Mike Tyson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tyson (homonymie).
Mike Tyson
Mike Tyson en 2013.
Mike Tyson en 2013.
Fiche d’identité
Nom complet Michael Gerard Tyson
Surnom Kid Dynamite, Iron Mike,
The Baddest Man on the Planet[Note 1]
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de naissance 30 juin 1966 (48 ans)
Lieu de naissance New York
Taille 1,78 m (5 10)
Catégorie Poids lourds
Palmarès
Professionnel Amateur
Combats 58 54
Victoires 50 48
Victoires par KO 44
Défaites 6 6
Sans décision 2
Titres professionnels Champion du monde poids lourds WBC (1986-1990, 1996), WBA (1987-1990, 1996) et IBF (1987-1990)
Titres amateurs Vainqueur des Golden Gloves en 1984 (poids lourds)
Dernière mise à jour : 21 août 2014

Michael Gerard Tyson dit Mike Tyson, né le 30 juin 1966 à New York dans le quartier de Brooklyn, est un ancien boxeur américain.

Durant sa carrière, Tyson a été champion poids lourds incontesté et reste le plus jeune boxeur à avoir remporté un titre mondial, à 20 ans, 4 mois et 23 jours, contre Trevor Berbick. Tyson a marqué l'histoire de la boxe par son parcours hors du commun et marqué les esprits par son comportement, sur et en dehors des rings.

Surnommé Kid Dynamite[1] ou Iron Mike[2], Tyson remporte ses 19 premiers combats professionnels avant la limite, dont 12 dans la première reprise. Après avoir remporté le titre WBC en 1986, le titre WBA en mars 1987, en août de la même année, il remporte le titre IBF et devient champion du monde incontesté des poids lourds. Il conserve ces ceintures trois ans, avant de perdre son premier combat, ainsi que ses titres, en 1990, contre James Buster Douglas, pourtant donné sur le papier largement perdant[2].

En 1992, Tyson est condamné à une peine de six années de prison après avoir été jugé coupable de viol sur Desiree Washington[3]. Bénéficiant d'une libération conditionnelle pour bonne conduite, Tyson sort de prison en 1995[4]. Désormais converti à l'Islam[5], avec Malik Abdul Aziz comme nom musulman[6], Tyson reprend la boxe et remporte les titres de la WBA et de la WBC avant de perdre contre Evander Holyfield en 1996 par arrêt de l'arbitre à la 11e reprise. Le match revanche en 1997 est arrêté après que Tyson est disqualifié pour avoir mordu l'oreille d'Holyfield.

En 2002, à l'âge de 35 ans, il combat à nouveau pour le titre, mais perd par knockout face à Lennox Lewis. En août 2002, il se déclare en faillite, après avoir gagné près de 300 millions de dollars sur les rings au cours de sa carrière[7]. Il se retire de la compétition en février 2005, à 39 ans, après avoir essuyé deux défaites consécutives contre Danny Williams et Kevin McBride.

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Né en 1966 à Brooklyn, Mike Tyson passe une jeunesse difficile dans le ghetto de Brownsville. La violence y est présente jusque dans la relation entre sa mère et son beau-père[8]. Dès l'âge de huit ans, il tombe dans la délinquance[8]. Suite à plusieurs délits, il est placé à la Tryon School, une maison de correction de Johnstown où il est remarqué par le gardien Bobby Stewart, ancien boxeur et ancien vainqueur des Golden Gloves de 1974 en mi-lourds, à qui n'échappe pas les capacités athlétiques de Tyson, (âgé de 13 ans, il pèse déjà 80 kg). Stewart fait placer Tyson dans l'établissement de Cus d'Amato, ancien entraîneur des champions Floyd Patterson et José Torres, reconverti dans l'aide aux jeunes défavorisés, auxquels il enseigne la boxe. Sous la tutelle de D'Amato qui devient un père spirituel pour Tyson[9]. Tyson, vit à Catskill à partir de 1979 et devient rapidement le meilleur élève de l'entraîneur septuagénaire, qui lui prédit que « S'il travaille dur, il sera un jour champion du monde des poids lourds »[8].

En 1981, lors de la demi-finale du tournoi olympique junior des États-Unis, catégorie des poids-lourds, il met KO Joe Cortez dans le premier round après seulement huit secondes de combat[10]. Il sortira vainqueur de ce tournoi en 1981 et 1982. En 1983, il échoue en finale des golden gloves dans la catégorie des super-lourds battu par Craig Payne[11] (qui avait également battu le Cubain Teofilo Stevenson, triple champion olympique dans la catégorie des poids-lourds). Cette même année, Tyson remporte le tournoi des poids-lourds dans le Fair-state de l'Ohio et sera champion de la catégorie des poids-lourds des moins de 19 ans, performance qu'il rééditera en 1984, cette même année il remporte les golden gloves dans la catégorie des poids-lourds[12]. Pourtant, il est battu aux points en finale des sélections olympiques par Henry Tillman[13], et le combat revanche entre les deux hommes donnera le même résultat.

Pour Tyson, la déception fut complète lorsque ce fut Tyrell Biggs (champion du monde des poids super-lourds à Munich en 1982 et médaillé d'argent lors des jeux panaméricains de 1983) qui fut choisi pour représenter les États-Unis dans la catégorie des super-lourds. Tyson se consola en remportant la médaille d'or lors du tournoi de Tampere en Finlande dans la catégorie des poids-lourds.

L'année suivante après avoir disputé 54 combats amateurs pour 48 victoires et 6 défaites, Tyson passe professionnel, sous le management de Jim Jacobs et de son associé Bill Cayton.

Carrière de boxeur professionnel[modifier | modifier le code]

Ascension fulgurante[modifier | modifier le code]

Mike Tyson fait ses débuts comme boxeur professionnel le 6 mars 1985. Il boxe tout au long de l'année, principalement dans les alentours de New York et d'Atlantic City, et bat la totalité de ses 19 premiers adversaires avant la limite, dont 12 à la 1re reprise. Il reçoit son premier surnom, Kid Dynamite, et la presse se fait l'écho du nouvel élève de Cus D'Amato. Le mentor du futur champion meurt le 4 novembre 1985 à 77 ans suite à une pneumonie. Il n'aura pas l'occasion de voir les principaux exploits de son 3e et dernier champion du monde. Tyson est alors entraîné par Kevin Rooney, un autre boxeur de D'Amato.

