Jamais plus jamais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Never Say Never.

Jamais plus jamais

Réalisation Irvin Kershner
Scénario Lorenzo Semple Jr.
Acteurs principaux
Sociétés de production PSO International
Taliafilm
Warner Bros.
Woodcote
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Genre Espionnage
Sortie 1983
Durée 133 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Jamais plus jamais (Never Say Never Again) est un film britannique réalisé par Irvin Kershner et coproduit par Taliafilms[1] et Warner Bros.. Sorti en 1983[2], c'est une nouvelle adaptation du roman Opération Tonnerre (1961) déjà adapté par EON Productions dans un film du même nom de 1965.

Synopsis[modifier | modifier le code]

James Bond a vieilli. Son supérieur le trouve en mauvaise forme et juge utile de lui faire suivre une cure dans une clinique privée. Dans cette clinique, Bond croise la route d'un certain Jack Petacci, au comportement étrange. Surveillant ses agissements, Bond se fait repérer et manque d'être abattu par un tueur à gages.

Il est rappelé à Londres où il apprend que le SPECTRE a dérobé deux ogives nucléaires à l'US Air Force. Il découvre en outre que Jack Petacci, mort dans un accident de voiture juste après le vol, est le frère de Domino Petachi, elle-même petite amie du « numéro un » du SPECTRE, Maximilian Largo. Jack, croyant sa sœur menacée, a accepté de travailler pour le SPECTRE afin de leur permettre de voler les missiles. Cependant, une fois sa mission terminée, il a été abattu par « numéro douze », une dénommée Fatima Blush. Apprenant le lien entre le militaire décédé et la compagne de Largo, James Bond s'approche de cette dernière pour lui apprendre la mort de son frère, échappant au passage à plusieurs tentatives d'assassinat de la part de Blush.

Domino s'allie alors avec Bond qui infiltre le bateau de Largo. Repéré, il est ensuite capturé et abandonné dans une prison tandis que Largo laisse Domino, que Bond a séduite, à des marchands d'esclaves. Bond s'échappe, sauve Domino et retrouve sa base d'opérations grâce à un collier que Largo avait offert à sa compagne. Tandis que les américains neutralisent l'une des bombes dont Largo avait précisé l'emplacement, Bond désamorce la seconde et Domino lui sauve la vie en tuant Largo.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage[4]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

La réalisation de ce film résulte de la victoire en justice du scénariste Kevin McClory contre Ian Fleming, avec lequel il avait écrit le script qui devait inaugurer la série des James Bond à l'écran, James Bond, agent secret. Le projet n'ayant jamais vu le jour, Ian Fleming réutilise la plupart des éléments de l'histoire dans son roman Opération Tonnerre. Dès la sortie du roman en 1963, Kevin McClory attaque Fleming en justice et gagne son procès. Fleming conserve les droits littéraires mais McClory devient propriétaire des droits cinématographiques sur le scénario. De plus, les éditeurs devaient ajouter une mention sur les futures éditions du roman spécifiant qu'il était basé sur un scénario de Kevin McClory, Jack Whittingham et Ian Fleming.

Par la suite, Ian Fleming vend les droits de la série – dont Opération Tonnerre – aux producteurs Harry Saltzman et Albert R. Broccoli, fondateurs d'EON Productions[5]. Après de longues années de procédures, Kevin McClory est néanmoins reconnu comme « père » du SPECTRE (et de son logo-pieuvre), des personnages de Ernst Stavro Blofeld, Domino Smith, Fatima Blush et Fiona Volpe, de la clinique de remise en forme Shrublands ainsi que de différentes situations (le détournement d'une bombe nucléaire, James Bond contre la Mafia sicilienne, le yacht abritant un sous-marin et des motos sous-marines, les scènes aux Bahamas...), ce qui rendit leur utilisation impossible par EON après Les Diamants sont éternels (1971)[6]. Pour les personnages de James Bond, M, Q, Miss Moneypenny, Felix Leiter ainsi que l'Aston Martin DB5 et les scènes de casino, les droits furent concédés aux deux parties, EON gardant l'utilisation exclusive du logo, du thème musical ainsi que de tous les autres personnages et situations créées par Fleming.

