Falstaff (film, 1965)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Falstaff (homonymie).

Falstaff

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Falstaff à la Boar's Head Tavern
Illustration d'Eduard von Grützner

Titre original Campanadas a medianoche
Réalisation Orson Welles
Scénario Orson Welles
Acteurs principaux
Sociétés de production Internacional Films
Alpine Films
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de la Suisse Suisse
Genre Comédie dramatique
Sortie 1965
Durée 115 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Falstaff (Campanadas a medianoche) est un film hispano-suisse d'Orson Welles de 1965 basé sur le personnage de Falstaff, protagoniste des pièces Henri IV[1] et Les Joyeuses Commères de Windsor de William Shakespeare.

Orson Welles considérait ce film comme son meilleur film avec Le Procès de 1962. Il apparaît à certains critiques comme son œuvre la plus achevée, Falstaff est à la fois un personnage de Shakespeare recréé de toutes pièces par Welles — reconstruit — et l'autoportrait dérisoire de l'artiste et du cinéaste.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une taverne, le prince Hal, fils du roi Henry IV d'Angleterre, mène une vie dévergondée sous l’influence du chevalier Jack Falstaff, son tuteur. Mais le prince Harry conduit victorieusement son armée à la guerre alors que son père se meurt. Devenu le roi Henri V, le prince renie ses anciennes amitiés, et bannit ses compagnons de beuverie. Trahi, Falstaff s’éteint face à ses rêves brisés de pouvoirs et de puissance à jamais fantasmés…

Analyse de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Personnage secondaire de l’œuvre de Shakespeare où il apparaît dans différentes pièces, John Falstaff devient Jack Falstaff entre les mains d'Orson Welles un caractère empreint de nostalgie et une synthèse de ceux, à l’image de Kane, avides de pouvoir, qui ont fait le cinéma de Welles. Figure grotesque, qui tient autant du satyre que du silène, Jack Falstaff est risible, mais sous son corps obèse et alcoolisé se cache un esprit fin et philosophique qui fait de lui un être touchant. Transposant l’Angleterre élisabéthaine dans des paysages andalous, le film est un adieu à l’enfance, aux rêves de toute-puissance, dans un univers qui chante la mémoire et les souvenirs face à la réalité du pouvoir implacable du jeune roi.

« Falstaff c'est moi ! » affirmait alors Orson Welles qui réalisait ce film à 50 ans. Synthèse de toute sa vie d’artiste, de ses succès et de ses échecs, rappelons ici qu’à 16 ans il publiait les pièces « simplifiées » de Shakespeare pour la Todd School, qu’il les jouait avec le Mercury Theater, et qu’en 1960 à Dublin, il était déjà Falstaff sur la scène, sans parler de Macbeth et d’Othello… ce film apparait comme un adieu à l'enfance. Falstaff est la figure clownesque de l’artiste face au pouvoir, figure brisée et échouée du cinéaste et du metteur en scène. Réalisé avec une économie de moyens remarquable, Falstaff est considéré par nombre de critiques comme le chef-d’œuvre d’Orson Welles[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Marina Vlady[5] : « Tourner avec Welles dans un rôle tiré du plus inventif de tous les scénaristes : William Shakespeare ! Comment ne pas se jeter dans la plus dure des batailles ? […] Ce géant à la voix tonnante qui, des costumes à la décoration, des lumières aux déplacements, veillait à tout, sachant créer sur-le-champ l’atmosphère idéale pour fournir un travail de la meilleure qualité. Car il n’avait pratiquement aucun gros moyen technique. Pour les travellings, sa caméra était posée sur des caisses à vin reliées entre elles par du fil de fer. Il la poussait avec les rares machinos, et tirait lui-même les câbles, de conserve avec quelques électros. Comme nous mourrions de froid dans ce château médiéval ouvert à tous les vents, il nous réchauffait, nous massait de ses mains puissantes. Toute la troupe y passait : ouvriers, acteurs, cuisiniers et charpentiers. […] Un orage éclate au moment où le vieux roi se meurt. Le chef opérateur Edmond Richard, n’ayant pas suffisamment de projecteurs, usait d’un subterfuge inédit pour éclairer les immenses salles médiévales : il avait tendu du papier d’argent tout au long des murs qui n’étaient pas dans le champ. Je ne sais qui avait inventé cette nouvelle manière de profiter doublement des arcs : peut-être notre génial Orson y était-il pour quelque chose ? L’effet était saisissant. Les éclairs, par là-dessus, donnaient encore plus de tension, et les déflagrations infernales semblaient annoncer la fureur des dieux. Nous étions tous surexcités, et, à la fin de la journée de travail, aussi épuisés que comblés. On avait le sentiment d’avoir participé à quelque équipée grandiose. »

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri IV, partie 1 et partie 2 (en).
  2. Marina Vlady, dans ses mémoires (24 images / seconde), relate sa dernière rencontre avec Welles : « J’ai revu Orson Welles à plusieurs reprises. En 1984, il était à Paris pour une soirée, simple invité de la cérémonie des Césars. Rien n’aurait dû être assez beau pour honorer cet artiste, mais, humble comme toujours, il avait l’air très heureux ainsi. Assis dans un fauteuil roulant, il m’aperçut, venant à lui, dans les coulisses. Tendant les bras, il m’y accueillit, comme toujours, puis, me prenant le visage entre ses grandes mains chaudes, il m’attira tout près de ses yeux et murmura en me regardant intensément :
    — My Lady Percy, Marina ! Falstaff reste mon film préféré…
    La foule m’arracha à ce bref aparté. J’aurais tant aimé lui redire mon affectueuse admiration, mais déjà il fallait quitter les lieux.
    Je ne le revis jamais. »
  3. Source Bifi.
  4. À vérifier, car non sourcé, le film étant sorti en décembre 1965 en Espagne et projeté au Festival de Cannes au mois de mai 1966.
  5. Extrait de ses mémoires, 24 images / seconde, Éditions Fayard, Paris, 2005 (ISBN 2-213-62358-9)