Vervins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vervins
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Blason de Vervins
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Vervins
(chef-lieu)
Canton Vervins
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Jean-Marie Prince
2014-2020
Code postal 02140
Code commune 02789
Démographie
Gentilé Vervinois, Vervinoise
Population
municipale
2 614 hab. (2011)
Densité 253 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 09″ N 3° 54′ 36″ E / 49.8358333333, 3.91 ()49° 50′ 09″ Nord 3° 54′ 36″ Est / 49.8358333333, 3.91 ()  
Altitude Min. 120 m – Max. 208 m
Superficie 10,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Vervins

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Vervins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vervins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vervins
Liens
Site web site officiel de la ville
Centre ville avec vue sur le clocher de l'église

Vervins est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vervins, ancienne capitale de la Thiérache, est une petite ville située sur un des affluents du Vilpion : le Chertemps.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Il existe de très nombreux lieux-dits et hameaux autour de Vervins.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La ville accueille plusieurs entreprises internationales, telles que Givenchy-Kenzo, Lu France ou Packaging-Norembal et le Poulet du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paix de Vervins.

Vervins est mentionnée dans l’itinéraire d'Antonin sous le nom de Verbinum et dans la Table de Peutinger sous le nom de Vironum. Cette ville était principalement située au nord de la ville médiévale. On y a retrouvé des vestiges gallo-romains sur une grande étendue. Elle possédait un centre monumental (théâtre et temple). Ces découvertes archéologiques attestent de sa relative importance.

Au Moyen Âge, la ville se resserra sur une hauteur et fut dotée d'une enceinte encore largement conservée.

« Thomas de Marle (†1130), père d'Enguerrand II (†1147/1149), seigneur de Coucy, octroya en 1123 une charte rédigée en langue romane ; cette charte communale prit le nom de « loi de Vervins » quand elle fut renouvelée, en 1163, par Raoul Ier de Coucy (v. 1135- †1191), avant son départ pour la troisième croisade. Vervins fut plusieurs fois prise et reprise par les Anglais et les Français, pendant la guerre de Cent ans ; Louis XI et Charles le Téméraire y conclurent en 1475 le traité que l'on appela les trêves marchandes, première ébauche des traités de commerce internationaux. Plusieurs fois prise ou dévastée par les Espagnols pendant les guerres du XVIe siècle avec la maison d'Autriche, elle est célèbre par le traité signé en 1598 entre Henri IV et Philippe II, traité qui assurait la Picardie à la France et mettait fin à la guerre qui depuis plus de quarante années existait entre la France et l'empire. »

— Victor Adolphe Malte-Brun, La France illustrée, 1882

Lors de la Fronde, la ville est reprise au printemps 1654 par l’armée royale française[1]. Il y avait une prison au lieu d'une école actuellement.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, pendant la Drôle de guerre, le poste de commandement de la 9e armée du général d'armée André Georges Corap est établi à Vervins[2].

Histoire économique[modifier | modifier le code]

Victor Adolphe Malte-Brun rapportait, en 1882, que l'industrie et le commerce « faisaient toute la richesse de Vervins » et citait la fabrication de tissus de fil et de coton, de tricots de laine et de paniers d'osier.

Devise[modifier | modifier le code]

Dieu en soit garde

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Vervins se blasonnent ainsi:

De gueules, à trois tours d'argent ouvertes, ajourées et maçonnées de sable, celle du milieu dominant les autres

et a pour devise : «Dieu en soit garde». D'après Malte-Brunla France illustrée (1882)

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Temple Antoinste
  • Église Notre-Dame de Vervins

Église Notre-Dame de Vervins[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Notre-Dame de Vervins.
Eglise vervins.jpg

Une première chapelle est construite au XIe siècle, puis agrandie au XIIIe siècle. Agrandie au XVIe siècle, elle sera recouverte de peinture murale flamboyante (aujourd'hui en très mauvais état).

Elle possède un imposant clocher, qui lors de la Première Guerre mondiale, sera ouvert pour récupérer puis fondre les cloches.

Orgue Vervins.JPG




Le 28 avril 2010, lors de la dépose de l'ancien coq, penchant et menaçant de tomber, le clocher a pris feu, détruisant le sommet de la flèche sur quelques mètres et la rendant très fragile.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1433   Jehan Boschart    
1570   Jacques de Boyn    
1573   Guillaume Cappe    
1600   François Gallant, dit capitaine La France    
1603   Jehan Constant l'aîné    
1611   Jacques Ronsin    
1618   Jehan Lefèvre    
1643   Louis Gobinet    
1647   Jean Dupeuty    
1618   François Benoist    
1651   Devouzy    
1654   Carron    
1661   Jacques Poullain    
1668   Charles Dupeuty    
1692   MarcqVerzeau    
1694   Claude Verzeau    
1728   François Ilubigneau    
1731   Jacques Nicolas    
1734   Claude Béguin    
17xx   Claude-François Delacampagne    
1747   François Constant    
1750   Claude-François Baranger    
1764   Adrien-Antoine Dubuf    
1769   Claude-François-Xavier Verzeau    
1772   Pierre-Estienne Jouette    
1784   Nicolas-Charles Jouette    
1789   Charles-Barthélemy-François-Louis Périn de Lugny et de Touly    
1790 1790 Jean François Sarget    
1790 1791 Dupeuty    
1791 1791 Adrien-Antoine Dubuf    
1791 1792 Célestin Joachim Jouveneau    
1792 1794 Claude François Baranger    
1794 1803 Isaac Labbez    
1803 1811 Honoré Dobignie    
1811 1817 Jean Jacques Alexis Jourdin    
1817 1822 Louis Nicolas Dolle-Alliot    
1822 1831 Cadot de Crémery    
1831   Sohier-Perin    
...   ...    
mars 1959 mars 1983 Jean Jaluzot    
mars 1983 15 février 2013 Jean-Pierre Balligand[3] PS député, conseiller général
15 mars 2013[4] en cours
(au 3 avril 2014)
Jean-Marie Prince   Principal de collège
Réélu pour le mandat 2014-2020
[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Vervinois ou Vervinoises[6].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 614 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 100 2 827 2 872 2 683 2 555 2 571 2 677 2 754 2 704
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 505 2 519 2 732 2 934 3 102 3 202 3 215 3 233 3 351
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 298 3 187 3 206 3 119 3 151 2 959 2 903 2 720 2 731
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 735 2 833 2 916 2 721 2 663 2 653 2 685 2 690 2 614
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21,2 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 19,8 %, 30 à 44 ans = 19,4 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 20,9 %) ;
  • 52,3 % de femmes (0 à 14 ans = 15,6 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 19,6 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 26,2 %).
Pyramide des âges à Vervins en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
1,6 
5,3 
75 à 89 ans
10,3 
15,5 
60 à 74 ans
14,3 
19,3 
45 à 59 ans
18,3 
19,4 
30 à 44 ans
19,6 
19,8 
15 à 29 ans
20,2 
20,6 
0 à 14 ans
15,6 
Pyramide des âges du département de l'Aisne en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
6,0 
75 à 89 ans
9,6 
12,2 
60 à 74 ans
13,3 
21,8 
45 à 59 ans
20,6 
20,4 
30 à 44 ans
19,7 
18,7 
15 à 29 ans
17,2 
20,7 
0 à 14 ans
18,6 

Enseignements[modifier | modifier le code]

Public[modifier | modifier le code]

  • École Ceccaldi
  • Collège Condorcet

Privé[modifier | modifier le code]

  • Institution Saint-Joseph - Notre-Dame

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux et d'état civil depuis :
  • Dépouillements généalogiques :
  • Délibérations municipales depuis :

Personnalités liées à Vervins[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Blanchard, « Louis Nicolas de Clerville», in Actes du colloque « Vauban et ses successeurs dans les ports du Ponant et du Levant », Brest, 16-19 mai 1993, publié dans Vauban et ses successeurs dans les ports du Ponant et du Levant, Paris : Association Vauban, 2000, p 122 (également publié dans Les cahiers de Montpellier no 38, tome II/1998, Histoire et Défense, Université Paul-Valéry)
  2. Le corridor des Panzers, tome I, Jean-Yves Mary, p.29, Heimdal, 2009
  3. Courrier Picard, « Jean-Pierre Balligand démissionne » (consulté le 15 février 2013)
  4. Michel Mainnevret, « Jean-Marc Prince succède à Jean-Pierre Balligand », L'union-L'Ardennais,‎ 16 mars 2013 (lire en ligne)
  5. « Séance d’installation du conseil municipal : L'ancien maire Jean-marie Prince a convoqué les membres du conseil municipal proclamés par le bureau électoral, suite aux élections du 23 mars. », La Thiérache, no 2575,‎ 6 avril 2014, p. 11 (ISSN 0183-8415)
  6. habitants.fr, « Nom des habitants des communes françaises » (consulté le 13 juillet 2008)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  9. « Évolution et structure de la population à Vervins en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population de l'Aisne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :