Voulpaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voulpaix
Église de Voulpaix
Église de Voulpaix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Vervins
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Jean-Paul Renaux
2014-2020
Code postal 02140
Code commune 02826
Démographie
Gentilé Voulpaisien, Voulpaisienne
Population
municipale
411 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 24″ N 3° 49′ 53″ E / 49.84, 3.8313888888949° 50′ 24″ Nord 3° 49′ 53″ Est / 49.84, 3.83138888889  
Altitude Min. 114 m – Max. 187 m
Superficie 11,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Voulpaix

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Voulpaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voulpaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voulpaix

Voulpaix (prononciation traditionnelle [vupe][1], prononciation moderne [vulpe][2]) est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Situé en Thiérache, le village de Voulpaix est une commune rurale du canton de Vervins, établie sur deux coteaux séparés par une étroite vallée qui est traversée par une rivière appelée Le Beaurepaire. Bourg rural avec des champs de blés, de betteraves et de maïs ainsi que des paysages de bocage, celui-ci subit un exode rural, perdant une part importante de sa population à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Le village comporte aussi des écarts avec les fermes du Haut-Goulet et du Val-Fleury qui se situent sur le territoire de la commune.

Les habitants de la commune s'appellent les Voulpaisiens et les Voulpaisiennes[3].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte cadastrale de Voulpaix.

La commune est situé en Thiérache, à environ 5,7 km à l'est de Vervins, chef-lieu de canton et d'arrondissement, et à environ 33,4 km au sud-est de Laon, la préfecture du département. Celle-ci se situe aussi à 152,8 km à vol d'oiseau au nord-est de Paris[4]. Les communes limitrophes sont Haution, Laigny, Fontaine-lès-Vervins, Gercy, La Vallée-au-Blé qui appartiennent au canton de Vervins tandis que les communes voisines de Saint-Pierre-lès-Franqueville et de Lemé appartiennent au canton de Sains-Richaumont.

Rose des vents La Vallée-au-Blé Haution/Laigny Fontaine-lès-Vervins Rose des vents
Lemé N Fontaine-lès-Vervins
O    Voulpaix    E
S
Saint-Pierre-lès-Franqueville Saint-Pierre-lès-Franqueville Gercy

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Voulpaix se situe en Thiérache. Le sous-sol de la commune date surtout du crétacé supérieur, lorsque le bassin parisien était recouvert d'eau de mer. Au niveau local, la géologie de la commune est principalement composée d'un limon loessique, favorable à une production de brique ou extraction de sable, dans la vallée où coule le Beaurepaire, des alluvions moderne forment le sol géologique dû au cours d'eau. Des couches de l'époque stratigraphique turonien sont également observables[5]. Une ancienne carrière d'extraction ayant servi dans l'extraction de matériaux destiné à la construction, permet de mieux connaître en profondeur le sol de la commune[6]. Le risque sismique est considéré comme très faible soit en zone 1 selon la carte du zonage définis par le gouvernement[7]. Cependant la commune se trouve à quelques kilomètres de communes étant en zone sismique 2 soit de niveau faible comme Saint-Algis se situe à 6,7 kilomètres de la commune[8].

La commune se situe entre deux lignes de crête. La première culmine à 187 mètres altitude, et descend progressivement jusqu'au village de Voulpaix à 104 mètres d'altitude. Le terrain remonte ensuite vers la seconde crête, variant entre 177 mètres et 184 mètres d'altitude. L'altitude de la commune varie de 114 mètres à 187 mètres avec une moyenne de 150,5 mètres[9].

La rivière le Beaurepaire à Voulpaix

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voulpaix est principalement traversé par Le Beaurepaire qui prend sa source à Laigny, au lieu-dit du même nom. Cette rivière reçoit le cours de petits ruisseaux tel Le Goulet jaillissant au bois de la Reculée situé sur la commune. Voulpaix se situe ainsi sur le bassin versant de la Seine car le cours d'eau du Beaurepaire se jette dans le Vilpion. Ce cours se conflue alors avec la Serre, qui est un sous-affluent de la Seine car il se jette dans l'Oise. La présence de ces petits ruisseaux ou de sources d'eau ont permis leur utilisation par des fontaines publics ou des lavoirs.

Pour faire face au risque d'inondation et de coulée de boue à cause de la topographie des lieux, la commune a adopté un PPR pour prévenir ces risques. Ce plan a été approuvé par la préfecture en 2008[10]. Le PPR de la commune définit des interdictions sur les aménagements de nouvelles constructions postérieurs à la date d'approbation.

Climat[modifier | modifier le code]

Voulpaix est soumis au condition climatique de la Thiérache. Voulpaix est situé dans un climat océanique dégradé, comme toute la Picardie et la Thiérache. La proximité du massif ardennais fait que la région est aussi soumis à une influence continental d'où la possibilité d'avoir des gelés tardives et une température moyenne de 9,5 °C mais cette influence s'amenuise en allant vers l'ouest de la région. L'hiver en Thiérache est ainsi humide mais en cas de chute de neige, celle-ci peut persisté quelques jours. Dans la région de Vervins, il pleut en moyenne entre 800 millimètres et 900 millimètres d'eau par an[11]. L'ensoleillement ne dépassant guère les 40 % comme à la station de Saint-Quentin qui relèvent en moyenne un ensoleillement de 1 600 heures par an

Le relevé climatique de la commune est proche de celui de Vervins[12].

Nuvola apps kweather.svg  Relevés de Voulpaix
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 5 7 10 15,3 19 22,6 24 23,9 21( 14,6 8,9 5,3 14,7
Températures minimales moyennes (°C) -1 -1 1 4,3 7,7 11 13 12,2 9,4 6,1 2,3 -0,7 5,4
Températures moyennes (°C) 2 3,3 5,7 9,8 13,3 16,7 ( 18,7 18,3 15,5 10,1 5,6 2,3 10,1
Source : Climatologie mensuelle - Vervins, France[13]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Voulpaix est au carrefour de deux routes départementales. La première, la D 771 arrive de Saint-Pierre-lès-Franqueville en provenance de Gercy par Saint-Gobert et elle traverse le village pour rejoindre ensuite Laigny. La deuxième route est la D 960. C'est un des axes de moyenne importance au niveau du département. Elle relie Vervins à Cambrai par Guise. Voulpaix se situe ainsi à 5,7 kilomètres de Vervins et à 16,1 kilomètres de Guise. Des petits chemins communaux relient aussi les communes d'Haution, de Gercy, de Franqueville, de Saint-Pierre-lès-Franqueville, de La Vallée-au-Blé et de Laigny.

