Origny-en-Thiérache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Origny (homonymie).
Origny-en-Thiérache
Mairie d'Origny-en-Thiérache
Mairie d'Origny-en-Thiérache
Blason de Origny-en-Thiérache
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Hirson
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Trois Rivières
Maire
Mandat
Christiane Pinckers
2014-2020
Code postal 02550
Code commune 02574
Démographie
Population
municipale
1 562 hab. (2011)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 42″ N 4° 01′ 06″ E / 49.895, 4.0183333333349° 53′ 42″ Nord 4° 01′ 06″ Est / 49.895, 4.01833333333  
Altitude Min. 132 m – Max. 227 m
Superficie 16,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Origny-en-Thiérache

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Origny-en-Thiérache

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Origny-en-Thiérache

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Origny-en-Thiérache

Origny-en-Thiérache est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie. Ses habitants sont appelés les Auriniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Origny-en-Thiérache est limitrophe de 7 communes : Landouzy-la-Cour, La Bouteille, Ohis, Neuve-Maison, Buire, La Hérie et Landouzy-la-Ville[1].

Rose des vents Ohis Ohis Neuve-Maison Rose des vents
La Bouteille N Buire
La Hérie
O    Origny-en-Thiérache    E
S
La Bouteille Landouzy-la-Cour Landouzy-la-Ville

Histoire[modifier | modifier le code]

Origny-en-Thiérache tire ses origines de la civilisation gallo-romaine. Sur la route des invasions, la cité a été maintes fois ravagée. Pour se protéger, ses habitants ont édifié une église fortifiée dont les deux tours sont inscrites à l'inventaire des monuments historiques.

Origny est aussi la patrie d'un ecclésiastique devenu célèbre : monseigneur Pigneau de Behaine qui fut évêque d'Adran, prince de Cochinchine et premier ministre d'Annam. Pendant la Première Guerre mondiale, Saïgon devint la marraine de guerre de la cité et paya, après l'Armistice, la reconstruction du village dont celle de l'église.

Pendant des siècles, Origny a été l'un des grands centres de la vannerie française. Au début du XXe siècle, presque toute la population aurinienne et celle des alentours travaillaient l'osier récolté dans les « saussois » de la vallée du Thon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Origny-en-Thiérache

Les armes d'Origny-en-Thiérache se blasonnent ainsi : D’argent à la croix de sable chargée en cœur d’une losange du champ.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs depuis 2001
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jean-Louis Pérotin    
avril 2014[2] en cours
(au 15 mai 2014)
Christiane Pinckers   ancienne institutrice

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 562 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 579 1 696 1 853 1 851 2 001 2 312 2 362 2 503 2 540
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 538 2 597 2 655 2 697 2 812 2 821 2 634 2 531 2 573
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 516 2 461 2 418 2 120 2 054 1 945 1 838 1 738 1 788
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 892 1 861 1 717 1 695 1 557 1 444 1 501 1 562 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Monuments et sites[modifier | modifier le code]

Vie Locale[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard Michaux, Histoire d'Origny-en-Thiérache et de ses environs, J. Lecerf, libraire-éditeur, 1894 [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte d'Origny-en-Thiérache sur Géoportail. Consulté le 05 janvier 2012.
  2. B. T., « Le maire parle d’un « gros problème ! » », Le Courrier La Gazette, no 2345,‎ 15 mai 2014, p. 4 :

    « Christiane Pinckers a beau avoir exercé le métier d’institutrice, l’instauration des nouveaux rythmes scolaires incarne à ses yeux un véritable casse- tête chinois. « C’est un gros problème pour moi, tant sur le plan financier, que celui des ressources humaines et des moyens matériels » déplore cette Aurinienne fraîchement élue maire de son village »

  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011