Jay McInerney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McInerney.

Jay McInerney

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jay McInerney au Festival du film de Tribeca 2010

Nom de naissance John Barrett McInerney Jr.
Activités Romancier, nouvelliste
Naissance 13 janvier 1955 (59 ans)
Hartford, Connecticut, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Mouvement Brat Pack

Œuvres principales

  • Journal d'un oiseau de nuit

Jay McInerney, né le 13 janvier 1955 à Hartford dans le Connecticut, est un écrivain américain. Il a appartenu au Brat Pack, un groupe de romanciers américains.

Biographie[modifier | modifier le code]

De son nom complet John Barrett McInerney, Jr. Son véritable prénom est John qui est aussi le prénom de son père. Dans le style américain son vrai nom est donc John Barrett McInerney, Jr. ou John Barrett McInerney, II.

Jay McInerney a étudié l’art d’écrire avec Raymond Carver et a travaillé comme vérificateur au magazine The New Yorker, tout comme le protagoniste principal de son premier roman, Journal d'un oiseau de nuit (Bright Lights, Big City, 1984). D’emblée, Jay McInerney impose sa marque de fabrique, un ton grinçant et désabusé. Dans ce récit culte, symptomatique des années 1980 aux États-Unis, il offre une vision désenchantée de la jeunesse dorée new-yorkaise dans laquelle les états d'âme caustiques et les lignes de coke se croisent dans la pénombre des night-clubs de Manhattan.

Le succès du roman incite d’autres éditeurs à publier des œuvres similaires (Moins que zéro de Bret Easton Ellis, par exemple). Ellis et McInerney deviennent alors les fers de lance d’un nouveau groupe littéraire, le Brat Pack. Durant de nombreuses années, McInerney éprouve les plus grandes difficultés à se dépouiller de l’image véhiculée par le Journal d'un oiseau de nuit, la plupart des médias l’ayant assimilé à une autobiographie déguisée.

Malgré tout, l’écrivain poursuit son œuvre mordante et satirique (proche d’Ellis pour sa description de la vacuité urbaine, mais privée de violence). Ainsi, dans Trente ans et des poussières, si les questions existentielles passent au second plan, il brosse un portrait vitriolé du monde actuel, artificiel et sans âme, un constat qu’il dresse également dans ses romans suivants, Le dernier des Savage et Glamour attitude.

Dans La Belle vie (2007), McInerney retrouve ses personnages de Trente ans et des poussières, la veille du 11 septembre 2001. Avec en toile de fond les attentats, il décrit ce qui se passe lorsque l'onde de choc vient percuter des millions de destins.

En 2005, McInerney est retourné à Greenwich Village, New York après avoir vécu plusieurs années près de Nashville avec sa troisième épouse. L’écrivain a deux enfants, deux faux jumeaux, Maisie McInerney et John Barrett McInerney, III.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

Hors-fiction[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Jay McInerney a adapté lui-même son roman Bright Lights, Big City en écrivant le scénario du film, réalisé par James Bridges, et sorti en 1988 sous le titre (français) : Les Feux de la nuit.
  • Jay McInerney a également coécrit le scénario de Gia avec Angelina Jolie.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Je me suis battu toute ma carrière contre l’image véhiculée par mon personnage dans Bright Lights, considéré comme autobiographique…Il ne s'est jamais agi d’autre chose que d’une caricature, mais c’est difficile de se défaire de cette image. »
  • « Tu crois que la vérité et la beauté se rencontrent exclusivement dans les bidonvilles et les steppes glacées par la bise, les souks et les tranchées ? » (Trente ans et des poussières)
  • « Quatorze ans à New York, c'est comme vingt-sept ans dans le reste du monde. »(La Belle vie)

Jay McInerney et Bret Easton Ellis[modifier | modifier le code]

  • Jay McInerney fait une apparition dans le roman de Bret Easton Ellis, Lunar Park, dans la peau d'un invité déjanté à la fête d’Halloween que Bret organise chez lui.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Jay McInerney a été cité comme une icône des années 1980 dans le show télévisé américain Mystery Science Theater 3000 dans l’épisode intitulé "Hobgoblins".

Liens externes[modifier | modifier le code]