Avec la D 960, Voulpaix se situe à 5,2 kilomètres de la RN 2 et à 17,6 kilomètres de la D 1029 (ex-RN 29). Ces deux axes sont des axes majeurs au niveau département et national. La sortie d'autoroute la plus proche du village est la sortie 13 de l'A 26 qui est à 32,6 kilomètres du village. La préfecture Laon est à 39,3 kilomètres et Paris est à 223 kilomètres.

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne Romery - Liart.

Au niveau du réseau ferroviaire, l'ancienne ligne ferroviaire de Romery à Liart a desservi la commune avec une gare, ouvert en 1912. La ligne a été en activité de 1912 à 1951, date à laquelle la ligne cesse d'être en activité ainsi que la gare. La gare, actuellement la plus proche de la commune, est celle de Vervins, située sur la ligne de La Plaine à Hirson.

La ligne 460 du réseau de la Régie des transports de l'Aisne (RTA) traverse la commune. Elle relie HirsonVervinsSains-RichaumontSaint-Quentin[14]. Aucune ligne du réseau RTA ne permet de relier Voulpaix à Guise. Pour se rendre à Guise, deux arrêts à Sains-Richaumont sur la ligne 460 permettent de reprendre la ligne 350 reliant GuiseSains-RichaumontCrécy-sur-SerreLaon[15]. Cependant, un service de transport à la demande, dénommé Herbus, permet aux habitants de relier, des bourgs de la Thiérache vers d'autres bourgs de la même région ou du département comme Vervins, Guise, Sains-Richaumont et Hirson. Ce service a été mis en place par le pays de Thiérache en mars 2009[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le bourg de Voulpaix s'organise autour de deux routes départementales que sont la D 771 et la D 960 et qui se croisent au niveau de l'église. Depuis les années cinquante, le village a tendance à se développer du coté de la rue Fleurie et de la rue du Moulin Bleu. La commune comporte deux cimetières, l'un situé autour de l'église et l'autre, ouvert en 1954, à la sortie du village sur la D 960 en allant vers Vervins. L'habitat est groupé mais il existe deux exploitations agricoles à l'écart. Il s'agit du Haut-Goulet et du Val-Fleury situées sur la route vers Vervins[9].

Logement[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2007, Voulpaix comptait 166 logements dont 143 résidences principales. L'âge moyen du parc immobilier est tout aussi important qu'en 1999. Les constructions neuves sont de moins en moins présentes : seulement 6,5 % des résidences principales date de 1990 à 2004. Au contraire, les constructions antérieures à 1949 représentaient 70,5 % des résidences principales contre 47,3 % pour la moyenne départementale.

86,1 % des logements sont des résidences principales, répartie à 100 % en maisons individuelles comme en 1999[17],[18]. 84,6 % des habitants sont propriétaires de leur logement, contre 12,6 % qui ne sont que locataires (respectivement 62,6 % et 35,1 % dans le département)[19],[20].

La commune ne dispose pas de logement HLM comme en 1999 (16,1 % dans le département), la commune dispose à 12,6 % d'un parc locatif privé.

La plupart des habitations possèdent 3 pièces (15,4 %), 4 pièces (18,9 %) ou 5 pièces et plus (64,3 %). La commune ne dispose plus de petits logements avec une pièce par rapport à 1999[21],[22] mais les logements de 2 pièce restent minoritaires (1,4 %). L'âge moyen du parc est toujours en revanche élevé[23],[24].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Un réaménagement et des travaux sont en cours jusqu'en 2012 dans la salle des fêtes de la commune à la suite du transfert de la mairie en 2009[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Bospatium[26] au IXe siècle dans un acte de Charles le Chauve[27]), puis sous les formes latinisées altare de Vulpasio en 1065, puis Vulpasium en 1130. De plus, elle est mentionnée sous sa forme picarde Woupais sur une carte du XIIe siècle, ainsi que sous les formes Vospaix, Vuspais, Wospais, Woulpais, Woupaix[28].

L'étymologie du nom de Voulpaix est obscure. Des auteurs comme Albert Dauzat, Charles Rostaing[29] et Ernest Nègre[30] n'ont pas traité cette question dans leurs ouvrages respectifs, sans doute en raison d'explication satisfaisante.

À partir de la forme Bospatium, Jacques Chaurand évoque une hésitation ou une alternance entre B et W initiaux, ensuite, le passage de B à W d'où Wospais, Woupais, etc. puis de W à V, forme moderne[31], ce qui signifie que les formes primitives ont d'abord été en B- puis en W- et que le passage à V- est postérieur. Il rejette donc les formes latinisées tels que Vulpasio, ou Vulpasium comme étant fautives et provenant des étymologies de clercs. De plus, même si dans le groupe -ul- devant consonne, le [l] s'est effectivement vocalisé en français, d'où -ou-, ce n'est pas le seul cas : le groupe -os- a aussi évolué en -ou-, comme par exemple dans « coût » (ancien français coste) ou « broutter » (anciennement broster), ce qui est tout à fait conforme à la nature des formes anciennes de Voulpaix.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

La présence de silex datant de l'époque moustérien[32],[33],[34] permet de confirmer la présence humaine dans la région mais aussi sur Voulpaix. Sous l'Antiquité, aucune trace humaine n'est attesté pas des sources archéologiques et textes écrits pour le village de Voulpaix. Cependant, on note la présence romaine à Vervins, chef-lieu actuel du canton auquel appartient la commune. À cette époque, Vervins était connu sous le nom de Verbinum dans l'itinéraire d'Antonin qu fait qu'elle se situait sur l'itinéraire de la voie romaine reliant Bavay à Reims[35]. De plus, des traces archéologiques dans les environs de Vervins permettent aussi de confirmer cette présence.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ruine du château de Voulpaix

Le village de Voulpaix apparaît pour la première fois sur les cartes sous le nom de « Altare ». Lors du Moyen Âge, Voulpaix était une seigneurie dépendant du comté de Marle. Cela est attesté par la charte dressée par Raoul de Coucy donné à la ville de Vervins en 1163 qui affranchit ses habitants et l'érige en commune. Des seigneurs locaux ont signé cette charte dont Mathieu, seigneur de Voulpaix. Neuf seigneurs ont été recensés. Pendant cette période, le village était un bourg avec un château en motte féodale d'où le nom de deux rues du village, rue de la Motte et rue du Château. Le village avait aussi son moulin d'où le nom de rue du Moulin Bleu. De plus, Voulpaix avait aussi une église et un hôpital. La seigneurie resta indépendante jusqu'en 1438, date à laquelle le village entra en possession des seigneurs de Vervins[36].

