Joseph Fontanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontanet.
Joseph Fontanet
Image illustrative de l'article Joseph Fontanet
Fonctions
Député de la 2e circonscription de la Savoie
2 avril 1973 – 6 mai 1973
Législature Ve (Cinquième République)
Prédécesseur Georges Peizerat
Successeur Georges Peizerat (suppléant)
6 décembre 1962 – 22 juillet 1969
Législature IIe, IIIe, IVe (Cinquième République)
Prédécesseur Léon Delemontex
Successeur Georges Peizerat (suppléant)
9 décembre 1958 – 8 février 1959
Législature Ire (Cinquième République)
Successeur Léon Delemontex (suppléant)
Député de la Savoie
2 janvier 1956 – 8 décembre 1958
Législature IIIe (Quatrième République)
Secrétaire général MRP
1963 – 1967
Prédécesseur André Colin
Maire de Saint-Martin-de-Belleville
1965 – 1977
Prédécesseur Nicolas Jay
Successeur Georges Cumin
Biographie
Date de naissance 9 février 1921
Lieu de naissance Frontenex
Date de décès 2 février 1980 (à 58 ans)
Lieu de décès Paris 7e
Nationalité Française
Parti politique MRP (1956-1958)
RPCD (1958-1962)
CD (1962-1967)
PDM (1967-1973)

Joseph Fontanet, né le 9 février 1921 à Frontenex (Savoie) et mort, assassiné le 2 février 1980 à Paris 7e, est un homme politique français. Marié à Hélène Fontanet (née Pouliquen), il est le père de cinq enfants dont Xavier Fontanet.

Une jeunesse catholique et résistante[modifier | modifier le code]

La famille Fontanet est une vieille famille bourgeoise et catholique de Savoie ; l'arrière-grand-père de Joseph Fontanet, Jean-Pierre, milita pour le rattachement de la Savoie à la France et est à l'origine de la création de la paroisse et de la commune de Frontenex (par scission de Cléry), et en fut le premier maire. Son fils Joseph créa une entreprise de pâtes à Albertville (qui ne ferma qu'en 1955). Le fils de celui-ci, également prénommé Joseph (grièvement blessé en 1915), épousa en 1920 Marthe Blanchard et leur premier enfant, qu'ils prénommèrent Joseph, naît le 9 février 1921. Ils ont huit enfants au total.

Après avoir étudié à la maison, sous la conduite de sa mère, Joseph Fontanet entre à 10 ans à l'institution des Chartreux de Lyon. Il obtient son baccalauréat à 16 ans, avec une note de 20 sur 20, puis est admis directement à HEC. Il est alors chez les Pères maristes[1]. À Paris, Joseph Fontanet participe aux Équipes sociales de jeunes gens, mouvement d'amitié et d'échanges entre jeunes étudiants et ouvriers, animé par Robert Garric, un universitaire catholique[2].

À la fin de ces deux ans, il rejoint l'entreprise de son père, mais un an plus tard, en 1940, il s'inscrit en doctorat de droit à Lyon, tout en militant à la JEC[3].

Durant l'automne et l'hiver 1941, il effectue huit mois[4] dans les chantiers de jeunesse en Isère, mais est réfractaire au STO au printemps 1943 ; il rejoint alors un maquis de Frontenex. En juillet, il décide de rejoindre les armées françaises d'Afrique[3] ; à la seconde tentative, il parvient à traverser les Pyrénées avec un groupe, qui est ensuite arrêté par la Guardia Civil. Enfermé à Barbastro puis à Saragosse, il est finalement expédié au camp de Miranda[5], avant d'être placé en semi-liberté et de travailler à l'ambassade du Gouvernement provisoire d'Alger. Fin 1943, il rejoint Xavier Hamelin à Casablanca, puis tous deux intègrent une unité de chars de reconnaissance de l'armée du maréchal de Lattre de Tassigny. Joseph Fontanet, brigadier et chef de char[3], participe au débarquement en Provence dans la 1re division blindée du général Touzet du Vigier et à la Campagne d'Allemagne : il est l'un des premiers à entrer dans Mulhouse libéré, combat à Colmar, puis en Forêt noire[4]. Il est cité deux fois à l'ordre de son unité.

