Au service secret de Sa Majesté (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Au service secret de Sa Majesté.

Au service secret de Sa Majesté

Titre original On Her Majesty's Secret Service
Réalisation Peter Hunt
Scénario Simon Raven
Richard Maibaum
Acteurs principaux
Sociétés de production EON Productions
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Espionnage
Sortie 1969
Durée 136 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Au service secret de Sa Majesté (On Her Majesty's Secret Service) est un film britannique réalisé par Peter Hunt et sorti en 1969. C'est le 6e opus de la série des films de James Bond produite par Harry Saltzman et Albert R. Broccoli, par l'intermédiaire de leur société EON Productions. C'est le seul film où l'agent secret est interprété par l'acteur australien George Lazenby. Dans le film suivant, Les diamants sont éternels, Sean Connery revient dans le rôle de James Bond.

Synopsis[modifier | modifier le code]

James Bond (George Lazenby) est à la recherche du patron du SPECTRE, Ernst Stavro Blofeld (Telly Savalas). Mécontent des résultats obtenus, M, le chef du MI6, décide de le relever de sa mission. Excédé par cette décision, James Bond démissionne et part tout seul retrouver Blofeld. Miss Moneypenny (Lois Maxwell) l'enregistre comme « en vacances » au lieu de « démissionnaire ». Il reçoit ainsi des informations fournies par Marc-Ange Draco (Gabriele Ferzetti), chef de l'Union corse, et père de la comtesse Teresa di Vincenzo (Diana Rigg), veuve rencontrée au Portugal. Tombé amoureux de cette dernière, Bond va se marier.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage[4]

Lieux de l'action[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Après le film Opération Tonnerre, c'est à l'origine le roman Au service secret de Sa Majesté qui devait être le prochain film de la saga. Mais il nécessitait de nombreux repérages en vue des scènes avec de la neige[5]. Le roman On ne vit que deux fois avait été donc choisi.

Au service secret de Sa Majesté est le premier roman de James Bond sorti depuis le début de la saga cinématographique. Il contient plusieurs détails liés aux films, comme les nombreux gadgets et les origines écossaises de Bond, en références à celles de Sean Connery[6]. Ce roman était vraiment important pour les producteurs Harry Saltzman et Albert R. Broccoli.

Peter Hunt, qui avait travaillé à divers postes sur James Bond 007 contre Dr. No et Bons baisers de Russie et On ne vit que deux fois, est cette fois engagé comme réalisateur, bien qu'il n'ait réalisé aucun film.

Richard Maibaum revient comme scénariste après avoir été absent de On ne vit que deux fois. Les producteurs veulent revenir à la base de la saga, en délaissant tous les gadgets parfois trop science-fiction présents dans les précédents films. Ils voulaient faire une adaptation le plus proche possible du roman original. Peter Hunt déclara même qu'il entrait rarement sur le plateau sans une version du roman avec plein d'annotations[7]. Cela entraine cependant quelques erreurs dans la continuité des précédents films, notamment quand Blofeld ne reconnait pas Bond, alors qu'ils se sont croisés dans On ne vit que deux fois. Cependant, les producteurs avaient la volonté de faire le lien avec ces films, malgré le changement d'acteur principal. De nombreuses allusions ont été alors insérées, ainsi que certains objets présents dans le bureau de Bond et issus des films James Bond 007 contre Dr. No (1962), Bons baisers de Russie (1963) et Opération Tonnerre (1965)[8].

Casting[modifier | modifier le code]

Durant le tournage de On ne vit que deux fois, Sean Connery avait fait part de son départ de la saga[9].

Avant d'avoir été choisi, George Lazenby s'était fait couper les cheveux dans le style de Sean Connery. Assis derrière lui chez le coiffeur, le producteur Albert R. Broccoli déclara : « Ce type ferait un bon James Bond, mais il ressemble à un homme d'affaires. » Pour compenser le déficit de notoriété de George Lazenby, les producteurs avaient décidé d'engager une James Bond Girl déjà célèbre. Après avoir approché Brigitte Bardot (indisponible), ils se sont finalement tournés vers Diana Rigg, rendue célèbre pour son interprétation d'Emma Peel dans la série Chapeau melon et bottes de cuir.