Seigneurs de Voulpaix[modifier | modifier le code]

  • Guy Ier de Voulpaix (?-?): ?-1120?
  • Clarembaud de Voulpaix, (son fils) 1120-1144?
  • Mathieu Ier de Voulpaix, (son second fils) 1144-1169
  • Guy II de Voulpaix, (fils de Mathieu Ier) 1180-?
  • Mathieu II de Voulpaix, 1236-1274?
  • Gérard de Neufmenil, 1324-1353?
  • Jean Ier de Beaurepaire, 1353-1363
  • Jean II, de Beaurepaire, 13,.?
  • Bicher le Bosseux, 1438.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Avec Luther et l'affaire des placards, une petite communauté protestante apparaît à Voulpaix à la fin du XVIe siècle. Pour fuir la persécution des catholiques, ils se réfugiaient dans les bois pour pratiquer leur culte jusqu'à l'édit de Nantes en 1598. La même année, est signé la paix de Vervins à 6 km de Voulpaix.

Au début du XVIIe siècle, avec les invasions répétées des Espagnols lors des guerres avec la France et les brigands qui pillent les convois et les villages vont permettre la fortification de l'église lors de ce siècle.

Sous l'Ancien Régime, Voulpaix se situait dans la province d'Île-de-France tandis que Vervins était une ville de la province de Picardie. Elle faisait partie de la généralité de Soissons, du bailliage et élection de Laon. Elle faisait partie du diocèse de Laon. Lors de la révocation de l'édit, les protestants quittent le village pour d'autres contrés ou ils résistent en faisant leurs cultes dans les bois.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution française, Voulpaix fut alors érigé en commune indépendante avec un hameau qui s'appelait « la Vallée aux Bleds ». La commune est rattachée au canton de Vervins dans le district du même nom. Lors de la création des arrondissements, le 28 janvier 1801, la commune est rattachée à l'arrondissement de Vervins.

Le 15 juillet 1829, le hameau de « la Vallée aux Bleds »[37] est érigé en commune, le territoire communal est amputé pour former la nouvelle commune.

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, le village fut occupé par les troupes ennemies en septembre 1870. Avec le traité de Francfort, les Prussiens quittent Voulpaix en mai 1871 pour rejoindre l'Allemagne.

En août 1914, la France déclare la guerre à l'Allemagne. A la fin du mois, une bataille eut lieu dans la région. C'est la bataille de Guise où son front s'étend jusqu'à Voulpaix. Après cette bataille, la commune sera occupée jusqu'à la fin de la guerre.

Le 5 septembre 1919, la matrice cadastrale établit la superficie de la commune. Celle-ci est de 1113 ha 38 a 33 ca, il résulte que 172 ha 38 a 40 ca auraient été distraits au profit de La Vallée-au-Blé lors de son érection en commune.

Lors de la débâcle de mai 1940, la commune fut de nouveau occupée et fit partie de la zone de peuplement allemand décidée lors de l'armistice avec les Allemands. Cette zone interdisait le retour des réfugiés. Voulpaix est libéré le 1er septembre 1944 par les Américains.

Depuis la 2e guerre mondiale, Voulpaix a connu une désertification des services au profit de Vervins.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voulpaix est située dans le canton de Vervins, arrondissement de Vervins, dans le département de l'Aisne. Selon le redécoupage électoral des législatives de 2012, elle fait partie de la 3e circonscription de l'Aisne. La commune comptant moins de 500 habitants avec 414 habitants selon le recensement de 2011, son conseil municipal est constitué de 11 élus dont le maire, ses 2 adjoints et 8 conseillers municipaux. Voulpaix porte le code INSEE 02 5 34 826 mais il est souvent abrégé en code commune 02 826.

Conseil municipal de Voulpaix (2014-2020)
Chef de file lors des élections Effectif Statut
Jean-Paul Renaux 11 majorité

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Voulpaix.

Le nombre des maires de Voulpaix qui se sont succédé depuis 1947 sont au nombre de quatre, d'où les noms ci-dessous :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1947 mars 1965 Gaston Louvet   Agriculteur (1894-1988)
mars 1965 juin 1995 Guy Renaux   Agriculteur (1923-2011)
juin 1995 mars 2008 Michel Degardin   Professeur d'anglais retraité
mars 2008[38] en cours
(au 17 avril 2014)
Jean-Paul Renaux   Clerc de notaire retraité et fils de l'ancien maire Guy Renaux
Réélu pour le mandat 2014-2020[39]

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est une des 68 communes de la communauté de communes de la Thiérache du Centre dès sa création en 1992. Elle a adhéré au SIVOM du Canton de Vervins en mai 1990. Elle fait partie aussi du syndicat des eaux du Sourd depuis novembre 1954. Ce syndicat a pour but l'entretien des canalisations et l'alimentation en eau courante de la commune depuis le château d'eau, situé à la sortie de La Vallée-au-Blé en allant vers Guise[40].

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Politiquement, le village n'a pas de couleur spécifique. Ainsi des candidats et des listes de droite arrivent en tête lors des élections présidentielles et européennes sauf celle de 2004 à Voulpaix tandis que les candidats et les liste de gauche arrivent en tête lors des élections législatives, cantonales et régionales[41].

Traité de Maastricht[modifier | modifier le code]

En 1992, les Voulpaisiens ont refusé le traité de Maastricht à 58,26 % contre 41,74 % des suffrages exprimés pour le traité[42].

Référendum de 2000[modifier | modifier le code]

Lors du référendum de 2000 portant sur le passage du mandat présidentielle de sept ans à cinq ans, les Voulpaisiens ont voté majoritairement oui à 63,27 % tandis que le non recueille 36,73 % des suffrages mais le taux d'abstention est important car il est de 63,27 %[43].

Élection présidentielle et législative de 2002[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection présidentielle, le premier tour a vu arriver en tête Jacques Chirac avec 27,56 %, suivi de Jean-Marie Le Pen avec 23,56 % et Lionel Jospin avec 17,78 % (abstention : 22 %). Au second tour, les électeurs ont voté à 80,54 % pour Jacques Chirac contre 19,64 % pour Jean-Marie Le Pen avec un taux d’abstention de 19,46 %, résultat assez proche des tendances nationales (respectivement 82,21 % et 17,79 % ; abstention 20,29 %) avec cependant deux points en moins pour Jacques Chirac et deux points supplémentaires pour Jean-Marie Le Pen[44].

