Sitcom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le film qui porte ce titre, voir Sitcom (film).

Une sitcom ou comédie de situation[1] est une série télévisée à dominante humoristique, caractérisée au départ par une unité de lieu (décor récurrent) permettant des moyens de tournage limités et des coûts de production réduits (nombre très restreint de décors, peu ou pas d'extérieurs), avec des épisodes durant généralement moins d'une demi-heure. Le mot est une contraction de l'anglais situation comedy (« comédie de situation »)[2].

Parmi les sitcoms américaines les plus connues (le genre étant apparu aux États-Unis) figurent : Friends, Seinfeld, Dingue de toi, That '70s Show, Scrubs, Ma famille d'abord, Mon oncle Charlie, How I Met Your Mother, ou encore The Big Bang Theory. Pour ce qui est des sitcoms françaises, on peut citer parmi les plus connues : Maguy, Marc et Sophie, Les Filles d'à côté, Premiers Baisers et ses dérivés ou encore Hélène et les Garçons et ses dérivés. Apparues dans les années 1980, elles connurent leur « âge d'or » dans les années 1990.

Caractéristiques des sitcoms[modifier | modifier le code]

Les épisodes des sitcoms américaines modernes durent généralement 21 à 22 minutes, sans la publicité. Ce format permet à la chaîne d'insérer de 8 à 9 minutes de publicité sur un créneau de 30 minutes, en trois coupures. Celles des autres pays qui ont moins de publicités (il n'y a qu'une seule coupure en France, sur les chaînes privées uniquement) peuvent couramment aller jusqu'à 30 minutes.

Une des caractéristiques célèbres des sitcoms est la présence de rires en fond sonore, bien que toutes ne pratiquent pas cet effet (Malcolm, Scrubs, Worst Week : Pour le meilleur... et pour le pire ! ou encore Tout le monde déteste Chris).

Les sitcoms mettent généralement en scène des situations humoristiques et loufoques au sein d'une même famille ou d'un groupe d'amis, faisant la part belle aux intrigues sentimentales et aux personnages secondaires truculents. Elles peuvent avoir un but moral ou aller au contraire au-devant des conventions (comme Mariés, deux enfants).

Les rires en fond sonore[modifier | modifier le code]

Dans les sitcoms américaines, ces rires sont à l'origine de vrais rires, conséquence du fait que ces séries étaient enregistrées en public. Il s'agit donc dans la version originale de vrais rires, lorsque la série est tournée en public (comme dans la série Friends ou le Cosby Show). Certaines séries enregistrées sans public (les sitcoms d'AB Productions ou iCarly par exemple) ont eu des rires enregistrés rajoutés artificiellement (« rires en boîte» dans le langage familier).

Pour une série enregistrée en public, lorsqu'une scène nécessite un tournage séparé (extérieur, scène de nu...), la scène est en général tournée au préalable, et projetée au public à sa place dans l'épisode lors de l'enregistrement. Lorsque c'est le cas, le rire original du public peut être alors enregistré et rajouté à la scène. En post-production, au moment du mixage, des rires peuvent encore être modifiés ou complétés ou mixés avec des rires enregistrés en fonction des effets voulus par le réalisateur. C'est le cas de Friends. Cas plus extrême, une sitcom comme How I Met Your Mother est entièrement tournée sans public, mais l'épisode une fois tourné et monté est projeté devant des spectateurs ; c'est là que les rires du public sont enregistrés, avant la diffusion de l'épisode à la télévision.

Lorsque l'épisode est traduit et doublé en français, les rires originaux sont perdus et remplacés éventuellement par des rires enregistrés. Certains diffuseurs commandent des versions françaises de sitcoms avec rires, d'autres sans. C'est le cas par exemple de certains épisodes de Ma sorcière bien-aimée, qui avaient été doublés avec rires pour le marché québécois et sans pour le marché français. C'est la même chose pour Happy Days.

