Davy Crockett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Davy Crockett (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Croquette (homonymie).
Davy Crockett
Image illustrative de l'article Davy Crockett
Fonctions
Membre de la Chambre des représentants des États-Unis
pour le 12e district du Tennessee
4 mars 18333 mars 1835
(1 an, 11 mois et 27 jours)
Successeur Adam Huntsman
Membre de la Chambre des représentants des États-Unis
pour le 9e district du Tennessee
4 mars 18273 mars 1831
(3 ans, 11 mois et 27 jours)
Prédécesseur Adam Rankin Alexander
Successeur William Fitzgerald
Biographie
Nom de naissance David Stern Crockett
Date de naissance 17 août 1786
Lieu de naissance Comté de Greene, État de Franklin (auj. Tennessee)
Date de décès 6 mars 1836 (à 49 ans)
Lieu de décès Mission Alamo, San Antonio, République du Texas
Parti politique Parti national-républicain
Profession Soldat, pionnier, trappeur, explorateur, parlementaire
Religion Christianisme

Signature
Davy Crockett.
Maison de Davy Crockett, Tennessee.

Davy Crockett, né David Stern Crockett le 17 août 1786 dans le comté de Greene alors dans l'État de Franklin et mort le 6 mars 1836 au siège de Fort Alamo, est un soldat, trappeur et homme politique américain. Plusieurs fois élu représentant de l'État du Tennessee au Congrès des États-Unis, il devient un héros populaire de l'histoire des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et vie de famille[modifier | modifier le code]

Le lieu de naissance de David Crockett n'est pas connu avec certitude, et plusieurs lieux de naissance possibles sont parfois cités[1] :

Les Crockett sont originaires d'Irlande, descendants de Monsieur de Croquetagne, un capitaine huguenot de la garde de Louis XIV, et dont le nom a été anglicisé[2]. David Crockett est le cinquième enfant d'une fratrie de neuf, et n'a pas reçu une éducation élaborée[3]. Il est le fils de John Crockett qui tenait une taverne et fut un notable local[3].

Veuf de Mary Finley, surnommée Polly (1788-1815), qui a donné naissance à trois enfants, il se remarie en 1816 avec Elizabeth Patton et a quatre enfants avec elle. Il était franc-maçon[4].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Le 24 septembre 1813, il sert dans le Second Regiment of Tennessee Volunteer Mounted Riflemen pendant 91 jours et participe en compagnie de tribus indiennes amies à la guerre des Creeks de 1813, au cours de laquelle les Creeks sont manipulés par les spéculateurs immobiliers, dans le sillage de la guerre anglo-américaine de 1812, sous les ordres du futur président Andrew Jackson[5]. Il devient juge de paix en 1817 avant d'intégrer la milice l'année suivante avec le grade de colonel. Il est ensuite désigné pour siéger à l'assemblée législative du Tennessee en 1821 et 1823, où il défend les coureurs de bois et les premiers colons contre les spéculateurs.

De 1827 à 1835, il est plusieurs fois élu représentant du Tennessee au Congrès. Il siège au Capitole avec ses vêtements de trappeur et y soutient les pionniers du Tennessee qui vivent sur des terres distribuées après la guerre d'indépendance à des soldats qui les ont souvent ensuite revendues à des spéculateurs. Ces pionniers pensaient pouvoir occuper ces terres, qu'ils croyaient abandonnées par les militaires, mais se voient ensuite réclamer des fermages par les spéculateurs, pour des montants qu'ils ne peuvent guère honorer, car ils vivent pour la plupart de chasse, de pêche et d'agriculture de subsistance.

Ami proche de nombreux indiens, dont il partage la vie sur la frontière sauvage, Davy Crockett s'oppose au président démocrate Jackson, pourtant membre comme lui du parti démocrate, sur l’Indian Removal Act de 1830, qui vise à ouvrir de nouveaux territoires à la colonisation. Son opposition à Jackson ne l'empêche pas d'être réélu en 1827 avec l'étiquette démocrate, mais est la cause de son échec à l'élection de 1830. Crockett est cependant réélu en 1833, à une époque où le parti démocrate est profondément divisé sur la question de l'abolitionnisme et du traitement à réserver aux Indiens. La majorité des élus du parti est acquise aux planteurs et aux spéculateurs fonciers à partir des années 1840, entrainant de nombreux départs.

En 1834, il publie une autobiographie A Narrative of the Life of David Crockett[6]. En 1835, il est à nouveau défait à l'élection et part pour le Texas[5].