Outre Diana Rigg, une autre (future) actrice de la série Chapeau melon et bottes de cuir apparaît : Joanna Lumley (qui incarne Purdey en 1976 et 1977), dans un rôle de figuration cependant crédité au générique. Au total, trois actrices de cette même série ont participé à un James Bond, puisque Honor Blackman, qui joua dans Goldfinger, avait elle aussi le rôle féminin principal de la série durant les saisons 2 et 3, celui de Catherine « Cathy » Gale.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage s'est déroulé du au . C'est le seul film de la saga entièrement tourné en Europe.

  • Le repaire d'altitude de Blofeld a été filmé dans un restaurant suisse en construction. En échange de l'autorisation leur permettant de tourner sur le site, les producteurs ont accepté de construire une piste d'atterrissage pour hélicoptère, d'aménager l'intérieur du restaurant et de mettre en place un mécanisme permettant à la structure de tourner sur elle-même (le coût final s'élevant à 125 000 $). L'équipe de tournage a même pu utiliser le site pour la grande attaque avec les hélicoptères et les scènes de bataille, ajoutant ainsi une pointe de réalisme à un scénario plutôt fantastique.
  • Lors de l'évasion nocturne de James Bond de la base de Blofeld a lieu une poursuite à ski. Deux techniques de vues sont en particulier utilisées : nuit américaine et incrustation. Cependant la première technique (nuit américaine) rend assez mal sur les paysages enneigés, et l'on s'aperçoit rapidement que la séquence a été tournée de jour (notamment quand par erreur un plan montre le soleil à travers le filtre de la caméra, ou que les personnages portent tous des lunettes de ski). La séquence, assez longue, et par ce mauvais rendu de la nuit américaine peut donner l'impression que l'histoire se déroule à l'aube ; cependant la suite de l'histoire a bien lieu en pleine nuit. De même, on peut noter de nombreuses incohérences avec l'incrustation (James Bond en position de « schuss » ou de quelque chose d'approchant, en parfait équilibre sur ses deux jambes, alors qu'il est censé n'avoir plus qu'un seul ski, le gauche).
  • Pour filmer la séquence dans laquelle Bond, au volant de l'Aston Martin, se porte au secours de Tracy sur la plage (dans le pré-générique), le décorateur Syd Cain installa des traverses de chemin de fer sous le sable.
  • La Suisse connut son hiver le plus doux en quarante ans lors du tournage. Pour les scènes filmées dans les villages de Mürren et Lauterbrunnen, il fallut acheminer des camions entiers de neige.
Lieux de tournage[10]
  • Une grande partie d'Au service secret de Sa Majesté a été tournée au sommet du Mont Schilthorn dans la région suisse du Jungfrau culminant à une altitude de plus de 3 000 mètres. Ce complexe comportant un restaurant panoramique tournant sera rebaptisé par les propriétaire du site Piz Gloria comme dans le roman de Ian Fleming.
  • Les scénaristes avaient pensé faire figurer la séquence finale du film dans le pré-générique de l'épisode suivant. Mais l'annonce en cours de tournage par George Lazenby de son intention de ne pas prolonger son contrat (et donc la perspective de devoir changer d'acteur) les obligea à renoncer à cette idée.

Doublage[modifier | modifier le code]

Au chapitre des voix françaises, tout comme George Lazenby succède à Sean Connery, Jean-Claude Michel succède à Jean-Pierre Duclos. Ironiquement, Jean-Claude Michel deviendra par la suite le doubleur attitré de Sean Connery, mais ne le doublera dans le rôle de Bond qu'une seule fois, dans Jamais plus jamais (1983).

Bande originale[modifier | modifier le code]

On Her Majesty's Secret Service

Bande originale par John Barry
Sortie 1969
2003 (réédition CD)
Enregistré octobre 1969
Durée 37:50 (1re version)
Format Vinyle
CD (réédition)
Compositeur John Barry
Label EMI
Critique

Bandes originales James Bond

John Barry compose sa 5e bande originale d'un film James Bond. Cette B.O. est notamment portée par la chanson du générique de fin, We Have All the Time in the World, chantée par Louis Armstrong, composée par John Barry et écrite par Hal David. Une fois n'est pas coutume, ce n'est donc pas une chanson inédite qui est utilisée comme générique d'entrée. Dans ce film, John Barry a composé un thème instrumental intitulé On Her Majesty's Secret Service.