Mike est plutôt petit pour un poids lourds (1,78 m). Son style ressemble donc à ceux de Rocky Marciano et Joe Frazier, champions limités par leur taille. En revanche, avec ses 100 kg de muscles, il reste dans la norme de la catégorie. Une énorme force de frappe, une rapidité féroce, une grande précision, un bon coup d'œil, des esquives de grande qualité, des enchaînements dévastateurs et des réflexes excellents feront des étincelles pendant la moitié de sa carrière. Son image est également marquante : vêtu d'un short noir et de chaussures basses en cuir noir, sans chaussettes, sans peignoir, avec une coupe de cheveux militaire, Tyson terrorise la plupart de ses adversaires par son look de gladiateur invincible et effrayant mettant en avant son torse bodybuildé. Il est aussi un grand adepte du Dempsey roll (une technique inventée par le boxeur Jack Dempsey).

C'est en 1986 que sa carrière prend tournure. Le public vient assister en masse à ses combats, le boxeur apparaît dans des émissions de télévision, des revues lui accordent des articles. Ce sportif qui n'a pas 20 ans perçoit déjà des centaines de milliers de dollars pour la diffusion de ses combats sur des chaînes télévisées. Le 16 février, Mike Tyson affronte son premier adversaire sérieux : Jesse Ferguson, qui ne compte qu'une seule défaite et a remporté l'année précédente le tournoi poids lourds ESPN de l'Est des États-Unis. Tyson envoie Fergusson au tapis durant la 5e reprise. Celui-ci multiplie ensuite les accrochages dans la reprise suivante avant que l'arbitre ne le disqualifie pour non-combativité.

Au mois de mai, il affronte James Tillis (en)[Note 2], qui parvient à éviter et contenir les charges furieuses caractéristiques du boxeur de Catskill dans les premières reprises, mais il va au tapis à la fin de la 4e, après un coup esquivé par Tyson qui le contre par un crochet du gauche. Tillis se montre plus actif que son adversaire dans les dernières reprises. Tyson remporte ce combat aux points 6-4, 6-4 et 8-2 pour le 3e juge[14]. Tillis est le premier à tenir la distance contre Tyson qui avait toujours gagné avant la limite. Deux semaines plus tard, Tyson est confronté à Mitch Green au Madison Square Garden de New York, ce dernier vient combattre contre sa volonté sous la menace d'une suspension de sa licence de boxeur car il ne voulait plus combattre, estimant son cachet largement inférieur à Tyson. Il remporte haut la main ce combat même si son rival est encore debout à la fin de la dernière reprise. Green est son premier adversaire à ne pas aller à terre[15].

Toujours en 1986, un tournoi est organisé à Las Vegas pour réunifier le titre poids lourds entre les 3 champions des 3 fédérations concurrentes. Tyson n'y est pas convié. Jugé trop jeune par les promoteurs du tournoi (dont Don King) qui se méfient surtout de sa force explosive et de l'effet néfaste qu'elle pourrait produire sur leurs favoris, ils empêchent sa participation. Le directeur de la chaîne HBO qui finance le tournoi les contraint à accepter sa présence. Il tient absolument à faire participer ce boxeur médiatique qui est devenu la nouvelle bonne affaire de la catégorie au cours de l'été. Le 26 juillet, Tyson bat en 30 secondes Marvis Frazier[16], le fils de Joe Frazier, qui n'avait concédé qu'une seule défaite (contre Larry Holmes). Le 17 août, il met KO José Ribalta (23 victoires et 3 défaites) en l'envoyant au sol dans les 2e, 8e et 10e reprises[17].

Réunification du titre[modifier | modifier le code]

Tyson débute le tournoi le 6 septembre 1986. Il est à l'affiche du combat de Michael Spinks qui défend son titre IBF. Iron Mike se mesure à Alfonso Ratliff, un ancien champion du monde des lourds légers qu'il bat en deux reprises.

Il entre ensuite dans l'histoire de la boxe le 22 novembre 1986 par sa victoire contre Trevor Berbick, le champion WBC, par un KO expéditif et spectaculaire. Dès la première reprise, le jeune rival impose sa force par des échanges de coups violents. Dans les premières secondes de la 2e reprise, un enchaînement brutal envoie Berbick au sol. À moins d'une minute de la fin de la reprise, il retourne à terre. Secoué, le boxeur canadien se redresse pour retomber contre les cordes où il percute deux photographes. Se redressant à nouveau, Berbick retombe aux pieds de l'arbitre. Dans un ultime effort, il se relève et l'arbitre voyant son incapacité à reprendre le combat déclare Tyson vainqueur[18].

À 20 ans et 5 mois, Mike Tyson devient le plus jeune champion du monde des lourds, (mais d'une seule fédération), battant ainsi le record de précocité détenu par Floyd Patterson, l'autre grand champion de Cus D'Amato.
Tyson est nommé boxeur de l'année 1986 avec un palmarès de 28 combats et autant de victoires, dont 26 KO.

Le 7 mars 1987, l'américain affronte James Smith qui détient le titre WBA. Smith, en s'accrochant tout au long du combat à Tyson l'empêche de développer sa boxe. Tyson tombe au sol en glissant par inadvertance lors d'un accrochage et n'arrive pas à trouver de tactique efficace contre Smith. Le jeune champion montre même des signes de frustration entre les 7e et 8e reprises. Smith tient jusqu'à la limite et perd aux points contre Tyson, qui a gagné presque toutes les reprises d'un combat qui reste la plus large victoire aux points de sa carrière[19].