La Révolution texane[modifier | modifier le code]

Il s'engage peu après cette défaite électorale dans la Révolution texane au Mexique. Le 14 janvier 1836, il prête serment avec 65 hommes d'aider le gouvernement provisoire du Texas, sous la houlette de Samuel Houston. Chaque homme reçoit la promesse d'une récompense de 4 605 acres (19 km2) de terre. Le Texas est alors disputé entre les 70 000 colons américains qui s'y sont installés, dont des Français venus de Mulhouse à Castroville, et les colons mexicains.

Il prend part à la défense d'Alamo (23 février - 6 mars 1836) et se voit confier la garde de la palissade sud. La légende a retenu qu'il aurait disparu en effectuant une sortie ; le journal de Jose Enrique de la Peña (es) affirme qu'il a été fait prisonnier par le général mexicain Manuel Fernández Castrillón (es) et qu'il a été exécuté sommairement avec une douzaine d'hommes sur l'ordre du commandant des troupes Antonio López de Santa Anna. Cette version est cependant contestée. Les rares survivants d'Alamo affirment avoir vu le corps de Davy Crockett lors de l'assaut final. Son fusil qu'il avait surnommé « Vieille Betsy » en hommage à sa sœur est exposée à San Antonio dans le musée Alamo[7].

En 1838, Robert P. Crockett vient au Texas réclamer les terres promises à son père.

La légende[modifier | modifier le code]

Des années 1830 à la guerre de Sécession, les almanachs mettent en scène Davy Crockett dans des contes humoristiques et grotesques[8]. Il symbolise le pionnier tout-puissant qui vient à bout des animaux sauvages et des Amérindiens[8]. Son image se transforme en celle d'un ambassadeur de la destinée manifeste qu'il n'a jamais été, le parlementaire Crockett s'opposant au chef de son parti et à la déportation des Amérindiens[8].

À la fin du XIXe siècle, Davy Crockett est le héros d'une pièce de théâtre[9] jouée au moins 2 000 fois aux États-Unis et au Royaume-Uni[8].

Depuis 1909, de nombreux films de cinéma et séries télévisées ont raconté la vie de Davy Crockett, dont un feuilleton en cinq épisodes de la Walt Disney Company en 1954. Crockett a été incarné, entre autres, par John Wayne dans le premier film qu'il a réalisé Alamo, en 1960. Il est devenu le symbole de l'ouest américain[5].

En 1956, Disneyland proposa, dans la section du parc baptisée Frontierland, un petit musée sur le personnage. Des figurines en cire tailles réelles de Fess Parker et Buddy Ebsen, les acteurs incarnant les héros de la série produite par Walt Disney Pictures, étaient présentées dans un décor d'Alamo. Le musée ferma rapidement mais les mannequins de cire furent déplacés sur la Tom Sawyer Island située à proximité et furent visibles plusieurs décennies.

Il existe une statue de Davy Crockett dans le Tennessee. Les manuels d'histoire américains évoquent sa vie et son aventure. Theodore Roosevelt a fondé le Boone and Crockett Club à la fin du XIXe siècle.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Reuben Potter, La Chute d'Alamo, 1860
  • William P. Zuber, Le Rescapé d'Alamo, 1873
  • Série des Davy Crockett de Tom Hill.

Films[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. J.-B. Nadeau, Julie Barlow, (en) The Story of French, p. 106, ISBN 0-312-34183-0.
  3. a et b François Weil, « La Ballade de Davy Crockett », dans L'Histoire (ISSN 0182-2411), no 325 (novembre 2007), p. 56
  4. http://freemasonry.bcy.ca/textfiles/famous.html
  5. a, b et c François Weil, « La Ballade de Davy Crockett », dans L'Histoire (ISSN 0182-2411), no 325 (novembre 2007), p. 57
  6. A Narrative of the Life of David Crockett par Davy Crockett (1834) Ouvrage disponible sur Internet Archive
  7. Marshall Trimble, « What happened to Davy Crockett's rifle "Beautiful Betsy?" »,‎ January 01, 2008
  8. a, b, c et d François Weil, « La Ballade de Davy Crockett », dans L'Histoire (ISSN 0182-2411), no 325 (novembre 2007), p. 58
  9. Davy Crockett ou Soyez sûr d'avoir raison et allez-y

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Weil, « La Ballade de Davy Crockett », dans L'Histoire (ISSN 0182-2411), no 325 (novembre 2007), p. 56-61
  • (en) R.B. Hauck, Davy Crockett. A Handbook, Lincoln, University of Nebraska Press, 1986
  • (en) J.A. Schackford, David Crockett. The Man and the Legend, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1986

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]