L.A. Confidential (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de Curtis Hanson. Pour le roman de James Ellroy, voir L.A. Confidential.

L.A. Confidential

Titre québécois Los Angeles interdite
Réalisation Curtis Hanson
Scénario Curtis Hanson
Brian Helgeland
Acteurs principaux
Sociétés de production Regency Enterprises
The Wolper Organization
Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Policier
Durée 138 minutes
Sortie 1997

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L.A. Confidential est un film policier américain réalisé par Curtis Hanson, sorti en 1997. C'est l'adaptation du roman du même nom de James Ellroy.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Los Angeles, années 1950. Alors que la ville est sujette à une vague de règlements de comptes après la chute du caïd Mickey Cohen, la police criminelle du LAPD se mobilise tout entière sur l'affaire de L'Oiseau de nuit, un massacre au cours duquel est tombé un ancien flic. Trois inspecteurs aux styles radicalement différents, un carriériste futé, une brute pas si bête que ça et un mondain désabusé, vont être amenés à coopérer pour démêler les fils d'une histoire plus compliquée qu'il n'y parait.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf mention contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version Française (VF) sur VoxoFilm[3] et RS Doublage[4]; Version Québécoise (VQ) sur Doublage Qc.ca[5]

Production[modifier | modifier le code]

« Le projet commença avec la lecture du roman de James Ellroy, auteur dont j'admire profondément l'écriture. J'ai passé ma vie dans divers quartiers de Los Angeles, et c'est mon amour pour cette ville fascinante qui m'a attiré vers l'oeuvre d'Ellroy. J'entends en elle la voix authentique de L.A. : lucide et tourmentée, perverse, optimiste et drôle[6]. »


Genèse et développement[modifier | modifier le code]

L.A. Confidential est l'adaptation cinématographique du roman du même nom de James Ellroy, paru en 1990 aux États-Unis. Ce roman est le 3e du Quatuor de Los Angeles, dans lequel l'auteur rend hommage au Los Angeles des années 1940 et 1950.

Casting[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Curtis Hanson a souhaité auditionner Russell Crowe après l'avoir vu dans Romper Stomper (1992). Les producteurs du film étaient cependant sceptiques sur le fait que deux acteurs australiens (Crowe et Guy Pearce) incarnent des personnages américains[6].

L'auteur du roman original, James Ellroy, explique avoir été surpris par le choix des comédiens :

« De toute évidence, ils sont mes personnages et quelque chose d'autre. Ce fut pour moi une expérience très étrange, dans le sens schizophrénique du terme, de les voir sur l'écran, comme à la fois des personnages et des entités différentes que je n'ai pas créées. Disons que Guy Pearce et Russell Crowe sont plus jeunes que je n'avais imaginé Ed et Bud, tandis que Kevin Spacey a l'âge qu'il faut. Mais celui qui m'a le plus époustouflé est James Cromwell dans le rôle de Dudley Smith. Au fil des années, ma femme et moi tentions d'imaginer qui pourrait l'interpréter et, finalement, notre choix s'est porté sur Donald Moffat. Ce qui est intéressant, c'est que les deux acteurs se ressemblent[6]. »

— James Ellroy

Tournage[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Original Motion Picture Score[modifier | modifier le code]

L.A. Confidential
Original Motion Picture Score

Bande originale de Jerry Goldsmith
Sortie
Durée 29:39
Genre musique de film
Compositeur Jerry Goldsmith
Label Varèse Sarabande
Critique

Albums de Jerry Goldsmith

La bande originale est composée par Jerry Goldsmith. Pour son travail, il a été nommé à l'Oscar de la meilleure musique de film à la 70e cérémonie des Oscars, mais perd au profit de James Horner pour Titanic. Pour ses compositions, Jerry Goldsmith s'inspire fortement de la musique du film Sur les quais composée par Leonard Bernstein.

Liste des titres
  1. Bloody Christmas (2:50)
  2. The Cafe (2:20)
  3. Questions (2:20)
  4. Susan Lefferts (2:54)
  5. Out Of The Rain (2:47)
  6. Rollo Tomasi (3:08)
  7. The Photos (2:28)
  8. The Keys (1:52)
  9. Shootout (4:09)
  10. Good Lad (2:19)
  11. The Victor (2:32)

Original Soundtrack[modifier | modifier le code]

L.A. Confidential
Original Motion Picture Score

Bande originale de divers artistes
Sortie
Durée 35:43
Compositeur Jerry Goldsmith, Bennie Benjamin, Harold Arlen, Joe Bushkin, ...
Label Restless Records
Critique

Un autre album est commercialisé par le label Restless Records avec d'autres musiques et chansons présentes dans le film, ainsi que quelques compositions originales de Jerry Goldsmith.

Liste des titres
  1. "Badge of Honor" (0:22) - Jerry Goldsmith (score)
  2. "Ac-Cent-Tchu-Ate the Positive" (1:56) - Harold Arlen, Johnny Mercer
  3. "The Christmas Blues" (2:53) - Sammy Cahn, David Jack Holt
  4. "Look for the Silver Lining" (2:39) - Buddy DeSylva, Jerome Kern
  5. "Makin' Whoopee" (3:28) - Walter Donaldson, Gus Kahn
  6. "Hit the Road to Dreamland" (1:58) - Harold Arlen, Johnny Mercer
  7. "Oh! Look at Me Now" (3:08) - Joe Bushkin, John DeVries
  8. "The Lady Is a Tramp" (3:12) - Lorenz Hart, Richard Rodgers
  9. "Wheel of Fortune" (3:24) - Bennie Benjamin, George David Weiss
  10. "But Not for Me" (2:50) - George Gershwin, Ira Gershwin
  11. "How Important Can It Be?" (2:33) - Bennie Benjamin, George David Weiss
  12. "Looking At You" (2:17) - Cole Porter
  13. "Powder Your Face with Sunshine" (2:32) - Carmen Lombardo, Stanley Rochinski
  14. "L.A. Confidential" (2:31) - Jerry Goldsmith (score)

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 126 216 000 $ au box-office mondial, dont 64 616 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 35 000 000 $[9],[10]. En France, il a réalisé 589 608 entrées[10].