Une rapide ascension au sein du MRP[modifier | modifier le code]

Dès la Libération, Joseph Fontanet participe à la création du MRP en Savoie[6] Spontané, curieux, généreux et bienveillant, Joseph Fontanet était disponible et travailleur. Cet engagement réunit sa volonté, depuis sa jeunesse, d'entrer en politique, et des convictions chrétiennes, rejetant la lutte des blocs.

Doté à la fois d'une formation extrêmement brillante, d'une aura de résistant et d'une ancienneté dans les cercles démocrates-chrétiens, il est candidat aux législatives en Savoie dès juin 1946, à 25 ans. La même année, il devient le responsable départemental du MRP avec Jean Blanc, et entre au Bureau national d'études du MRP, et en devient rapidement le responsable pour les questions économiques. En 1948, à 27 ans, il est élu secrétaire général adjoint du MRP[7]. Il en est le secrétaire général de 1964 à 1966[8].

Il devient le directeur de cabinet de Jules Catoire, secrétaire d'État à la Santé, à la fin des années 1940, puis en 1951 devient à 30 ans secrétaire général adjoint du MRP. Joseph Fontanet est désigné l'année suivante comme membre de l'Assemblée de l'Union française.

En 1947, il se marie à Hélène Pouliquen, attachée parlementaire du MRP, avec laquelle il a cinq enfants[4].

L'implantation en Savoie : conseiller général et député[modifier | modifier le code]

Chaque semaine, Joseph Fontanet s'imposait d'être présent en Savoie. Candidat malheureux aux législatives de 1946 et 1951, mais qui s'implante progressivement, il se présente comme conseiller général dans le canton de Moûtiers (Savoie) où sa liste avait réalisé un bon score lors des législatives, et il y est élu en 1956. Il sera ensuite réélu en 1958, 1964 et 1970[9].

Joseph Fontanet compense son manque de chaleur et de talents oratoires par une préparation la plus complète de ses campagnes et dossiers, et s'appuyant sur l'un de ses proches, Jean Blanc, Joseph Fontanet est élu en 1956 député de la Savoie dans la circonscription de la Tarentaise, où il peut s'appuyer sur un vote paysan et catholique, ainsi qu'anticommuniste, mais aussi sur des habitants que le développement de l'industrie de la neige enrichit. Il sera réélu lors de toutes les élections législatives 1958, 1962, 1967 et 1968 jusqu'en 1973. Durant ses périodes ministérielles, ses suppléants furent Léon Délémontex, qui siégea de 1959 à 1962, et Georges Peizerat de 1969 à 1973. Rapidement, des accords politiques locaux, personnels, permettent aux deux ministres savoyards, le gaulliste Pierre Dumas et le centriste Joseph Fontanet, d'être réélus sans primaires à droite.

De ministère en ministère[modifier | modifier le code]

Joseph Fontanet a exercé de nombreuses fonctions ministérielles : il entre comme secrétaire d'État à l'industrie et au commerce du 8 janvier au 17 novembre 1959 dans le gouvernement Michel Debré auprès du ministre Jean-Marcel Jeanneney, sous la présidence du général de Gaulle, un homme que Fontanet admirait. À 38 ans. De novembre 1959 à 1960, il est secrétaire d'État au Commerce intérieur.

Deux ans après sa première expérience ministérielle, il devient ministre de la Santé publique et de la population dès le 14 avril 1962 dans le premier gouvernement de Georges Pompidou. Mais un mois plus tard, après la conférence de presse du général de Gaulle sur l'Europe le 15 mai 1962, où il la réduit au terme de « volapuk », Joseph Fontanet et les autres ministres MRP du gouvernement de Georges Pompidou (Pierre Pflimlin, Robert Buron, Paul Bacon et Maurice Schumann) démissionnent, ce qui marque la rupture entre centristes et gaullistes.

Le Centre démocrate remplace le MRP à partir de 1963, et accentue une orientation d'opposition à De Gaulle ; en 1964 et 1965, il entame un rapprochement avec Gaston Defferre (à travers la campagne pour M. X, lancée par le journal L'Express) ; contrairement à Jean Lecanuet, qui pour les législatives de 1967 souhaite un accord avec la FGDS, Joseph Fontanet fait partie de la tendance du centre à préférer une alliance avec les républicains indépendants ou les gaullistes[10]. Il est membre du comité directeur du Centre démocrate de 1966 à 1967[9].