Au début du film, on peut entendre Savez-vous ce qu'il faut au sapin de Noël, interprétée par Isabelle Aubret et les Petits Chanteurs d'Asnières[12]. C'est la version française de Do You Know How Christmas Trees Are Grown'. C'est la deuxième et dernière fois de toute la série des James Bond qu'une chanson est traduite en français après Bob Asklöf et la chanson de Bons Baisers de Russie (1963).

Liste des titres
  1. "We Have All the Time in the World" – Louis Armstrong
  2. "This Never Happened to the Other Feller"
  3. "Try"
  4. "Ski Chase"
  5. "Do You Know How Christmas Trees Are Grown?" – Nina
  6. "On Her Majesty's Secret Service (Main Title)"
  7. "Journey to Blofeld's Hideaway"
  8. "We Have All the Time in the World (Instrumental)"
  9. "Over and Out"
  10. "Battle at Piz Gloria"
  11. "We Have All the Time in the World/James Bond Theme"
    Titres bonus ajoutés pour la remasterisation en CD en 2003
  12. "Journey to Draco's Hideaway"
  13. "Bond and Draco"
  14. "Gumbold's Safe"
  15. "Bond Settles In"
  16. "Bond Meets the Girls"
  17. "Dusk at Piz Gloria"
  18. "Sir Hilary's Night Out (Who Will Buy My Yesterdays?)"
  19. "Blofeld's Plot"
  20. "Escape from Piz Gloria"
  21. "Bobsled Chase"

Autour du film[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le réalisateur Peter Hunt avait monté tous les films de Bond précédents, mais il s'agissait de sa première réalisation. Le montage fut cette fois assuré par John Glen, qui allait plus tard diriger cinq films de Bond, de Rien que pour vos yeux (1981) à Permis de tuer (1989).
  • Au service secret de Sa Majesté fut le premier roman de Bond écrit par Ian Fleming après le début de la série de films. Il intégra dans son livre un petit rôle pour Ursula Andress : Honey Ryder.
  • Timothy Dalton, acteur de 24 ans à l'époque, fut pressenti pour interpréter Bond dans Au service secret de Sa Majesté, mais il s'estima trop jeune pour pouvoir donner assez de poids au rôle.
  • George Lazenby quitta l'Australie pour s'établir en Angleterre en 1964. Arrivé sans le sou (il avait tout perdu au jeu lors de la traversée), il se fit vendeur de voitures ; puis un photographe l'incita à devenir mannequin. Il fut bientôt l'un des mannequins hommes les mieux payés d'Europe.
  • George Lazenby, pressenti pour tourner des publicités télévisées vantant les chocolats Big Fry, exigea un cachet de 3 000 livres sterling, dix fois plus qu'on ne lui en proposait. Cette demande ayant été acceptée, Lazenby utilisa cet argent pour s'acheter une Aston Martin.
  • Avant le tournage, Lazenby se soumit à un intense coaching afin de perdre son fort accent australien. Il se souvient que Harry Saltzman se plaignait : « Bon sang, personne ne va le comprendre ! Moi, en tout cas, je n'y arrive pas ! »
  • Ilse Steppat (la tueuse du SPECTRE Irma Bunt) était une célèbre actrice allemande. Ce fut son unique film en langue anglaise, malheureusement, elle ne put en savourer le succès : elle mourut moins d'une semaine après la première.
  • Lorsque le Bond australien George Lazenby se fait passer pour Sir Hilary Bray, sa voix est doublée en V.O. par George Baker, l'acteur qui joue le véritable Sir Hilary dans le film.
  • Un lanceur de couteaux fut engagé pour la scène dans laquelle James Bond fit irruption dans le bureau de Marc-Ange Draco, mais il ne cessait de manquer sa cible. Le responsable des effets spéciaux John Stears prit les choses en main et tapa dans le mille du premier coup !
  • L’assassinat de Tracy fut tourné en deux prises seulement. À la première, Lazenby avait fondu en larmes. Le réalisateur Peter Hunt insista pour tourner à nouveau la scène, déclarant : « James Bond ne pleure pas. »
  • George Lazenby se cassa le bras au ski en cours de tournage. Lorsqu'il visite le laboratoire de Blofeld, un manteau posé sur son bras dissimule le plâtre.
  • Les « Anges de la Mort » de Blofeld adoptèrent un passe-temps original lors de leur séjour à Piz Gloria : sur une suggestion de l'actrice Joanna Lumley, les jeunes femmes se mirent au crochet.
  • L'équipe masculine pratiqua un hobby plus coûteux, le poker. Savalas, joueur expérimenté, rafla la majeure partie du cachet en espèces quotidiennement perçu par Lazenby. Le producteur Harry Saltzman parvint à regagner l'argent pour le compte de Lazenby, à qui il conseilla d'abandonner définitivement les cartes.
  • Pour les plans rapprochés de Diana Rigg en train de skier, l'actrice s’agenouillait sur une luge en bois tirée par un skieur professionnel.
  • Des blocs de glace furent acheminés de Berne (soit plus de 70 km) afin de dresser les parois de la piste de bob de Mürren. Cette piste de plus de 3 km, fermée de longue date à la suite d'accidents mortels, fut reconstruite pour le film.
  • Le violet est une couleur récurrente dans le film. On pourrait croire que cette couleur, associée à la royauté, fut utilisée pour traduire le caractère majestueux de Bond, alors qu’en fait, de l'aveu du chef décorateur Syd Cain, il s'agissait tout simplement de la couleur préférée de ce dernier !
  • Dans le cadre de leur accord avec Piz Gloria, les producteurs contribuèrent à l’achèvement du restaurant pivotant, qui s'appelle toujours Piz Gloria et demeure en service : l'on y propose un buffet de petit déjeuner « James Bond » ainsi qu'une expo 007 liée au film.
  • La photo de la mère de Tracy dans le bureau de Draco est en fait celle de la propre mère de l'actrice Diana Rigg.
  • Pour la première fois dans un film de Bond, nous avons l'occasion de pénétrer au domicile de « M ». Dans le film, cette résidence est baptisée Quarterdeck, mais en réalité il s'agit de Thames Lawn à Marlow dans le Buckinghamshire.
  • Il s'agit du premier film de James Bond à recourir au flashback. Par la fenêtre du bureau de « M », Bond « voit » Tracy sans connaissance extirpée de la neige par les hommes de Blofeld.
  • Il s'agit du seul film de Bond qui se déroule et a été tournée entièrement en Europe. Pour la première et la dernière fois, James Bond ne va pas plus loin que la Suisse.
  • Le réalisateur effectue une apparition (caméo) dans le film. Dans la première scène, le passant qui se reflète dans la plaque de cuivre poli de la firme Universal Exports n'est autre que Peter Hunt lui-même.

