Rien que pour vos yeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rien que pour vos yeux

alt=Description de l'image Logo fyeo us.svg.
Titre original For Your Eyes Only
Réalisation John Glen
Scénario Michael G. Wilson
Richard Maibaum
Acteurs principaux
Sociétés de production EON Productions
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Espionnage
Sortie 1981
Durée 122 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rien que pour vos yeux (For Your Eyes Only) est un film britannique réalisé par John Glen, sorti en 1981. C'est le 12e opus de la série des films de James Bond produite par EON Productions. Roger Moore y incarne James Bond pour la cinquième fois.

Rien que pour vos yeux est l'adaptation cinématographique des nouvelles Top secret (ou Opération Carquois) et Risico, tirées du recueil Bons baisers de Paris de Ian Fleming publié en 1960.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Saint-George, bateau-espion britannique, sombre dans les eaux albanaises après avoir heurté une mine, engloutissant avec lui l'ATAC, système top secret de lancement de missiles. Les services secrets britanniques déclenchent une opération sous-marine discrète pour récupérer l'appareil.

L'opération est conduite par un couple d'archéologues marins, Timothy et Iona Havelock. Mais le tueur cubain Hector Gonzales interrompt brutalement les recherches en assassinant le couple sous les yeux de sa fille Melina. James Bond entre alors en scène et s'en va enquêter, secondé de la séduisante et vengeresse Melina, sur les liens de Gonzales avec le système ATAC. Cela va les mener à Cortina d'Ampezzo et en Grèce.

L'une des voitures que Bond conduit pendant le film, une Citroën 2CV

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux de l'action[modifier | modifier le code]


Lieux d'actions selon la chronologie du film

Production[modifier | modifier le code]

« Nous étions partis autant que nous le pouvions dans l'espace [avec Moonraker]. Nous avions besoin d'un changement en quelque sorte, revenir aux sources de Bond. Nous avons voulu faire du nouveau film un thriller plutôt qu'un film “agité”, sans perdre de vue ce qui a rendu célèbre Bond — son humour[3],[4]. »

John Glen, le réalisateur

Genèse et écriture[modifier | modifier le code]

Rien que pour vos yeux marque un changement dans la production des James Bond. John Glen, qui a travaillé sur le montage de Au service secret de Sa Majesté, L'Espion qui m'aimait et Moonraker, est engagé comme réalisateur[5]. Cela a abouti à un réalisation plus sobre, avec moins d'insistance sur les gadgets et des grandes scènes d'action dans des lieux énormes, comme Lewis Gilbert avait pu le faire dans On ne vit que deux fois, L'Espion qui m'aimait et Moonraker[note 1]. L'accent a été placé sur la tension, les intrigues et le personnage en plus d'un retour à des racines plus sérieuses de Bond[note 2], Rien que pour vos yeux tente également de mettre en lumière des aspects non utilisés de la mythologie James Bond[note 3].

Tombe de Tracy Bond visible dans le pré-générique du film.

Le film est également le moyen de revenir à la réalité, après un Moonraker très marqué par la science-fiction[note 4]. Selon Michael G. Wilson, coscénariste et producteur délégué du film, il y avait « besoin de revenir à l'essentiel »[5]. Dès lors, l'histoire qui est apparue la plus simple était celle d'un thriller sur fond de Guerre froide[5]. James Bond devra compter davantage sur son esprit que sur des gadgets pour survivre[6]. Symboliquement, John Glen a décidé de faire sauter la Lotus Esprit de Bond pour l'obliger à utiliser la bien plus humble Citroën 2CV de Melina[5].

Richard Maibaum, déjà scénariste de 8 films de la série, est chargé d'écrire le script, assisté par Michael G. Wilson, le fils de la femme d'Albert R. Broccoli[note 5]. Michael G. Wilson rapporte qu'une partie de l'histoire a été élaborée par des suggestions de nombreux membres de l'équipe[note 6] L'intrigue est également basée sur les nouvelles Top secret et Risico, tirées du recueil Bons baisers de Paris de Ian Fleming, publié en 1960[note 7]. Un élément du roman Vivre et laisser mourir, non utilisé dans le film du même nom, est ici incorporé à l'histoire[note 8].

La scène d'ouverture se démarque fortement des précédentes : Bond se rend sur la tombe de sa femme, Teresa « Tracy » Bond, en référence à la fin de Au service secret de Sa Majesté. Par ailleurs, certains éléments des précédents films réapparaissent. Ainsi, toujours dans la séquence d'introduction, Ernst Stavro Blofeld, chef du SPECTRE contrôle l'hélicoptère dans lequel se trouve Bond. Pour des raisons de copyright détenus par Kevin McClory (qui avait fait un procès à Ian Fleming à propos du roman Opération Tonnerre), Blofeld et le SPECTRE ne pouvaient être officiellement utilisés.

Casting[modifier | modifier le code]

Roger Moore avait signé un accord pour seulement 3 films, arrivé à terme avec L'Espion qui m'aimait. Lewis Collins[7], Michael Billington ou encore Michael Jayston[note 9] sont alors pressentis pour le remplacer. Finalement Roger Moore signe son contrat pour le film.

