Northrop Frye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frye.

Northrop Frye

Philosophe canadien

Époque contemporaine

Naissance 14 juillet 1912 (Sherbrooke)
Décès 23 janvier 1991 (à 78 ans) (Toronto)
Nationalité Canadienne Drapeau : Canada
École/tradition Théorie critique, Romantisme
Principaux intérêts Imaginaire, mythe, esthétique, archétype, La Bible
Idées remarquables Critique littéraire (fondements)
Œuvres principales Anatomy of Criticism (1957)
Influencé par Aristote, Giambattista Vico
A influencé Margaret Atwood, Harold Bloom

Northrop Frye, né le 14 juillet 1912, à Sherbrooke, au Québec, et mort le 23 janvier 1991, est un critique littéraire canadien, considéré comme l'un des plus importants théoriciens de la littérature du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation
Bien que natif du Québec, Frye grandit à Moncton (Nouveau-Brunswick, Acadie) puis, en 1929, il poursuit ses études à l'Université Victoria (Toronto). Il choisit ensuite un cursus théologique à l'Emmanuel College. Avant de devenir pasteur de l'Église unie du Canada, il passe par Saskatchewan et Merton College (Oxford), afin de compléter sa formation, puis revient à Toronto.

Carrière universitaire et littéraire
Il fut professeur d'anglais par intermittence à l'université de Toronto de 1939 à 1991[1]. Durant l'année 1974-75, il est professeur invité à l'Université Harvard. Il doit son premier succès critique à la parution de son essai Fearful Symmetry en 1947, la première étude fondamentale menée sur l’œuvre de William Blake.

Selon les services secrets rattachés à la Gendarmerie royale du Canada, il aurait milité contre la Guerre du Viet Nam et l'apartheid.

Vie privée
Il fut l'époux d'Helen Kemp de 1937 à 1986 puis d'Elizabeth Brown, de 1988 à sa mort. Il repose au Cimetière Mount Pleasant (Toronto).

Apports à la Théorie de la littérature[modifier | modifier le code]

D'une manière générale, le travail théorique de Frye est bien connu hors de France, pays dans lequel l'influence d'un Roland Barthes et d'un Gérard Genette (pourtant lui-même très influencé par des penseurs anglo-saxons comme Nelson Goodman), eux-mêmes portés par le courant post-moderne de la French Theory, en occulte quelque peu la dimension novatrice. Il faut attendre les travaux de l'universitaire français Pierre Brunel[2] et encore, sous l'angle comparatiste, pour que l'éclairage de Frye s'inscrive, en France, dans une généalogie théorique globale des archétypes. Par ailleurs, ce n'est qu'en 1969 que sort chez Gallimard Anatomie de la critique (paru initialement en 1957), où Frye soulève, du point de vue esthétique, la question centrale, à savoir : « Et si la critique littéraire était à la fois une science et un art ? »

Cette anatomie de la critique s'affirme en tant que domaine à part entière des sciences humaines et prend ainsi son autonomie quant à la littérature.

La méthodologie de Frye prend sa source à la fois dans Aristote et dans Giambattista Vico.

Méthodologie[modifier | modifier le code]

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.thisisuoft.utoronto.ca/faculty-research/our-faculty/past-faculty.htm
  2. Mythocritique (1992) et Mythopoétique des genres (2003), Paris, Presses universitaires de France.

Liens externes[modifier | modifier le code]