Évolution du genre[modifier | modifier le code]

Au fil des années, la sitcom est devenue un genre télévisuel à part entière, développant ses propres codes, révélant au public de nouveaux talents (Michael J. Fox, Alyssa Milano, Will Smith, Helen Hunt, Jennifer Aniston, Ashton Kutcher, Mila Kunis...) et explorant des styles différents pour se renouveler constamment. Ainsi, elle a puisé son inspiration dans le genre fantastique voire merveilleux (La Famille Addams, Ma sorcière bien-aimée, Sabrina) ou dans la science-fiction (Alf, Loin de ce monde). La sitcom peut reposer sur un humour bon enfant ou être ouvertement cynique, corrosive et éventuellement grivoise (les sous-entendus sexuels sont très présents dans Friends et Will et Grace par exemple) ; elle peut donner une image idéalisée de la famille et des communautés (Cosby Show, Le Prince de Bel-Air, La Vie de famille), caricaturer les « beaufs » (Mariés, deux enfants) ou railler le comportement de jeunes citadins immatures (Friends, Ce que j'aime chez toi).

  • Cas particulier de la France:

En France, la première série qui s'apparente à la sitcom s'appelle La Famille Bargeot à partir du 18 mars 1985[3] sur TF1. Si le format n'est que des 13 minutes, et que les rires du public sont absents, son unité de lieu: la maison des Bargeot, et surtout le portrait au vitriol d'une famille de "beaufs" laisse entrevoir les prémices de la sitcom américaine Mariés, deux enfants. Diffusée en lieu et place de Cocoricocoboy, La Famille Bargeot n'aura pas le temps de s'installer. Sur les 65 épisodes tournés, tous ne seront pas diffusés car les télespectateurs français n'auront pas apprécié de se voir ainsi caricaturés.
À partir du 8 septembre 1985, c'est le groupe Télé Images qui adapte en premier une sitcom directement importée des États-Unis avec Maguy. Si la première saison est tournée en public (respectant les codes originaux) ; pour des raisons de coûts, la suite de la série se fera sans public avec des rires enregistrés. Fort de ce succès sur Antenne 2, Télé Images vendra ses prochains projets à TF1. Ainsi naîtront: Marc et Sophie, Vivement lundi ! et la série judiciaire Tribunal. Les années 1990, vont marquer un tournant dans le genre. AB Productions ayant investi dans la construction de nouveaux studios, le groupe se diversifie, produit et s'aventure sur des terres jusque-là réservées. Dès 1991, le groupe vend la série judiciaire Cas de divorce à La Cinq et des sitcoms pour TF1 en réussissant à tourner un épisode de 26 minutes en une journée. Télé Images ne pourra rivaliser, ainsi fort de cet outil de production et de sitcoms tournées à bas coût AB Productions, pourra ensuite exporter dans le monde francophone : Premiers Baisers, Hélène et les Garçons, Le Miel et les Abeilles, Les Filles d'à côté, etc.
Tournées sans public, avec le recours quasi-systématique à des rires préenregistrés lors des passages humoristiques, les sitcoms d'AB Productions se focalisent souvent sur les histoires d'amour entre lycéens ou étudiants, traitées sur un mode mélodramatique qui les rend parfois plus proches des soap operas que des sitcoms américaines. Elles ont en tout cas contribué à créer une sorte de confusion auprès du public français dès lors qu'il s'agit de parler de « sitcom », terme évoquant depuis pour une partie des téléspectateurs français une série « à l'eau-de-rose » mettant en scène des adolescents, ou des trentenaires  : par exemple Beverly Hills 90210, ou Hartley, cœurs à vif (Heartbreak High) qui pourtant, dans leur format (45 minutes), leur propos ou leur coût, ne correspondent pas à des « comédies de situation ».
En 1998, Canal+ se lance sur le créneau des sitcoms, et revient aux fondamentaux en s'inspirant de productions Outre-Atlantique avec H ou Blague à part. Ironie du sort, la dernière saison de H sera tournée dans les anciens studios du Club Dorothée et des sitcoms AB, devenus déserts suite au non renouvellement de contrat avec TF1.

La série comique espagnole Aquí no hay quien viva (adaptée en France par M6 en 2005 sous le titre Faites comme chez vous !) est proche de la sitcom sans pouvoir être directement rattachée au genre. Elle se caractérise par un nombre de décors restreint, un type d'humour et un sujet (le quotidien d'une communauté de voisins) typiques des sitcoms, mais la durée de ses épisodes, en moyenne supérieure à une heure, l'empêche d'être rattachée au genre. Il en est de même pour La Famille Serrano.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Terme recommandé par la DGLF et très répandu en français québécois
  2. Martin Winckler, Christophe Petit, et al., Les Séries télé, 1999 p. 390 (Sitcom)
  3. [1] sur imdb.com, 8 septembre 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]