Il ne lui reste plus qu'à récupérer le titre IBF perdu sur tapis vert par Michael Spinks. Le 30 mai, un combat entre Tony Tucker et James Douglas est organisé pour désigner le successeur de Spinks. Jacobs, le promoteur de Tyson place son champion à l'affiche et lui oppose Pinklon Thomas, l'ancien champion WBC qui ne compte qu'une seule défaite. Le 30 mai, Tyson malmène Pinklon Thomas dès la 1re reprise. Le rival résiste quand même jusqu'à la 6e reprise au cours de laquelle il va au tapis une première fois. Il y retourne sur un enchaînement dévastateur de 16 coups et l'arbitre met fin à la rencontre[20].

Le tournoi prend fin le 1er août 1987 par le combat de réunification du titre entre Tyson et Tony Tucker qui vient de s'emparer du titre IBF. Les deux champions, invaincus, iront jusqu'à la limite des 12 reprises. Tucker est le boxeur qui a été le plus proche de la victoire contre Mike Tyson à son apogée. À la première reprise, le champion IBF délivre de bons coups que Tyson encaisse sans broncher mais il reste sur la défensive et subit la pression du jeune champion. Pendant les premières reprises, mobile et adroit, il gêne son rival et évite ses charges furieuses mais en fait trop peu pour inquiéter son adversaire. De plus, Tucker se fracture la main au quatrième round.

Tyson déclaré vainqueur aux points à l'unanimité[21], réunifie ainsi le titre de champion du monde des lourds.

Champion incontesté[modifier | modifier le code]

Tyson est devenu riche et célèbre à l'issue du tournoi. Le seul adversaire pouvant a priori l'inquiéter est l'ancien champion invaincu Michael Spinks qui a détenu le titre IBF de 1985 à 1987. Celui-ci craint le nouveau champion et n'est pas pressé de l'affronter ce qui oblige Tyson à se rabattre sur d'autres adversaires.

Jim Jacobs organise un combat contre Tyrell Biggs, ancien médaillé d'or olympique mais qui ne compte que 15 combats contre des adversaires modestes alors que Tyson a à son actif 31 victoires. Biggs, connaissant des problèmes de toxicomanie, suivit alors une cure de désintoxication[22]. Cet affrontement, sportivement illogique, a été voulu par Jacobs car le montant proposé par les managers de Biggs lui permettrait plus facilement d'organiser le combat contre Spinks, combat annoncé comme le plus cher de l'histoire de la boxe. Tyson, pour sa part, déteste Biggs qui avait été sélectionné à sa place pour représenter les États-Unis dans la catégorie des super-lourds aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984 et remporté la médaille d'or.

Iron Mike fait durer le combat et prend plaisir à malmener Biggs[23] avant que celui-ci ne s'écroule contre les cordes, la tête en dehors du ring. Tyson, qui avait accompli tous ses combats du tournoi de réunification au casino Hilton de Las Vegas, boxe à cette occasion à Atlantic City dans le casino Trump Plaza du richissime Donald Trump. En concurrence avec Las Vegas, ses établissements accueilleront les principaux combats de Tyson pendant son règne.

En 1988, Tyson atteint son apogée. Il affronte et bat l'ancien champion du monde Larry Holmes le 22 janvier, (en 1986 déjà, après la victoire de Tyson contre Marvis Frazier, Jim Jacobs, le manager de Tyson annonça qu'il était en pourparlers avec le camp de Larry Holmes en vue d'organiser un combat entre les deux hommes… mais les négociations n'avaient finalement pas abouti). Holmes compte 17 ans de plus que Tyson ; il n'a pas boxé depuis deux ans et a pris du poids ; malgré cela, il demeure un habile technicien. Pour l'unique fois de sa carrière, il perd avant la limite à la 4e reprise après avoir été envoyé trois fois au tapis[24].

En attendant le combat contre Spinks, Tyson se rend à Tokyo où il est très populaire. Il y affronte Tony Tubbs ancien champion WBA qui ne compte qu'une seule défaite mais qui n'est pas suffisamment affûté pour lui offrir une résistance sérieuse. Tubbs s'écroule à la 2e reprise, affaibli par les nombreux crochets au corps du champion[25].

Au retour de Tyson du Japon, son manager Jacobs (qu'il considérait comme son grand frère) meurt. Il est remplacé par son bras droit, le financier Bill Cayton que Tyson n'apprécie pas. Une lutte de pouvoir s'engage alors entre Cayton et Don King pour le contrôle du champion.

Tyson affronte finalement Spinks le 27 juin 1988 au Trump Plaza pour 20 millions de dollars (un record). Tyson mettra KO son adversaire en 1 minute et 31 secondes de combat[26]. Ce combat est considéré comme la plus grande performance de Tyson qui a alors atteint son apogée.

Première chute, perte des titres et emprisonnement[modifier | modifier le code]

La supériorité de Tyson sur le ring semble évidente, mais l'homme à la personnalité tourmentée, fait souvent la une des journaux à scandales : problèmes conjugaux (il vit mal son divorce avec Robin Givens), disputes, bagarres… À cette même période, il renvoie son très bon entraîneur Kevin Rooney et signe un contrat avec le promoteur Don King.

Après le combat contre Spinks, on envisage une tournée mondiale pour Tyson: dans la Wembley Arena de Londres contre le Britannique Frank Bruno, particulièrement populaire dans son pays; au carnaval de Rio contre le Brésilien Adilson Rodriguez (en) ; à Milan contre le premier détenteur de la ceinture WBO des poids-lourds, (encore non reconnue à l'époque), Francesco Damiani, médaillé d'argent aux Jeux olympiques d'été de 1984 dans la catégorie des super-lourds ; à Pékin contre l'ancien champion George Foreman et surtout à Atlantic City contre Evander Holyfield, champion incontesté des lourds légers qui vient de passer dans la catégorie supérieure. Mais les problèmes personnels de Tyson empêchent cette tournée planétaire. Le combat contre Bruno qui doit avoir lieu en octobre 1988 à Londres est reporté en février 1989 à Las Vegas à cause des multiples affrontements judiciaires entre Don King et Bill Cayton pour contrôler le champion.

