Permis de tuer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Plus permis de tuer.

Permis de tuer

Description de cette image, également commentée ci-après

Le logo du film en version originale

Titre original Licence to Kill
Réalisation John Glen
Scénario Richard Maibaum
Michael G. Wilson
Acteurs principaux
Sociétés de production EON Productions
Danjaq
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Espionnage
Sortie 1989
Durée 127 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Permis de tuer (Licence to Kill) est un film britannique réalisé par John Glen et sorti en 1989. C'est le 16e opus de la série des films de James Bond produite EON Productions. Timothy Dalton y incarne James Bond pour la deuxième et dernière fois.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En congés, James Bond assiste au mariage de Felix Leiter, agent de la CIA. À quelques heures de la cérémonie, les deux amis sont avertis de l'arrivée d'un trafiquant de stupéfiants, Franz Sanchez. Unissant leurs efforts, ils capturent le malfaiteur. Cependant, son complice Milton Krest le fait évader peu après avec l'aide de Killifer, un policier que Sanchez a corrompu. Avant de regagner son Q.G., Sanchez fait mutiler Leiter par un requin et assassine son épouse.

Bond décide de venger son ami, malgré les sévères remontrances de M qui le démissionne et lui retire son permis de tuer. Pour ce faire, il rencontre la seule agent de la CIA qui est encore sur l'affaire Sanchez, Pam Bouvier. La rencontre se finit par une fusillade déclenchée par l'homme de main de Sanchez, Dario. Bond et Bouvier s'enfuient. Ils se mettent d'accord sur un prix pour que Pam le conduise à un avion privé et devienne sa secrétaire. Ils se rendent à Isthmus City où Sanchez est propriétaire d'une banque et d'un casino de luxe. Là, Bond se fait remarquer en déposant un imposant montant d'argent à la banque et en misant beaucoup au casino. Ensuite, il rend visite à Sanchez pour être recruté. Il en profite pour examiner l'épaisseur de la vitre. Bond part ensuite et se rend dans les cuisines et monte à bord d'un monte-charge. Il y grimpe dessus et rejoint le toit. Il descend alors en rappel jusqu'au bureau de Sanchez, où il dépose une bombe, puis il se rend sur le toit d'en face et aperçoit Pam et Heller. Il fait exploser à distance la bombe, et se prépare à tirer avec un fusil à lunette, mais Bond est capturé par la police de Hong Kong qui cherche à capturer Kwang et son vendeur, Sanchez. Ce dernier intervient et neutralise les militaires chinois.

Le lendemain, Bond est réveillé dans un palais de rêve. Il est recruté par Sanchez. Il se confie à lui et lui dit qu'un membre de son équipe l'a trahi. Bond arrête Pam et l'accuse de complicité avec Heller. Cette dernière lui révèle que Leiter travaillait avec Heller car Sanchez faisait chanter la CIA en menaçant d'abattre un avion avec un missile stinger si Leiter continuait de le poursuivre. Sanchez possède quatre stingers. Bond se rend en ville et dans le bateau de Krest, où il déchire les paquets de billets. Il se cache ensuite et observe la mort douloureuse de Krest, tué par Sanchez. De retour au palais, Bond couche avec Lupe. Le lendemain matin, cette dernière se rend chez Pam et lui confie qu'elle sent Bond en danger, ce qui rend la pilote jalouse. Bond et les actionnaires chinois sont emmenés à l'usine où sont fabriqués les produits que Sanchez leur a vendu. Ces derniers sont embarqués dans quatre camions-citernes. Mais Dario reconnait Bond, ce dernier met alors le feu à l'usine. Sanchez arrête Bond et l'attache, le mettant ensuite sur un tapis roulant se dirigeant vers un broyeur. Sanchez s'enfuit et Dario savoure le moment. Heureusement pour Bond, Pam intervient. James Bond monte à bord de l'avion de Pam et descend ensuite sur le dernier camion-citerne. Il commence alors une folle course-poursuite inédite qui s'achèvera par la mort de Sanchez, en feu et la destruction de tous les camions-citernes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage[4]

Lieux de l'action[modifier | modifier le code]

La scène de pré-générique se déroule à Key West en Floride.

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet et écriture[modifier | modifier le code]

Rapidement après Tuer n'est pas jouer, le producteur Albert R. Broccoli et les scénaristes Michael G. Wilson et Richard Maibaum discutent du prochain film. Ils veulent alors adopter un style plus sombre et situer l'histoire dans un lieu inédit dans la saga[5]. Le gouvernement chinois avait alors invité la production dans son pays. Mais après la sortie du film Le Dernier Empereur (1987) de Bernardo Bertolucci, tourner en Chine n'était plus très original[6]. Les scénaristes avaient déjà envisagé une poursuite sur la Grande Muraille et un combat dans le mausolée de l'empereur Qin[7]. De plus, le Triangle d'or était au cœur de l'intrigue[7]. La décision est alors prise de délocaliser l'histoire dans un pays tropical, pendant que Broccoli négocie pour tourner au Mexique[5], notamment dans les Studios Churubusco[7]. En raison du Films Act de 1985, les artistes étrangers sont désormais surtaxés au Royaume-Uni[6]. C'est donc le premier film de la saga à ne pas être tourné au Royaume-Uni. Seule la post-production et le réenregistrement du son sont réalisés aux Pinewood Studios[8].

