Casino Royale (film, 2006)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casino Royale.

Casino Royale

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Réalisation Martin Campbell
Scénario Neal Purvis
Robert Wade
Paul Haggis
Acteurs principaux
Sociétés de production EON Productions
Columbia Pictures
Casino Royale Productions
Stillking Films
Babelsberg Film[1]
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la République tchèque République tchèque
Genre Espionnage
Sortie 2006
Durée 144 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Casino Royale est un film américano-britanno-germano-tchèque d'espionnage réalisé par Martin Campbell. Il est sorti le en France et en Belgique. C'est le 21e opus de la série des films de James Bond produite EON Productions. James Bond est ici incarné par Daniel Craig, succédant ainsi à Pierce Brosnan.

C'est l'adaptation cinématographique du roman Espions, faites vos jeux de Ian Fleming, publié au Royaume-Uni en avril 1953. Le roman avait déjà été adapté dans un téléfilm du même nom avec Barry Nelson en 1954 et dans une comédie de 1967 avec David Niven.

Synopsis[modifier | modifier le code]

James Bond vient d'obtenir le statut d'agent 00 au sein du MI6. Après une mission qui se solde par la destruction d'une ambassade à Madagascar, Bond est envoyé en vacances. Il poursuit cependant sa mission à Nassau. Il rencontre des agents terroristes qui travaillent pour un certain Le Chiffre. Bond va alors traquer celui-ci jusqu'au Monténégro et y mènera sa première mission, qu'il réussira au prix d'importants sacrifices...

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Un modèle d'avion miniature utilisé pour le film
Prologue

James Bond vient d'être nommé agent 00 par le MI6, et est donc autorisé à tuer selon son propre jugement. Pour obtenir cette promotion, il a abattu un agent double, dans des toilettes, travaillant en République tchèque. Il récidive en abattant un chef de section corrompu qui contrôlait l'agent double (volant quelques minutes avant son arrivée au bureau le chargeur de son arme à feu).

Nassau et Miami

L'action continue en Ouganda où un Seigneur de guerre confie son argent au dénommé Le Chiffre pour que ce dernier le cache. On retrouve ensuite 007 à Madagascar où il traque un terroriste, Mollaka ; il finit, non sans peine, par l'abattre, dans une ambassade. Sa patronne M est furieuse, car elle doit subir les critiques sévères de ses supérieurs, Bond ayant violé l'une des seules règles inviolables de la diplomatie internationale. Elle regrette cette promotion et envoie Bond "se mettre la tête dans le sable". Bond part alors pour Nassau dans les Caraïbes non pas pour passer des vacances mais pour traquer un terroriste qu'il a identifié grâce au répertoire de téléphone de Mollaka, sous le nom de code Ellipsis (sa vraie identité étant Dimitrios). Bond fait des recherches sur Dimitrios et accède à la fiche du Chiffre, M est averti, en pleine nuit, par le MI6 des données qu'il consulte. Le soir même, Bond dispute une partie de poker avec Dimitrios; il voit sa femme Solange s'approcher de lui, une manière pour Dimitrios de perturber les autres joueurs. Dimitrios a un brelan de roi, il fait tapis et, pour que Bond le suive, mise son Aston Martin DB5. Bond suit et gagne la partie avec un brelan d'as. Il monte alors dans sa nouvelle voiture en sortant de l'hôtel, à ce moment, Solange l'arrête, croyant que c'est son mari. Bond lui propose un verre, Solange accepte. Dans la nuit, Bond et Solange s'embrassent, cette dernière lui dit qu'ils ont toute la nuit car son mari est parti à Miami. Bond commande alors du champagne pour une personne et part rejoindre Dimitrios.