Frank Bruno, malgré un bon palmarès, a fini KO devant Tim Witherspoon et James Smith. Ses chances de l'emporter contre Iron Mike semblent minces. La presse lui prédit une défaite cuisante. Cela semble se confirmer dans les premiers instants du combat où Bruno se retrouve rapidement au tapis. Cependant, il se relève et essaye tant bien que mal de rendre coup pour coup à Tyson dont la défense paraît moins efficace qu'auparavant. Il parvient même à sonner Tyson à la fin de la première reprise. Mais à la cinquième reprise Tyson sonne Bruno d'un crochet gauche puis le malmène jusqu'à ce que l'arbitre mette fin au combat dans cette même reprise, durant laquelle Bruno est groggy mais toujours debout[27].

Ce combat est le premier d'un long déclin de Tyson : ne s'appuyant plus que sur sa force, il perd ses réflexes et qualités défensives. Mais il est aussi victime de sa propre image : trop habitué à des adversaires apeurés avant d'entrer sur le ring, il montre pour la première fois des signes de déclin face à un adversaire qui n'est pas le plus coriace des puncheurs, mais très courageux.

Après un succès contre Carl Williams par KO à la 1re reprise le 21 juillet 1989[28], Tyson doit normalement affronter le 18 novembre 1989 son challenger officiel Donovan Ruddock, champion du Canada des poids-lourds 1988 à Edmonton dans la province canadienne d'Alberta mais le match est reporté puis annulé en raison du fait que Tyson souffrait de douleurs à la poitrine[29]. Au lieu d'affronter Ruddock, Tyson combat l'inconnu James Buster Douglas un autre boxeur de Don King, censé être moins redoutable que Ruddock. Le combat a lieu à Tokyo au Japon, le 11 février 1990.

À la surprise générale, Tyson, hors de forme, miné par ses problèmes personnels et son manque d'entraînement, est très loin de son apogée. Il est dominé par cet athlète anonyme qui ne semble nullement impressionné et a du mal à enchaîner, même durant les premières reprises. Douglas parvient même à couper l'arcade de Tyson durant le 5e round, et l'équipe de coin s'attendant à une formalité pour Tyson, n'avait pas daigné prendre les premiers soins, laissant Mike handicapé par son œil, ce qui permet à son adversaire de doubler ses coups dans les rounds suivants. Toutefois Douglas surpris par un uppercut réflexe, est à terre à la 8e reprise. Il se relève et le combat se poursuit. Douglas continue de marteler Tyson à la neuvième dans ce qui constitue le meilleur round du combat. Tyson encaisse les coups, à bout sans répliquer. À la 10e reprise, Douglas l'envoie à terre pour la première fois de sa carrière sur un violent uppercut suivi de trois crochets. Tyson, marchant à terre, récupère son protège-dents et se relève difficilement. L'arbitre arrête le combat, Tyson connaît sa première défaite en professionnel. Après le combat, l'IBF reconnait Douglas champion. Mais Don King, soutenu par les présidents de la WBC et WBA, tente de faire annuler le résultat en faisant valoir que l'arbitre du combat, le mexicain Octavio Meyran, avait accordé un compte trop long de 14 secondes à Douglas lorsque celui-ci était à terre au 8e round, sans préciser toutefois qu'au 10e round, Tyson à terre avait profité lui aussi de 4 secondes supplémentaires. Finalement, le 13 février, la WBC et la WBA reconnaîtront la victoire de Douglas, (ceci malgré le fait que le président de la WBC José Sulaiman ait vu 20 fois en vidéo l'épisode controversé du 8éme round). [30]. Le lendemain lors de leur retour à New-York, Don King et Tyson annoncent qu'ils renoncent au titre.

La polémique suivant le knock-down infligé à Douglas brisera la carrière d'arbitre d'Octavio Meyran, qui sera renvoyé dans son pays où il arbitra encore 4 autres combats (dont un championnat du monde WBO des poids mouches), avant de prendre sa retraite en novembre 1991. Une semaine après le combat, dans les studios de la chaîne américaine HBO, le journaliste Larry Merchant qui commenta le combat avec Jim Lampley et le boxeur Sugar Ray Leonard reconnaîtra que le knock-down infligé à Douglas avait duré 14 secondes. Ce combat sera comparé par certains au second combat ayant opposé Jack Dempsey et Gene Tunney le 22 septembre 1927 au cours duquel Tunney bénéficia également comme Douglas d'un long compte de 14 secondes.

Dans une déclaration sous serment, Octavio Meyran affirma que Don King a menacé d’empêcher le paiement de sa facture d'hôtel si Meyran n'appuyait pas la protestation du promoteur. Quelques années plus tard, Meyran dira qu'à l'approche du combat Tyson-Douglas, Sulaiman lui demanda d'être gentil avec Tyson et dur avec Douglas ce que Meyran refusa[31]. Vingt ans après les faits, dans un article publié sur le site du journal mexicain la Péninsula Deportiva le 24 février 2010, Meyran révéla qu'il aurait du recevoir pour ce match une facture de 12 000 dollars mais n'a été payé seulement que 2 800 dollars en billets verts en raison des représailles du promoteur Don King et du président de la WBC José Sulaiman. Furieux de la défaite de Tyson, ce dernier conseilla à Meyran de prendre un blâme pour mauvais comptage ce que Meyran refusa. (Meyran avait commencer à compter Douglas à 2 alors que le chronométreur japonais placé au bord du ring était déjà à 4). (Meyran n'avait également pas demandé à Douglas s'il était OK pour reprendre le combat).

