Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt
Blason de Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Sissonne
Intercommunalité Communauté de communes de la Champagne Picarde
Maire
Mandat
Alain Normand
2014-2020
Code postal 02820
Code commune 02676
Démographie
Gentilé Saint-Ermois, Saint-Ermoise
Population
municipale
1 844 hab. (2011)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 56″ N 3° 50′ 25″ E / 49.5155555556, 3.84027777778 ()49° 30′ 56″ Nord 3° 50′ 25″ Est / 49.5155555556, 3.84027777778 ()  
Altitude Min. 75 m – Max. 208 m
Superficie 20,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt

Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Les habitants de la commune s'appellent les Saint-Ermois et les Saint-Ermoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le prieuré Saint-Erme

Le 13 octobre 1918, le village est libéré par le 320e régiment d'infanterie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt Blason De sinople à la grive perchée sur une branche posée en fasce en pointe, avec son caillou, picorant une grappe de raisin appendue à une branche posée en fasce en chef, le tout au naturel.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1813 Pierre Romain Venet[1]    
1813 1826 Paul Barbier    
1826 1830 Louis Nicolas Guyenne    
1830 1848 Jacques Lemoine    
1848 1870 Nicolas Becret    
1871 1873 Remi Coquet    
1874 1894 Armand Joseph Avot    
1894 1912 Clovis Venet    
1912 1919 Gervais Mercier    
1919 1922 Sidoni Berlicot    
1922 1953 Albert Venet    
1953 1971 Camille Gabriel Parruitte    
1971 1983 Jean-François Samain Divers Droite Agriculteur
1983 1989 Pierre Laurent    
1989 1995 Jean-François Samain Divers Droite Agriculteur
1995 2014 Guy Cens[2] DVD réélu pour le mandat 2008-2014
2014[3] en cours
(au 12 mai 2014)
Alain Normand    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 844 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 271 1 478 1 501 1 497 1 876 1 829 1 834 1 785 1 668
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 731 1 643 1 644 1 570 1 643 1 624 1 502 1 471 1 396
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 335 1 262 1 234 1 083 1 362 1 444 1 384 1 399 1 482
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 522 1 578 1 791 1 818 1 867 1 861 1 827 1 844 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Ermin de Lobbes. deuxième abbé de l'abbaye de Lobbes (Hainaut, Belgique) est né à Herly. En hommage au saint le village adopta le nom de Saint-Erme. Ermin mourut à Lobbes en 737. Son sarcophage se trouve dans la collégiale de Lobbes.
  • Jean Aubert, principal du Collège de Laon à Paris et helléniste célèbre du XVIIe siècle.
  • Jacques Lemoine (né à Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt le 2 novembre 1788 décédé dans la même ville le 18 mars 1860), ex-sergent-major de la Grande Armée, fut secrétaire greffier de la mairie de Saint-Erme dès 1816. Adjoint au maire en 1826, il fut nommé maire de Saint-Erme en 1830 et le resta jusqu'en 1848. Arpenteur, il fut décoré du Lys et médaillé de Sainte-Hélène. Il épousa à Saint-Erme en 1821, Amélie Agathe Poreaux (1793-1840). Leur tombe existe toujours au cimetière de Saint-Erme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. De nombreux Venet ont donné des maires à la commune. Le dernier de cette lignée, Jean-François Samain en est un rejeton par sa mère née Yvonne Venet épouse du Dr Henri Samain, médecin du village.
  2. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  3. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 12 août 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.