Il a reçu un accueil critique très favorable, recueillant 99 % de critiques positives, avec une note moyenne de 8,6/10 et sur la base de 85 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[11]. Sur Metacritic, il obtient un score de 90/100 sur la base de 20 critiques collectées[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[13]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Aspect psychologique et esthétique du récit[modifier | modifier le code]

Ce film policier est aussi un récit psychologique assez fin. En effet, le contexte social, celui de Los Angeles des années 1950, étant bien posé (comme il se devait étant donné le titre du film se référant à un journal de nouvelles locales) le récit décrit finalement l'ascension d'un des personnages dans ce milieu par un jeu politique et psychologique. La progression du policier Edmund Exley (Guy Pearce) est à bien y regarder le noyau de l'action, qu'il lance, provoque, ou relance si besoin est, par le contrôle qu'il parvient à exercer sur son entourage.

À un moment du film, alors qu'Exley se trouve confronté à Lynn Bracken (Kim Basinger) jouant un sosie de Veronica Lake, il se sent d'ailleurs obligé de confirmer à celle-ci qu'il contrôle Bud White. Le poids de l'argumentation de Bracken, affirmant le contraire, est l'un des rares à inverser la balance et désorienter un instant le jeu psychologique d'Exley qui n’apparaît plus alors comme seul maître à bord. À cet instant du film on contemple ainsi une jolie dichotomie entre deux styles de maîtrise du cours des événements via l'exercice d'une psychologie performante sur le monde : un mode en apparence passif et résigné, mais en fait patient et intelligent avec Lynn, et en opposition, la manière active et combative, au service des ambitions d'un Exley.

Pour ces deux personnages, contrairement à tous les autres, il est ardu de s'interroger sur les valeurs morales. Et leur appartenance à l'un des deux camps du film, truands ou flics, ne pèse pas sur eux comme une réelle nécessité. On sait qu'Exley est policier par imitation de son père, et Lynn Bracken, de son propre aveu, a choisi la prostitution de luxe - à défaut d' être actrice- pour, un jour, repartir dans l'Arizona ouvrir une boutique de mode "car toutes les filles ont besoin de glamour". Le caractère principal de ces deux individus, est l'intelligence, l'intégrité, le souci d'une réussite personnelle. Dès le début du film, le personnage de Bud est campé : enfant battu, fils d'une mère morte sous les coups de son père, il ne supporte pas les violences faites aux femmes mais use et abuse de cette violence dans son métier jusqu'à ce que son amour pour Lynn, sa rencontre avec Exley lui fassent entrevoir une autre manière et de vivre et d'enquêter. Par ailleurs, réalisé avec des moyens considérables, avec un casting de choc, le film s'attache à restituer les années 1950 par des costumes, maquillages et coiffures très soignés, des décors jouant sur les oppositions (villas somptueuses, motels sordides, vraie et fausse chambre à coucher de Lynn), l'évocation de vraies stars au milieu des fausses (Lana Turner fréquenta le Milieu de très près) et à travers le jeune prostitué assassiné celle de tous ceux venues se brûler les ailes à LA. Kim Basinger, seul rôle féminin, illumine le film par sa beauté et sa douceur.

Jalons de l'évolution de la carrière du policier Edmund Exley[modifier | modifier le code]

Il est à noter l'évolution de la carrière d'Exley tout au long des h 18 du film.

  • 12e minute et antérieur : sergent, reçu premier sur 23 au concours correspondant à ce grade ;
  • 12e minute : sergent et chef de poste pour la nuit de Noël ;
  • 18e minute : lieutenant ;
  • 20e minute : lieutenant inspecteur, bien que cette nomination relève plus de l'affectation à un poste en service actif qu'à une vraie promotion ;
  • 1 heure : médaille du courage ;
  • h 4 minute : 2e médaille du courage et probablement la nomination au grade de capitaine dans la police de Los Angeles.

Clin d’œil[modifier | modifier le code]

Lors d'une scène dans l'appartement de Lynn Bracken, on peut voir un extrait du film Tueur à gages de Frank Tuttle sorti en 1942[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L.A. Confidential sur The Numbers.
  2. (en) Dates de sortie de « L.A. Confidential » sur l’Internet Movie Database (consulté le 10 août 2014)
  3. « 1re fiche de doublage V.F. du film », sur VoxoFilm (consulté le 10 août 2014)
  4. « 2de fiche de doublage V.F. du film », sur RS Doublage (consulté le 10 août 2014)
  5. « Fiche de doublage V.Q. du film », sur doublage qc.ca (consulté le 10 août 2014)
  6. a, b, c et d « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le 22 mars 2015)
  7. (en) « L.A. Confidential (Original Score) », sur AllMusic.com (consulté le 22 mars 2015).
  8. (en) « L.A. Confidential (Original Soundtrack) », sur AllMusic.com (consulté le 22 mars 2015).
  9. L.A. Confidential sur Box Office Mojo.
  10. a et b L.A. Confidential sur JP‘s Box-Office.
  11. L.A. Confidential sur Rotten Tomatoes.
  12. L.A. Confidential sur Metacritic.
  13. (en) Awards sur l’Internet Movie Database