Reconstitution historique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reconstitution.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Archéologie expérimentale.
La compagnie franche de la marine exerce son droit de cité dans la vieille ville fortifiée de Québec, à l'occasion du 398e anniversaire de la ville, le 3 juillet 2006.
Reconstitution de bataille de la Ligne Molotov durant Seconde guerre mondiale, à Sanok en Pologne.
Reconstitution de la bataille de Waterloo sur le site même de l'affrontement en 2011.

La reconstitution historique est une pratique qui consiste à recréer certains aspects d'un évènement passé, d'une période historique ou d'un mode de vie précis, en s'appuyant sur des éléments matériels reproduisant celui de la période concernée (vêtement, mobilier, armement, etc.). Cette activité peut ressembler, par exemple, à la reconstitution d'une célèbre bataille, ou bien de la vie quotidienne d'une époque passée.

Définition[modifier | modifier le code]

Une multitude de démarches pour un seul concept[modifier | modifier le code]

La pratique qui fait le moins débat et que l'on retrouve de manière constante, est la production d'objets réalisés à partir de la documentation historique (costumes, objets fonctionnels ou d'apparat), puis leur usage (port du costume, emploi des outils, maniement des armes, etc). Quel que soit l'objectif, une personne ou un groupe (association, etc.) se revendiquant de la reconstitution historique appuiera sa démarche sur la production et/ou l'usage d'objets reconstitués à partir de sources écrites (textes), iconographiques, archéologiques et muséographiques ( plus rarement il fera usage d'objets originaux). On peut considérer qu'aujourd'hui c'est cette démarche qui définit le mieux le concept de reconstitution historique.

Si la démarche de production et d'utilisation d'objets est une constante, le terme de reconstitution historique est bien souvent employé pour de nombreux types d'activités pourtant bien distinctes, de part les objectifs recherchés :

  • Médiation culturelle de l'Histoire vers un grand public. Ce loisir peut prendre alors la forme de manifestations à thème historique qui permettent au public de mieux connaitre certaines époques ou événements du passé, comme les animations des "fêtes médiévales" et les reconstitutions de batailles (par exemple, la bataille d'Hastings). On retrouve également la participation à la réalisation d'ouvrages de vulgarisation, la réalisation de documentaires et films à caractère historique.
  • Spectacle vivant : certaines troupes artistiques (musiciens, escrimeurs, acteurs, etc) peuvent adopter une démarche de reconstitution historique pour leurs représentations, mais dans la grande majorité ce sont des spectacles ne reposant sur aucune recherche historique sérieuse, s'inspirant surtout de stéréotypes populaires et de légendes,
  • Compétition, à travers la reconstitution dite sportive : il s'agit de compétitions prenant la forme de joutes ou de tournois inspirés du Moyen Âge. Il existe également deux autres disciplines sportives : les Arts Martiaux Historiques Européens (AHME) qui reposent sur l'étude des codex d'escrimes médiévale afin de la pratiquer de la manière la plus proche possible, mais avec une tenue et des protections modernes, et Béhourd (appelé également full contact) qui, s'il préconise le port d'une tenue approchant une certaine cohérence visuelle, reste une pratique extrêmement violente ne reposantsur aucune technique.
  • Reconstitution immersive (appelé également OFF) : L'objectif est alors, pour les reconstituteurs d'une même époque, de se retrouver entre eux, sur un site plutôt privé, qui peut être lui-même historique, en l'absence de public. On retrouve parmi eux les adeptes du "living history" ou "histoire vivante", qui réunit un nombre important de pratiquants intéressés par une époque précise, et pour qui le but essentiel est de reconstituer le plus possible le quotidien d'une époque. Les pratiquants de ce type de reconstitution mettent parfois en avant une notion "d'histoire expérimentale". C'est dans ce courant que l'on trouve le plus de groupes "non militaires".

Les camps privés ou camps "off" permettent aussi aux troupes de reconstitution de s’entraîner et d’expérimenter des objets ou des techniques. Ce contexte préservé d'éléments modernes, sans anachronismes par rapport à l'époque reconstituée, est également le moyen pour certains de développer l'immersion dans l'époque et dans le rôle du personnage qu'il reconstituent.

  • Jeu de rôle : certains organisateurs de jeux de rôle grandeur nature peuvent adopter les exigences de la reconstitution historique en matière de costumes et d'équipements, mais le plus souvent c'est le domaine de l’Héroic Fantasy qui prédomine.

