François-Xavier Ortoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François-Xavier Ortoli
Fonctions
Vice-président de la Commission européenne
chargé des affaires économiques et financières
6 janvier 19775 janvier 1985
Président Roy Jenkins
Gaston Thorn
Prédécesseur Wilhelm Haferkamp
Successeur Henning Christophersen
5e président de la Commission européenne
6 janvier 19735 janvier 1977
(3 ans, 11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Sicco Leendert Mansholt
Successeur Roy Jenkins
Ministre du Développement industriel et scientifique
22 juin 19695 juillet 1972
Président Georges Pompidou
Gouvernement Jacques Chaban-Delmas
Prédécesseur André Bettencourt
Successeur Jean Charbonnel
Député de la première circonscription du Nord
11 juillet 196812 août 1968
Élection 23 juin 1968
Législature IVe (Cinquième République)
Prédécesseur Louis Christiaens
Successeur Gabriel Vancalster
Ministre de l'Économie et des Finances
6e ministre des Finances de la Ve République
10 juillet 196816 juin 1969
Président Charles de Gaulle
Alain Poher (par intérim)
Gouvernement Maurice Couve de Murville
Prédécesseur Maurice Couve de Murville
Successeur Valéry Giscard d'Estaing
Ministre de l'Éducation nationale
31 mai 196810 juillet 1968
Président Charles de Gaulle
Gouvernement Georges Pompidou IV
Prédécesseur Georges Pompidou (par intérim)
Alain Peyrefitte
Successeur Edgar Faure
Ministre de l'Équipement et du Logement
29 avril 196731 mai 1968
Président Charles de Gaulle
Gouvernement Goerges Pompidou IV
Prédécesseur Edgard Pisani
Successeur Robert Galley
Biographie
Date de naissance 16 février 1925
Lieu de naissance Ajaccio
Date de décès 29 novembre 2007 (à 82 ans)
Lieu de décès Paris 15e
Nationalité français

François-Xavier Ortoli, né le 16 février 1925 à Ajaccio (Corse) et mort le 29 novembre 2007 à Paris, est un inspecteur des finances, homme politique et homme d'affaires français. De 1973 à 1977, il est président de la Commission européenne. Il est notamment l'auteur du rapport qui lança le premier Plan Calcul en 1966.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, guerre et formation[modifier | modifier le code]

François-Xavier Ortoli est né à Ajaccio en 1925 et passe son adolescence en Indochine où son père est directeur de l'enregistrement. Il fait ses études secondaires au lycée Albert Sarraut de Hanoï.

Il est décoré de la Croix de guerre à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour son engagement dans la résistance contre les Japonais en Indochine. Il est de plus décoré de la médaille militaire et de la médaille de la résistance.

En 1947, il est admis à la toute nouvelle École nationale d'administration (ENA) puis, au terme de sa scolarité, intègre l'inspection des finances.

Carrière[modifier | modifier le code]

Politique et haute administration[modifier | modifier le code]

Après avoir participé à plusieurs cabinets ministériels, il prend, en 1958, la tête de la direction du marché intérieur de la Commission européenne.

En 1961, Ortoli devient secrétaire général du comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne (SGCI).

De 1962 à 1966, il est directeur de cabinet du Premier ministre Georges Pompidou.

Après un bref passage à la tête du commissariat au Plan, il est nommé en avril 1967, ministre de l'Équipement et du Logement. Il a alors comme directeur de cabinet Georges Pébereau.

En mai 1968, il succède à Alain Peyrefitte comme ministre de l'Éducation nationale.

En juin 1968, Ortoli est élu député UDR de Lille. Il est ensuite nommé en juillet ministre de l'Économie et des Finances dans le gouvernement de Maurice Couve de Murville. Enfin, de juin 1969 à juillet 1972, il est ministre du Développement industriel et de la Recherche scientifique dans le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas.

De 1973 à 1977, il est le premier président français de la Commission européenne. Il doit alors affronter le premier choc pétrolier et la flambée des prix de l'or noir. En 1977, il devient vice-président de la commission européenne pour les affaires économiques et financières. Il est alors l'un des principaux artisans de la fondation du Système monétaire européen et de l'Unité de compte européenne (ECU). En 1981, il contribue de manière notable à éviter l'éclatement du SME suite à une sortie envisagée du franc par le nouveau président français François Mitterrand.

Total[modifier | modifier le code]

En 1984, Mitterrand nomme Ortoli au poste de président-directeur-général de la firme Total, fonction qu'il occupe jusqu'en 1990, année où il devient le président du Conseil national du patronat français international.

Synthèse de son parcours[modifier | modifier le code]

Fonction publique[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Fonction élective[modifier | modifier le code]

Commission européenne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]