Adolphe de Leuven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Joaillier de Saint-James à l'Opéra-Comique, L'Illustration, 17 février 1862

Adolphe Ribbing dit Adolphe de Leuven est un dramaturge, librettiste et directeur de théâtre français, né le (8 vendémiaire an XI) à Paris 1er[1] et mort le à Paris 9e[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine suédoise, Adolphe Ribbing est le fils naturel[1] du comte Adolphe-Louis Ribbing, officier de l'armée impériale né à Stockholm, et Jeanne-Claude Billard, fille de médecin. Son grand-père, le comte Frédéric Ribbing, était sénateur du Riksrad.

Sous le pseudonyme d'Adolphe de Leuven[3], il est l'auteur de plus de 170 pièces et livrets d'opéras et d'opéras-comiques, pour des compositeurs tels que Adolphe Adam (Le Postillon de Lonjumeau), Louis Clapisson et Ambroise Thomas.

Associé pendant près de cinquante ans avec l'Opéra-Comique, il en assure la codirection (avec Camille du Locle) de 1862 à 1874. Il démissionne en signe de protestation contre le meurtre sur scène du personnage principal dans Carmen.

Il a également écrit plusieurs vaudevilles avec Alexandre Dumas qui lui consacre dans ses mémoires plusieurs pages[4].

Il avait épousé Antoinette-Jenny-Eugénie de Planard, fille du dramaturge Eugène de Planard, morte à Marly-le-Roi le 9 août 1874[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Titres et décorations[modifier | modifier le code]

  • chevalier de la Légion d'honneur au titre du ministère des Beaux-Arts (décret du 29 avril 1847)
  • officier de la Légion d'honneur au titre du ministère des Beaux-Arts (décret du 9 août 1870)[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Il est légitimé lors du mariage de ses parents le 8 floréal an XIII (28 avril 1805). Cf. Acte de mariage d'Adolphe-Louis Ribbing et Jeanne-Claude Billard (p.30), registre des naissances, mariages et décès (an XI-1819) de Quincy-sous-Sénart sur le site des Archives départementales de l'Essonne. L'acte de naissance, prétendument établi au nom d'Adélaïde Billard [sic], semble absent de l'Etat civil reconstitué de la Ville de Paris.
  2. Acte n° 551 (p.12), registre des décès de l'année 1884 pour le 9e arrondissement sur le site des Archives numérisées de la Ville de Paris. Le rédacteur de l'acte ne disposait d'aucun renseignement d'état-civil concernant le défunt qu'il désigne sous le nom erroné d'Adolphe Frédericson, comte de Ribbing de Leuven.
  3. Inspiré du patronyme de sa grand-mère paternelle, Loiven. Sa notoriété faite, il obtiendra l'autorisation d'accoler les deux noms : Ribbing de Leuven[réf. nécessaire].
  4. Alexandre Dumas, Mes mémoires, éd. Calmann Lévy, 1863
  5. Acte n°55 (p.84), registre des naissances, mariages et décès (1873-1877) pour la ville de Marly-le-Roi sur le site des Archives départementales des Yvelines. L'acte précise qu'elle est née à Paris et qu'elle était âgée de 56 ans. Adolphe de Leuven a signé l'acte A. de Ribbing de Leuven.
  6. Dossier sur la Base Léonore qui indique comme date et lieu de naissance le 27 septembre 1810 à Brunoy, ce qu'infirme une lettre de la préfecture de Seine-et-Oise présente dans le même dossier (n°5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lesley A. Wright, « Adolphe de Leuven », Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Fayard, Paris, 2003 (ISBN 2-213-59316-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :