13e bataillon de chasseurs alpins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
13e bataillon de chasseurs alpins
Insigne du 13e bataillon de chasseurs alpinsDéfilé du 13e BCA à Chambéry en 2012.
Insigne du 13e bataillon de chasseurs alpins
Défilé 13ème BCA à Chambéry.jpg
Défilé du 13e BCA à Chambéry en 2012.

Période 22 novembre 1853
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Bataillon de Chasseurs alpins
Rôle Infanterie de Montagne
Fait partie de 27e Brigade d'Infanterie de Montagne
Garnison Barby, Quartier Roc Noir
Ancienne dénomination 13e bataillon de chasseurs à pied
Devise Sans peur et sans reproche
Inscriptions
sur l’emblème
Voir étendard unique des chasseurs
Anniversaire Sidi-Brahim
Guerres Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Fourragères aux couleurs du ruban de la Médaille militaire et de la Croix de la Valeur militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918 quatre palmes
deux étoiles d'argent
une étoile de bronze
Croix de guerre 1939-1945 une palme
Commandant Colonel Ghislain Lancrenon[1]

Le 13e bataillon de chasseurs alpins (13e BCA) est une unité française militaire de l'infanterie alpine (chasseurs alpins), stationnée à Barby en Savoie.

Actuellement, le Colonel Ghislain Lancrenon en est le dirigeant et la princesse Alix Napoléon la marraine.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1853 : création du 13e bataillon de chasseur à pied[2] (13e BCP).
  • 1888 : devient 13e bataillon alpin de chasseurs à pied (13e BACP)[3].
  • 1916 : devient 13e bataillon de chasseurs alpins (13e BCA)
  • 1940 : dissolution du bataillon,
  • 1940 : nouvelle création du 13e BCA,
  • 1942 : dissolution du bataillon,
  • 1945 : nouvelle création du 13e BCA,
  • 1952 : dissolution du 13e BCA qui devient 28e BCA,
  • 1952 : nouvelle création du 13e BCA, à partir du 12e BCA dissous,
  • 1955 : devient centre d’instruction du 13e BCA,
  • 1963 : redevient 13e bataillon de chasseurs alpins.

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

Le 13e bataillon de chasseurs à pied est créé par décret impérial le 22 novembre 1853, puis effectivement formé à Besançon le 23 janvier 1854. Il participe à la Conquête de l'Algérie par la France de 1856 à 1860, et à la Campagne d'Italie en 1859, et à la Guerre franco-allemande de 1870

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Il devient bataillon alpin en 1888.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Fidèle à sa devise « Sans peur et sans reproche » il obtient sept citations durant la Première Guerre mondiale et reçoit la fourragère aux couleurs de la médaille militaire :

4 palmes pour 4 citations à l'ordre de l'Armée, 2 étoiles en argent pour 2 citations à l'ordre de la Division, 1 étoile en bronze pour 1 citation à l'ordre de la Brigade.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Il forme 1/2 Brigade avec le 7°(Albertville)et le 27°(Annecy).

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le bataillon participe à la campagne de Norvège au sein du corps expéditionnaire français en Scandinavie.

En 1940 sa résistance héroïque sur la Somme lui vaut sa huitième citation. Enfin, en 1945, il obtient sa neuvième citation lorsqu'il enlève brillamment le Roc Noir, alors position clé du col du Petit-Saint-Bernard.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

En juin 1980 il quitte le quartier Verlet-Hanus de Chambéry pour s'installer en périphérie, au quartier Roc-Noir à Barby, inauguré le 23 octobre 1981.

Depuis 1983, le 13e BCA participe à de nombreuses missions dans le cadre de l'ONU au Liban, en Ex-Yougoslavie (FORPRONU), ou avec l'OTAN et l'UE en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo. Il participe aussi à des missions de sécurisation en Afghanistan et de formation de l'armée afghane. Il opère également en Afrique (Sénégal, Tchad, Côte d'Ivoire…).

Le 30 novembre 2005, la juge d'instruction du tribunal aux armées, Brigitte Raynaud, a mis en examen quatre militaires du 4°RCH sous commandement du 13° BCA, impliqués dans la mort d'un Ivoirien, Firmin Mahé, étouffé avec un sac en plastique le 13 mai 2005 en Côte d'Ivoire, après avoir été blessé par des soldats de l'opération Licorne. Mis en garde à vue, le colonel Éric Burgaud aurait reconnu avoir transmis l'ordre implicite d'exécution du général Henri Poncet à ses subordonnés.

