) après la réintégration en son sein de Jacques Blanc, président de la région "Languedoc-Roussillon" élu en mars 1998 avec les voix du Front national (FN), allant jusqu'à déchirer sa carte d'adhérent en direct à la télévision[33],[34]. Il participe à la fondation du Pôle républicain indépendant et libéral (PRIL)[35],[36] puis, à partir du , devient membre du bureau politique et vice-président de la « nouvelle UDF », dirigée désormais par François Bayrou. Ce dernier le choisit pour être son directeur de campagne lors de l'élection présidentielle de 2002.

En novembre 1999, il se déclare favorable au droit de vote des étrangers lors des élections municipales[37].

Le 19 novembre 2001, il présente 25 propositions pour la sécurité de proximité, allant de l'instauration d'un commandement unique police-gendarmerie à l'aménagement de l'ordonnance de 1945 sur la délinquance des mineurs[6], et déclare devant l’Association des maires de France que « les élus doivent redevenir les vrais patrons de la sécurité de proximité »[38],[39],[40].

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Ministre de l'Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer[modifier | modifier le code]

De à , il est ministre de l'Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer dans les gouvernements Raffarin 1, 2 et 3, dont il est le seul membre issu de l'UDF à ne pas avoir rejoint la nouvelle Union pour un mouvement populaire (UMP).

En 2001, la construction d'un « troisième aéroport parisien » est envisagée — à environ 120 km au nord de la capitale, au centre du plateau du « Santerre » — près de Chaulnes, canton de l'Est du département où est déjà implantée la gare « Haute-Picardie » de la ligne TGV Paris → Lille / Bruxelles / Londres. Fortement contesté par les riverains et par Gilles de Robien[Note 2], ce projet est finalement abandonné en 2002, au profit d'un accroissement des capacités de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. Pour le journal Le Parisien, la présence du maire d'Amiens au ministère des Transports ne serait pas étrangère à cet abandon, du moins à la rapidité de la prise de décision[41].

Le site de Chaulnes avait déjà été étudié en 1992 pour y implanter la Gare de TGV Haute-Picardie, finalement construite à l'emplacement choisi initialement, sur un tracé de la LGV Nord décidé par François Mitterrand début 1986 et confirmé par Jacques Chirac fin 1986, favorisant Lille et son maire Pierre Mauroy[42],[43],[44] au détriment de la capitale picarde, malgré l'opposition des amiénois[45] et de leur maire[46]. Le 16 septembre 2004, Gilles de Robien annonce le lancement de l'étude d'un projet de TGV "Paris-Londres" par Amiens, avec un financement de l'État[47].

En 2003, il met en place les radars automatiques. Cinq années plus tard, la France totalise 2 200 morts de moins par an sur ses routes (soit 11 000 vies sauvées)[48].
Le 3 avril de la même année, une deuxième loi Robien est adoptée. Elle incite fiscalement les contribuables à investir dans l'immobilier locatif, pour favoriser la construction et lutter ainsi contre la pénurie de logements et la hausse des loyers.
Le 2 juillet, une troisième loi Robien est votée. Suite à plusieurs accidents mortels survenus depuis l'an 2000[49], dont un à Amiens en 2002[50] et un en 2004[51], elle impose dans son article 79 une mise aux normes de tous les ascenseurs collectifs[52]. Sept années plus tard, un rapport accuse les ascensoristes d'avoir profité de la situation[53].

En janvier 2004, une loi relative à la sécurité des piscines entre en application (loi promulguée le 3 janvier 2003)[54]. Gilles de Robien précise que son objectif est de réduire le nombre de noyades[55], dans les piscines privées (773 000 piscines familiales recensées en France en octobre 2001[56]), en particulier celles de jeunes enfants[57].

Suite à l'accident d'avion de Charm-El-Cheikh survenu le 3 janvier 2004, Gilles de Robien se prononce pour la création d'un « label qualité pour les compagnies aériennes vertueuses »[58], une « liste bleue » française qui sera le précurseur d'une « liste noire » européenne[59],[60].

À partir de février 2004, un groupe se faisant appeler « AZF » menace le réseau ferroviaire français[61]. Le plan Vigipirate passe au niveau rouge dans les gares[62], après les attentats du 11 mars 2004 visant des trains de la banlieue de Madrid[63]. Gilles de Robien signe le 22 septembre 2004, en tant que Ministre des Transports, un décret imposant l'étiquetage nominatif des bagages dans les trains[64].

En mars 2004, il est à la tête de l'union UMP-UDF à l'élection régionale de la Picardie, avec dans son équipe Élodie Gossuin-Lacherie, Miss France 2001. Sa liste est battue par celle du socialiste Claude Gewerc.

Le 28 octobre 2004, un accord « historique » sur « l'amélioration du dialogue social et la prévention des conflits à la SNCF » est signé entre la direction de la société nationale et sept syndicats sur neuf[65], dont la CGT, majoritaire chez les cheminots, à l'issue d'une longue négociation pilotée directement par Gilles de Robien durant deux années[66],[67].

Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[modifier | modifier le code]

De à , il est ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, dans le gouvernement de Dominique de Villepin[68].

Il est désigné en chef de la délégation française à la 33e session de la Conférence générale de l'UNESCO[69].

Le , il est suspendu de la vice-présidence de l'UDF et de ses responsabilités dans les instances exécutives, car ses fonctions ministérielles lui valent d'être critiqué au sein même de son parti. Seul centriste du gouvernement[70] , il est partagé entre sa fidélité à Jacques Chirac, qu'il connaît de longue date, et sa fidélité au parti qui est le sien depuis 30 ans[71]. Après avoir été proche de François Bayrou au point de diriger sa campagne présidentielle de 2002, il s'en éloigne à cause de l'attitude d'« électron libre » adoptée par le président de l'UDF. Malgré cette prise de distance, il annonce devant le Conseil national du mouvement, le , son soutien à la candidature de François Bayrou à l'Élection présidentielle française de 2007[72], puis se rallie finalement à Nicolas Sarkozy, le 1er avril 2007[73], après avoir fondé un cercle intitulé Société en Mouvement, pour regrouper ses partisans au sein de l'UDF.

À l'occasion des manifestations étudiantes de contre le Contrat première embauche (CPE), Gilles de Robien déclare dans la presse et au Sénat que le « blocage » d'une université par certains étudiants minoritaires n'est pas démocratique et peut être dangereux[74],[75].

Au début du mois de juin 2006, il représente la France au G8 de l'éducation, à Moscou[76].

Le 12 février 2007, il signe un décret allongeant de une à trois heures hebdomadaires le temps de travail de certains enseignants, sans contrepartie financière, et donnant la possibilité aux chefs d'établissement de les contraindre à enseigner deux matières (bivalence). Devant la forte opposition qui se manifeste, plusieurs candidats à l'élection présidentielle 2007, dont Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, annoncent au cours de leur campagne qu'ils abrogeront ce décret s'ils sont élus. Nicolas Sarkozy devenu Président de la République l'abroge effectivement le 11 juin 2007[77], ce que Gilles de Robien déplore encore quatre ans après[78].

Le 7 mars 2007, il annonce à la Sorbonne la création de l'agence CampusFrance[79], destinée à promouvoir l’enseignement supérieur français et l’accueil des étudiants étrangers dans les établissements d’enseignement supérieur en France[80].

En tant que ministre de l'Éducation nationale, Gilles de Robien a accordé une attention toute particulière aux enseignements fondamentaux, et plus particulièrement à l'apprentissage de la langue. Il a mis l'accent sur l'importance de la lecture et a souhaité un renforcement en même temps qu'une clarification de l'enseignement grammatical. Disant bénéficier du soutien d'un fort courant scientifique, il a dénoncé les méthodes globales d'apprentissage de la lecture[81], mené une « bataille du bon sens », promis de « stopper les chauffards de l'enseignement »[82] et œuvré pour la promotion de la méthode syllabique[83]. Certains scientifiques de l'éducation ne cautionnaient pas des positions[84] qui provoquèrent débats, contestations et controverses entre les « anti-pédagogistes »[85] et leurs adversaires[86],[87].

Parmi ses décisions, on note l'instauration[88] d'un socle commun des connaissances et des compétences fixant « tout ce qu’il est indispensable de maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire » (décret du 11 juillet 2006[89] ), la relance de l'éducation prioritaire (à propos de laquelle il s'oppose au ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy[90]) par la mise en place de 249 réseaux ambition Réussite[91],[92], après deux mois de concertation avec les syndicats d'enseignants et les associations de parents d'élèves[93], la revalorisation de l'apprentissage[94], le renforcement du calcul mental à l'école[95] et l'assouplissement de la carte géographique scolaire[96].

Son ministère a géré l'extension de la Base élèves 1er degré[97], contrôlée et validée par la CNIL[98].

Suite à la promulgation de la loi handicap du 11 février 2005, il présente le 31 août 2005 les mesures prises par le gouvernement pour la « scolarisation des enfants handicapés et leur parcours scolaire »[99].

En mai 2006, il a pris sept mesures en faveur des directeurs d'école[100], dans le cadre d'un protocole recueillant la signature d'un seul syndicat[101] et leur attribuant en particulier l'aide administrative d'un emploi vie scolaire et le doublement de leurs indemnités[102]. Le 15 février 2007, il a signé une convention avec la Fédération française des échecs pour mettre le jeu d'échecs au centre de l'éducation[103],[104].

Gilles de Robien pense avoir « contri­bué à des­si­ner le visage qu'aura le pays dans quelques années » et voit s'amorcer une « vraie petite révo­lu­tion tran­quille » dans le monde éduca­tif, grâce à ses nombreux chantiers[105],[106]. Le journal Le Monde estime qu'après deux ans aux commandes du ministère de l'éducation nationale, il « laisse des chantiers inachevés »[107].

Le 19 décembre 2006, il avait arrêté un « Cahier des charges de la formation des maîtres »[108], qui préconisait une formation des enseignants plus pratique et moins théorique qu'elle ne l'était dans les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM)[109] et qui avait reçu un avis favorable de la part du Haut Conseil de l'éducation (HCE), mais qui était rejeté par le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) et par le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESR)[110].

En janvier 2011, il déclare que la réforme de la for­ma­tion des ensei­gnants en cours « va exac­te­ment à l'encontre de ce qu'il faut faire » et avoue qu'« il ne [lui] déplairait pas de revenir »[78].

Violences à l'égard des professeurs et des élèves[modifier | modifier le code]

Alors qu'il est ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Gilles de Robien est confronté à deux affaires de violence envers des enseignants :

  • le , Karen Montet-Toutain, professeur d’arts plastiques au lycée public d'enseignement professionnel Louis-Blériot, à Étampes, est poignardée en classe par l'un de ses élèves. Gilles de Robien demande un rapport administratif à l'inspection générale[111]. Le professeur a déclaré au journal Le Figaro qu'elle avait averti sa hiérarchie des incidents qui se multipliaient avec l'élève et des menaces de mort dont elle aurait fait l'objet, et que ses dires n'avaient pas été suffisamment pris en considération par l'administration de l'Éducation nationale[112]. Sa hiérarchie dément avoir été alertée et n'avoir pas réagi[113] et le rapport demandé par Gilles de Robien sur cette affaire n'établit pas de faute caractérisée de la part de cette hiérarchie[114]. L'État sera néanmoins condamné à verser des dommages et intérêts à Karen Montet-Toutain[115]. À l'occasion de la rentrée scolaire 2006, Gilles de Robien se rend le 5 septembre au lycée Louis-Blériot d'Étampes et présente de nouvelles mesures prises pour lutter contre la violence en milieu scolaire[116], dont certaines suscitent la polémique et la contestation, en particulier celle qui prévoit une présence policière dans les établissements scolaires[117]. Le 7 novembre, il évoque à nouveau « Karen Montet-Toutain » dans le cadre d'un séminaire consacré à la prévention de la violence dans les établissements scolaires[118] ;
  • le 19 septembre 2006, Robert Redeker, professeur agrégé de philosophie, publie dans Le Figaro un article qui déclenche une polémique et des menaces de mort contre lui[119]. Alors que l'enseignant se plaint de ne pas être soutenu par son ministre, Gilles de Robien a contrario affirme sa solidarité à Redeker[120], le reçoit le 17 janvier 2007 et lui fait des propositions[121] ;
  • en janvier 2007, il salue la bravoure d'un professeur lyonnais, Magali Lavocat, qui a désarmé et mis en fuite un individu qui agressait l'un de ses élèves[122], et lui remet lui-même les insignes de Chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques[123].

Fonctions post-gouvernementales[modifier | modifier le code]

Les fonctions ministérielles de Gilles de Robien se terminent le . Le 16 mai, il annonce qu'il ne se présente pas aux élections législatives de la 2e circonscription de la Somme, selon lui « pour se consacrer cent pour cent » à Amiens et à la métropole amiénoise[124].

