503e régiment du train

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
503e régiment du train
Insigne régimentaire du 503e régiment du train
Insigne régimentaire du 503e régiment du train

Période 16 octobre 1943
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment du train
Rôle RTRS
Effectif 1 000 personnes
Fait partie de 1re brigade logistique
Garnison Nîmes-Garons
Ancienne dénomination GT 503
Surnom Le régiment de Camargue
Couleurs Vert et blanc
Devise Labor omnia vincit
Marche La gazelle noire. Paroles du capitaine Patrick Bougeard (CDU EAS) et du brigadier-chef Oswaldo Coumau (EAS). Première interprétation faite par la chorale de l'EAS lors de la commémoration du bicentenaire de la création de l'arme du Train et sous l'impulsion du colonel André chef de corps.
Inscriptions
sur l’emblème
Italie 1944
Indochine 1947-1954
AFN 1952-1962
Guerres Guerre d’Indochine
Guerre d’Algérie
Décorations Croix de guerre des Théâtres d’opérations extérieurs
deux étoiles d’argent
Commandant Colonel Éric Renaut

Le 503e régiment du train est un régiment de l'armée de terre française, stationné sur l'ancienne base aéronavale de Nîmes-Garons dans le Gard.

Historique[modifier | modifier le code]

Ancre de pontonnier rappelant le franchissement du Rhin, insigne non homologué

Créé au Maroc le 16 octobre 1943, le 503e régiment du train est affecté en mai 1944 au corps expéditionnaire français en Italie où il est mis à disposition de la Ve armée américaine.

À partir du 30 octobre 1944, il est engagé avec la 3e division d'infanterie algérienne au sein de la 1re armée française et stationne ensuite en Allemagne.

Le 5 février 1947, le GT 503 est désigné pour servir en Indochine où il se verra attribuer la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs avec deux étoiles d'argent.

Le deuxième escadron du 503 est notamment l'héritier des traditions de la 2e compagnie de transport de légion étrangère du GT 503 (CTLE 2/503 LANG SON - RC4).

L'escadron de circulation routière du 503 est notamment l'héritier de la compagnie de circulation routière no 255 (CCR no 255) qui s’illustre en Indochine entre 1947 et 1954.

De décembre 1955 à janvier 1956, il quitte l'Extrême-Orient et rejoint Alger.

De février 1956 à avril 1964, le GT 503 participe à la pacification et aux opérations de maintien de l'ordre en Algérie.

Après plus de vingt ans de campagnes hors de France (fait unique dans l'histoire du Train), il est dissous au camp de Sissonne le 30 avril 1964.

Toutefois, un dernier peloton dit « peloton de transport de Mers el Kebir » rejoint la France en 1968.

Le 1er juillet 1978, il est recréé sur les structures du 538e groupe de transport lourd à La Rochelle. Durant vingt ans, il participe, outre aux missions classiques de transport du temps de paix, à de nombreuses missions extérieures : opération Daguet en Arabie saoudite, opération Oryx en Somalie, ou encore en Angola, au Gabon ou en Croatie. Il est dissous le 1er juillet 1998.

Recréé le 1er juillet 1999 au camp de Souge au sein de la 2e brigade logistique, il participe à toutes les opérations extérieures importantes, notamment en ex-Yougoslavie, au Kosovo, en Côte d'Ivoire ou au Tchad (BATLOG - entrée en premier - 2008).

Depuis 2009, il appartient à la 1re brigade logistique stationnée à Ollainville. Il a notamment armé le BATLOG PAMIR en Afghanistan en 2010, l'OMLT kandak 5 en Afghanistan en 2012 et le BATLOG Serval 4 au Mali en 2014.

Dans le cadre des restructurations, le 503e régiment du train s'est installé, depuis le 1er juillet 2011, sur l'ancienne base de l'aéronautique navale de Nîmes-Garons et devient en 2013 le « régiment de Camargue ».

Début 2013, le régiment organise à partir de Miramas, via Toulon et Istres, la projection initiale du dispositif français au Mali. Puis, il sera engagé lui-même au Mali, sans discontinuer, de septembre à mai 2014 (projection de quatre sous-groupements logistiques). Il prendra notamment la tête du bataillon logistique (BATLOG) à Gao de janvier à mai 2014, sous l'appellation « BATLOG CAMARGUE » (1 500 000 km parcourus).