À l'exposition, il rencontre Dimitrios et le tue en lui enfonçant un couteau dans le ventre. Il prend alors son téléphone et appelle le nom code Ellipsis. Voyant une personne décrocher, Bond le poursuit mais se fait repérer. Le terroriste s'enfuit et déclenche l'alarme. Bond arrivant à une porte verrouillée, appelle le MI6 où il apprend à M qu'un attentat va se produire dans les prochaines minutes. Bond raccroche, comprenant que le code de la porte est Ellipsis. Bill Tanner comprend alors que l'objectif de ce terroriste n'est pas l'aéroport mais le Skyfleet S570, nouveau prototype d'avion qui va être inauguré le jour-même. Il poursuit alors le terroriste, monté à bord d'un camion transportant du kérosène. Bond le poursuit à pied et monte finalement sur le toit, et arrive ensuite à rentrer dans le camion où il échange des coups avec le terroriste qui pousse sa tête dehors. 007 voit alors une bombe accrochée au camion. Il la détache et l'accroche à la ceinture du terroriste, qui saute dehors. Bond est poursuivi par une dizaine de voitures de police. Son frein ne marche plus, mais il arrive à stopper le véhicule quelques mètres avant de toucher l'appareil. La police l'arrête, à ce moment, le terroriste déclenche avec son téléphone la bombe qui explose et le tue. Seulement, Le Chiffre avait vendu à découvert toutes les actions de l'entreprise Skyfleet qu'il avait achetées avec l'argent de ses clients. Le montant de ses pertes s'élève à environ cent millions de dollars. C'est pourquoi il organise au Monténégro une partie de poker à dix avec dix millions de cave et cinq de re-cave. Le lendemain, à Nassau, Bond retrouve M et constate la mort douloureuse de Solange. M lui fait part de l'organisation de la partie de poker du Chiffre. Si celui-ci gagne, il s'enfuira. Mais s'il perd, il sera arrêté. M choisit alors Bond pour cette mission car il serait le meilleur joueur de poker du service. M lui précise de garder Le Chiffre en vie et souligne que ses clients voudront le tuer, comprenant qu'il est un traître. On installe ensuite un traceur dans le bras de Bond.

Monténégro

Dans le train qui le mène vers le Monténégro, James Bond rencontre celle qui finance la partie, Vesper Lynd. Il tombe immédiatement sous son charme mais elle, assez fine, s'intéresse plus à l'argent qu'elle va lui confier qu'à son attribut masculin. Arrivé à destination et vers l'hôtel, elle refuse de partager la chambre de Bond. Arrivés enfin à l'Hôtel Splendide, Bond reçoit un briquet du MI6 mais aussi sa voiture, une Aston martin DBS. Vesper et James rencontrent René Mathis. Bond offre une splendide robe de couleur mauve à Vesper, et elle lui offre un costume sur-mesure. Le soir, ils se rendent au casino et Bond rentre son code personnel, qui lui servira si jamais il gagne cette partie. Il fait également la rencontre du Chiffre et commence la partie de poker ; Vesper arrive et embrasse Bond au cou (comme l'avait fait Solange pour déconcentrer les autres joueurs). Il commande aussi une vodka que ses adversaires, à part Le Chiffre, commandent aussi. Bond se dirige au bar pour parler à Vesper et l'embrasse, cette fois, sur la bouche, ce qui énerve le terroriste. Quatre heures après le commencement de la partie, une pause a lieu et René Mathis pose un traceur dans l'inhalateur contre l'asthme du Chiffre. James et Vesper montent, l'agent reçoit un colis et y trouve une arme silencieuse. Arrivant à l'étage où Bond a détecté la présence du Chiffre, il se cache avec Vesper. Le Chiffre entre dans sa suite, où il rejoint Valenka, sa compagne. Mais soudainement, le client ougandais surgit et capture l'homme, caressant le bras de la copine du Chiffre avec une machette. Il veut couper la main du Chiffre mais ne peut pas car il doit jouer au poker et gagner de l'argent pour le rembourser. Alors il propose de couper celle de Valenka si Le Chiffre ne le rembourse pas dans les prochaines heures. Les cris de peur de Valenka résonnent jusque dans le couloir. Les deux hommes sortent de la suite, où ils voient James et Vesper s'embrasser à côté de la porte d'escalier. Le garde du corps repère l'oreillette de Bond et lui tire dessus, mais Bond le jette par-dessus la rambarde de l'escalier. L'autre terroriste prend alors sa machette, combat James et fait tomber son pistolet avec silencieux tout en bas. Vesper prend la fuite et descend. Le terroriste blesse Bond qui se jette avec lui du premier étage. James prend sa tête pour l'étrangler, quand son ennemi tente d'attraper le silencieux de Bond sur le sol. Vesper essaie d'ouvrir la porte pour s'enfuir, mais n'y arrive pas. Elle court alors vers les deux hommes pour arracher le pistolet des mains du terroriste qui finit par mourir étouffé. Bond envoie tout de suite Vesper Lynd chercher René Mathis pour que celui-ci fasse disparaître les cadavres. James rejoint Vesper dans sa suite. Habillée, elle s'est réfugiée dans la douche. Bond enlève son nœud papillon et s'assoit avec elle dans l'eau, habillé. Il la réconforte.