À la frontière de l'archéologie expérimentale[modifier | modifier le code]

Il existe une confusion entre archéologie expérimentale et reconstitution historique qui s'explique entre autres par la proximité de certaines pratiques inhérentes à ces deux démarches. L'archéologie expérimentale est un outil scientifique à disposition des chercheurs en archéologie. En s'appuyant sur un cadre de recherche précis, défini par la détermination des limites dues aux moyens mis en place, l'archéologie expérimentale consiste d'abord à poser des problématiques, puis à émettre des hypothèses et à les confronter à des expérimentations dont on pourra faire varier les facteurs. Les résultats obtenus lors des expérimentations sont à considérer comme de nouvelles sources qu'il faut croiser avec les données archéologiques de terrain. L'archéologie expérimentale pose le plus souvent des questions d'ordre technique (technique de taille de silex, fonctionnement d'un four de métallurgie, teinture d'un tissu naturel, construction d'une maison...)

Le fondement de la reconstitution historique, quant à lui, repose sur une seule problématique : Comment reproduire un objet donné, pour qu'il soit le plus possible à l'identique de l'objet source ? L'ensemble des pratiques actuelles de la reconstitution historique ne déroge pas à cette question. La mise en pratique des objets produits à destination d’événements à caractères sociaux, comme peut l'être une bataille reconstituée, ne peut en aucun cas être considéré comme de l'archéologie expérimentale[réf. nécessaire]. Le facteur humain en est la limite déterminante: on ne peut pas reconstituer un homme du passé, par là, on entend qu'il n'est pas possible de reconstituer son système de pensée et de représentation, sa pratique sociale, etc. Pour reprendre l'exemple de la bataille, on ne peut en aucun cas considérer que reconstituer une bataille est faire de l'archéologie expérimentale; la limite principale repose sur le fait que les participants, bien qu'ils disposent du matériel reconstitué le plus pointu possible, ne sont pas là pour s'entre-tuer.

Cependant, et c'est ce qui est en partie à l'origine de la confusion, l'interface entre ces deux démarches existe. C'est le cas lors des expériences de techniques de taille de silex qui sont croisées avec les données des sites du Paléolithique. Cet exemple expliquer bien la différence entre les deux démarches. Il est tout à fait possible de tenter de produire des outils en silex taillés, uniquement dans le but de reproduire ce type d'objet. Dans ce cas, on parle de reconstitution historique. Les objets ainsi obtenus peuvent alors être exploités dans divers projets: expositions, interventions pédagogiques, reconstitution de la vie d'un camp préhistorique, etc. À partir du moment où la production de ces outils est inscrite dans une grille de questionnement scientifique, qui va prendre en compte, non seulement la forme et la matière de l'objet, mais aussi la variation des angles de frappes, la forme des déchets de taille, les différents types de percuteurs employés, etc. Le tout ayant pour but d'obtenir une banque de donnée expérimentale. On parle alors d'archéologie expérimentale.

Pour le dire simplement, les objets obtenus dans une démarche de reconstitution historique peuvent servir à l'archéologie expérimentale.

Qui pratique la reconstitution historique ?[modifier | modifier le code]

Différentes approches[modifier | modifier le code]

Pour désigner les pratiquants de manifestations à caractère historique, on emploie divers termes :

  • "Reconstituteurs", voire "reconstituants" pour les pratiquants de reconstitution historique selon un travail de recherche de sources historiques, dans le but d'une approche la plus fidèle possible,
  • "Evocateurs" (surtout dans la branche médiévale du hobby), pour les pratiquants s'inspirent d'une période historique, pour réaliser des animations ou des spectacles, en s'appuyant sur une recherche moins poussée et en utilisant des raccourcis issus de l'imagerie populaire.

Le partage[modifier | modifier le code]

La reconstitution est le plus souvent un loisir de passionnés groupés au sein d'associations. Si elle favorise une approche renouvelée de l’Histoire, elle permet aussi d’en faire partager le goût au plus grand nombre, car elle est comme un livre d’images qui se présente aux yeux du public. Il est donc important que la reconstitution offre une image aussi proche que possible de la réalité, car elle va jouer un rôle de plus en plus considérable dans la formation d’une culture historique de base, dont l’importance n’est plus à démontrer. Ces expériences humaines sont aussi le creuset d'une certaine réflexion de la part de la communauté des reconstituteurs quant à notre société. L'esprit de convivialité prime dans ce milieu.

Il existe de grands débats entre les différents types de pratiquants. Les puristes reprochent souvent à des groupes moins pointus relevant souvent plus du folklore d'altérer l'image de l'époque, voire d'en donner une négative, de par leurs tentatives de justifications hasardeuses ou approximatives.

Les groupes de reconstitutions[modifier | modifier le code]

Reconstituteurs de la 101e airborne US

Principalement les membres des groupes de reconstitution se définissent d'abord comme des passionnés d'histoire, histoire dont ils ont fait leur hobby.

Les périodes représentées[modifier | modifier le code]

Un participant incarnant un chevalier en armure dans une reconstitution contemporaine (juillet 2011) de la bataille de Tewkesbury, du 4 mai 1471, un épisode célèbre de la guerre des Deux-Roses

Tout dépend de la date, du lieu, de quelle vie on veut représenter.

Les périodes les plus représentées :

(1), (2), (3) : Le top 3 des activités les plus représentées en France.