Lors de l'élection législative, le premier tour a vu arriver en tête Jean-Pierre Balligand (PS) avec 58,29 %, suivi loin derrière par Annick Garin (UMP) avec 31,16 % ... (abstention: 31,33 %). Au second tour, les électeurs ont voté à 65,10 % pour Jean-Pierre Balligand contre 34,90 % pour Annick Garin avec un taux d’abstention de 33,33 %, résultat assez proche des tendances de la circonscription (respectivement 60,56 % et 39,44 % ; abstention 39,02 %) avec cependant cinq points supplémentaire pour Jean-Pierre Balligand[44].

Élection cantonal, régional et européenne de 2004[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection cantonal, le premier tour a permis de réélire Jean-Pierre Balligand (PS) avec 54,46 %, suivi loin derrière par Laurent Marlot (UMP) avec 25,02 % ... (abstention: 31,33 %)[45]. À Voulpaix, Jean-Pierre Balligand est réélu dès le premier tour avec 57,02 % des suffrages, suivi par Laurent Marlot avec 26,07 % puis par Benoît Martin (FN) avec 10,90 % des suffrages exprimé. Les autres candidats ont en dessous de 2,5 % et le taux d'abstention sur la commune est de 27,63 %[46].

Lors de l'élection régionales, la liste emmenée par Gilles de Robien arrive en tête avec 38,81 % suivi de la liste des PS de Claude Gewerc à 31,84 % des voix puis de la liste FN avec 18,81 % des voix et les deux dernières listes recueillent moins de 10 % des suffrages. Le taux d'abstention de ce premier tour était de 27,63 %. Au second tour, la liste de Claude Gewerc arrive en tête avec 46,84 % des suffrages tandis que la liste de Gilles de Robien recueille 38,83 % soit 0,02 % de plus qu'au premier tour. Puis la liste du FN est dernière avec 14,89 % des voix. Le taux d'abstention de ce deuxième tour était de 35,53 %[47].

À Voulpaix, lors de l'élection européenne, la liste PS de Henry Weber arrive en tête avec 31,50 %, suivi par la liste UMP de Toikia Saifi avec 16,54 % des voix, ensuite par la liste UDF avec 14,96 %, puis par la liste DD de Yves Butel avec 11,81 % et enfin par la liste FN avec 10,24 %. Les autres listes ont fait moins de 5 % des suffrages[48].

Traité constitutionnel européen[modifier | modifier le code]

Au référendum sur le traité constitutionnel pour l’Europe du 29 mai 2005, les Voulpaisiens ont largement voté contre le projet de traité établissant une Constitution pour l'Europe, avec 36,19 % de Oui contre 63,81 % de Non avec un taux d’abstention de 24,73 % (France entière : Non à 54,67 % ; Oui à 45,33 %). Ces chiffres sont supérieurs à la tendance nationale (France entière : Non à 54,67 % ; Oui à 45,33 %)[49].

Élection présidentielle et législative de 2007[modifier | modifier le code]

À l’élection présidentielle, le premier tour a vu en tête Nicolas Sarkozy avec 32,82 %, suivi de 10 % en moins par Ségolène Royal avec 20,46 %, mais le troisième homme est Jean-Marie Le Pen avec 17,37 % par rapport au résultat national, suivi François Bayrou avec 13,51 %. Le second tour a vu arriver largement en tête Nicolas Sarkozy avec 55,08 % (résultat national : 53,06 %), Ségolène Royal ne totalisant que 44,92 % des suffrages des Voulpaisiens (national : 46,94 %)[50].

À l’élection législative, le premier tour a vu en tête le député sortant avec 53,66 %, suivi de 20 % en moins par Frédéric Meura (UMP) avec 29,76 %, puis par Nathalie Fauvergue (FN) avec 6,34 %. Les autres candidats ont eu moins de 5 % des suffrages. Le second tour a vu arriver en tête le député sortant avec 55,56 %, Frédéric Meura ne totalisant que 44,44 % des suffrages des Voulpaisiens[51].

Élection européenne de 2009[modifier | modifier le code]

À Voulpaix, lors de l'élection européenne, la liste UMP arrive en tête avec 31,01 %, suivi par la liste PS de avec 16,28 % des voix, ensuite par la liste Europe-Écologie avec 11,63 %, puis par la liste NPA de Yves Butel avec 10,85 % et par la liste FN avec 8,53 %, enfin par la liste Libertas avec 5,43 %.Les autres listes ont fait moins de 5 % des suffrages[52].

Sécurité et justice[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

La sécurité de la commune est assurée par la gendarmerie de Vervins qui est à la fois la compagnie d'un des secteurs de l'Aisne[pas clair][53]. Pour les incendies et les accidents, Voulpaix fait partie de la zone de la caserne de pompiers de Vervins.

Justice[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à divers échelons judiciaires. Pour le commerce, la commune est rattachée au tribunal de Saint-Quentin. Elle dépend par ailleurs du tribunal d'instance de Vervins, du tribunal de grande instance de Laon et de la cour d'appel d'Amiens. De plus, Voulpaix fait partie de la zone du conseil des prud'hommes de Laon[54].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution[modifier | modifier le code]

En 1793, la commune de Voulpaix comptait 1 035 habitants. La population augmenta jusqu'à arriver à 1 211 habitants en 1821. En 1829, la Vallée aux Bleds devient une commune indépendante d'où les 982 habitants du recensement de 1831 mais la population s'accroît jusqu'en 1836 avec 1 075 habitants. Le nombre d'habitants reste stable jusqu'en 1861. À partir du recensement de 1866, la population baissa à cause de l'exode rural qui touche toutes les campagnes de France.

À partir de 1911, la population resta stable. Elle varie entre 600 et 500 habitants, hormis une baisse en dessous de 500 habitants en 1921 et 1946 à cause des deux guerres mondiales qui viennent de se terminer. À partir du recensement de 1975, la population a baissé légèrement pour arriver à 368 en 1999, mais elle a connu un rebond pour arriver à 389 habitants en 2006 puis 399 habitants en 2009 et devrait continuer à croître si la tendance se confirme.

En 2011, la commune comptait 411 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 035 1 110 1 119 1 211 982 1 075 1 027 1 048 1 063
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 012 1 015 978 937 937 824 742 702 653
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
593 607 556 464 514 547 559 442 514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
528 516 503 434 404 368 389 392 411
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2004[56].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 1999, sur les 368 habitants de Voulpaix, 51,63 % sont des hommes et 48,37 % sont des femmes.