Le 21 septembre 2007, un sous-officier du 13e BCA a été tué lors de l'attaque de son convoi par un engin explosif, aux sorties ouest de Kaboul (Afghanistan).

Le 9 février 2010, un chasseur du 13e BCA est tué par balle lors d'une escorte de convoi en Kapisa (Afghanistan) .

Le 7 août 2012, un adjudant-chef du 13e BCA est tué dans la province de la Kapisa lors d'une opération de soutien à l'armée afghane.

Missions actuelles[modifier | modifier le code]

Le 13e BCA est un corps d'infanterie motorisée de la 27e BIM (brigade d'infanterie de montagne) depuis le 1er juillet 1999 au sein du CFAT. C'est une unité forte d'environ 1 100 militaires et civils entraînés pour accomplir les missions suivantes :

  • intervention dans le cadre d'un conflit régional ou majeur,
  • actions humanitaires ou d'interposition dans le monde,
  • aides et secours à la population,
  • défense militaire terrestre.

Traditions[modifier | modifier le code]

Comme dans tous les bataillons de chasseurs à pied, les militaires du 13e BCA ont pour tradition de ne désigner la couleur jaune que par le mot « jonquille » et la couleur rouge par « bleu-cerise » (excepté trois cas précis : le rouge du drapeau national, le rouge du sang français versé, mais dans ce cas le sang est vert, car vert c'est pour la patrie, et enfin le rouge des lèvres de sa bien-aimée). Le passe-poils de la tenue de parade est justement de couleur « jonquille » comme celui de la tenue de tous les bataillons de chasseurs à pied.

Insigne[modifier | modifier le code]

L'insigne du 13e BCA est le blason savoisien entouré du cor de chasse des bataillons de chasseurs à pied.

Devise[modifier | modifier le code]

Sans peur et sans reproche

Refrain[modifier | modifier le code]

Refrain 13 BCA

Sans pain, sans fricot, au Treizième on n'boit que d'l'eau ! Refrain 13 BCA

Drapeau[modifier | modifier le code]

Porte-fanions du 13e BCA à Chambéry.

Comme tous les autres bataillons et groupes de chasseurs, le 13e BCA dispose d'un fanion bleu-jonquille. Les bataillons de chasseurs à pied ayant un seul et unique drapeau dont la garde est assurée chaque année par un bataillon différent confié lors du congrès des chasseurs (voir drapeau des chasseurs).

Décorations[modifier | modifier le code]

Le bataillon porte la fourragère de la médaille militaire (verte et or) ainsi que la fourragère de la Croix de la Valeur Militaire (Bleu cerise et blanche). Il a aussi 11 citations :

  1. 7 citations durant la 1re guerre mondiale (la grande guerre)
  2. 1 citation en 1940 pour sa bravoure sur la Somme.
  3. 1 citation en 1945 pour avoir enlevé le roc Noir au Petit St Bernard dans la Vanoise en Savoie
  4. 2 citations obtenues en Afghanistan notamment durant son dernier mandat (2009-2010 : Task Force Black Rock)

Chant[modifier | modifier le code]