De retour au casino, Le Chiffre lui fait remarquer qu'il a changé de chemise. La partie continue pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que Bond s'aperçoive que son adversaire bluffe. Alors, suite au tapis du Chiffre, il mise aussi le sien. Mais Le Chiffre l'emporte en récoltant environ 43 millions USD. La partie n'est pas finie, seul Bond est éliminé. Dégoûté, il reste seul dans la salle lors de la pause. Il rejoint Vesper dans une terrasse et lui demande de lui accorder les cinq millions restants mais elle refuse. 007 veut se venger et attrape alors un couteau de table, ordonne à René d'éloigner Vesper puis se dirige vers le terroriste. Mais à quelques mètres de lui, un afro-américain l'arrête, se présentant Felix Leiter, agent de la CIA. Surpris d'apprendre que James Bond abandonne, il propose de lui donner toute sa mise mais si Bond gagne, ce sera lui qui embarquera Le Chiffre. Bond accepte. La partie reprend, et James rejoint sa place, sous le regard surpris du Chiffre. Il commande au serveur un dirty martini, et certains joueurs sont éliminés. Après avoir bu son martini 007 se lève subitement, sous le regard curieux de Felix et Vesper. Il attrape du sel et du poivre pour l'aider à vomir dans les toilettes, comprenant qu'il a été empoisonné par la boisson alcoolisée. Bond s'enfuit du Casino et monte dans sa voiture en contactant Bill Tanner et en lui apprenant qu'il est empoisonné. Le secrétaire informe immédiatement M. Il ne reste plus que deux minutes avant que 007 ne meure. Heureusement pour lui, le véhicule possède un défibrillateur. Mais il oublie de connecter un des fils et n'a pas le temps de le mettre en place avant de perdre connaissance. Son cœur s'arrête de battre, mais Vesper arrive à temps et connecte le fil, lançant la décharge, sauvant ainsi Bond. Celui-ci se réveille, mais refuse d'aller à l'hôpital avant d'avoir gagné la partie de poker.

De retour à la table, Le Chiffre ne comprend plus la situation. Bond en profite pour faire croire à son adversaire qu'il bluffe. Le terroriste fait alors tapis, pensant que James ne suivra pas. Mais à la surprise générale Bond suit. Le Chiffre a un full aux as par les 6. Mais Bond, contre toute attente, possède une quinte flush. Il récolte cent dix millions dollars. Son adversaire part, furieux. Vesper le félicite. Une heure plus tard, dînant au restaurant de l'hôtel, Vesper explique à Bond qu'elle doit voir René d'urgence. James réfléchit et comprend que René l'a trahi, informant le Chiffre que Bond avait repéré son tic quand il bluffait en milieu de partie. Il court et sort de l'hôtel, entendant les cris de Vesper. Celle-ci se fait enlever. 007 saute dans sa voiture et poursuit le cortège du Chiffre. C'est alors qu'il voit Vesper ligotée au milieu de la route. Bond l'esquive mais sa voiture sort de la route et fait plusieurs tonneaux dans un champs voisin. Les hommes du Chiffre emmènent alors Bond, inconscient, en prenant le soin de retirer son traceur.