Déclarant se retirer de la vie politique locale le , au soir de sa défaite à l'élection municipale d'Amiens[125], il ne présente pas de candidat au poste de maire face au socialiste, ancien communiste, Gilles Demailly (professeur de chimie, directeur de l'IUFM de Picardie, de 1991 à 1996, président de l'Université de Picardie, de 2001 à 2006), ne participe pas aux votes le 21 mars, puis démissionne de son mandat de conseiller municipal[126]. En 2013, il s'implique cependant dans la préparation de la future élection municipale[127], puis revient début 2014 sur la scène politique amiénoise[128] et critique le choix fait par les candidats de la droite et du centre, de disjoindre la fonction de maire d'Amiens de celle de président de la Métropole amiénoise, choix qu'il qualifie d'« erreur historique »[129].

Il maintient son cercle de réflexion, Société en mouvement, désormais associé au Nouveau Centre et à l'UMP.

A partir du , il est délégué du Gouvernement français au conseil d'administration du Bureau International du Travail (BIT)[130],[131].

Le 5 octobre de la même année, il est nommé ambassadeur[132] « chargé de promouvoir la cohésion sociale »[133].

En juin 2010, il assure la présidence de la 99e Conférence Internationale du Travail[134],[135].

En avril 2011, Nicolas Sarkozy lui confie la mission de préparer la partie du sommet du G20 consacrée au social, sommet réuni à Cannes les 3 et 4 novembre et présidé par la France[136],[137], au nom de laquelle il défend le projet d’une extension de la protection sociale dans le monde[138].

Il est le candidat de la France[139] au poste de directeur général du Bureau International du Travail (BIT), dont l'élection a lieu le 28 mai 2012[140],[141],[26]. Le , il reçoit le soutien du nouveau président de la République, François Hollande[142]. Huit autres personnalités ont déposé leur candidature[143],[144] et c'est l'ancien syndicaliste britannique, Guy Ryder, qui remporte le duel franco-anglais annoncé par le quotidien économique La Tribune[145], par 30 voix contre 26, au sixième tour de scrutin[146].

Il préside le conseil d'administration[147] du Bureau international du Travail (BIT), du 15 juin 2012 au 21 juin 2013[148],[149].

Synthèse des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

- Françaises:

- Étrangères (dans l'ordre alphabétique des pays)[26] :

Publications[modifier | modifier le code]

  • Atout cœur : projet pour Amiens, Éditions républicaines "Rue de la liberté", 1988
    (avec la collaboration de Jean-Philippe Moinet et Jean-Louis Crimon)
  • Des idées plein la ville, préface de Madame Simone Veil, janvier 1993
  • Hors la loi, Plon, octobre 1997
  • Plaidoyer pour une droite plurielle (entretien avec Pierre-Luc Séguillon), Pré-aux-clercs, avril 1999
  • Jules Verne, le rêveur incompris, Michel Lafon, 2000, avec la collaboration d'Emmanuel Haymann (préface de Piero Gondolo della Riva)
  • Quel aménagement-réduction du temps de travail en France - Réponses européennes, Agora, janvier 2000
  • Alexis de Tocqueville, Flammarion, octobre 2000
  • Préface de École et Collège : Tout ce que nos enfants doivent savoir - Le socle commun des connaissances, 2006
  • Manifeste pour éviter la gueule de bois, Michel Lafon, février 2007

Représentations insolites[modifier | modifier le code]

