Falstaff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Falstaff (homonymie).
Falstaff et son page, peinture de Adolph Schroedter (1867), inspirée de l'œuvre de Shakespeare.

Sir John Falstaff est un personnage créé par Shakespeare apparaissant dans les pièces Henri IV et Les Joyeuses Commères de Windsor. Shakespeare fait de lui le type du grand seigneur ruiné, abruti par les vices et l'ivrognerie, et conservant encore dans son air et dans ses manières quelques traces à demi effacées de son ancienne grandeur.

Falstaff joue un rôle important dans le drame Henri IV où il est un des compagnons de débauche du futur roi d'Angleterre Henri V, pendant sa jeunesse. Il est le héros des Joyeuses Commères de Windsor.

On croit que l'original de ce personnage est un certain John Fastolf qui servit avec quelque distinction dans les campagnes de France, assista à la bataille d'Azincourt et au siège d'Orléans, mais qui prit honteusement la fuite à la bataille de Patay, et mourut en 1459. John Oldcastle, un noble anglais condamné pour hérésie, est également considéré comme ayant servi de modèle au personnage de Falstaff (c'est même son nom d'origine).

Falstaff au cinéma[modifier | modifier le code]

Orson Welles a consacré un film à ce personnage apparemment secondaire en refondant plusieurs pièces du dramaturge anglais. Suprême honneur, c'est Welles lui-même qui, sa corpulence aidant, incarne John Falstaff.

Dans le film Beau Brummel This Charming Man, Brummel et le prince George lisent la pièce à plusieurs reprises, se disputant le rôle du prince pour ne pas jouer Falstaff. Brummel dit presque au prince qu'il devrait prendre ce rôle parce qu'il est plus gros, avant de se raviser et de lui laisser choisir (« You must play Falstaff, because you are fat… far more better actor than me, go and play the prince »).

Gus Van Sant s'inspire de Falstaff pour le personnage de Bob Pigeon dans My Own Private Idaho, film librement inspiré de Henri IV de Shakespeare

Falstaff en musique[modifier | modifier le code]

Le personnage a inspiré trois opéras majeurs, le premier, méconnu, de la plume d'Antonio Salieri, le deuxième de Giuseppe Verdi (Falstaff) et le troisième de Ralph Vaughan Williams (1872-1958), ainsi qu'une pièce symphonique d'Edward Elgar composée en 1913.

Beethoven a écrit une série de variations pour piano sur un duo du Falstaff de Salieri, La stessa, la stessissima.

Falstaff dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Victor Hugo, dans Les Misérables « Hélas! être monté, cela n'empêche pas de tomber. On voit ceci dans l'histoire plus souvent qu'on ne voudrait. Une nation est illustre; elle goûte à l'idéal, puis elle mord dans la fange, et elle trouve cela bon; si on lui demande d'où vient qu'elle abandonne Socrate pour Falstaff, elle répond: C'est que j'aime les hommes d'état ». (Livre V, chapitre XX)
  • Théophile Gautier, dans sa nouvelle La Cafetière (1831) compare un portrait à Falstaff : « Un des portraits, le plus ancien de tous, celui d’un gros joufflu à barbe grise, ressemblant, à s’y méprendre, à l’idée que je me suis faite du vieux sir John Falstaff ».
  • Paul Verlaine, dans son poème Le Squelette issu de son recueil Jadis et naguère (1884) fait référence à ce personnage en écrivant (entre parenthèses, à la fin du 8e vers) : « John Falstaff lui-même en eût frémi ».
  • Giuseppe Tomasi di Lampedusa indique que Falstaff est de loin le personnage des pièces de Shakespeare qu'il préfère dans ses cours de littérature anglaise.
  • Valère Novarina a écrit une pièce de théâtre intitulée Falstafe, d'après "Henri IV" de Shakespeare, jouée pour la première fois en 1976 et publiée en 1977.
  • Jack-Alain Léger a repris le personnage de Falstaff dans son roman L'autre Falstaff (1996).
  • Jean Ray met en scène le personnage de Fastaff dans son recueil Les Derniers Contes de Canterbury. Celui-ci y est chargé de la narration d'une des histoires (au chapitre intitulé Fastaff se souvient).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.