Bond et Lynd sont emmenés dans un bateau. On attache Bond, nu, sur une chaise trouée tandis que Vesper est emmenée dans une autre cabine. Le Chiffre torture alors 007 à l'aide d'une corde afin d'obtenir le code qu'il avait donné tout au début de la partie de poker, dans le but de récupérer l'argent. James refuse de lui donner. Il reçoit alors une dizaine de coups sur les testicules. Le Chiffre lui repose la question, mais Bond lui répond : "Ça gratte un peu, vous voulez bien ? Sur la droite, sur la droite !". Il reçoit une vingtaine de coups il dit alors en riant : "Le monde entier saura que vous serez mort en me grattant les couilles". L'homme le renverse et sort un couteau en lui disant qu'il coupera ce à quoi il ne semble pas tenir et le lui fera manger. Soudain Mr White surgit et abat Le Chiffre, ne cautionnant pas qu'il ait pu perdre en toute impunité, l'argent que lui avaient confié ses clients et dont il était l'intermédiaire.

Venise

James Bond est à l'hôpital, où René et Vesper lui rendent visite. Quelques jours plus tard, à la Villa Balbianello, James se trouve avec Vesper, il voit des agents venir et arrêter Mathis. Vesper et James s'embrassent. Mendel, le banquier, arrive et demande à Bond de composer son code personnel pour que l'argent soit encaissé. James demande à Vesper de le faire, lui disant son code : V.E.S.P.E.R. Mendel part alors, et Vesper embrasse James lui disant qu'elle veut finir ses jours avec lui, qu'il veut l'épouser et l'aimer toujours. À Venise, 007 lui propose d'écrire sa démission à M, ce qu'il fait. Le lendemain matin, ils s'embrassent dans la chambre mais Vesper lui dit qu'elle doit partir à la banque faire un retrait. Elle se prépare, et James l'accompagne jusqu'à la porte de l'hôtel. Soudain, son téléphone sonne et James décroche, et voit que c'est M qui lui parle. Elle lui fait part qu'elle a reçu sa demande de démission, mais que le banquier en sa compagnie ne confirme pas que l'argent est sur le compte de l'État. James raccroche et comprend que Vesper l'a trahi, et le trahissait depuis le début. Il part alors avec un sentiment de vengeance à la banque, où elle n'est plus. Il finit par la repérer, dans une ruelle et la suit discrètement dans un immeuble au bord du Grand Canal. Étant repéré, le mercenaire Gettler (notamment client du Chiffre) avec qui Vesper avait rendez-vous la prend en otage. James passe à l'attaque et tue un par un les hommes de Gettler. James tire ensuite dans les containers qui permettaient au bâtiment, dans lequel se trouvent Vesper et Gettler, de flotter. Le bâtiment est alors pris par les eaux et commence à couler dans le canal. Gettler emprisonne Vesper dans une cage d'ascenseur. Il perd la valise des gains, qui tombe dans les eaux. Pendant que le bâtiment s'écroule, James tue toute l'équipe de Gettler et finit sa vendetta par Gettler en tirant dans son œil avec le pistolet à clou avec lequel Gettler l'avait attaqué. Il s'occupe maintenant de la cage de Vesper. Cette dernière, lui demandant pardon, jette la clé du cadenas dans les eaux. La cage tombe dans les eaux, et James essaie d'ouvrir la grille, en cassant le cadenas ; ce qu'il arrive à faire après la noyade de Vesper. Il la remonte tout de même à la surface et lui fait du bouche à bouche et un massage cardiaque, mais Vesper ne revient plus à elle. Fou de rage, 007 a bien l'intention de mener sa vendetta personnelle. C'est M. White qui prend la valise des gains, puis s'enfuit.

Sur son voilier, Bond observe les quelques effets personnels de Vesper, tout en étant en contact avec M. Alors qu'il semblait éprouver une vive rancœur à l'égard de Vesper, M lui explique qu'elle a tout fait pour sauver James. Bien que M pense Mathis innocent, Bond préfère que celui-ci soit encore interrogé. James allume le téléphone de Vesper où il découvre un message qui lui était adressé par Vesper, "Mr White", comprenant ainsi qu'elle le met sur sa voie.