Douze ans pour orienter la Savoie vers l'or blanc[modifier | modifier le code]

Redevenu député en 1962, Joseph Fontanet se rapproche de la Savoie. Lors des élections cantonales de 1964, le radical Jules Bianco est battu par un candidat du CDS ; le conseil général doit désigner un nouveau président, qui est Joseph Fontanet. Cette élection marque une rupture avec une certaine tradition de cogestion du Conseil général indépendamment des étiquettes politiques. Néanmoins, l'ensemble des élus soutiennent le développement touristique de la Savoie, entamé par la génération précédentes d'élus ; Antoine Borrel, ancien ministre et créateur de la Maison du Tourisme, Pierre de La Gontrie et Pierre Cot, les créateurs de Courchevel.

La poursuite du Plan neige et la construction des stations de troisième génération en Tarentaise : Les Menuires (1966), Les Arcs (1968) et Val Thorens (1971). En 1975, la Savoie dispose d'autant de lits touristiques que d'habitants ; 330 000. En parallèle, Joseph Fontanet est aussi à l'origine du Parc national de la Vanoise, créé en 1963.

Tout en présidant le Conseil général, Joseph Fontanet devient maire de Saint-Martin-de-Belleville (1965-1977), commune support de Val Thorens, station qu'il inaugure en 1971.

Un homme charnière du centre-droit[modifier | modifier le code]

La fin du MRP, qui se fond dans le Centre démocrate en 1965, met fin à l'espérance de Joseph Fontanet d'un parti authentiquement démocrate-chrétien, à l'exemple de la CDU ou de la Démocratie-chrétienne italienne. Alors que pour parler du centre Joseph Fontanet utilisait fréquemment l'image, non pas du marécage auquel il se trouvait réduit, mais d'une ligne de crête, la plus éloignée des extrêmes[11]. Le Centre devient une force d'appoint de la droite ; l'alliance avec les socialistes étant exclue par la volonté de ceux-ci de ne pas s'opposer aux communistes (échec de la candidature de Gaston Defferre en 1965 et refus des centristes d'une alliance commune avec le PCF) le Centre démocrate s'ancre à droite, minoritaire dans la majorité, et d'où des personnalités comme Joseph Fontanet peuvent peser sur la conduite des affaires.

En 1969, le Centre démocrate soutient la candidature d'Alain Poher, président du Sénat et président de la République par intérim, membre de ce parti. Au premier tour, il obtient 23,31 %. S'opposant à Jean Lecanuet président du Centre démocrate, Joseph Fontanet, René Pleven et Jacques Duhamel rejoignent Georges Pompidou dans l'entre-deux-tours, qui bat Alain Poher (42 %) et est élu président de la République[12].

Tous trois entrent au gouvernement de Jacques Chaban-Delmas, et créent le Centre Démocratie et Progrès (CDP)[13] qui appartient à la majorité présidentielle. Joseph Fontanet est Premier vice-président, de 1968 à 1974, de ce mouvement présidé par Jacques Duhamel[9].

Deux ministères sociaux sous Georges Pompidou[modifier | modifier le code]

Joseph Fontanet devient alors ministre du travail, de l'emploi et de la population dans le cabinet Jacques Chaban-Delmas du 20 juin 1969 au 5 juillet 1972, puis ministre de l'Éducation nationale de Pierre Messmer du 5 juillet 1972 au 27 mai 1974. Il a alors atteint le sommet de sa carrière politique, et est l'un des ministres les plus en vue, à seulement 48 ans en 1969.

En janvier 1974, il signe, en tant que ministre, l'arrêté du 31 janvier 1974 qui permet la délivrance d'un diplôme d'ingénieur au titre de la formation continue dite filière Fontanet.

En février 1974, sa réforme de l'Éducation nationale rencontre l'opposition des lycéens, qui organisent des manifestations.

Au sein de son cabinet, il s'entoure de plusieurs acteurs du dialogue social : Antoine Veil, Raymond Soubie

Une pensée politique novatrice[modifier | modifier le code]

Joseph Fontanet a toujours été partisan du capitalisme, mais pas du libéralisme. Ainsi, son biographe Charles Cabaud relève que :

« sa conception de l'idéal en économie politique se décomposait en deux termes : pour lui, la « loi du marché » était seule porteuse de progrès économique, mais il ne la concevait pas sans « le plan », qui permet au pouvoir politique de procéder aux grands choix de société après avoir consulté tous les groupements socio-professionnels représentatifs[14]. »

Eurofédéraliste convaincu et atlantiste — au contraire des partisans de l'Europe-puissance —, Joseph Fontanet était partisan d'une Europe aux compétences larges, politique, militaire et économique ; une vision remise en cause après l'échec de la CED en 1954 et le lancement de projets thématiques (CECA, CEE, Euratom…).