Les Allobroges

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1854 : chef de bataillon Ponsard
  • 1876 : chef de bataillon Lamorelle
  • 1878 : chef de bataillon de Revanger
  • 1883 : chef de bataillon Lapouge
  • 1895 : chef de bataillon puis lieutenant-colonel Outhier
  • 1902 : capitaine puis lieutenant-colonel Sauret
  • 1911 : capitaine Ferran
  • 1914 : commandant Verlet-Hanus (tué)
  •  ???? : commandant Boutle
  •  ???? : commandant Barrie (tué)
  •  ???? : commandant de Ripert d'Alauzier
  •  ???? : commandant Serdet
  •  ???? : commandant Cornier
  • 1935 : commandant Dusseau
  • 1940 : chef de bataillon Ponet
  • 1944 - 1945 : chef de bataillon Héritier
  • 1963 : chef de bataillon Carlin
  • 1964 : commandant Varenne
  • 1966 : lieutenant-colonel OUDOT
  • 1968 : lieutenant-colonel De Gail
  • 1970 : commandant TALON (adjoint Commandant MASPERO)
  • 1972 : colonel Mollat du Jourdin
  • 1974 : lieutenant-colonel Jocteur
  • 1976 : lieutenant-colonel Bassères
  • 1978 : lieutenant-colonel Spinelli
  • 1980 : colonel Raffort
  • 1982 : colonel Jean Venet
  • 1984 : colonel Ribiollet
  • 1986 : colonel Gaillot
  • 1988 : colonel Rommelaere
  • 1990 : colonel Bernard Rebuffel (adjoint : lieutenant-colonel Dubard)
  • 1992 : colonel Naves (adjoint : lieutenant-colonel Duval)
  • 1994 : colonel Moussu
  • 1996 : colonel de Malaussène
  • 1998 : colonel Druart
  • 2000 : colonel Boyer
  • 2002 : colonel Wattecamps
  • 2004 : colonel Burgaud
  • 2005 : lieutenant-colonel Abonnen
  • 2006 : colonel Morin
  • 2008 : colonel Pons
  • 2010 : colonel Bertrand Lavaux
  • 2012 : colonel Cyrille Becker
  • 2014 : colonel Ghislain Lancrenon

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au bataillon[modifier | modifier le code]

Le principal fait d'armes des chasseurs est la bataille de Sidi-Brahim (1845) par le 8e Bataillon .

  • Leur participation a notamment libéré des légionnaires encerclés dans un défilé rocheux.
  • Ce fait d'armes fait l'objet d'une fête annuelle commémorative au mois de septembre et tous les chasseurs alpins y participent, mais le bataillon exact qui s'y est battu est le 8e d'Orléans.
  • L'honneur en a été élargi par la suite au bénéfice de tous les chasseurs.
  • L'aide apportée aux légionnaires leur a valu le surnom de « petits frères de la légion ».

Le 23 mars 1945 le 13e BCA reconstitué à partir des bataillons de la résistance « Savoie » et « Maurienne » se prépare à l’offensive du Roc Noir.

  • Après cinq mois passés en haute montagne il marque de sa gloire ce lieu fortement symbolique de la renaissance du Bataillon.
  • Il a fallu toute la ténacité du 13e B.C.A pour avoir raison de l'obstination des Gebirgsjäger (Chasseur Alpin Allemand).
  • L'adjudant Chêne et 18 Chasseurs du 13e BCA trouvèrent la mort, et 31 blessés durant ces attaques de la côte 2342.
  • Tous les chasseurs morts au combat ont fait honneur à sa devise : « Sans peur et sans reproche ».
  • Cette dernière action, qui dura jusqu'au 31 mars à plus de 2 000 mètres d’altitude vaudra une 9e citation.

Personnalités ayant servi au sein du bataillon[modifier | modifier le code]

Le bataillon aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Subordinations[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Unités du 13e BCA devant le palais de justice de Chambéry en juillet 2014.

Missions[modifier | modifier le code]

Matériels[modifier | modifier le code]

Véhicules[modifier | modifier le code]

Voici la liste des véhicules dont dispose le Bataillon :

Armement[modifier | modifier le code]

Voici la liste de l'armement dont dispose le Bataillon :

  • 1145 fusils d'assaut FAMAS ;
  • 148 mitrailleuses Anf 1 et Minimi ;
  • 6 mortiers de 81 mm ;
  • 36 lance-grenades individuels Lgi 40 ;
  • 57 fusils de précision Frf 2 et PGM ;
  • 80 lance-roquettes anti-char AT4CS ;
  • 16 postes de tir missiles moyenne portée Milan ;
  • 27 postes de tir missiles courte portée Eryx ;
  • 4 Canons de 20 mm.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Dauphiné libéré, « Passation de commandement du 13e BCA jeudi matin », sur ledauphine.com,‎ 16 juillet 2014 (consulté le 17 juillet 2014)
  2. Par décret impérial le 22 novembre 1853.
  3. Par la loi du 24 décembre 1888, publiée au journal officiel le 27 décembre 1888.
  4. http://www.europe1.fr/France/Un-verdict-clement-au-proces-Mahe-1339427/