L'histoire est inspirée d'une partie du roman Vivre et laisser mourir dans lequel Felix Leiter se fait piéger dans un entrepôt et manque de mourir dévoré par des requins ; James Bond le venge quelques jours plus tard avant d'aller affronter Mister Big alias le Baron Samedi sur l'île de Surprise. Le personnage de Milton Krest, violent envers les femmes, est originellement tiré de la nouvelle Le Spécimen rare de Hildebrand, extraite du recueil Bons baisers de Paris (For Your Eyes Only en version originale). Michael G. Wilson et Richard Maibaum se chargent du la première mouture du scénario[6]. En raison d'une grève de la Writers Guild of America en 1988, Maibaum ne peut finalement plus y participer[9].

Le scénario original est alors titré Licence Revoked (qui pourrait être traduit par Permis révoqué) et écrit spécifiquement pour le Bond de Timothy Dalton[6].

Casting[modifier | modifier le code]

Seven Mile Bridge qui sert de décors au film.

Le personnage de Felix Leiter a été joué par sept acteurs différents dans les films d'EON Productions. Mais seul David Hedison l'a joué dans deux films : Vivre et laisser mourir (1973) et Permis de tuer. Sa mutilation par un requin, point de départ du scénario de Permis de tuer, figurait à l'origine dans le roman Requins et services secrets de Ian Fleming duquel a été adapté le film Vivre et laisser mourir.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage commence le 18 juillet et finit le 19 décembre 1988[1]. Il débute au Mexique qui sert de décors à la république fictive d'Isthmus[5], notamment à Mexico et à Acapulco (Villa Arabesque). Les scènes sous-marines se sont déroulées à Isla Mujeres à côté de Cancún, au large de la péninsule du Yucatan[10].

Le 1er août 1988, l'équipe se rend dans les Keys en Floride, notamment à Key West. Le Seven Mile Bridge est utilisé pour la scène du camion blindé transportant Sanchez. La Maison d'Ernest Hemingway ou encore l'aéroport international de Key West font partie des nombreux lieux utilisés dans l'archipel[11].

Lieux de tournage

Bande originale[modifier | modifier le code]

Licence to Kill

Bande originale par Michael Kamen
Sortie 1989
2002 (réédition)
Durée 45:18
Format CD, cassette
Compositeur Michael Kamen
Producteur Philip Brennan, Jimmy Duncan, Stewart Levine, David White, Joel Sill, Narada Michael Walden
Label MCA
Geffen / MCA (réédition)
Critique

Bandes originales James Bond

Michael Kamen compose pour la première fois la bande originale d'un film de James Bond, en raison de l'indisponibilité du compositeur habituel de la saga, John Barry, en raison d'une opération à la gorge.

La chanson du générique d'entrée Licence To Kill est interprétée par Gladys Knight. À l'origine, Eric Clapton et Vic Flick devaient la chanter[13]. Elles est composée par Narada Michael Walden, Jeffrey Cohen et Walter Afanasieff. La chanson contient un échantillon de cuivres tirés de Goldfinger[14]. Le clip est réalisé par Daniel Kleinman, qui composera plusieurs génériques dont celui de GoldenEye (1995).

La chanson du générique de fin If You Asked Me To interprétée par Patti LaBelle. La chanson deviendra un tube grâce à la reprise de Céline Dion.

Listes des titres de l'album
  1. Licence to KillGladys Knight
  2. Wedding Party – Ivory
  3. Dirty Love – Tim Feehan
  4. Pam
  5. If You Asked Me ToPatti LaBelle
  6. James & Felix on Their Way to Church
  7. His Funny Valentine
  8. Sanchez Is in the Bahamas/Shark Fishing
  9. Ninja
  10. Licence Revoked

Distinction[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Scènes coupées[modifier | modifier le code]

Plusieurs scènes ont été coupées au montage final :

  • Après l'agression de Leiter, Bond retourne à son bureau pour rechercher des indices. Sharkey essaie d'entrer mais les autorités l'arrêtent, avant que Bond donne son accord.
  • Bond se rend au port et demande à un propriétaire de bateau s'il peut emprunter le véhicule.
  • Avant de rejoindre le bateau de Krest en plongée, Bond et Sharkey l'espionne en bateau.
  • Bond atterrit dans un aérodrome et rejoint Pam. Ils voient les clients chinois sortir d'un jet privé.
  • À l'hôtel d'Isthmus City, Bond regarde un interview de Sanchez dans son casino. Bond allume sa cigarette avec le briquet que Leiter lui a offert. Sanchez rejoint ensuite sa limousine. Bond sort ensuite son arme pour le charger.
  • Bond se rend à la banque de Sanchez et le rencontre par le fruit du hasard. Ce dernier part à la rencontre des chinois.
  • Lorsque Lupe dépose Bond dans la villa de Sanchez, il rejoint la plage privée.
  • Bond rejoint Pam, ils sont espionnés par les autorités chinoises. Bond l'empêche de boire la vodka martini. Dans le film, elle boit la boisson.
  • Les autorités chinoises emmènent Bond ligoté dans une pièce d'interrogatoire. Dans le film, l'interrogatoire a lieu directement.