En 2006, sur les 389 habitants de Voulpaix, 51,41 % sont des hommes et 48,59 % sont des femmes.

1999[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Voulpaix en 1999[57] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
Avant 1904
4,2 
1905-1924
9,4 
16,3 
1925–1939
12,8 
17,4 
1940-1954
23,3 
24,2 
1955-1969
18,3 
19,5 
1970-1984
17,2 
18,4 
1985-1999
18,9 
Pyramide des âges de l'Aisne en 1999[58] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
Avant 1904
0,3 
5,3 
1905-1924
8,9 
12,9 
1925–1939
14,7 
18,9 
1940-1954
17,6 
22,1 
1955-1969
21,2 
20,7 
1970-1984
18,6 
20,1 
1985-1999
18,7 

2006[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Voulpaix en 2006[59] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
Avant 1917
6,4 
1917-1931
5,3 
10,9 
1932–1946
10,5 
24,8 
1947-1961
26,8 
20,8 
1962-1976
20,5 
16,8 
1977-1991
14,7 
20,3 
1992-2006
22,1 
Pyramide des âges de l'Aisne en 2006[60] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
Avant 1917
1,0 
5,8 
1917-1931
9,4 
12,1 
1932–1946
13,3 
21,6 
1947-1961
20,4 
20,8 
1962-1976
20 
18,8 
1977-1991
17,2 
20,7 
1992-2006
18,6 

Économie[modifier | modifier le code]

Chômage[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 1999, le chômage était de 15 % de la part des actifs. Le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale. Selon l'enquête de recensement fait à Voulpaix en 2006, le taux de chômage parmi les actifs a baissé pour arriver à 8,5 % par rapport au 15 % de 1999[61].

Agriculture et pisciculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture représente une des activités essentielles du village. En effet, l'agriculture était tournée vers l'autosuffisance mais c'était surtout une agriculture de bocage. On produisait du cidre et du maroilles. Actuellement, Voulpaix dénombre au moins 8 agriculteurs en 1999. Ceux-ci sont regroupés dans des exploitations agricoles. Sur les 1 155 hectares, le territoire de la commune est composé de terre agricole. Ainsi les terres situées à proximité ou à l'intérieur du village sont toujours en herbe pour accueillir les animaux des fermes d'élevage tandis que les terres éloignées du village sont des champs céréaliers consacrés au blé, au maïs, à la pomme de terre ou à la betterave.

De plus une pisciculture existe à Voulpaix, l'exploitation est petite mais elle élève des poissons comme les carpes et les truites. Elle possède des étangs dédiés à cet élevage destiné à la vente. La pisciculture met à la disposition de tous, un étang pour pêcher des poissons issus de cet élevage. l

Industries[modifier | modifier le code]

Le secteur secondaire est actuellement représenté sur la commune par une plateforme d'une société de transporteur routier du nom de Houtch. Ce secteur est présent à Voulpaix depuis le XVIIIe siècle. En effet, le village avait une filature à cette époque. Des années 1900 au années 1950, la commune possédait une papeterie, surnommée au village la papeterie Rathier. Les locaux furent repris par l'entreprise Bure puis Sorevi dans les années 1960. Cette nouvelle industrie rénova les locaux. Dans les années 1990, l'entreprise restructura son activité et ferma le site en 1996. Ce site est racheté dans les années 2000 par une entreprise de transporteur routier du nom de Houtch, dont le siège social est dans l'Aisne. Le site est aujourd'hui une des plateformes de transport de la nouvelle entreprise.

Services[modifier | modifier le code]

Autrefois, Voulpaix disposait de nombreux services du fait de l'importance de la population locale. Dans les années 1930, le village disposait de magasins de vêtements et de chaussures, des épiceries, une poste, des cafés, un boucher, des boulangers et des maçons. Depuis la Seconde Guerre mondiale, ce secteur va disparaître petit à petit du fait des grandes surfaces, de la baisse de la population et du développement de la voiture. Voulpaix dispose actuellement d'une boulangerie et d'un salon de coiffure. Jusqu'en 2008, le village disposait d'un maçon et d'un café. Pour disposer de services complémentaires (alimentation, banque, etc.), il est nécessaire de se rendre à Vervins.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le secteur touristique est inexistant à Voulpaix. Bien que l'église soit une église fortifiée de Thiérache, celle-ci n'est pas classée monument historique. La fermeture au public en dehors des offices religieux limite d'autant plus son attrait touristique.

Le village dispose de chemins de campagne de petite et moyenne importances permettant de rejoindre les communes avoisinantes. Ces chemins ne font partie d'aucun circuit pédestre.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

Les manifestations sont organisées par le comité des fêtes, la commune ou les clubs de sport. Le principal organisateur de fête à Voulpaix est le comité des fêtes, qui est une association organisée en un bureau élu pour 2 ans par une assemblée. Elle s'occupe et organise des fêtes dans le village comme le Téléthon, les fêtes du 14-Juillet. Sa présidente actuelle est Josiane Bataille. Les jeunes adultes participent au comité des fêtes en formant le comité des jeunes.

Fête communale[modifier | modifier le code]

La fête communale de Voulpaix a lieu du samedi au jusqu'au lundi de la Pentecôte. Des activités et des soirées sont organisées lors des festivités. Avant 2003, une autre fête se déroulait les 3es samedis et dimanches de septembre.

Brocante[modifier | modifier le code]

La brocante du village a lieu tous les 3es dimanches de septembre. La première édition fut en 2002 pendant la fête du village[pas clair]. Le Comité des fêtes gère son organisation et son fonctionnement.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Émile Faucheux[modifier | modifier le code]

Émile Faucheux[62] est né le 12 avril 1928 à Haution sous les prénoms de Léon, Émile, Albin Faucheux. Après sa naissance, ses parents viennent s'installer à Voulpaix. Il aimait collectionner les armes à feu de la première guerre d'où son arrestation par les nazis pour détention d'arme à feu vide sur lui. Il est emmené à Compiègne. Il est déporté à Buchenwald le 17 août 1944 où il meurt le 29 août 1944. Aujourd'hui, la place de l'église porte le nom de place Émile-Faucheux en son honneur, un portrait de lui est affiché à la mairie et son nom est inscrit au monument aux morts du village. Depuis la publication du JO du 10 décembre 1989, il est apposé sur son acte de décès le terme de « mort en déportation »[63].

