Cuiry-lès-Iviers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cuiry-lès-Iviers
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Rozoy-sur-Serre
Intercommunalité Communauté de communes des Portes de la Thiérache
Maire
Mandat
Jean-François Carlier
2014-2020
Code postal 02360
Code commune 02251
Démographie
Population
municipale
37 hab. (2011)
Densité 7,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 43″ N 4° 06′ 37″ E / 49.7619444444, 4.1102777777849° 45′ 43″ Nord 4° 06′ 37″ Est / 49.7619444444, 4.11027777778  
Altitude Min. 162 m – Max. 221 m
Superficie 4,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Cuiry-lès-Iviers

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Cuiry-lès-Iviers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cuiry-lès-Iviers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cuiry-lès-Iviers

Cuiry-lès-Iviers est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cuiry-lès-Iviers est un village situé sur la rive gauche de la Brune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Cuiry-lès-Iviers relevaient de Rozoy[1]:

15?? : Nicolas de Thumery, seigneur de Cuiry (enfant Barbe). Il porta Cuiry à Nicolas de Flavigny, seigneur de Chigny.

1621-29 : François Bertrand, conseiller du roi et garde du scel du bailliage de Vermandois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 décembre 2005 Roger Leuk    
décembre 2005 en cours
(au 12 mai 2014)
Jean François Carlier   Réélu pour le mandat 2014-2020[2], [3]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 37 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230 268 282 331 332 300 271 258 230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
221 224 235 206 201 206 181 160 128
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
130 126 115 95 95 82 87 64 80
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
72 66 50 48 40 40 39 40 37
2011 - - - - - - - -
37 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie*/
  • Structure défensive par adaptation à la topographie
  • Château du XVII remanié au XIXe siècle : corps de logis encadré d'ailes en saillie sur la cour d'honneur et le parc, avec toiture à la Mansart surmontée d'un épi de faîtage. Lucarnes en pierre avec coquilles et armoiries sculptées. Présences de tourelles coiffées de hautes poivrières. Donjon imposant dans le goût néogothique à trois étages disposé perpendiculairement au bâtiment originel couvert d'une girouette représentant une couronne comtale réalisée par la célèbre firme Monduit. Présence d'échauguettes aux angles. Une tour octogonale renferme un escalier en pierre. À l'arrière, présence de deux tours dont l'une renferme un escalier à double volée. Communs datant du XIXe siècle. Ce château, privé, ne se visite pas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique du département de l'Aisne, vol. 1, page 330, par Maximilien Melleville, 1865.
  2. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  3. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 26 juillet 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « Hommage exceptionnel La médaille des Justes : Un couple de Cuiry-lès-Iviers a reçu, à titre posthume, la médaille des Justes, une distinction exceptionnelle. », L'union l'Ardennais,‎ 28 mars 2012 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]