Il est actuellement le seul régiment à porter l'héritage du train du corps expéditionnaire français en Italie et du train de la 1re armée du général de Lattre de Tassigny.

Organisation actuelle[modifier | modifier le code]

Insigne de béret

Depuis le 15 juin 2012, fin de sa montée en puissance sur le site de Garons, le 503e régiment du train compte mille hommes et est composé :

  • d'un escadron de commandement et de logistique (ECL) ;
  • d'un escadron de transport (ET) ;
  • d'un escadron de ravitaillement (ER) ;
  • d'un escadron de circulation routière (ECR) à quatre pelotons ;
  • d'un escadron de porte engins blindés (ETB) ;
  • d'un escadron de transport de réserve (ETR), devenu escadron de réserve (ER) mais qui garde la dénomination d'ETR pour ne pas être confondu avec l'escadron de ravitaillement (ER aussi).

Depuis le 31 octobre 2011, il intègre la zone de regroupement et d'attente (ZRA) de Miramas (activée en janvier-février 2013 dans le cadre de la projection de l'opération Serval au Mali).

Depuis le 6 février 2012, il intègre l'équipe enduro de l'armée de terre – fédération française de moto (EEAT-FFM) composée de sportifs de haut niveau de la Défense.

Il détient la fanfare de tradition de l'arme du train.

Jumelages avec les communes amies :

Missions[modifier | modifier le code]

  • Commander la base logistique d'une division de vingt-mille hommes (commandement tactique sur la zone santé, la zone soutien de l'homme et la zone maintenance armées respectivement par le RMED, le RSC et un RMAT), soutenir celle-ci dans les domaines de l'acheminement du fret, des munitions, du carburant et de la manutention (zone ravitaillement transport).
  • Armer un bataillon logistique (BATLOG) adapté à une brigade ou un sous groupement logistique (SGLOG) adapté à un groupement tactique interarmes (GTIA).
  • Armer un centre de regroupement et d'évacuation de ressortissants (CRER).
  • Escorter sous blindage les convois.
  • Renseigner, appuyer les mouvements, participer à la sûreté dans le cadre de missions classiques de la circulation routière (appui direct et action d'ensemble, reco STANAG, marquage et reco NRBC, franchissement et recueil, procédés d'héliportage, flanc garde).
  • Appuyer la mobilité des blindés (porte engins blindés).
  • Participer aux missions de souveraineté dans les DOM-COM, sous format PROTERRE (infanterie légère).
  • Participer au dispositif Vigipirate.
  • Milieux : environnements numérisés (NEB), action amphibie, action en zone urbaine, milieu désertique, environnement multinational.

Matériels majeurs[modifier | modifier le code]

  • Véhicules de transport logistiques.
  • Vecteurs de transport tous terrains et citernes tactiques.
  • Porte engins blindés.
  • Véhicules blindés d'escorte.
  • Motos.
  • Engins de remorquage.
  • Engins de manutention et grues.
  • Véhicules de transmission NEB.

Le 503e régiment du train est doté du porteur polyvalent logistique (PPLOG) avec lequel il s'est engagé sur l'opération Serval au Mali.

Liste des chefs de corps[modifier | modifier le code]

Base de Nîmes – Garons
  • 2013 : Colonel Éric Renaut
  • 2011 – 2013 : colonel Guillaume Santoni
Camp de Souge – Martignas sur Jalle
  • 2009 – 2011 : colonel Thierry Poulette
  • 2007 – 2009 : colonel Vincent Fleuret
  • 2005 – 2007 : colonel Michel André
  • 2003 – 2005 : colonel Éric Eudeline
  • 2001 – 2003 : colonel Philippe Vervaeke
  • 1999 – 2001 : colonel Serge Lahondes

Insignes des unités élémentaires[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Étendard[modifier | modifier le code]

Drapeau du régiment avec ses batailles

« Il porte, cousue en lettres d'or dans ses plis l'inscription »[1],[2].

ITALIE 1944
INDOCHINE 1947-1954
AFN 1954-1962

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs avec deux étoiles d'argent, deux citations à l'ordre de la division.

Devise[modifier | modifier le code]

  • « Labor omnia vincit » (par l’effort la victoire toujours)
  • « En avant, fier 503 !! » (devise usuelle)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision 12350//SGA/DPMA/SDH/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées
  2. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]