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

  • Lorsque Tracy lui échappe à l'issue du pré-générique, 007 dit à la caméra : « Ça, ce n'est jamais arrivé à l'autre », en référence à Sean Connery. C'est la seule fois où l'on s'adresse directement au public dans un film de James Bond.
  • En attendant que s'ouvre le coffre-fort de l'avocat de Blofeld, Bond feuillette Playboy : un clin d’œil au fait que Au service secret de Sa Majesté fut le premier roman de James Bond à paraître en feuilleton, dans Playboy précisément, en 1963.
  • On aperçoit aussi le fusil démontable de Bons baisers de Russie (1963) dans l'Aston Martin dans le pré-générique lorsque Bond en prend la lunette pour observer Tracy tentant de se noyer.
  • Le générique offre des brefs passages des films précédents, on peut voir le Dr No, Auric Goldfinger, Pussy Galore, Honey Ryder, Tatiana Romanova…

Distinction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce James Bond était le plus long de la série, frôlant les 2 heures 20, jusqu'à la sortie de Casino Royale en 2006.
  2. Ilustrated 007
  3. Dates de sortie - Internet Movie Database
  4. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 26 octobre 2012
  5. (en) Production Staff (2000). Inside You Only Live Twice: An Original Documentary (télévision). MGM Home Entertainment Inc.
  6. (en) Smith Jim, Bond Films, Londres, Virgin Books,‎ 2002 (ISBN ISBN 978-0-7535-0709-4)
  7. (nl) De 'vergeten' 007 - Andere Tijden
  8. Commentaire audio sur le DVD de Au service secret de Sa Majesté - Ultimate Édition, Disque 1 - MGM Home Entertainment.
  9. (en) You Only Live Twice - TCM
  10. (en) Lieux de tournage détaillés - Internet Movie Database
  11. (en) Review - Allmusic
  12. http://www.encyclopedisque.fr/disque/37720.html
  13. (en) Awards - Internet Movie Database