Bibliothèque bodléienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 45′ 14.3″ N 1° 15′ 18.5″ O / 51.753972, -1.255139

Porche d’entrée de la bibliothèque bodléienne, décoré des armes de plusieurs collèges de l’université d’Oxford.

La bibliothèque bodléienne (anglais : Bodleian Library), officiellement bibilothèque de Bodley (Bodley’s Library) est la plus prestigieuse des bibliothèques de l’université d'Oxford. Formellement établie en 1602 à partir de collection plus anciennes, elle tire son nom de Thomas Bodley, bibliothécaire de Merton College.

Histoire[modifier | modifier le code]

La bibliothèque bodléienne est « officiellement » nommée Bodley’s Library, appellation tombée en désuétude et que même le site officiel n’emploie pas. En outre, depuis des siècles, elle est familièrement appelée The Bod par les étudiants, mais aussi en-dehors de leur cercle.

Elle tire en partie son origine de la Duke Humfrey’s Library, fondée à Oxford en 1488, après un premier don de manuscrits enluminés faits par le duc de Gloucester Humphrey de Lancastre (1391-1447) à la Divinity School, mais qui furent partiellement dispersés au cours du XVIe siècle.

Les collections de la Duke Humphrey’s Library et de la Divinity School (école de théologie) furent reconstituées et enrichies par Thomas Bodley (de Merton College) jusqu’à atteindre le nombre de 2 000 ouvrages, qui servirent de base documentaire lors de la fondation formelle de la bibliothèque bodléienne en 1602.

Un manuscrit du Roman de la Rose conservé à la bibliothèque bodléienne.

En 1610, Bodley passa un accord avec la Stationers’ Company à Londres pour obtenir une copie de chaque ouvrage enregistré par cette institution. L’accroissement des collections fut tel qu’il nécessita un premier agrandissement des bâtiments en 16101612, puis un autre en 16341637. À la mort de John Selden, en 1654, la Bodleian Library reçut un nouveau legs considérable de livres et de manuscrits.

En 1911, le Copyright Act renouvela l’accord passé en 1610 avec la Stationers’ Company, en faisant de la Bodléienne l’une des cinq bibliothèques de dépôt légal au Royaume-Uni.

Deux espaces de stockage souterrains ont été construits en 1913 sous la Radcliffe Camera et Radcliffe Square, tandis que, dans les années 1930, était mis en service un nouveau bâtiment combinant espaces de stockage et salles de lecture. Reliant les ancien et nouveau bâtiments, un tunnel a été creusé sous Broad Street, équipé d’un trottoir mobile, d’un système mécanique de convoyage des ouvrages et d’un système de commandes des ouvrages par tube pneumatique.

La bibliothèque aujourd’hui[modifier | modifier le code]

La cour de la bibliothèque bodléienne.

Les collections de la bibliothèque bodléienne sont aujourd’hui réparties en plusieurs sites de stockage externes, outre les neuf bibliothèques « succursales », toutes situées à Oxford :

  • la Bodleian Japanese Library ;
  • la Bodleian Law Library ;
  • la Hooke Library ;
  • l’Indian Institute Library ;
  • l’Oriental Institute Library ;
  • la Philosophy Library ;
  • la Radcliffe Science Library ;
  • la Bodleian Library of Commonwealth and African Studies at Rhodes House ;
  • la Vere Harmsworth Library.

Les différents sites de la bibliothèque bodléienne réunissent à l’heure actuelle 9 millions de volumes rangés sur 176 km de rayonnages, et offrent en permanence 2 500 places pour les lecteurs.

Lors de leur inscription à la « Bod », les étudiants d’Oxford doivent prêter serment de ne pas « emprunter » de livres ou d’en détruire par le feu.

Développements numériques[modifier | modifier le code]

Les services de bibliothèque de l’université d’Oxford (Oxford University Library Services, OULS) ont développé une politique ambitieuse d’extension via les réseaux électroniques, créant par exemple une Oxford Digital Library (ODL, http://www.odl.ox.ac.uk/). Il s’agit d’un programme à long terme, incluant la création d’une infrastructure technique complexe, pour permettre un accès distant à l’ensemble des collections des bibliothèques de l’université. La bibliothèque bodléienne est partie prenante de l’ensemble du projet, sans compter quelques développements spécifiques qui lui sont propres.

La bibliothèque électronique d’Oxford a commencé à devenir opérationnelle en juillet 2001, et offre une large collection, en accroissement constant, d’archives numériques.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

L’architecture de la bibliothèque en a fait un cadre apprécié des réalisateurs de cinéma. Elle apparaît notamment dans La Folie du roi George, film réalisé par Nicholas Hytner, sorti en 1994, et dans les deux premiers films de la série Harry Potter, dans lesquels la Divinity School est censée être l’infirmerie de Poudlard tandis que la Duke Humphrey’s Library est censée représenter la bibliothèque de Poudlard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]