« Pour que l'unité européenne redevienne une idée porteuse d'avenir, il faut abandonner les approches trop partielles et trop spécialisées des précédentes décennies. L'Europe doit être un grand dessein, s'exprimant à travers une certaine idée des relations internationales, une certaine idée de la démocratie, une certaine idée du progrès social et du développement économique. Aujourd'hui, ce sont souvent des étrangers qui, du dehors, perçoivent le mieux les potentialités dont le concept européen est toujours riche. Laisserons-nous, par défaut d'imagination et d'initiatives créatrices, passer l'une des grandes chances que l'histoire a tendu à notre vieux continent.[15] »

La couverture du livre paru en 1977

Joseph Fontanet a exposé sa vision politique dans un ouvrage paru en 1977, Le Social et le vivant[16], dans lequel il constate l'absence de réponses politiques pertinentes à la complexification de la société[17], et propose un nouveau modèle social (dans la lignée de la nouvelle société proposée par Jacques Chaban-Delmas) afin de gérer la société ; décentralisation, économie mixte, relations sociales partenariales… Il établit dans une analyse systémique la part du spontané et du construit, formant un ensemble vivant, la société. Joseph Fontanet explique que lorsque les chercheurs en sciences humaines et en sciences naturelles, notamment les généticiens, et les politiques travailleront ensemble, "alors nous serons plus aptes à surmonter bien des difficultés du monde dans lequel nous sommes[18]." Car Joseph Fontanet croit fondamentalement en l'importance de la Politique sur la gestion de la société :

« La politique doit être réhabilitée. La politique honnête, c'est-à-dire l'effort humain pour améliorer progressivement l'ensemble des systèmes sociaux économiques. L'organisation, la technique, l'efficacité ne sont que la part lourde de l'histoire des collectivités humaines. Mais la politique est le relais indispensable entre le rêve des prophètes et des héros et les réalités durables de la vie des peuples[18]. »

Capitaliste sans être libéral, Joseph Fontanet était parfois classé à gauche en raison de la grande importance qu'il accordait au progrès social, à la justice sociale, dans une optique chrétienne. Bien que novateur sur le plan social et économique, Joseph Fontanet reste traditionnel sur le plan moral (la famille comme cellule de base de toute société), et accorda un rôle central à la politique familiale dont il fut le ministre ;

« Les pouvoirs publics doivent manifester clairement qu'ils entendent garantir à la famille toute sa place dans le monde nouveau qui se construit et les moyens qui lui sont indispensables pour remplir ses fonctions. […] La famille, cadre traditionnel par excellence, est pourtant le mieux adapté et le plus nécessaire pour aider à surmonter certaines des contradictions fondamentales de notre société. Il faut aussi faire percevoir par notre société, et plus particulièrement par notre jeunesse, assoiffée d'indépendance, que la licence des mœurs est le contraire de la liberté, et ne fait qu'établir l'esclavage des instincts qui détruisent la responsabilité et la dignité de l'homme. […] En vérité, la dynamique de la politique familiale doit être inscrite dans la dynamique de tout le système social[19]. »

La présidentielle de 1974[modifier | modifier le code]

Pendant la campagne présidentielle, il se range aux côtés de Jacques Chaban-Delmas, ainsi que Jacques Duhamel et le CDP et apparaît comme un possible Premier ministre en cas de victoire. Ces centristes s'opposent ainsi à Jean Lecanuet et au Centre démocrate. Finalement, la victoire de Valéry Giscard d'Estaing met fin à la carrière ministérielle de Joseph Fontanet.

Le retrait de la vie politique et J'informe[modifier | modifier le code]

Son ancien suppléant Georges Peizerat démissionne dès l'annonce de sa non-reconduction au gouvernement. Cependant, ll est battu le 6 octobre 1974 par le socialiste Maurice Blanc lors d'une élection partielle, alors qu'il tente de retrouver son siège à l'Assemblée nationale.

La présence d'un petit candidat gaulliste (Michel Barnier sera ensuite élu dès 1978) et la date de l'élection — entre deux saisons touristiques, donc avec beaucoup de professionnels de l'or blanc absents — ont défavorisé Joseph Fontanet, tout comme l'absence de son suppléant, très populaire mais malade. Mais surtout, son implication dans la conduite des affaires nationales l'ont peu à peu éloigné de sa circonscription, où il était beaucoup moins présent.

En mai 1976, le Centre démocrate et le Centre démocratie et progrès se réunifient pour former le Centre des démocrates sociaux, présidé par Jean Lecanuet[20].

Redevenu simple citoyen (il ne se représente plus lors des municipales de 1977 ni lors des cantonales de 1979), il devient l'animateur du Club de Paris (1975-1977).

En 1976, il participe à la création de l'association Évangile et société, dont l'objectif est de promouvoir la doctrine sociale de l'Église.

En 1977, il fonde et dirige le journal J'informe, voulu comme concurrent au journal Le Monde mais ce journal est un échec commercial et sa parution ne dure que quelques mois. Il devient alors directeur de la Société d'études et de réalisations pour les équipements collectifs (Crédit mutuel[9]), qui s'adresse aux collectivités locales.

Un assassinat toujours obscur[modifier | modifier le code]

Le 1er février 1980, peu après minuit, des inconnus en voiture tirent sur lui. Il meurt le lendemain à l'hôpital Laënnec, à 59 ans. Le(s) auteur(s) de ce meurtre n'ont jamais été retrouvés et les mobiles en restent inconnus. Des membres de la « bande à Thérèse », un groupe de malfrats tuant par vice, furent arrêtés peu après, mais les deux expertises balistiques sont formelles : ce n'est pas leur arme qui a tué Joseph Fontanet. L'enquête, ayant déjà été close, ne fut pas rouverte.

Dans les années 1990, le commissaire de police qui avait suivi l'affaire mentionnera qu'un détenu s'était vanté en prison auprès de son codétenu d'avoir abattu Joseph Fontanet alors qu'il était mis au défi par sa bande de tuer un passant. Cette affirmation est invérifiable, le détenu en question s'étant suicidé en 1983.

Joseph Fontanet est enterré à Brison-Saint-Innocent.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Le Dauphiné libéré du 2 février 2005, par Michel Lévy.
  • Joseph Fontanet, de Charles Cabaud, éditions France-Empire, 1991, 188 pages.
  • Le Social et le Vivant, une nouvelle logique politique, de Joseph Fontanet, éditions Plon, 1977, 299 pages.
  1. Il y côtoie François Mitterrand et François Mauriac.
  2. Biographie, Site de l'Amicale du MRP, qui indique 1951, et .
  3. a, b et c Joseph Fontanet, de Charles Cabaud, éditions France-Empire, 1991, 188 pages.
  4. a, b et c Biographie, Site de l'Amicale du MRP.
  5. Où Joseph Fontanet se trouve avec Xavier Hamelin, futur député du Rhône.
  6. . Avec notamment l'appui de Charles Bosson.
  7. Biographie, Site de l'Amicale du MRP et Joseph Fontanet, de Charles Cabaud, éditions France-Empire, 1991, qui indique 1948.
  8. Site de l'Amicale du MRP. D'autres sources mentionnent 1963-1967
  9. a, b, c et d Site de l'Amicale du MRP.
  10. Histoire des droites en France, sous la direction de Jean-François Sirinelli, tome 1 Politique, NRF Essai, 1992, page 422.
  11. Joseph Fontanet, de Charles Cabaud, éditions France-Empire, 1991, page 99,
  12. Entretien avec François Bayrou
  13. Biographie en ligne de Jean Lecanuet
  14. Joseph Fontanet, de Charles Cabaud, éditions France-Empire, 1991, 188 pages. Page 83.
  15. Citation extraite d'un éditorial de Joseph Fontanet dans le journal "J'informe" du 23 octobre 1977.
  16. Le Social et le vivant, une nouvelle logique politique, Joseph Fontanet, préface d'Alain Peyrefitte, éditions Plon, 1977.
  17. Enquête sur les pensées contemporaines, par Jean-Marie Domenach
  18. a et b Le Social et le Vivant, une nouvelle logique politique, de Joseph Fontanet, éditions Plon, 1977, 299 pages.
  19. Article paru dans le numéro 140 de "France Forum" juillet-août 1975.
  20. La Démocratie chrétienne, par Pierre Letamendia, collection Que sais-je ?, Presses universitaires de France, 1977, 128 pages.