Après cette défaite, Tyson se reprend. Il met KO à la 1re reprise Henry Tillman[32] qu'il avait déjà rencontré au cours de sa carrière amateur. Don King est prêt à organiser la revanche contre James Douglas, mais celui-ci perd son titre le 25 octobre 1990 contre Evander Holyfield. Tyson, en attendant un affrontement contre le nouveau champion, remporte des succès retentissants contre l'espoir Alex Stewart qu'il bat en une seule reprise en décembre 1990[33] et Donovan Ruddock qu'il affronte en 1991. Tyson envoie Ruddock au tapis dans la 2e et 3e reprise. Le boxeur se relève et offre une belle résistance même s'il est largement dominé au cours des rounds suivants. Mais l'arbitre arrête le combat à la 7e reprise sur une série de Tyson - 5 crochets délivrés sans une réplique de son adversaire - au grand mécontentement du public et alors que Ruddock semble apte à continuer le combat[34]. La revanche est également remportée par Mike Tyson : c'est une réplique du précédent combat mais moins rapide et moins violent. Ruddock, après avoir été au sol dans les 2e et 4e reprises, tient la distance mais avec sa mâchoire cassée dans la seconde reprise, il est handicapé par la douleur et ne résiste pas autant qu'au premier combat[35]. Tyson cherche pour sa part à gagner sur un seul coup en oubliant ses enchaînements rapides et ses esquives latérales. Après ses succès, il a une chance de récupérer son titre contre Evander Holyfield dans un championnat du monde organisé en novembre 1991. Mais Tyson est mis en cause par Désirée Washington, une jeune fille de 18 ans qui l'accuse de l'avoir violée dans une chambre d’hôtel à Indianapolis. Au terme de son procès, Tyson est jugé coupable et condamné à une peine de 6 ans d'emprisonnement. Il recouvre sa liberté le 25 mars 1995.

Retour et reconquête des ceintures WBC et WBA[modifier | modifier le code]

Le retour de Mike Tyson est un évènement. Brassant des millions de dollars, l'hôtel MGM de Las Vegas paie une fortune à l'ex-champion pour l'exclusivité de ses prochains combats. Pour son combat de retour, le 19 août 1995, il rencontre Peter McNeeley et est déclaré vainqueur au terme de la première reprise après la disqualification de ce dernier : les hommes de coin de McNeeley, inquiet pour leur boxeur, ayant pénétré sur le ring afin de stopper le combat[36]. Le public manifeste par des sifflets son mécontentement. Il affronte par la suite Buster Mathis Jr. (en) qui durant trois rounds parvient à esquiver les enchaînements de Tyson, avant d'être finalement mis KO[37].

En 1996, dix ans après avoir conquis le titre WBC, Tyson le regagne dans une revanche très attendue contre Frank Bruno[38]. Celui qui avait réussi à mettre à mal le champion à son apogée - il a d'ailleurs pris 7 kilos de muscles supplémentaires par rapport au premier affrontement - se fait battre aisément en 3 reprises dans ce combat qui n'a pas tenu toutes ses promesses.
Tyson préfère le titre WBA qu'il remporte le 7 septembre 1996 aux dépens de Bruce Seldon qui finit KO en moins d'une reprise, lui aussi complètement tétanisé[39]. Le boxeur redevient champion WBA et WBC mais décide d'abandonner ce second titre qui n'était d'ailleurs pas en jeu lors de ce combat.

Tyson contre Holyfield[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tyson contre Holyfield.

Le nouveau champion a alors un besoin urgent de rencontrer un adversaire à son niveau. Ce sera Evander Holyfield, jugé sur le déclin et donc moins dangereux par Don King que les autres champions en vue : Riddick Bowe, Lennox Lewis ( avec qui un combat était prévu pour défendre le titre WBC de Tyson, mais Don King poussa Tyson à affronter Holyfield) et Michael Moorer. Mais Holyfield est d'un courage exceptionnel, et c'est principalement contre ce genre de boxeur que Tyson a été mis en difficulté, perdant même contre l'un d'entre eux. Le 9 novembre 1996 à Las Vegas, Tyson débute bien le combat et fait preuve de beaucoup d'activité dans les premières reprises, Holyfield parvenant toutefois à le contrer à plusieurs reprises. Le 5e round est le meilleur pour Tyson, qui assène des combinaisons de crochets et d'uppercuts. Holyfield souffre, mais reste toujours debout. À la suite d'un coup de tête d'Holyfield, son arcade sourcilière s'ouvre à la 6e reprise, mais dans ce même round, il va à terre sur un uppercut gauche de son opposant, à la stupeur générale. Au 7e round, il s'élance contre Holyfield qui baisse la tête, ce choc de tête jugé involontaire ouvre l'arcade gauche de Tyson. En fin de 10e reprise, Tyson est sonné par un crochet et n'arrive plus à revenir dans le match. Touché à plusieurs reprises, notamment par un direct du droit alors qu'il s'élance vers son adversaire, il se réfugie dans les cordes au bord de la chute, mais il est sauvé par le gong. L'arbitre arrête finalement le combat au 11e round[40], Tyson connaît la deuxième défaite de sa carrière.

La revanche a lieu en juin 1997. Holyfield domine l'entame du combat grâce à son allonge et à sa technique. Des coups irréguliers sont échangés entre les deux boxeurs. Tyson se retrouve blessé au visage au début de la 2e reprise (suite à un coup de tête d'Holyfield) qu'il domine grâce à de bonnes esquives et directs. Lors de la 3e reprise, Tyson se montre bien plus volontaire et pugnace en tentant dès le début du round une charge explosive qui surprend son opposant. Il prend ensuite nettement l'ascendant sur son adversaire mais excédé par ses coups de tête, il mord l'oreille droite d'Holyfield lors d'un nouvel accrochage et lui en arrache un morceau[41]. Le combat s'arrête momentanément le temps à l'arbitre Mills Lane de retirer deux points à Tyson, ce qui constitue une très forte pénalité. Les blessures aux oreilles n'étant pas considérées comme graves dans le règlement, le combat reprend et Tyson domine jusqu'à ce qu'il morde cette fois l'oreille gauche d'Holyfield et se retrouve disqualifié. À la fin du combat, Mike Tyson est toujours survolté et veut s'attaquer à son rival. Les agents de sécurité l'en empêchent et les deux boxeurs quittent la salle où de nombreux incidents sont provoqués par le public (ainsi qu'à travers le casino MGM). On relèvera une quarantaine de blessés à la fin de la journée. Tyson est suspendu pour un an et doit verser 1 million de dollars d'amende à son adversaire. C'est l'une des plus lourdes suspensions de boxe avec celle infligée à Luis Resto en 1983.