Fort de cette reconnaissance, Kevin McClory cherche à produire des films de James Bond, indépendamment du scénario d'Opération Tonnerre. En 2001, un nouveau procès donna raison à la société EON Productions, qui fut seule autorisée à produire des nouveaux films de James Bond. Jamais plus jamais est donc la seule production dans laquelle Kevin McClory a pu utiliser les personnages qu'il avait contribué à créer.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Il y a plusieurs différences avec le film Opération Tonnerre. Dans Opération Tonnerre, le méchant avait pour nom Emilio Largo, ici, il porte le nom de Maximilian Largo. La « James Bond Girl » d'Opération Tonnerre se nommait Domino Derval ; ici, elle s'appelle Domino Petacci. Cela tient en partie aux nationalités des acteurs (afin de justifier leur accent en anglais), respectivement, Adolfo Celi étant italien, Klaus Maria Brandauer autrichien, Claudine Auger française (et Kim Basinger américaine).
  • En 1971, après la sortie des Diamants sont éternels, Sean Connery avait déclaré qu'il ne tournerait « plus jamais » de James Bond. Comme le dit le titre original Never say never again (littéralement : « Ne dites jamais “plus jamais” » ou « Il ne faut jamais dire “plus jamais” »), il est revenu sur sa décision moyennant un cachet de 5 000 000 $[7]. La confrontation avec Octopussy, le James Bond « officiel » d'EON Productions avec Roger Moore, sorti quatre mois plus tôt, ne tourna cependant pas à son avantage. Malgré un budget inférieur (27 500 000 $ contre 36 000 000 $ pour Jamais plus jamais), Octopussy eut un plus grand succès auprès du public : il rapporta 67 900 000 $ contre 55 400 000 $ pour Jamais plus jamais.[réf. nécessaire]
  • La base de Largo en Afrique du Nord est située à Palmyre. Palmyre est également le nom du domaine d'Emilio Largo aux Bahamas dans Opération Tonnerre (1965).
  • C'est le premier film de Rowan Atkinson, qui y joue un rôle humoristique. Plus tard, il jouera une parodie de James Bond dans Johnny English (2003) et Johnny English le Retour (2011).
  • Valerie Leon, qui joue la femme aux Bahamas dans le film, est apparue auparavant dans L'Espion qui m'aimait (1977) où elle était la réceptionniste de l'hôtel Cala di Volpe en Sardaigne.
  • Pour la première fois, le rôle de Felix Leiter est joué par un Afro-Américain, Bernie Casey, bien avant Jeffrey Wright dans Casino Royale (2006) et Quantum of Solace (2008).
  • Kim Basinger n'avait jamais vu de films de James Bond avant d'obtenir le rôle de Domino.[réf. nécessaire]
  • La composition de la bande-originale de Jamais plus jamais fut au départ proposée à John Barry, mais celui-ci déclina l'offre, préférant travailler sur le film d'EON Productions. C'est finalement Michel Legrand, rencontré par hasard par Sean Connery, qui composa la musique. La chanson-titre, Never Say Never Again, est chantée par Lani Hall.
  • Metro Goldwyn Mayer a acheté les droits du film pour 15 000 000 $ en 1997.
  • Le tournage a débuté le 27 septembre 1982 et s'est terminé au début de 1983.

Sorties vidéo/DVD[modifier | modifier le code]

Le film n'a jamais été inclus aux intégrales James Bond pour les raisons exposées plus haut (considéré comme un hors-série).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société de production créée au début des années 1980 par la sœur de Francis Ford Coppola, Talia Shire.
  2. La même année qu'Octopussy, un autre James Bond avec Roger Moore.
  3. (en) Jamais plus jamais sur l’Internet Movie Database
  4. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 26 octobre 2012
  5. Opération Tonnerre est le quatrième film de la série après James Bond contre Docteur No (1962), Bons Baisers de Russie (1963) et Goldfinger (1964). Pour plus de détails, consulter cette page.
  6. Blofeld apparaît néanmoins sans être nommé dans la séquence d'ouverture de Rien que pour vos yeux (1981), Casino Royale se situe en partie aux Bahamas et l'emblème d'Octopussy est... la pieuvre.
  7. Christian Dureau. Sean Connery. Éditions Didier Carpentier. 2006. p. 83