Suaire (textile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suaire.
La Sainte Vierge baisant le visage de Jésus avant qu'il ne soit enveloppé dans les suaires

Un suaire, également appelé linceul ou drap mortuaire, est une pièce de tissu s'apparentant à un drap dans laquelle on enveloppe un cadavre.

Il était autrefois traditionnellement fabriqué en toile de lin, d'où son nom. Au Moyen Âge, les défunts sont inhumés cousus dans leur linceul, c'est-à-dire le drap de leur lit[1].

Le plus célèbre est le suaire de Turin, que certains identifient au Saint-Suaire, le tissu qui aurait enveloppé le corps du Christ et en aurait conservé l'empreinte.

On peut mentionner également celui tissé par Pénélope pour Laërte tandis qu'elle attend le retour d'Ulysse.

Boris Vian, dans sa chanson J'suis snob, réclame un suaire de chez Dior.

Dénomination de l'étoffe[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, le suaire (du latin sudarium, du grec soudarion, mouchoir pour essuyer la sueur du visage[2]), désigne une serviette enveloppée autour de la tête du défunt, servant de mentonnière pour lui tenir la bouche fermée (44 Jn 11, 44), et non le linceul (tissu de lin, du latin līnteolum « petite pièce de toile de lin », en grec sindôn), tissu en matière diverse (et pas uniquement en lin) recouvrant le corps entier. Ainsi parle-t-on de « suaire d'Oviedo » (ou « soudarion d'Oviedo ») pour évoquer le petit linge présenté comme relique dans cette ville. Selon certains tenants de l'authenticité, à l'instar du théologien catholique André-Marie Dubarle, le mot grec de soudarion utilisé dans l'Évangile selon Jean pourrait venir de l'araméen ou du syriaque « soudara »[3].

Les coutumes funéraires juives au Ie siècle sont, selon Hérodote[4] et Tacite[5], d'origine égyptienne, le corps étant lié par des bandelettes comme une momie mais il ne s'agit probablement pas de bandelettes à l'égyptienne mais d'un linceul lié avec trois bandelettes (une aux pieds, une à hauteur des mains et une au cou)[6]. Ces coutumes sont selon l'Évangile de Nicodème d'origine inconnue, consistant à recouvrir le visage d'un suaire et envelopper le corps d'un linceul[7].

Les Évangiles synoptiques évoquent à plusieurs reprises l'usage du linceul (en grec sindôn, voir 45 Mc 15, 45, 53 Lc 23, 53) mais ne mentionnent jamais le suaire. 59 Mt 27, 59 précise autô sindoni katharà, traduit par erreur en « d'un linceul de lin » (traduction certainement influencée par le texte d'Hérodote qui parle de « bandelettes de lin fin ») alors que l'expression signifie « d'un linceul casher »[8]. L'Évangile de Jean fait référence quant à lui pour le corps de Lazare (44 Jn 11, 44), à des bandelettes (keiriais) liant le corps et un suaire (soudàrion) sur son visage[9]. Pour 40 Jn 19, 40, le corps de Jésus est entouré ou lié par des othonia, ce terme de grec biblique ayant le sens très large de « linges » et peut comprendre aussi bien le linceul que les bandelettes[10].

La confusion entre « suaire » et « linceul », probablement issue d'une mauvaise interprétation du terme soudarion de l'Évangile de Jean, n'est pas nouvelle. Elle se retrouve par exemple au VIIe siècle dans le récit d'Arculfe où les mots sudarium et linteolum désignent le même linge[11]. En latin ecclésiastique, le terme sudarium désignait une petite pièce de lin servant de mouchoir pour l'officiant, puis il ne servit plus qu'à désigner un insigne de la dignité ecclésiastique[12]. Toutefois, dans l'ancien français, l'usage a produit une certaine confusion entre les termes « linceul » et « suaire ». Au XIIIe siècle, le mot « suaire » est employé pour parler du linge ayant enveloppé le corps du Christ[13].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Danièle Alexandre-Bidon, exposition « Au lit au Moyen Âge ! » dans la Tour Jean-sans-Peur, 2011
  2. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, p. 1042, 1998.
  3. Le mot araméen ou syriaque a toutes les chances d'avoir été employé par les guides présentant aux pèlerins de Palestine les reliques de la Passion conservées en tel ou tel lieu. Entendant ce mot de soudara, les pèlerins ou leurs interprètes ont facilement pu faire l'identification entre l'objet montré ou mentionné et le soudarion dont parle le quatrième évangile. Aujourd'hui le lecteur des textes anciens doit être sur ses gardes », in A-M. Dubarle, Histoire ancienne du linceul de Turin jusqu'au XIIIe siècle, Paris, O.E.I.L., 1986, p. 142. Recension par Jean-Michel Madalmé, op, de l'Institut catholique de Toulouse
  4. Hérodote, Histoires, II, 86
  5. Tacite, Histoires, V, 5
  6. Robert Babinet, Le linceul de Jésus : Le coin du voile levé, R. Babinet,‎ 2000, p. 47
  7. Michel Benoît, L'évangile du treizième apôtre : Aux sources de l'évangile selon Saint Jean, Éditions L'Harmattan,‎ 2013, p. 119
  8. C'est-à-dire sans laine, la loi juive interdisant de mêler sur le même métier à tisser des fibres animales et végétales.
  9. Michel Benoît, op. cit., p. 120-124
  10. Philippe Quentin, Que penser du suaire de Turin aujourd'hui ?, Éditions de l'Emmanuel,‎ 2001, p. 124
  11. A.-M. Dubarle, Histoire ancienne du linceul de Turin jusqu'au XIIIe siècle, Paris, O.E.I.L., 1986, p. 142.
  12. « suaire », site patrimoine de France.
  13. Étymologie de « suaire » sur CNRTL.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]