À l'occasion de la "Week Of Greatness 2013", Mike Tyson est apparu en novembre 2013 dans un spot publicitaire de Foot Locker, face à Evander Holyfield, où il lui déclare qu'il avait gardé son bout d'oreille dans du formol, lui tend une petite boîte supposée contenir le bout d'oreille manquant, et finissent par se réconcilier en s'étreignant[42].

Second retour[modifier | modifier le code]

En 1999, Mike Tyson effectue un nouveau retour, bien plus discret cette fois-ci, face à François Botha. En difficulté dans les premières reprises et paraissant émoussé, Tyson met Botha KO à la cinquième reprise[43]. Plus aussi rapide que par le passé et combattant désormais toujours au-delà des 100 kilos, son punch est resté intact. Il finit l'année par un combat contre Orlin Norris. À la fin du premier round, Tyson assène un crochet à Norris après que la cloche a sonné - au moment même où l'arbitre s'interpose pour séparer les deux hommes - et son adversaire se blesse au genou en tombant. L'arbitre pénalise Tyson de deux points avant de déclarer un no contest, Norris étant incapable de reprendre le combat. C'est la dernière fois que Tyson combat à Las Vegas. Les casinos, excédés par les problèmes judiciaires du boxeur, ne veulent plus de lui[réf. nécessaire].

Tyson remporte à nouveau des succès appréciables en 2000. À Manchester, où il est acclamé, il bat Julius Francis le 29 janvier[44] par KO, l'ayant envoyé 3 fois à terre au 2e round. À Glasgow le 24 juin, il envoie Lou Savarese à terre, quelques secondes après le début du combat, d'un crochet du gauche[45]. Ce dernier se relève et l'arbitre donne le signal de la reprise du round. Une pluie de coups tombe alors sur Savarese acculé dans les cordes, qui ne fait que subir et ne riposte plus. L'arbitre veut arrêter le combat et tente de s'interposer, tandis que Tyson continue à donner des coups. Bousculé par un Tyson en pleine action qui veut encore en découdre, l'arbitre chute, puis parvient enfin à le stopper. Levant le bras de l'Américain, il le déclare vainqueur d'un combat qui a duré 38 secondes. Tyson pas plus que Savarese ne semblent comprendre la décision d'arrêter l'affrontement : Tyson de la main indique que son adversaire est debout et Savarese, qui apparait lucide, conteste aussi. Revenu aux États-Unis, il se mesure le 20 octobre à Andrew Golota qui abandonne après deux reprises. Cette victoire d'Iron Mike est déclarée nulle après un test d'urine de l'ex-champion où on retrouve des traces de marijuana[46]. En 2001, il bat Brian Nielsen à Copenhague, ce dernier ne répondant pas à l'appel du 7e round.

Tyson contre Lewis[modifier | modifier le code]

Tyson fait encore rêver les amateurs, et le 8 juin 2002, il rencontre Lennox Lewis à Memphis dans le Tennessee, les casinos de Las Vegas refusant d'organiser cette rencontre pourtant lucrative. Bien que jugé tardif, Mike Tyson ayant 35 ans et Lennox Lewis 36, ce combat est très attendu : Il engrange à l'époque le records de gains pour un match de boxe. Tyson est pesé à 106 kilos, loin de son poids de forme. Malgré un bon début de combat, Tyson n'arrivera jamais à résoudre le problème d'allonge contre son adversaire. Il remporte le premier round, mais Lewis prend la main dès le suivant. À la fin du 3e round, l'arcade de Mike est déjà ouverte. Bientôt, Tyson est de moins en moins actif, et les accrochages se multiplient. À la 8e reprise, Tyson est compté par l'arbitre à la suite d'un uppercut du gauche de son adversaire. Un direct du droit de Lewis l'envoie à terre pour le compte à la fin de ce même round[47].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Après son échec contre Lewis, Tyson ne se retire pas. Il combat plus rarement et se présente régulièrement sur le ring lesté de plusieurs kilos. Le 22 février 2003, il combat Clifford Étienne à Memphis. Dès la première minute du combat, il met son adversaire à terre d'un vif crochet du droit au menton[48]. Ce sera sa dernière victoire en professionnel.

En 2004, il rencontre Danny Williams[49]. Tyson révèlera dans son autobiographie avoir consommé de l'herbe et de la cocaïne en préparation de ce combat[50]. Dans la première reprise, Tyson touche régulièrement son adversaire au corps. Au milieu du round, deux crochets du gauche de Tyson suivis d'un uppercut au visage font tituber Williams, qui tient bon toutefois. Tyson se blesse alors aux ligaments des genoux. De moins en moins actif au fil des rounds, à la 4e reprise, Williams enchaine près d'une vingtaine de crochets, Tyson va à terre. Par la suite, il déclara qu'il avait des difficultés à rester debout après sa blessure. Quatre jours après le combat, il subit une intervention chirurgicale au genou [51]

En 2005, il combat Kevin McBride[52]. Tyson malgré un bon début de combat s’essouffle vite, accusant son âge, son manque de ring et son surpoids. À la 6e reprise, Tyson donne un coup de tête volontaire et est pénalisé de deux points par l'arbitre Joe Cortez. Il ne reprend pas à l'appel du 7e round. Lucide face à cette défaite, Tyson se retire et se consacre à des exhibitions pour pouvoir payer ses dettes.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Titres professionnels
    • 2 fois champion des poids lourds de la WBC (22 novembre 1986 - 11 février 1990 ; 16 mars 1996 - 24 septembre 1996)
    • 2 fois champion des poids lourds de la WBA (7 mars 1987 - 11 février 1990 ; 7 septembre 1996 - 9 novembre 1996)
    • 1 fois champion des poids lourds de la IBF (1er août 1987 - 11 février 1990)
  • Records et accomplissements
    • 58 combats professionnels : 50 victoires (dont 44 KO), 6 défaites et 2 sans décisions.
    • Le plus jeune champion du monde de l'histoire de la boxe (20 ans, 4 mois et 23 jours).
    • Premier boxeur à réunifier un titre mondial des poids lourds après avoir remporté par décision unanime le titre IBF contre Tony Tucker le 1er août 1987 alors qu'il avait déjà remporté le titre WBC et le titre WBA contre James Smith.
  • Titres amateurs
    • Vainqueur du championnat olympique junior en 1981 et 1982 (poids lourds)
    • Champion des poids lourds dans le Fair state de l'Ohio en 1983
    • Champion des poids lourds des États-Unis des moins de 19 ans en 1983 et 1984
    • Champion des Golden Gloves dans la catégorie des poids-lourds en 1984
    • Médaillé d'or au tournoi des poids lourds à Tampere en Finlande en 1984

Records en amateurs : 54 combats amateurs : 48 victoires, 6 défaites

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Évènement de l'année Ring Magazine
    • 1995 : Retour de Tyson.
    • 1998 : Rétablissement de Tyson.
    • 2002 : Bagarre lors de la conférence de presse du combat Lewis-Tyson.

Tyson dans l'histoire de la boxe[modifier | modifier le code]

Mike Tyson à Las Vegas en octobre 2006.

Mike Tyson est l'une des icônes de la boxe. Son punch et ses victoires spectaculaires firent de lui le champion le plus riche de toute l'histoire de la boxe et le boxeur le plus adulé de la fin du XXe siècle[53]. On peut légitimement se poser la question de la surmédiatisation de ce boxeur étant donné les boxeurs qu'il a battu[non neutre], certaines de ses victoires les plus célèbres l'ayant été face à des boxeurs loin de leur apogée comme Larry Holmes ou Michael Spinks, ayant perdu contre les boxeurs les plus titrés des années 90 et 2000 comme Holyfield ou Lewis.

Iron Mike laisse également le souvenir d'un sportif paradoxal : plus riche champion de l'histoire de ce sport (lors de l'année 1988, il a gagné plus d'argent que Mohamed Ali, Rocky Marciano, Joe Louis et Jack Dempsey réunis), il a fini complètement ruiné. Ayant eu une attitude sportive et correcte avec la majorité de ses adversaires, il fut toutefois sadique envers Holyfield et Tyrell Biggs, brutal avec Kevin McBride et extrêmement agressif envers Donovan Ruddock et Lennox Lewis avant de les affronter.

Mike Tyson est aussi célèbre pour ses tatouages : dans les années 1980, il fait inscrire son prénom sur son bras droit. Après son séjour en prison dans les années 1990, il se fait tatouer les portraits de Mao Zedong sur le bras droit et de l'ancien joueur de tennis Arthur Ashe (vainqueur de Wimbledon en 1975) sur le bras gauche. Plus tard, il placera sur son ventre les portraits de sa femme, de Che Guevara et de sa tigresse Kenya. Juste avant son combat contre Clifford Étienne en 2003 (sa dernière victoire), il monte sur le ring en exhibant un tatouage sur le côté gauche de son visage. Il souhaitait compléter la deuxième partie de son visage, mais son épouse l'a convaincu de ne pas le faire.

En dehors de la boxe[modifier | modifier le code]

One Man Show[modifier | modifier le code]

En 2012, Mike Tyson, légende des rings, présente sur les planches des cabarets américains dans de grandes villes tels que New York ou Las Vegas, un one-man show où il raconte les hauts et les bas de sa carrière et de sa vie[54]. Durant près de deux heures, l'ancien champion revient sur les épisodes les plus controversés de sa vie, mais aussi ses moments de gloire. Nommé « Sa vérité incontestée », le spectacle mis en scène par Spike Lee[55] connait le succès et la tournée, se poursuit en 2013 avec l'espoir de faire une tournée à l'échelle mondiale.

Comédie[modifier | modifier le code]

En 2014, il se reconvertit dans la comédie et devient le « maître de cérémonie » d'une nouvelle émission de jeu télévisé, Friends Trip, qui sera diffusée en France sur la chaîne de la TNT, NRJ12. Ce jeu consiste à mettre aux prises quatre équipes d'amis et de proches, qui doivent s'affronter dans des épreuves physiques et ludiques aux quatre coins des États-Unis. Les joueurs voyagent à chaque épisode à bord d'une Chevrolet Camaro.

Films[modifier | modifier le code]

Année Film Rôle
1988 Badland Videur d'une boîte de nuit.
1995 Tyson (téléfilm) Michael Jai White
1998 Black and White Lui-même.
2001 Crocodile Dundee 3 Lui-même.
2006 Rocky Balboa Lui-même.
2009 Very Bad Trip Lui-même.
2011 Very Bad Trip 2 Lui-même.
2013 Scary Movie 5 Lui-même.
2013 Very Bad Trip 3 Lui-même.
2014 Algérie pour toujours[56] Lui-même.
2014 match retour Lui-même.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Année Série télévisée Rôle
2010 Entourage (saison 7 épisode 5) Lui-même.
2011 Breaking In (saison 1 épisode 7) Lui-même.
2013 New York, unité spéciale (saison 14 épisode 13) Reggie Rhodes.
2013 How I Met Your Mother (saison 8 épisode 16) Lui-même.

Livres[modifier | modifier le code]

Fin 2013, il sort ses mémoires, La vérité et rien d'autre (édité en France chez Les Arènes).

Catch[modifier | modifier le code]

Tyson a été l'arbitre du match de catch opposant Shawn Michaels à Stone Cold Steve Austin à WrestleMania XIV en 1998. Il jouait à cette époque le rôle d'un membre de la D-Generation X à la WWE. Le 11 janvier 2010, lors du show WWE Raw, Mike Tyson participe à un match de catch comme partenaire de Chris Jericho contre la D-Generation X]. C'est la DX qui remporte le combat après que Tyson se soit retourné contre Jericho. Le 31 mars 2012, il est intronisé au Hall of Fame de la WWE.

Autres activités[modifier | modifier le code]

  • Mike Tyson est colombophile : il est passionné par les pigeons depuis son enfance. Cette passion a été révélée dans une émission consacrée à Tyson nommée Taking On Tyson et diffusée sur Animal Planet[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour son comportement, ESPN a classé Tyson numéro 1 des sportifs les plus indignes des vingt-cinq dernières années (vote d'experts et d'internautes) : (en) ESPN25: Les 25 plus indignes sportifs des 25 dernières années, ESPN, dernier accès le 1er avril 2007.
  2. James Tillis est né en 1957. Il devient boxeur professionnel en 1978 et se retire en 2001 à 44 ans. Durant sa carrière professionnelle, il a combattu 66 fois, pour 42 victoires - 31 par ko et 11 par décisions - 22 défaites - 11 par ko et 11 sur décisions - 1 match nul et 1 no contest. Quelques mois avant sa rencontre avec Tyson, il a participé en tant qu'acteur au film de Steven Spielberg La Couleur pourpre

Citations[modifier | modifier le code]

  • Lors d'une conférence de presse à Hong Kong, Tyson aurait déclaré que si un combat avait eu lieu entre lui et Bruce Lee, il n'aurait pas pu vaincre celui-ci[57].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « A Body for Better Men to Beat On », sur New York Times (consulté le 7 avril 2013)
  2. a et b (en) « Iron Mike or Straw Mike? Tyson Is Replying », sur New York Times (consulté le 7 avril 2013)
  3. « Condamnation de Mike Tyson » (consulté le 7 avril 2013)
  4. (en) « Libération de Mike Tyson » (consulté le 7 avril 2013)
  5. http://www.liberation.fr/sports/0101135036-tyson-est-sorti-le-mythe-est-en-marche
  6. http://www.emirates247.com/eb247/news/region/mike-tyson-completes-pilgrimage-in-mecca-2010-07-07-1.263853
  7. (en) « Tyson files for bankrupcy » (consulté le 7 avril 2013)
  8. a, b et c Laurent Vergne, « 10 moments forts de l'autobiographie de Mike Tyson », sur Eurosport.fr,‎ 25 novembre 2011
  9. (en) Tyson's father figure: Tyson speaks about trainer Cus D'Amato, Examiner.com, 19 mars 2012
  10. Modèle:Video « Mike Tyson vs Joe Cortez (amateur) 1981-06-27 », sur Youtube.com
  11. (en) « Articles about Craig Payne », sur LAtimes.com
  12. (en) History : past champions, Goldengloves.com
  13. (en) « Troubled Tillman on path to peace after his "lost years" », sur Boxing Monthly,‎ juillet 2002
  14. (en) Mike Tyson vs. Mitch Green (boxrec.com)
  15. (en) Rocky Marciano vs. Ezzard Charles II (boxrec.com)
  16. (en) Mike Tyson vs. Marvis Frazier (boxrec.com)
  17. (en) Mike Tyson vs. José Ribalta (boxrec.com)
  18. (en) Trevor Berbick vs. Mike Tyson (boxrec.com)
  19. (en) Mike Tyson vs. James Smith (boxrec.com)
  20. (en) Mike Tyson vs. Pinklon Thomas (boxrec.com)
  21. (en) Mike Tyson vs. Tony Tucker (boxrec.com)
  22. (en) Boxer's ordeal: jerrs, drugs (nytimes.com)
  23. (en) Mike Tyson vs. Tyrell Biggs (boxrec.com)
  24. (en) Mike Tyson vs. Larry Holmes (boxrec.com)
  25. (en) Mike Tyson vs. Tony Tubbs (boxrec.com)
  26. (en) Mike Tyson vs. Michael Spinks (boxrec.com)
  27. (en) Mike Tyson vs. Frank Bruno I (boxrec.com)
  28. (en) Mike Tyson vs. Carl Williams (boxrec.com)
  29. Tyson-Ruddock Fight Postponed Until Next Year, article publié sur le site du Los Angeles Times le 26 octobre 1989
  30. Boxing Officials Could Overturn Defeat of Tyson, article du journaliste du New-York times Phil Burger le 12 février 1990
  31. For the sake of Boxing : Sulaiman has to go, article publié sur le forum du site boxingscene.com le 22 septembre 2010.
  32. (en) Mike Tyson vs. Henry Tillman (boxrec.com)
  33. (en) Mike Tyson vs. Alex Stewart (boxrec.com)
  34. (en) Mike Tyson vs. Donovan Ruddock I (boxrec.com)
  35. (en) Mike Tyson vs. Donovan Ruddock II (boxrec.com)
  36. (en) Mike Tyson vs. Peter McNeeley (boxrec.com)
  37. (en) Mike Tyson vs. Buster Mathis Jr. (boxrec.com)
  38. (en) Mike Tyson vs. Frank Bruno II (boxrec.com)
  39. (en) Mike Tyson vs. Bruce Seldon (boxrec.com)
  40. (en) Mike Tyson vs. Evander Holyfield I (boxrec.com)
  41. (en) Tyson: 'I'd bite again' (news.bbc.co.uk)
  42. Tyson rend à Holyfield le bout d'oreille mordue, direct matin, 21 novembre 2013
  43. (en) Mike Tyson vs. François Botha (boxrec.com)
  44. (en) Mike Tyson vs. Julius Francis (boxrec.com)
  45. (en) Mike Tyson vs. Lou Savarese (boxrec.com)
  46. (en) Mike Tyson vs. Andrew Golota (boxrec.com)
  47. (en) Lennox Lewis vs. Mike Tyson (boxrec.com)
  48. (en) Mike Tyson vs. Clifford Étienne (boxrec.com)
  49. (en) Mike Tyson vs. Danny Williams (boxrec.com)
  50. (en) [1] (boxrec.com)
  51. (en) [2] (boxrec.com)
  52. (en) Mike Tyson vs. Kevin McBride (boxrec.com)
  53. (en) « La place de Tyson dans l'histoire de la boxe » (consulté le 7 avril 2013)
  54. http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/mike-tyson-cogne-fort-sur-scene-03-08-2012-2111831.php
  55. http://www.lesinrocks.com/2012/06/buzzodrome/spike-lee-et-mike-tyson-sassocient-pour-un-show-broadway/
  56. “L’Algérie pour toujours” de Jean-Marc MinéoAvant-première en septembre 2014 à Oran, Liberté, 8 décembre 2013
  57. Telegraph: I want to sing and dance in musicals, telegraph.co.uk. Retrieved September 12, 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :