Saint-Pierre-lès-Franqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Pierre-lès-Franqueville
Église de Saint-Pierre-lès-Franqueville
Église de Saint-Pierre-lès-Franqueville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Sains-Richaumont
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Jean-Luc Lefebvre
2008-2014
Code postal 02140
Code commune 02688
Démographie
Population
municipale
66 hab. (2011)
Densité 9,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 13″ N 3° 49′ 28″ E / 49.8202777778, 3.82444444444 ()49° 49′ 13″ Nord 3° 49′ 28″ Est / 49.8202777778, 3.82444444444 ()  
Altitude 121 m (min. : 106 m) (max. : 182 m)
Superficie 7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Franqueville

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Franqueville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Franqueville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Franqueville

Saint-Pierre-lès-Franqueville est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village voisin de Franqueville, Lemé et de Voulpaix

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Luc Lefebvre[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 66 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416 439 392 405 424 427 399 359 346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
319 325 308 293 268 248 224 203 185
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
176 164 144 135 132 123 118 100 105
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
89 91 74 71 52 60 58 58 64
2011 - - - - - - - -
66 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Saint-Pierre[4]: L'un des seigneurs de Saint-Pierre, Mathieu de la Simonne, et sa femme, Marie de la Hillière, sont inhumés dans l'intérieur de l'église, où l'on voit dans la chapelle de droite, en face de l'autel de saint Pierre, une pierre tombale de forme rectangulaire enchâssée dans le pavé ; elle porte en marge l'inscription suivante : Mathieu de la Simonne, escuyer, seigneur de Saint-Pierre, ex-gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, aide de camp aux armées de sa majesté sous le règne de Henri-le-Grand, roi de France et de Navarre, Demoiselle Marie de la Henrierre (pour de la Hillière), femme épouse de Mathieu de la Simonne, écuyer, seigneur de Saint-Pierre, laquelle trépassa le 13 août 1630. On lit encore au bas de la pierre:

Dans cette fosse profonde

Deux amends sont en fermés.

Vivant tous deux en ce monde

Jusque-ci se sont aimés.

Hommes et femmes priez Dieu pour son âme.

source Société Archéologique de Vervins, tome dixième MDCCCLXXXIV

Le château de Saint-Pierre : a été entièrement détruit.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de St Pierre:

  • Geoffroy d'Apremont 1512
  • Jean d'Apremont 1529
  • Jacques d'Apremont, chevalier de St Jean, 1547
  • Jean de La Hillière 1580, son épouse Simonne d'Apremont
  • Matthieu de La Simonne , auteur du traité : L'alphabet du soldat et vray esclaircissement de l'art militaire en 1623 son épouse Marie de La Hillière. Lieutenant pour le Roy en la Citadelle de Pignerol ( Nicolas Fouquet, le masque de fer), commandant des chevaux légers au siège du Catelet en juillet 1595 contre les Espagnols. Témoin à l'âge de 70 ans en 1634 pour preuves de noblesse de la Maison de Recourt; Fils de François et Marie de Martin de Maleyssye cousine de Henri, marquis de Maleyssye, premier gouverneur de Pignerol.
  • Guillaume de La Simonne 1662 fils du précédent, épouse Jacqueline de Riencourt de Parfondru y décédée en 1677
  • Gabriel Dominique de La Simonne fils du précédent, décédé le 23 janvier 1721 à l'âge de 79 ans et inhumé dans l'église, épouse Louise Madeleine des Fossez décédée en 1697 à l'âge de 63 ans et inhumée dans l'église, sa seconde épouse Marie Anne de Monjot du château de Cambron à quelques lieux à Fontaine lès Vervins est inhumée dans la chapelle de l'église en 1709,
  • Charlotte Françoise (voir Lislet) et Augustin Gabriel Dominique de La Simonne, enfants du précédent[5].

armes La Simonne : De gueules à un cerf d'argent, accorné d'or, reposant sur une terrasse de sinople ayant derrière luy un buis aussi d'or, sur lequel sont perchés deux éperviers affrétés d'argent [6]

  • le sieur de Coigny.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Société Archéologique de Vervins tome dixième M DCCC LXXXIV-V
  5. registres paroissiaux de St Pierre
  6. armorial de Picardie par Borel d'Hauterive