Groupe de reconstitution de la guerre du Viêtnam

Certaines époques ne sont pas du tout représentées dans certaines régions, cela dépend de l'histoire de ces régions. L'exemple le plus frappant est le Moyen Âge avec une grosse représentation du XIVe et du XVe siècles au Nord de la Loire, alors que dans la région Provence-Alpes-Côtes-d'Azur et le Languedoc, c'est le XIIe et le XIIIe siècle qui est représentés. On observe le même phénomène à l'échelle des pays : on ne trouve pas beaucoup de groupes de reconstitution de la guerre de Sécession en France, par contre c'est une activité sur-représentée aux États-Unis.

Pour la période 1er Empire, le nord de la France et la Belgique sont particulièrement bien représentés ainsi que la Pologne.

La reconstitution de la guerre du Viêtnam n'est pas encore beaucoup représentée du fait de son histoire récente et sensible, surtout aux États-Unis. Autre thème du XXe siècle très peu représenté en France, la guerre de Corée (1950-1953). On constate aussi des groupements de reconstituteurs prenant en charge des périodes comme le XIXe siècle et s'attachant à reproduire l'évolution complète du siècle.

Les uniformes et le matériel[modifier | modifier le code]

  • Grâce aux facilités de communication, d'échange et aux techniques actuelles, les uniformes, les vêtements, les outils des époques reconstituées sont recopiés avec plus de pertinence grâce à de la documentation de plus en plus rigoureuse (pour les courants du hobby ayant accepté de s'appuyer au maximum sur la documentation).
  • L'utilisation d'armes blanches ou d'armes à feu reconstituée peut être réglementée (usages limités, interdites) en fonction des pays.

Le jeu de rôle[modifier | modifier le code]

Certains reconstituteurs veulent s'immerger le plus possible dans l'univers qu'ils souhaitent représenter et essayent ainsi de parler, réagir dans le style de l'époque et parfois jouer le rôle de personnages célèbres de l'histoire. On parle de roleplay (jouer un rôle), dans certaines pratiques de reconstitution, on parle aussi de "first person". C'est le fait de parler en essayant de se comporter comme un contemporain de l'époque représentée (langage, etc...).

Le commerce[modifier | modifier le code]

Des associations de reconstitution historique sur scène pour un festival et une commémoration, la bataille de Reims (1814).

Les films historiques font généralement appel à des reconstituteurs pour les rôles de figuration et de conseillers spécialistes sur la période historique concernée. Un film britannique de 2006, Tournage dans un jardin anglais, met en scène de manière humoristique par un procédé de mise en abyme l'utilisation de ces équipes de passionnés au cours d'un tournage.

Les manifestations[modifier | modifier le code]

La reconstitution historique permet de créer de véritables événements touristiques dans certaines régions : la reconstitution de la Bataille de Waterloo en Belgique (le 18 juin, chaque année, plusieurs milliers de reconstituants), la commémoration chaque année au mois de mars à Golfe Juan (06220) du débarquement de l'Empereur Napoléon (1er mars 1815), la bataille de Hastings en Angleterre, la bataille de Tannenberg en Pologne ou bien encore Les Grands Jeux romains dans les Arènes de Nîmes. Ce type d'évènement s'inscrit de plus en plus dans le tourisme culturel et attire chaque année un public nombreux, désireux de connaître l'Histoire d'une manière ludique et pédagogique.

Activité par pays[modifier | modifier le code]

Reconstitution le 29 août 2009 du soulèvement national de la résistance slovaque en République tchèque. La photo montre un transport Sonderkraftfahrzeug 251 allemand en état de marche.

France[modifier | modifier le code]

La reconstitution historique est un phénomène relativement nouveau en France car elle est apparue il y a environ une trentaine d'années, mais elle a connu une forte augmentation depuis 2006/2007[1].

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

  • Le Slag om Grolle (Bataille de Grolle) reconstitue le siège de la ville de Groenlo (aussi connue comme Grolle), siège qui a eu lieu en 1627. La manifestation a lieu tous les deux ans.

Suisse[modifier | modifier le code]

  • La fête de L'Escalade est commémorée chaque année à Genève durant le week-end précédant le 12 décembre, date anniversaire de l'attaque surprise du Duc de Savoie, en 1602. La Compagnie de 1602 organise des reconstitutions de la vie quotidienne, de parades militaires ou équestres dans le périmètre de la vieille-ville de Genève.
  • À Zurich, a lieu chaque année, le Sechseläuten. Reconstitution d'une très ancienne fête populaire célébrant la fin de l'hiver. Différentes corporations médiévales défilent à cette occasion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • "Du folklore médiéval à l’expérimentation archéologique, la révolution culturelle de la reconstitution du Moyen Âge en Europe". Article sur la reconstitution historique dans le cadre du colloque Le Moyen Age en jeu [1]

Sur les autres projets Wikimedia :