Marcel Serent[modifier | modifier le code]

Marcel Serent[64] est né le 3 janvier 1909 à Voulpaix. Il y grandit et en 1944, il est dénoncé aux nazis et arrêté pour être emmené à Compiègne. Il part dans le même convoi qu’Émile Faucheux pour Buchenwald. À son arrivée, il est emmené dans des camps de travail pour travailler jusqu'à la libération du camp. Il rentre à Voulpaix le 8 mai 1945. Après la déportation, il devient conseiller municipal de Voulpaix et sera dans l'opposition au maire sortant jusqu'à sa mort en 1966. Aujourd'hui, une rue porte le nom de rue Marcel-Serent, un portrait de lui est affiché à la mairie et son nom est inscrit au monument aux morts du village.

Robert Lécuyer[modifier | modifier le code]

Robert Lécuyer est né le 21 mai 1932 à Voulpaix. Médecin neuropsychiatre et psycho-pédagogue, il est membre titulaire de la Société médico-psychologique et de la Société de neuropsychiatrie infantile (SFPEADA), où il continue régulièrement à communiquer ; et chevalier de l’ordre du Mérite. Depuis sa thèse sur la trisomie 21 (Le Mongolisme, Lille 1957-58, avec deux éditions japonaises), il a particulièrement travaillé sur les actions psycho-pédagogiques permettant la plus valable intégration sociale des personnes gravement handicapées mentales, devenant depuis 1961, un des concepteurs-théoriciens des centres d’aide par le travail très ouverts (c’est-à-dire acceptant même les très peu performants) reconnu internationalement (une centaine de publications).

Sports[modifier | modifier le code]

Vervins dispose de plusieurs clubs de sport mais 3 clubs sportifs sont présents à Voulpaix dont deux sont affiliés aux fédérations.

FCV[modifier | modifier le code]

Le Football Club de Voulpaix dit FCV est le club de football du village. Il participe au championnat de football au niveau local, affilié à la FFF. Il se compose de 3 équipes amateurs : les jeunes et les seniors de 3e et 2e divisions. Son président actuel est Michel Landérieux. Un tournoi et des fêtes sont organisés par le FCV. Le club dispose d'un terrain de football appartenant à la commune.

TCV[modifier | modifier le code]

Le Tennisclub de Voulpaix est un club de tennis privé non affilié à la Fédération française de tennis. Il a été créé en 1989. Son président actuel est Gérard Blondel. Ce club dispose d'un terrain appartenant à la commune.

UCVT[modifier | modifier le code]

L'Union cycliste voulpaisien et de la Thiérache dit le Tiot vélo[65] est un club affilié à la FFC. C'est le dernier né des associations du village. Il a été créé en 2005. Son président fondateur est Jacques Bouxin. Celui-ci est toujours président de l’association. Le club organise des tournois en Thiérache ainsi que des sorties hors de la région.

Équipement sportifs[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un terrain de football, d'un terrain de tennis et d'une table de tennis de table.

D'autres équipements sportifs ne se situent pas sur la commune. Pour la pratique de la natation, il est nécessaire de se rendre à Hirson ou à Marle[66].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Voulpaix dépend de l'académie d'Amiens et des bus scolaires font la liaison entre la commune et les principaux établissements concernés.

École maternelle et primaire[modifier | modifier le code]

Actuel[modifier | modifier le code]

Voulpaix n'a pas d'école. La scolarité s'effectue à Vervins à l'école maternelle Ceccaldi et l'école maternelle Marie-Moret. Pour l'école primaire, les jeunes se rendent à l'école Brimbeuf-Ceccaldi[67] mais les parents peuvent les inscrire à Notre-Dame qui est une école maternelle et primaire privée. Cette école privée se situe également à Vervins.

Avant[modifier | modifier le code]

Voulpaix disposait jusqu'à la fin de l'année scolaire de 2002 à 2003 d'une école accueillant les jeunes de 4 à 10 ans. Celle-ci connaîtra 2 locaux ; d'abord elle se situa à la place de l'église ainsi que la mairie, puis à la rentrée de 1957, elle va s'installer dans un bâtiment, qui est aujourd'hui la mairie du village, jusqu'à sa fermeture. Plusieurs plans de regroupement scolaire ont été proposés à la commune. Le premier fut un regroupement Haution - Laigny - Voulpaix à la fin des années 1960. Face aux refus des Voulpaisiens, le projet est abandonné. En 2003, pour éviter la fermeture définitive de l'école, un nouveau projet propose que Voulpaix rejoigne le regroupement La Vallée-au-Blé et Lemé mais les parents d'élèves refusent ce projet, d'où la fermeture définitive.

Collège et lycée[modifier | modifier le code]

Les jeunes Voulpaisiens se rendent au collège Condorcet[68] de Vervins. Celui-ci est le collège du canton de Vervins. Une alternative proposée est le collège privé Saint-Joseph situé sur la commune de Fontaine-lès-Vervins.

Les jeunes lycéens de Voulpaix suivent les cours à Hirson (lycée Juliot-Curie) ou à Laon (lycées Paul-Claudel et Méchain). D'autres lycéens se rendent au lycée privé Saint-Joseph ou à l'école d'agriculture de Fontaine-lès-Vervins.

Médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

La réception de la télévision numérique terrestre (TNT) est possible sur l'ensemble du territoire communal depuis 2007. Un émetteurs de télévision proposent ce service : le plus puissant est l'émetteur de Landouzy-la-Cour, qui diffuse les émissions de la TNT depuis décembre 2007[69]. L'émetteur relaie les 18 chaînes gratuites de la TNT, dont les programmes régionaux de France 3 Nord-Pas-de-Calais Picardie. L'émetteur de Landouzy-la-Cour diffuse les programmes de France 3 Picardie, la sous-antenne régionale de France 3 Nord-Pas-de-Calais Picardie.

Journaux[modifier | modifier le code]

Les journaux locaux diffusés à Voulpaix sont La Thiérache[70], L'Aisne nouvelle, Le Démocrate de l'Aisne et L'Union. Ces journaux diffusent les informations locales de la Thiérache.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas d'infrastructure sanitaire. L'infrastructure la plus proche est Vervins où l'on trouve des cabinets de médecin généralistes dans un regroupement, une pharmacie, une maison de retraite public et un petit hôpital. Les cabinets des principaux professionnels de la santé qui exercent à Vervins sont quatre médecins généralistes, un kinésithérapeute, une dermatologue, un podologue et un gynécologue. Pour avoir d'autre soin de santé, il faut aller à Laon ou à Fourmies pour un ophtalmologue, un ORL, un chirurgien-dentiste, un radiologue... On peut aller aussi à Hirson pour un psychologue, un psychiatre...