De 1988 à 1990, le Beffroi de la ville d'Amiens a été restauré alors que le maire de la commune était René Lamps, de 1988 à 1989, puis Gilles de Robien, de 1989 à 1990. Comme au temps des cathédrales, un tailleur de pierre « facétieux » a profité de l'occasion pour sculpter aux arrêts de la moulure de l'archivolte de la porte du monument, les deux édiles qui l'un après l'autre ont régné sur la capitale picarde, pendant dix-huit années pour le premier et dix-neuf pour le second[151],[152].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En France, un titre de noblesse se transmet uniquement à l'aîné des garçons, les autres enfants n'ayant rien. C'est pour cela qu'il était d'usage de leur acheter des charges : l'un devenait évêque, l'autre général etc. S'il n'y a pas de fils, le titre échoit à l'héritier mâle le plus proche : au fils ainé du frère cadet par exemple ou, s'il n'en a pas, au frère suivant ou à l'oncle etc. En l'absence de tout héritier mâle en lignée masculine, le titre revenait au souverain, qui pouvait alors l'attribuer à une autre personne, noble ou pas. De nos jours, sans aucune légitimité, tous les enfants s'attribuent bien souvent le titre de leur père, alors que seul l'aîné - que l'on nomme « chef de nom et d'armes » - a vocation à porter le titre familial. Les cadets adoptent généralement le même titre (quand l'aîné est comte, vicomte ou baron) ou un titre inférieur (quand l'aîné est duc ou marquis), en intercalant leur prénom entre le titre et le nom de famille. Il s'agit là d'un titre dit « de courtoisie », dépourvu de reconnaissance officielle et réservé à un usage mondain. Ainsi le comte N... de X... porte un titre de courtoisie, alors que le comte de X... porte le titre régulier (cf. Les titres de noblesse et Titre de courtoisie).
  2. Selon certains médias (cf. par exemple un article de La Dépêche du midi du 6 mars 2003) et ouvrages (cf. par exemple Territoires en mouvement: le cas de la Picardie, de Frédéric Seitz, aux Éditions L'Harmattan, 2008 - 223 pages, pp. 97-103, également consultable en ligne sur books.google.fr, outre la destruction de surfaces agricoles particulièrement fertiles, ce projet aurait induit un trafic routier supplémentaire sur l'autoroute du Nord, déjà considérée comme l'une des plus fréquentées de France, ainsi que la nécessité probable de construire une autre voie ferrée à grande vitesse, parallèle à celle existant déjà. Également, les pistes à construire sur ou près de l'emplacement de nombreuses tombes de guerre, dont celles du Commonwealth bénéficiant d'une concession perpétuelle, auraient nécessité d'obtenir l'accord des états — Royaume Uni, Australie, Nouvelle-Zélande, Canada, … — qui avaient participé aux combats de la Première Guerre mondiale, notamment de la très meurtrière Bataille de la Somme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Maison de Robien - Armes du Vicomte »
  2. a et b « Gilles le Preux. Il soutient les sans-papiers parce qu'il n'appartient pas à la "droite constipée" », Libération, 26 août 1996.
  3. « Généalogie de Jean Henri Marie de ROBIEN », geneanet.com, consulté le 8 avril 2014.
  4. a et b « Biographie de Gilles de Robien », Les Echos, 2008.
  5. a et b « Robien francisation de Roc'h bihan », Pierre-Louis-Achille de Robien, par P. Huard et M. Wong
  6. a, b et c « Gilles de Robien », L'Express, 7 mai 2002.
  7. « Descendance Capétienne : fiche de Christophe de Robien à la date du 15-12-2011 »
  8. « Généalogie Dollo - de Plaintel - Gautron - de Robien »
  9. « Les 50 qui font bouger Amiens », L'Express, 18 avril 2002.
  10. « Le seigneur Roch-Bihan : blason et devise sur le château Saint-Antoine », Coeur de Provence, 7 avril 2006.
  11. « Gilles de Robien », sur roglo.eu (consulté le 9 mai 2011)
  12. « De la vieille école », Thomas Lebègue, Libération, 2 septembre 2005, p. 36.
  13. « Recensement des personnalités ayant obtenu une Capacité en droit », sur le Site du Certificat de Capacité en droit
  14. « Ministre de l'Equipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer : Gilles de Robien », L'Express.fr, 7 mai 2002.
  15. « Campagne Municipales 1989 / Amiens », Ina.fr, 19 février 1989.
  16. « Résultats Municipales 1989 / Amiens », Ina.fr, 19 mars 1989.
  17. « Réactions Municipales 1989 / Amiens », Ina.fr, 20 mars 1989.
  18. « Les bonnes connexions de Robien », L'Express, 6 mai 1999.
  19. « Résultats Municipales 2001 - Amiens », Ipsos
  20. a et b « Biographie de Gilles de Robien », Site de la Mission permanente de la France auprès de l'ONU à Genève
  21. « Palmarès de la Ville la plus sportive sur le site de L'Équipe »
  22. « Gilles de Robien et sa mascarade », Vidéo du Parti socialiste de la Picardie
  23. « Gilles de Robien va retrouver fin mars son fauteuil de maire d'Amiens », Maire info, 26 mars 2007.
  24. « Fiche de Gilles de Robien », Assemblée Nationale
  25. « Texte de la Loi n° 96-502 du 11 juin 1996 tendant à favoriser l'emploi par l'aménagement et la réduction conventionnels du temps de travail », Légifrance, consulté le 5 mars 2012.
  26. a, b, c et d « Candidature au poste de Directeur général du BIT : Curriculum vitæ », Site de l'OIT
  27. « Le maire d'Amiens présidera le groupe parlementaire de l'UDF », Libération, 31 mai 1995.
  28. « Le Conseil National des Villes », Site de Pierre Cardo
  29. « Bagarre Gremetz », Ina.fr
  30. « Maxime Gremetz voit sa condamnation confirmer », L'Humanité, 28 juin 2001.
  31. « Amiens : le match Robien-Gremetz », Le Point, 28 avril 2000.
  32. « Résultats des élections municipales de 2001 - Amiens », Ipsos
  33. « Gilles de Robien déchire sa carte », La Vie, 20 août 1998.
  34. « Un libéral- social franc-tireur : le maire d'Amiens », Libération, 15 août 1998.
  35. « Front anti-Jacques Blanc à Démocratie libérale », Libération, 18 août 1998.
  36. « José Rossi, président du groupe DL à l'assemblée revient sur la réintégration de Jacques Blanc », Libération, 19 août 1998.
  37. « Le vote des étrangers embrase l'UDF », Libération, 29 novembre 1999.
  38. « 25 propositions pour restaurer la confiance », Rapport de Gilles de Robien au congrès de l'Association des maires de France
  39. « Peurs sur les villes (2005) pages 21-45 : un maire patron de la sécurité locale : Gilles de Robien à Amiens, par Tanguy Le Goff », Centre de recherches sur l'action politique en Europe (CRAPE) CNRS : UMR6051 – Université de Rennes 1 – IEP) - Rennes
  40. « L’insécurité « saisie » par les maires. Un enjeu de politiques municipales, par Tanguy Le Goff », CAIN.info, Revue française de science-politique (3/2005 (Vol. 55), pages 415-444)
  41. « Avec Robien ministre, le 3ème aéroport s'envole », Le Parisien, 8 mai 2002.
  42. « Pierre Mauroy raconte l'arrivée du TGV à Lille : "Il a fallu écarter Amiens" », 20 minutes, 21 septembre 2006.
  43. « Pierre Mauroy à Jean-Pierre Pernaut : "Je m'en fous d'Amiens" », La Voix du Nord, 21 février 2009.
  44. « Tunnel sous la Manche - Tracé TGV Nord - Euralille »
  45. « Un train nommé désir », Sylvie Ducoing, Politix vol.2 1989 p. 58-62
  46. « Gilles de Robien : "En 1986 on a pris la décision de faire un TGV politique" », Ina.fr, 29 juillet 1993.
  47. « Robien annonce le lancement de l'étude d'un projet de TGV Paris-Londres par Amiens », AFP, 17 septembre 2004
  48. « En cinq ans, les radars ont prouvé leur efficacité », L'Express, 31 octobre 2008.
  49. « Les principaux accidents d'ascenseurs depuis 2000 », 20 minutes, 20 juin 2006.
  50. « Ascenseurs : l'accident de trop », La Dépêche, 17 juin 2002.
  51. « Mortel accident d'ascenseur : la colère », La Dépêche, 4 février 2004.
  52. « Loi Robien sur l’urbanisme et l’habitat - Article 79 »
  53. « Le rapport qui accuse les ascensoristes », Marianne, 17 mai 2010.
  54. « Les piscines priées de se barricader », Libération, 16 janvier 2004
  55. « Hausse des décès par noyade accidentelle durant l'été 2003 », Maire Info, 2 mars 2004.
  56. « La loi sur les piscines n'engagera pas la responsabilité des collectivités locales », Maire Info, 20 décembre 2002.
  57. « Sécurité des piscines privées »,Société de Contrôle et d'Ingénierie Immobilières
  58. « Un label qualité pour les compagnies aériennes vertueuses », Libération, 19 août 21004.
  59. « Label bleu : Afaq-Afnor définira les critères d'attribution »,TourMag, 24 mai 2005.
  60. « Liste des compagnies aériennes qui font l’objet d’une interdiction d’exploitation dans l’UE », Commission européenne des transports
  61. « AZF : une tentative de rançon finit dans le brouillard », Libération, 15 mars 2004.
  62. « Plan vigipirate »
  63. « Les réactions en Espagne et en France », nouvelobs.com, 13 mars 2004.
  64. « Journal officiel du 29 septembre 2004 »
  65. « SNCF : accord historique à la SNCF sur la prévention des conflits », Memoclic, octobre 2004.
  66. « Accord historique à la SNCF sur la prévention des conflits », L'Expansion-L'Express, 27 octobre 2004.
  67. « SNCF : signature d'un accord sur la prévention des conflits », INA, 28 octobre 2004.
  68. « Biographie de Gilles de Robien sur le site du Ministère de l'éducation nationale »
  69. « Archives de la 33e session de la Conférence générale de l'UNESCO »
  70. « Le système Robien / Le moins parisien possible », L'Express, 21 septembre 2006.
  71. « Un ministre tiraillé entre centre et droite », Libération, 18 janvier 2006.
  72. « Gilles de Robien se rallie à une candidature de Francois Bayrou en 2007 », Le Monde, 10 juin 2006.
  73. « Gilles de Robien se rallie à Nicolas Sarkozy », La Dépêche, 1 avril 2007.
  74. « CPE : les étudiants durcissent le ton », Le Monde, 10 mars 2006.
  75. « Journal officiel du Sénat, 31 mars 2006 »
  76. « G8: éducation », RIANOVOSTI, 2 juin 2006.
  77. « Nicolas Sarkozy abroge le décret Robien sur le travail des enseignants », Libération, 11 juin 2007.
  78. a et b « Il ne me déplairait pas de revenir ! », vousnousils, 7 janvier 2011.
  79. « Site de CampusFrance »
  80. « Lancement de CampusFrance », Agence universitaire de la francophonie
  81. « « Les méthodes globales d'apprentissage de la lecture sont nocives », 9 décembre 2005.
  82. « Xavier Darcos veut décorer Marc Le Bris », Le Monde, 22 octobre 2008.
  83. « Arrêté du 24 mars 2006 modifiant l'arrêté du 25 janvier 2002 fixant les programmes d'enseignement de l'école primaire »
  84. « Lecture : Retour sur l'épisode Robien, un an après », Café pédagogique du 17 décembre 2007.
  85. « Positions du Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur les Programmes (GRIP) »
  86. « Le laboratoire des "anti-pédagogistes" », Le Monde de l'éducation, Septembre 2006.
  87. « Apprentissage de la lecture : dossier de presse 2003-2007», Éducation et Devenir.
  88. « Discours de Gilles de Robien lors de la conférence de presse sur le Socle commun », 10 mai 2006.
  89. « Le Socle commun de connaissances et de compétences », 11 juillet 2006.
  90. « Bilan des ZEP : Robien réplique à Sarkozy », Le Nouvel Observateur, 13 décembre 2005.
  91. « La relance de l'éducation prioritaire », Ministère de l'Éducation, 8 février 2006.
  92. « Réseaux ambition Réussite : décisions de Gilles de Robien », Ministère de l'Éducation
  93. « Présentation de la relance de l'éducation prioritaire », Ministère de l'Éducation, 8 février 2006.
  94. « L'apprentissage à 14 ans adopté », Le Nouvel Observateur, 6 février 2006
  95. « Gilles de Robien veut renforcer le calcul mental à l'école », Le Monde, 10 janvier 2007
  96. « Carte scolaire : ce que font les autres pays », Le Figaro, 21 septembre 2006.
  97. « Base élèves 1er degré », Ministère de l'Éducation, juillet 2011.
  98. « Base élèves 1er degré : mode d'emploi », CNIL, 30 septembre 2010.
  99. Déclaration de M. Gilles de Robien, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur la scolarisation des élèves handicapés et leur parcours scolaire, Paris le 31 août 2005. Texte complet sur discours.vie-publique.fr, Direction de l'information légale et administrative.
  100. « Sept mesures pour les directeurs d’école », Lettre ministérielle du 11 mai 2006
  101. « Protocole de mesures pour les directeurs d'école », Ministère de l'éducation nationale, 10 mai 2006.
  102. « Les indemnités des directeurs d'école doublées », Le Monde, 14 mars 2007.
  103. « Le jeu d'échecs dans les écoles », Europe Échecs, 17 février 2005
  104. « Convention Education nationale - Fédération Française d'Échecs », Ministère de l'Éducation Nationale, 15 février 2007.
  105. « Le bilan de Gilles de Robien au ministère de l'Éducation », vousnousils, 23 mars 2007.
  106. « Rapport d'activités 2005-2007 », Ministère de l'Éducation
  107. « Cinq ministres et leur action », Le Monde, 16 mai 2007
  108. « Arrêté du 19 décembre 2006 », Bulletin Officiel de l'Éducation Nationale, 1 au 4 janvier 2007.
  109. « Profs : qu'apprennent-ils à l'école? », L'Express, 14 décembre 2006.
  110. « Publication du cahier des charges national de la formation des maîtres », Portail des IUFM
  111. « Conférence de presse suite à l’agression d’Étampes sur le site du Ministère de l’Éducation nationale » Consulté le 30/01/2012.
  112. « Karen Montet-Toutain, l'enseignante poignardée d'Étampes », Le Figaro, 28 juillet 2007.
  113. « Agression d'Étampes : lycéen écroué », TF1, 19 décembre 2005.
  114. « Pas de faute caractérisée selon les inspecteurs généraux »,Le Monde, 18 janvier 2006.
  115. « Montet-Toutain: "Le sentiment d'avoir été lâchée" », Le JDD, 9 décembre 2008.
  116. « Nouvelles mesures pour prévenir et lutter contre la violence en milieu scolaire », Site du Ministère de l'Éducation
  117. « Robien lutte contre la violence scolaire », L'Express, 5 septembre 2006.
  118. « Séminaire, état, prévention et sécurité », Ministère de l'Éducation, 7 novembre 2006.
  119. « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? », Le Figaro, 19 septembre 2006.
  120. « Robien affirme sa solidarité à Redeker », Le Nouvel Observateur, 30 septembre 2006.
  121. « Gilles de Robien a fait des propositions à Redeker », La Dépêche, 18 janvier 2007.
  122. « Une prof distinguée pour sa bravoure », 20 minutes, 21 janvier 2007.
  123. « Les palmes pour un professeur de Mermoz », 20 minutes, 13 février 2007.
  124. « Gilles de Robien ne se présente pas aux élections législatives de 2007 », Site du Parti socialiste de la Somme, 17 mai 2007.
  125. « Battu, Robien se retire de la vie politique », Le Figaro, 17 mars 2008.
  126. « Revue de presse sur Gilles de Robien / 2005-2008 »
  127. « L'avis de Gilles de Robien pèse sur le choix de l'UDI », Le Courrier picard, 17 juillet 2013.
  128. « Amiens : Le retour de Gilles de Robien », Le Courrier picard, 28 février 2014.
  129. « Municipales à Amiens : Gilles de Robien règle gentiment ses comptes », France 3 Picardie, La Voix Est Libre, 1er mars 2014.
  130. « Site de l'Organisation Internationale du Travail »
  131. « OIT ou BIT ? », Site de l'OIT
  132. « Décret du 5 octobre 2007 ».
  133. « Gilles de robien, Ambassadeur à la Cohésion sociale », La Croix, 29 décembre 2009.
  134. « 99e Conférence Internationale du Travail »
  135. « La France préside la 99e Conférence Internationale du Travail », Site de l'Union Nationale des Syndicats Autonomes (UNSA)
  136. « Lettre de Nicolas Sarkozy à Gilles de Robien »
  137. « Le G20 social de Gilles de Robien », Le Courrier Picard, 3 novembre 2011.
  138. « Gilles de robien pour un socle mondial de protection », Secours catholique, 13 octobre 2011.
  139. « La France soutient la candidature de Gilles de Robien à la tête de l'OIT », Le Parisien, 7 décembre 2011.
  140. « Candidature de Gilles de Robien au poste de Directeur général du BIT », Mission permanente de la France auprès de l'ONU
  141. « Candidature de Gilles de Robien au poste de Directeur général du BIT : déclaration d'intention », Site de l'OIT
  142. « BIT : Hollande soutient le centriste Robien », Le Figaro, 24 mai 2012.
  143. « Nomination du Directeur général du BIT », Site de l'Organisation Internationale du Travail, consulté le 9 mars 2012.
  144. « Neuf candidats pour la direction de l'OIT », Le Figaro, 12 mars 2012.
  145. « Un Français et un Britannique se disputent la direction du BIT », La Tribune, 25 février 2012.
  146. « Direction du BIT : Gilles de Robien battu », France 3, 28 mai 2012.
  147. « Le conseil d'administration du Bureau International du Travail », Organisation Internationale du Travail
  148. « Gilles de Robien élu Président du Conseil d’administration du BIT », Mission permanente de la France auprès de l'ONU - Genève
  149. « 318e session du Conseil d’administration de l'Organisation Internationale du Travail », Communiqué de presse, 21 juin 2013.
  150. « Décret de nomination »
  151. « Une balade insolite : des maires dans la pierre », Le Point, 5 février 2004.
  152. « Amiens insolite », Le petit patrimoine en pays de Somme

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les trois lois françaises qui portent le nom de Gilles de Robien :

Liens externes[modifier | modifier le code]