Erreur[modifier | modifier le code]

Dans le film, il est dit que le requin qui arrache la jambe de Leiter et qui tue Killifer est un grand requin blanc, or les images du film montrent clairement que c'est un requin tigre.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Novélisation[modifier | modifier le code]

Permis de tuer fit l'objet d'une novélisation de John Gardner, dont l'histoire reprend le scénario du film écrit par Michael G. Wilson et Richard Maibaum. Le roman fut publié en 1989 au Royaume Uni et en France, avec une traduction de Odile Ricklin aux éditions Presses Pocket.

La scène de la mutilation de Felix Leiter par un requin est reprise du roman Vivre et laisser mourir, et John Gardner, pour respecter la continuité avec les romans de Ian Fleming, précise que c'est la seconde fois que l'événement se produit (Dans le troisième chapitre, Quand la foudre frappe deux fois). Toutefois, il commet une erreur en disant que la première fois aussi, Leiter venait de se marier. On remarque aussi une incohérence avec ce souci de continuité : aucune mention au fait que Milton Krest aurait dû mourir dans la nouvelle Le Spécimen rare de Hildebrand, de Ian Fleming.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Permis de tuer fut un film d'adieux : dernière apparition de Timothy Dalton dans le rôle de 007, mais aussi dernier film de James Bond pour le scénariste Richard Maibaum, pour le directeur de la photographie Alec Mills, pour le concepteur de génériques Maurice Binder et pour le réalisateur John Glen (après cinq films de la série).
  • En 1989, le syndicat des scénaristes américains décida d'une grève ; syndicaliste de longue date, Richard Maibaum cessa alors de travailler au scénario de Permis de tuer. Le producteur Michael G. Wilson dut achever le script.
  • Robert Davi, qui incarne Franz Sanchez, eut l'occasion d'interpréter 007 : il se substitua à Timothy Dalton pour faire passer des bouts d'essai à des actrices lors de la recherche d'une Lupe Lamora. Au sujet de Talisa Soto, Davi déclare : « Je tuerais pour elle, et je pense que le public peut le comprendre. »
  • À Isthmus City, Pam Bouvier se fait appeler Miss Kennedy par allusion à l'ex-première dame des États-Unis Jackie Kennedy, dont le nom de jeune fille était Bouvier.
  • La scène de démission de Bond fut filmée dans la maison d'Ernest Hemingway à Key West. Lorsque M révoque le « permis de tuer » de Bond, celui-ci réplique : « Ça sera donc... un adieu aux armes », référence à l'un des romans célèbres de l'écrivain américain.
  • Certains membres de l'équipe du film ont pensé que le site de la scène avec les camions Kenworth était hanté. Parmi les événements étranges, une photo de l'explosion d'un camion montrant une « main » de feu. Cette sinistre « main » n'apparaît pourtant sur aucune des images en mouvement.
  • Permis de tuer fut le premier film de James Bond classé PG-13 aux États-Unis (avertissement donné aux parents d'enfants de moins de 13 ans) par la MPAA ; au Royaume-Uni, il demeure le seul film de Bond qui ait été réservé aux personnes de plus de 15 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Business - Internet Movie Database
  2. Dates de sortie - Internet Movie Database
  3. Il s'agit du premier et unique film de James Bond qui soit interdit aux moins de 12 ans en France et aux États-Unis car le niveau de violence est plus élevé que dans les autres épisodes. On peut y voir un homme dévoré par un requin, un autre broyé, une femme nue fouettée, des complices décapités, une tête qui gonfle et finit par exploser, et même une torche humaine en plan rapproché.
  4. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 25 octobre 2012
  5. a, b et c (en) John Cork (1999). Inside Licence to Kill (DVD). Permis de tuer Ultimate Edition, MGM.
  6. a, b, c et d Barnes et Hearn 2001, p. 176
  7. a, b et c Cork et Stutz 2007, p. 300
  8. (en) Robert Davi (1999). Commentaire audio (DVD). Licence to Kill Ultimate Edition: MGM.
  9. Smith 2002, p. 234
  10. Barnes et Hearn 2001, p. 185
  11. Lieux de tournage - Internet Movie Database
  12. (en) Review - Allmusic
  13. (en) For your ears only - The Guardian
  14. (en) Walden, Narada Michael (2006). James Bond's Greatest Hits (Télévision). Royaume Uni : North One Television.
  15. Awards - Internet Movie Database
  16. a, b, c et d Box-office - JP's box-office

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]