L'hôpital le plus proche est l'hôpital de Vervins mais c'est un petit hôpital. Le centre hospitalier le plus proche est Laon ou Fourmies et Reims.

Cultes[modifier | modifier le code]

Catholique[modifier | modifier le code]

Église du village (XVIIe siècle)

Voulpaix appartient au diocèse catholique de Soissons, Laon et Saint-Quentin, lui-même subdivision de la province ecclésiastique de Reims. La paroisse Sainte-Anne en Thiérache a été constituée par le rapprochement des anciennes paroisses du canton de Vervins et de paroisses du canton de Sains-Richaumont. Les offices y sont célébrés en l'église de Voulpaix selon un calendrier que reçoivent les habitants par le journal Les Eaux mêlées du Vervinois. Ce trimestriel est écrit par des laïcs de la paroisse et distribué par un laïc du village. Les messes de ce calendrier sont décidées par l'abbé de la paroisse car celle-ci compte au moins 30 églises.

Protestant[modifier | modifier le code]

Une petite communauté protestante était établie à Voulpaix depuis le XVIe siècle. Ils avaient leur lieu de culte à Lemé et à Vervins mais ils avaient leur cimetière au village. Depuis la moitié du XXe siècle, Voulpaix ne recense plus de personne de confession protestante mais il reste des traces de cette communauté disparue comme le cimetière des protestants et une rue qui porte le nom de rue des Protestants.

Transports[modifier | modifier le code]

Hier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne Romery - Liart.

Le chemin de fer de la compagnie des chemins de fer départementaux de l'Aisne dessert la commune depuis 1912. Des trains quotidiens vont passer à la gare de Voulpaix. Ces trains quotidiens vont également desservir les industries de la commune en charbon.

En 1922, la compagnie devient la compagnie des chemins de fer secondaires du Nord-Est. Celle-ci ferma une partie de la ligne en 1935 puis avec la fermeture de l'usine utilisant le charbon et l'arrivée de l'électricité dans les années 1950 et de l'eau courante en 1961. La compagnie ferma la ligne en 1951.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Voulpaix est desservie par les lignes de bus 460[71] et 461[72] de la RTA. Celle-ci dessert également la commune pour les transports scolaires des écoles et du collège public de Vervins. En même temps, la société Advantour dessert la commune pour les transports scolaires des deux établissements privés de Vervins.

Les Voulpaisiens utilisent plus la voiture car 85,3 % des ménages de la commune disposent d'au moins une voiture. Sur ces 85,3 %, 42 % disposent d'une voiture et 43,4 % disposent de deux à plusieurs voitures[73].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Les Voulpaisiens mettent les poubelles dehors tous les mardi matin pour l'arrivée des bennes à ordures ménagères de la SITA qui reprennent les déchets. Chaque habitant dispose d'une poubelle spécifique mise à disposition par l'intercommunale pour les produits à recycler. De plus, les Voulpaisiens peuvent emmener les gros déchets à la déchèterie de Vervins.

La commune ne dispose pas en totalité de collecte des eaux usées, les habitants disposent alors de fosse septique qui sont vidées par des agriculteurs ou des sociétés de traitement en fonction du choix des habitants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Quentin de Voulpaix.

L'église de Voulpaix est une des églises paroissiales de Sainte-Anne en Thiérache. L'édifice est construit au XIIe siècle avant d'être fortifiée au XVIIe siècle. Ainsi l'édifice religieux est une église fortifiée de Thiérache qui est non classée au monument historique. Le saint patron de l'église est saint Quentin dont une relique est présente dans l'église. Avec l'église, le village a deux cimetières dont l'un autour de l'église et l'autre à l'extérieur du village sur la D 960.

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de la commune se situe en face de l'église. Il commémore la mémoire des jeunes du village morts lors de la Première Guerre mondiale et de la Deuxième Guerre mondiale. Les morts de Voulpaix de la Seconde Guerre mondiale sont des déportés. Des cérémonies de commémoration sont effectuées le 11 novembre, le 8 mai, le 14 juillet, le 18 juin et lors de la journée des déportés.

Château[modifier | modifier le code]

Le château de Voulpaix n'existe plus aujourd'hui mais il reste des vestiges du château. Elle est visible sur les photos aériennes du village. Le château à l'origine est un château de la motte. Elle fut le lieu où vécurent les seigneurs de Voulpaix jusqu'en 1438. Le château va se dégrader lentement avant d'être détruit lors de la Révolution française. Les dernières parties restantes du château furent détruite en 1836

Ancienne gare[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Voulpaix.

La gare de Voulpaix se situait sur la ligne de Romery à Liart. Cette gare sera ouverte de 1912 à la fermeture de la ligne en 1951. En 1954, la gare devient la mairie du village avant de déménager dans un nouveau local en 1975. Aujourd'hui, c'est une propriété de la commune et elle est louée à un particulier.

Mairie[modifier | modifier le code]

Mairie de Voulpaix

Installée d'abord à côté de l'école du village et sur la place de l'église au début des années 1900, la mairie déménagea en 1954 par décision du conseil qui loua la gare à la compagnie de chemin de fer avant de racheter en 1960. Celle-ci resta à la gare jusqu'en 1975, date à laquelle, elle s'installa dans un nouveau local construit dans le même bâtiment que la nouvelle salle des fêtes du village. En 2004, le conseil municipal décida de déménager pour aller dans les locaux scolaire, inutilisé depuis la fermeture de l'école en 2003. Grâce aux subventions, les travaux des nouveaux locaux commence à partir du 1er avril 2008. Ces travaux se sont terminés en mai 2009. Les Voulpaisiens découvrirent les nouveaux locaux de la mairie lors des élections européennes avant qu'elle soit inaugurée[74] le 4 juillet 2009 en présence du maire, du président du conseil général de l'Aisne, du député, de la sous-préfète, Mme Élodie Shes et de nombreux habitant de la commune.

Salle des fêtes[modifier | modifier le code]

En 1945, la salle des fêtes se situait dans un autre bâtiment que les locaux actuels. En 1961, la commune vendit le bâtiment de la salle des fêtes à l'entreprise du village. Au début des années 1970, la commune décida de la construction d'un nouveau bâtiment pour accueillir la salle des fêtes et la mairie. Ces travaux se sont terminés en 1975 et le bâtiment est inauguré la même année. Avec le déménagement de la mairie dans les locaux scolaires en 2009, des travaux sont entrepris pour agrandir cette salle pour se terminer pour la fin du premier semestre 2012.

