Tirade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Sur les autres projets Wikimedia :

Une tirade est un développement assez long d'un même thème par le personnage d'une pièce de théâtre, de manière ininterrompue.

Exemples de tirades célèbres au théâtre[modifier | modifier le code]

Au sein d'une pièce, certaines tirades se présentent comme des « morceaux de bravoure » à la fois pour l'auteur qui les compose et pour les acteurs qui les interprètent, et sont attendues par le spectateur comme un sommet dramatique du spectacle. Dans le théâtre français, l'on peut citer, parmi d'autres, ces tirades fameuses, passées à la postérité du fait de leur virtuosité toute particulière :

  • La tirade où Phèdre déclare son amour à Hippolyte, à l'acte II, scène 5 du Phèdre de Jean Racine : « Oui, prince, je languis, je brûle pour Thésée (…) »
  • La tirade de Dom Juan sur l'hypocrisie, acte V, scène 2 de Dom Juan ou le Festin de pierre de Molière : « Il n'y a plus de honte maintenant à cela, l'hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus. (…) »

« Ah ! non ! c'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…
En variant le ton, -par exemple, tenez
Agressif : « Moi, Monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse ! »
(…) »

« Je suis le joyeux esprit errant de là-haut. Je fais rire Oberon par mes nombreux tours. Lorsqu'en imitant les hennissements d'une jeune cavale, je trompe un cheval gras et nourri de fèves. Parfois, je me tapis dans la tasse d'une commère, posant parfaitement les traits d'une pomme cuite. Et quand elle vient à boire, je saute contre ses lèvres, et répand sa bière sur son sein flétri. (…) »

  • Dans Tartuffe de Molière entre Cléante et Orgon, acte I, scène 5.
  • Dans Hamlet de Shakespeare : "Être ou ne pas être, telle est la question (...)"
  • Dans Britanicus