Avant d'obtenir le rôle de la James Bond girl Melina Havelock, la Française Carole Bouquet avait auditionné pour le rôle de Holly Goodhead dans Moonraker.

Bernard Lee, l'interprète de M, meurt en janvier 1981, quelques mois après le début du tournage, mais avant d'avoir pu tourner ses scènes. En sa mémoire, le rôle ne fut pas pourvu dans le film. Les textes de M furent partagés entre Q et le chef d'état major Tanner[note 10].

Julian Glover, qui interprète Aris Kristatos le méchant, avait été envisagé pour jouer Bond dans les années 1960, mais avait été jugé trop jeune.

Tournage[modifier | modifier le code]

La production débute le 2 septembre 1980 par trois jours de tournage en extérieur en Mer du Nord avec le navire St Georges[5]. Les intérieurs sont ensuite réalisés aux Pinewood Studios, ainsi que l'explosion du navire réalisée en miniature sur le plateau 007[8]. Le tournage principal débute le 15 septembre 1980[1] sur l'île de Corfou en Grèce. John Glen décide d'utiliser les pentes locales et les oliviers pour la scène de poursuite entre la Citroën 2CV de Melina et la Peugeot 504 des hommes de Gonzales[9]. La scène est tournée pendant 12 jours, avec le cascadeur français Rémy Julienne (qui travaille sur la saga jusqu'à GoldenEye) dans la 2CV[10]. En octobre, l'équipe se rend ensuite au palais d'Achilleion près du village de Gastouri et au Monastères des Météores[11].

En novembre, le tournage déménage en Angleterre pour s'établir aux Pinewood Studios ainsi que les scènes extérieures du pré-générique au cimetière de Stoke Poges, Buckinghamshire, et au-dessus de l'usine à gaz de Beckton située à East Ham à l'est de Londres, alors qu'une seconde équipe filme des scènes sous-marines aux Bahamas. Le 1er janvier 1981, le tournage continue dans la province italienne de Belluno à Cortina d'Ampezzo situé au nord de l'Italie dans les montagnes des Dolomites, où il fallut utiliser des camions pour apporter de la neige des montagnes voisines[12]. Les scènes de ski et de patinage utilisent le tremplin, la patinoire et la piste de bobsleigh des jeux olympiques d'hiver de 1956, organisés à Cortina d'Ampezzo.

Bande originale[modifier | modifier le code]

For Your Eyes Only

Bande originale par Bill Conti
Sortie 1981
2000 (réédition CD)
2003 (réédition CD)
Format CD
Compositeur Bill Conti
Producteur Christopher Neil
Frank Collura (réédition)
Label EMI
Capitol (réédition)
Critique

Bandes originales James Bond

C'est l'Américain Bill Conti qui compose la bande originale du film. John Barry ne pouvait alors pas travailler au Royaume-Uni pour des raisons de taxes fiscales, qui l'avaient incité à s'exiler. Il n'a pas mis en musique L'Espion qui m'aimait pour les mêmes raisons[14].

La chanson-titre du générique For Your Eyes Only est composée par Bill Conti, écrite par Michael Leeson et interprétée par l’Écossaise Sheena Easton. Elle est nommée à l'Oscar de la meilleure chanson originale et au Golden Globe de la meilleure chanson originale en 1982.

La chanson Nobody Does It Better de Carly Simon, générique de L'Espion qui m'aimait, est entendue comme sonnerie de la serrure d'une porte de sécurité.

Liste des titres
  1. For Your Eyes OnlySheena Easton
  2. A Drive in the Country[15]
  3. Take Me Home – solo de bugle par Eddie Blair
  4. Melina's Revenge
  5. Gonzales Takes a Dive[16]
  6. St. Cyril's Monastery
  7. Make It Last All Night – Rage
  8. Runaway
  9. Submarine[15]
  10. For Your Eyes Only (instrumentale) – solo de bugle par Derek Watkins
  11. Cortina
  12. The P.M. Gets the Bird / For Your Eyes Only – RepriseSheena Easton
  13. Gunbarrel / Flowers for Teresa / Sinking the St. Georges[15]
  14. Unfinished Business / Bond Meets Kristatos
  15. Ski...Shoot...Jump...
  16. Goodbye, Countess / No Head for Heights / Dining Alone
  17. Recovering the ATAC
  18. Sub vs. Sub
  19. Run Them Down / The Climb

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Alt=Image de la Terre Mondial 
187 412 802 $[18]
Drapeau de la France France 
3 181 840 entrées[18]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Rien que pour vos yeux est le premier film de Bond réalisé par John Glen, qui avait été monteur et réalisateur de deuxième équipe pour la série. Il allait diriger quatre autres opus, ce qui lui vaudrait le titre de plus prolifique des réalisateurs de la saga, avec un film de plus que Guy Hamilton.
  • Le récit original de Ian Fleming, Rien que pour vos yeux, est l'un des trois canevas écrits pour une série télévisée James Bond, qui ne vit jamais le jour. Fleming retravailla ses scénarios pour en faire un livre de nouvelles, publié en 1959.
  • C'est le premier film de Bond sans Bernard Lee dans le rôle de « M » qui décéda en cours de production et, en sa mémoire, le rôle ne fut pas pourvu dans ce film. Les textes de « M » furent partagés entre « Q » et Bill Tanner, le chef d'état-major.
  • Le réalisateur John Glen a son « gimmick » personnel : dans tous ses films, un oiseau surgit brusquement. Alors que Bond escalade la paroi de la montagne, un pigeon lui fait presque lâcher prise.
  • L'homme de main de Kristatos, Emile Leopold Locque, interprété par Michael Gothard, ne prononce pas la moindre parole. On le voit donner des ordres de sa voiture par téléphone mais on ne l'entend pas.
  • Dans le pré-générique du film, Bond se rend sur la tombe de sa femme Teresa Bond : c'est une référence à la mort de Tracy dans Au service secret de Sa Majesté (1969).
  • Le personnage de Sir Timothy Havelock, père assassiné de Melina, aurait été inspiré par l'océanographe et cinéaste Jacques-Yves Cousteau. Ian Fleming connaissait Cousteau, avec qui il eut l'occasion de plonger dans le sud de la France.
  • Le Britannique Charles Dance tient son premier rôle au grand écran : il joue Claus, un des hommes de main de Locque.
  • Robbin Young, qui interprète la fleuriste à Cortina d'Ampezzo, décrocha ce petit rôle grâce au concours « Be A Bond Girl » organisé par la revue Playboy.
  • L'affiche de Rien que pour vos yeux, l'une des plus controversées des films de James Bond, fait apparaître Roger Moore entre les jambes nues du mannequin Joyce Bartle simplement vêtue d'un bikini. Dans certains pays, les exploitants et journaux conservateurs ont superposé un short plus long afin de s'assurer ne pas choquer le public.
  • Rien que pour vos yeux est paru sous forme de bande dessinée dans un quotidien britannique, le Daily Express, en 1961. Marvel publia aussi une version BD du film.
  • Sheena Easton, qui avait été N° 1 au hit-parade américain avec sa chanson Morning Train (Nine To Five), est la première - et jusqu’alors la seule - chanteuse à apparaître à l'écran dans une scène de générique d'un film de James Bond.
Voitures
  • C'est le dernier film de la saga où l'on voit Bond conduire une Lotus.
  • L'apparition improbable de la Citroën 2CV est à l'origine de l'édition d'une version spéciale appelée 2CV 007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Business - Internet Movie Database
  2. Dates de sortie - Internet Movie Database
  3. We had gone as far as we could into space. We needed a change of some sort, back to the grass roots of Bond. We wanted to make the new film more of a thriller than a romp, without losing sight of what made Bond famous – its humour.
  4. Sally Hibbin, The making of Licence to kill, Salem House,‎ 1989 (ISBN 978-0-88162-453-3), p. 14
  5. a, b, c, d et e (en) Inside For Your Eyes Only. For Your Eyes Only – Rien que pour vos yeux, Disque 2 - MGM Home Entertainment.
  6. (en) Michael G. Wilson. Commentaire audio du DVD Rien que pour vos yeux – Ultimate Edition, Disque 1 - MGM Home Entertainment.
  7. (en) Roberts, Andrew (8 novembre 2006). The Bond bunch. The Independent.
  8. (en) Derek Meddings. Commentaire audio de Rien que pour vos yeux - DVD Ultimate Edition, Disque 1 - MGM Home Entertainment.
  9. John Glen. Commentaire audio de Rien que pour vos yeux - DVD Ultimate Edition, Disque 1 - MGM Home Entertainment.
  10. David Naylor. Commentaire audio de Rien que pour vos yeux - DVD Ultimate Edition, Disque 1 - MGM Home Entertainment.
  11. (en) Exotic Locations. Rien que pour vos yeux - DVD Ultimate Edition, Disque 2 - MGM Home Entertainment.
  12. (en) Bond in Cortina. Rien que pour vos yeux - DVD Ultimate Edition, Disque 2 - MGM Home Entertainment.
  13. (en) Review - Allmusic
  14. (en) Anecdotes L'Espion qui m'aimait - Internet Movie Database
  15. a, b et c Contient le James Bond Theme, composé par Monty Norman pour James Bond 007 contre Dr. No
  16. Dans la version remastérisée de la B.O., la chanson est retitrée Gonzales Takes a Drive.
  17. a et b (en) Awards - Internet Movie Database
  18. a, b, c et d Box-office - JP's box-office
  1. Cork et Stutz 2007, p. 299.
  2. Benson 1988, p. 226.
  3. Lindner 2003, p. 29.
  4. Cork et Stutz 2007, p. 292.
  5. Benson 1988, p. 227.
  6. Barnes et Hearn 2001, p. 135.
  7. Smith 2002, p. 175.
  8. Benson 1988, p. 135.
  9. Barnes et Hearn 2001, p. 135.
  10. Pfeiffer et Worrall 1998, p. 98.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]