Plus tard, à la Villa La Gaeta, 007 appelle M. White. Ce dernier lui demande alors de décliner son identité. À cet instant, Bond tire dans sa jambe et s'approche de lui, mitraillette à la main. Il ferme le téléphone de Vesper et répond à Mr White : « Je m'appelle Bond, James Bond »[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Daniel Craig endosse le rôle de James Bond.
Le faux passeport de James Bond.
Drapeau des États-Unis États-Unis : Columbia Pictures
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : Sony Pictures Releasing
Drapeau de la France France : Gaumont/Columbia TriStar Films[1]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux d'action[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Dans le film, James pilote une Aston Martin DB5.
L'Aston-Martin DBS du film

Avant que Daniel Craig soit choisi pour interpréter le rôle de James Bond, plusieurs acteurs comme Goran Visnjic, Henry Cavill, Sam Worthington, Ewan McGregor ou encore Hugh Jackman ont été sollicités pour le rôle avant de décliner. C'est la 21e aventure de l'agent James Bond produite par EON Productions, la société qui gère les droits de la franchise Bond. Trois films sont, en effet, considérés comme « hors série » : Casino Royale sorti en 1954, Casino Royale sorti en 1967 et Jamais plus jamais sorti en 1983.

Ce film est le premier d'une trilogie sur la jeunesse de James Bond. Les faiblesses de James Bond y apparaissent plus que dans les films précédents. Par ailleurs, la première scène du film suivant, Quantum of Solace, se situe quelques heures après la scène finale de Casino Royale. C'est la première fois que les scénaristes de James Bond décident de réaliser une suite à un film (cette possibilité de suite avait déjà été envisagée pour Au service secret de sa majesté mais comme l'acteur incarnant James Bond dans ce film, George Lazenby, avait décidé de ne pas renouveler son contrat pour un nouveau James Bond, l'hypothèse avait été écartée). Une des scènes du film (la convalescence de James Bond) a été tournée à la villa Balbianello, près du lac de Côme, en Italie, où des films comme Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones ont également été tournés[réf. nécessaire].

Les personnages récurrents Q et Monneypenny n'apparaissent pas encore dans le film. Jeffrey Wright est le premier acteur noir à interpréter Felix Leiter de la CIA (mis à part Bernie Casey dans le film de 1983 Jamais plus jamais, un James Bond hors série). Martin Campbell réalise son deuxième James Bond, après GoldenEye (1995). Le metteur en scène du Masque de Zorro est le seul à avoir tourné deux volets de la série depuis les années 1980. Autrefois, les principaux réalisateurs étaient Terence Young (James Bond 007 contre Dr. No, Opération Tonnerre…), Guy Hamilton (Goldfinger, L'Homme au pistolet d'or…) ou encore John Glen qui a réalisé cinq James Bond des années 1980. Depuis, les quatre films avec Pierce Brosnan ont connu à chaque fois un réalisateur différent.

Le PDG de Virgin, Richard Branson, apparaît un court instant dans le film (déclenchant le portique de sécurité à l'aéroport de Miami), scène d'ailleurs effacée par British Airways, concurrent de Virgin Atlantic des versions projetées sur ses longs-courrier[4]. Le mannequin Alessandra Ambrosio fait également une apparition à la sécurité d'un autre aéroport lorsque James Bond arrive aux Bahamas. Tous les appareils électroniques montrés dans le film (téléphones portables, ordinateurs, écrans, lecteur blu-ray, appareils photo numériques…) sont systématiquement de la marque Sony, qui est presque toujours montrée en gros plan. On verra un Sony Ericsson K800i casino royal édition, un W850i, un K600i, un T68 world (?) ainsi qu'un autre. Des ordinateurs portables VAIO des écrans Sony et une CyberShot T10 (?) sont aussi présents. Un coffret Casino Royale était d'ailleurs disponible[5].

Le Chiffre utilise un yacht Sunseeker Predator 108 aux Bahamas.

Deux Aston Martin sont présentes dans le film : la fameuse compagne et emblématique DB5 mais également la toute nouvelle DBS V12. Pour la petite histoire, lors de la séquence où la DBS V12 part en tonneaux, les cascadeurs ont établi un record mondial avec 7 tonneaux[6].

Le générique d'ouverture du film ne met en action aucune femme à l'exception d'une figurine de carte à jouer (une reine de "fleur" en l'occurrence) ce qui tranche avec les films précédents. Pour promouvoir la sortie de la PlayStation 3 en Europe le 23 mars, les 500 000 premiers inscrits sur le PlayStation Network ont reçu un exemplaire du film livré au format Blu-Ray[7].

En France, la voix française de James Bond est celle du comédien Éric Herson-Macarel, qui a doublé Gustav Graves, le méchant dans Meurs un autre jour. Également, les chaînes françaises LCI et TF1 y sont représentées.

Durant le tournage de la scène d'accident de voiture, trois Aston Martin DBS furent détruites, d'une valeur de 300 000 dollars chacune[8].

Le SkyfleetS750 est en fait un Boeing 747-200 modifié[9]. Il est toujours visible à l'aéroport de Dunsfold en Angleterre, où la scène de la tentative d'attentat a été filmée.

Critique[modifier | modifier le code]

Bon nombre de fans furent sérieusement fâchés par l'absence de la traditionnelle scène du canon (gunsbarrels en anglais) lors de l'ouverture du film. Cette séquence est une tradition depuis 1962. Elle apparaîtra plus tardivement.

Avant la sortie du film, la « rupture » était déjà amorcée avec l’attribution du rôle tant convoité à Daniel Craig, un homme blond avec une mine patibulaire, loin de la sophistication d’un Pierce Brosnan. Le personnage paraît en fait beaucoup plus brutal, et paradoxalement plus sensible, ce qui fait finalement ressortir son côté humain. Ainsi, la série gagne en profondeur et se voit offrir un renouveau devenu indispensable afin de garder un certain intérêt, tant pour le grand public que pour ses nombreux admirateurs.

Le film commence par la traditionnelle scène d’ouverture qui s’avère originale puisqu’elle montre, en noir et blanc, comment Bond, miraculeusement rajeuni comparativement aux Bond des derniers films, acquiert son statut d'agent double-zéro.

L'histoire oppose l'agent 007 au Chiffre, banquier pour terroristes internationaux, dans des lieux très variés allant des Bahamas au Monténégro en passant par Miami et le lac de Côme. Pour ce faire, James bénéficie de l’aide d’une charmante comptable – en la personne d’Eva Green – avec qui il noue une histoire d’amour intense, ce que l’on n’avait plus vu depuis Au service secret de sa Majesté. Le film présente probablement le personnage féminin le plus fouillé et le plus complexe de toute la série. Sa fin dramatique renvoie d'ailleurs aussi à l'épisode Au service secret de sa majesté.

La dernière demi-heure s'avère riche en rebondissements, puisque le méchant est lui-même confronté à d’autres méchants – et donc le héros aussi. La toute fin du film propose les habituelles caractéristiques du mythe bondien : le fameux « Mon nom est Bond, James Bond » et notamment le thème de Monty Norman et John Barry remis au goût du jour par David Arnold, qui a dirigé la bande-son de quatre films James Bond. Le climax du film consiste en une longue partie de poker qui s'étire.

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office Nbre de sem. Classement TLT[10] Date
Box-office Mondial 599 045 960 USD ? sem. 38e au total
Box-office Drapeau des États-Unis États-Unis/Drapeau du Canada Canada 167 445 960 USD ? sem. 131e au total
Box-office Drapeau de la France France[11] 3 154 245 entrées 9 sem. - au 23/01/07
Box-office Paris 806 162 entrées 9 sem. - au 23/01/07
Box-office Drapeau de la Suisse Suisse 853 098 entrées ? sem. 10e au 13/04/08

Bande originale[modifier | modifier le code]

Casino Royale
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale par David Arnold
Sortie
Enregistré 2006
Durée 74:20
1:27:59 (iTunes)
Format CD
Compositeur David Arnold
Label Sony Classical Records
Critique

Bandes originales James Bond

David Arnold compose sa 4e bande originale consécutive d'un film de James Bond.

La chanson du générique d'entrée "You Know My Name" est interprétée par Chris Cornell, et composée avec la complicité de David Arnold. Commercialisée en CD single, la chanson n'apparait pas sur l'album de la B.O. du film mais sur l'album Carry On du chanteur.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Album officiel[modifier | modifier le code]

  1. "African Rundown" (6:52) [13]
  2. "Nothing Sinister" (1:27)
  3. "Unauthorized Access" (1:08)
  4. "Blunt Instrument" (2:22)[14],[13]
  5. "CCTV" (1:30)
  6. "Solange" (0:59)
  7. "Trip Aces" (2:06)[14],[13]
  8. "Miami International" (12:43)[13]
  9. "I'm the Money" (0:27)[13]
  10. "Aston Montenegro" (1:03)[13]
  11. "Dinner Jackets" (1:52)[13]
  12. "The Tell" (3:23)
  13. "Stairwell Fight" (4:12)
  14. "Vesper" (1:44)
  15. "Bond Loses It All" (3:56)
  16. "Dirty Martini" (3:49)[14]
  17. "Bond Wins It All" (4:32)
  18. "The End of an Aston Martin" (1:30)
  19. "The Bad Die Young" (1:18)
  20. "City of Lovers" (3:30)
  21. "The Switch" (5:07)[14],[13]
  22. "Fall of a House in Venice" (1:53)
  23. "Death of Vesper" (2:50)
  24. "The Bitch is Dead" (1:05)
  25. "The Name's Bond . . . James Bond" (2:49)[14]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source et liste complète  : Internet Movie Database[15]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Redistribution des clichés[modifier | modifier le code]

Tout le film est ainsi fait : les traditionnels clichés bondiens sont bien présents, mais redistribués autrement :

  • La partie de cartes devient plus importante que les scènes d'actions, moins nombreuses mais réussies et plus violentes (dans une veine plus contemporaine).
  • L'auto-présentation du héros (« Mon nom est Bond, James Bond ») est la dernière image du film.
  • Le principal adversaire de Bond meurt bien avant la fin.
  • Le générique chanté est bien présent, mais évite les traditionnelles silhouettes de pin-ups bondiennes pour une animation en 3D avec à-plats de couleurs.
  • Il est torturé, et passe un vrai moment de souffrance.
  • La dernière main de la partie de poker déroutera tous les amateurs de ce jeu (une couleur, deux full et une quinte flush)
  • La chanson du générique sort de la pop sucrée ou de la grande variété américaine mâtinée de soul par la voix de ses interprètes généralement féminins, pour retrouver une couleur plus simple et plus agressive par l'intermédiaire de la voix rauque de Chris Cornell, ancien chanteur de Soundgarden.
  • Lorsqu'il demande un vodka-martini, Bond ne précise pas « au shaker, pas à la cuillère », au contraire, quand le serveur lui demande de choisir entre les deux ustensiles, il répond dans un moment d'énervement « Qu'est-ce que j'en ai à foutre ? ».
  • Ce James Bond, qui retrace en fait le début de la carrière du célèbre agent, est bien plus psychologique. On y voit son côté sensible et nous le voyons commettre des erreurs puis apprendre de celles-ci.
  • Il part d'une machine à tuer sans histoire (une scène où James Bond et Vesper Lynd tentent de savoir ce qu'il en est de l'autre, ne nous donne finalement aucune clef sur James Bond) à un homme qui sert ses idées, qui se forge dans la violence sa propre identité, ses propres méthodes.
  • La scène finale est tout à fait représentative, puisqu'elle présente le personnage comme le faisaient les autres au début ; on peut donc dire qu'on assiste tout au long du film à l'éclosion du personnage de James Bond.
  • Les fans des précédents opus pourront être déçus par les faiblesses de James Bond, qui abandonne le mythe du héros indestructible, le manque de gadgets (et par l'absence de présentation de ceux-ci) ainsi que par la courte course poursuite en véhicule, qui n'en est pas une, sont réellement en rupture avec les épisodes précédents. Néanmoins, cette remarque ainsi que les précédentes peuvent s'expliquer par le fait que James Bond n'est agent 00 que depuis peu de temps. Le caractère moins dur et les habitudes de l'agent secret (par exemple la vodka-martini au shaker) ne deviendront de vrais traits de personnalité qu'au fil de sa carrière. Pourtant, le choix de Judi Dench dans le rôle de M pose un problème de continuité, puisque celle-ci était présentée dans GoldenEye comme la successeur du M joué par Bernard Lee et Robert Brown. En fait, la production a réglé cet apparent problème de continuité en affirmant que ce film démarrait une nouvelle série d'aventures cinématographiques de James Bond et qu'il n'y avait aucune continuité à rechercher puisqu'il n'y en avait plus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]