Étang[modifier | modifier le code]

L'étang de Voulpaix appartient à la pisciculture de Voulpaix mais le lieu est ouvert au pêcheur avec expérience et il est payant pour pêcher. les poissons doivent remis à l'eau de même que les poissons-chats. Dans cette étang contient du sillure, des sandres, des brochets, des perches, des tanches, des brèmes, un requin d'eau douce et du poisson blanc.

Si ce requin est attrapé, il faut immédiatement appeler la mairie de Voulpaix.

Lavoirs[modifier | modifier le code]

Les lavoirs de Voulpaix sont des retenues d'eau de petits ruisseaux pour laver autrefois le linge des habitants. Aujourd'hui, ils ne sont plus utilisés mais ce sont des éléments décoratifs entretenus par la commune.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Aisne. Les 816 communes, Édition Delattre, 2008.
  • Dictionnaire topographique du département de l'Aisne, Auguste Matton, 1871
  • Dictionnaire historique du département de l'Aisne. Tome II (de L à W), Maximilien Menneville, 1865

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue internationale d'onomastique
  2. Vladimír Buben, Influence de l'orthographe sur la prononciation du français moderne, Universum, 241 pages, 1935.
  3. « Nom des habitants des communes françaises, Voulpaix », sur www.habitants.fr, SARL Patagos (consulté le 04 avril 2012).
  4. Distance orthodromique de Voulpaix sur Lion 1906.
  5. [PDF] Notice BRGM de la carte géologique de Vervins, datant de 1971, recouvrant la commune de Voulpaix
  6. La Thiérache, Recueil de document concernant l'histoire, les Beaux-arts, les sciences naturelles et l'industrie de cette ancienne subdivision de la Picardie : Volume I et II, p 195
  7. Zonage sismique sur planseisme.fr
  8. Risque sismique du département de l'Aisne sur risques-sismique.fr.
  9. a et b « Voulpaix », sur geoportail.fr (consulté le 5 avril 2012).
  10. Communes couvertes de l'Aisne par un PPR
  11. « Le Hainaut et la Thiérache », sur [PDF] draf.nord-pas-de-calais.agriculture.gouv.fr (consulté le 7 avril 2012).
  12. Météo France - Climatologie
  13. Vervins distant de 5 kilomètres à l'est en plaine constitue la station de référence pour la commune de Voulpaix.
  14. « Horaires de la ligne 460 de la RTA », sur cita.asso.fr (consulté le 07 avril 2012).
  15. « Horaire de la ligne 350 », sur cita.asso.fr (consulté le 07 avril 2012).
  16. « Transport à la demande du Herbus », sur cita.asso.fr (consulté le 07 avril 2012).
  17. INSEE - Logements à Voulpaix : les occupants
  18. INSEE - Logements de l'Aisne : les occupants
  19. INSEE - Logements à Voulpaix
  20. INSEE - Logements de l'Aisne
  21. INSEE - Logements à Voulpaix : le parc
  22. INSEE - Logements de l'Aisne : le parc
  23. INSEE - Logements à Voulpaix : le parc
  24. INSEE - Logements de l'Aisne : le parc
  25. Lifting complet pour la salle des fêtes, La Thiérache, consulté le 8 avril 2012
  26. Nouvelle revue d'onomastique n° 41-42
  27. Google books : Acte de Charles le Chauve
  28. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne, Société académique de Laon, 1871, p. 363.
  29. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6)
  30. Toponymie générale de la France
  31. « À propos du nom de Voulpaix », Revue internationale d'onomastique, Mars 1959. Extrait de la Revue d'onomastique internationale
  32. Présence de silex à Voulpaix
  33. Société archéologique de Vervins et de la Thiérache, 1978, consulté le 16 juillet 2012
  34. Gallia préhistoire, Volume 22, numéro 2, 1979, consulté le 16 juillet 2012
  35. M. Piette Première notice sur les voies romaines - Bulletin de la Société académique de Laon 1856 sur Google Books, p. 167-185
  36. Histoire de Voulpaix sur google book
  37. Celle-ci prit plus tard le nom de la Vallée-au-Blé en 1961
  38. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  39. « Le nouveau conseil municipal est bien installé : Première réunion de conseil », La Thierache, no 2577,‎ 17 avril 2014, p. 14
  40. Base ASPIC du département de l'Aisne
  41. Selon les élections de 2002, 2004, 2007 et 2009
  42. Référendum sur la ratification du traité de Maastricht à Voulpaix
  43. Résultat du référendum de 2000 à Voulpaix sur le site politiquemania
  44. a et b Résultat de l'élection présidentielle de 2002 à Voulpaix
  45. Résultat des cantonales dans le canton de Vervins
  46. Résultat des élections cantonales de 2004 à Voulpaix
  47. Résultat des élections régionales de 2004 à Voulpaix
  48. Résultat des européenne de 2004 à Voulpaix
  49. Scrutin du 29 mai 2005 sur la constitution Européenne à Voulpaix
  50. Scrutin présidentiel de 2007 à Voulpaix
  51. Scrutin législatif de 2007 à Voulpaix
  52. Résultat des européenne de 2009 à Voulpaix
  53. Organisation de la sécurité dans l'Aisne
  54. Recherche des juridictions judiciaire dont Voulpaix
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  57. Pyramide des âges, Recensement 1999 sur le site de l'INSEE
  58. Pyramide des âges, Recensement 1999 sur le site de l'INSEE
  59. Pyramide des âges, Recensement 2006 sur le site de l'INSEE
  60. Pyramide des âges, Recensement 2006 sur le site de l'INSEE
  61. Chômage à Voulpaix
  62. Fiche d'Émile Faucheux lors du convoi parti de Compiègne le 17 août 1944
  63. Apposition du terme de « mort en déportation » sur son acte de décès, publié au JO du 10 décembre 1989
  64. Fiche de Marcel Serent lors du convoi parti de Compiègne le 17 août 1944
  65. Site d'information sur le club du Tiot vélo de Voulpaix
  66. La piscine de Marle est praticable uniquement en été
  67. Les écoles à Vervins
  68. Collège à Vervins
  69. Zone de couverture de l'émetteur de télévision de Landouzy-la-Cour (PDF)
  70. Le site de La Thiérache
  71. Ligne 460 de la RTA
  72. Ligne de la RTA
  73. Équipement automobile des ménages de Voulpaix
  74. Inauguration de la nouvelle mairie sur le site de la Thiérache