1er régiment de spahis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
1er régiment de spahis
insigne régimentaire du 1er régiment de Spahis.
insigne régimentaire du 1er régiment de Spahis.

Période 1914
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de terre
Type régiment de spahis
Fait partie de Il quitte la 6e Brigade légère blindée pour rejoindre la 1re Brigade Mécanisée
Garnison Valence
Ancienne dénomination régiment de marche de chasseurs indigènes à cheval
régiment de marche de spahis marocains
21e régiment de spahis marocains
1er régiment de spahis marocains
1er régiment de marche de spahis marocains
Devise faire face
Mascotte la mascotte est un bélier. Du nom du créateur des spahis elle se nomme yousouf
Inscriptions
sur l’emblème
la Marne1914
Pogradec 1917
Skumbi 1917
Bofnia 1918
Uskub 1918
Danube 1918
Levant 1920-1927
Erythrée 1941
El Alamein 1942
Tunisie 1943
Paris 1944
Strasbourg 1944
AFN 1952-1962
Koweit 1990-1991
Équipement 48 AMX 10 RCR(Rénové), 90 véhicules blindées légersVAB VBL, véhicules de reconnaissance et véhicules de transport, 110 véhicules à roues (poids lourds et légers),1 cheval et 3 mobylettes.
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
avec olives aux couleurs des rubans des croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945
Aux couleurs du ruban T.O.E.
Aux couleurs du ruban de la croix de la Libération
Décorations Croix de la Libération

Croix de guerre 1914-1918
5 palmes

Croix de guerre 1939-1945
2 palmes

Croix de guerre théâtre d'opérations extérieures
4 palmes

Mérite Militaire Chérifien (Maroc)
Ordre de Karageorgeos de 4e rang, avec glaives (Serbie)
Croix de Guerre avec une citation à l'ordre de l'Armée (Serbie)
Ordre de Saint Michel (Roumanie)
Presidential Unit Citation (États-Unis)

Le 1er régiment de spahis est une unité de l'armée française relevant de l'arme blindée-cavalerie (ABC). Il est cantonné à Valence en provenance de Spire en Allemagne depuis 1984, et fait partie de la 1re brigade mécanisée.

Il a été engagé sur de nombreux théâtres d'opérations extérieurs au cours des dernières années : dans la guerre du Golfe, au Kosovo, en Afghanistan en ex-Yougoslavie, au Liban, au Tchad et en Côte d'Ivoire.

Il est l'héritier des traditions 1er régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM) recréé pendant la Seconde Guerre mondiale par les Forces françaises libres issu d'éléments du 1er régiment de spahis marocains (1er RSM). Il reprend les traditions de ces deux régiments qui furent antagonistes de 1940 à 1943.

Garnison[modifier | modifier le code]

Quartier Baquet à Valence.

L'insigne du 1er spahis[modifier | modifier le code]

Ce régiment possède la particularité d'être une unité or et non argent, portant donc des insignes de type « armes à pied » bien qu'elle appartienne à l'Arme blindée-cavalerie. La raison est qu'historiquement, il ne dépendait pas de l'ABC mais des troupes d'Afrique. L'insigne de béret est d'ailleurs de couleur or.

L'insigne est composé de l'Étoile Chérifienne et de la Croix de Lorraine. L'étoile et la croix reposent sur un fond de gueules : l'étoile rappelle l'origine marocaine du régiment, la croix sa filiation avec le 1er RMSM et son engagement au sein des forces françaises libres.

L'insigne porté en 1978 a été homologué sous le numéro G1084 le 18/02/1959, il portait également l'inscription « Lyautey Cavalerie » sur les pourtours horizontaux de l'étoile. L'insigne actuel a été homologué sous le numéro G4478 le 29/09/1997, il ne comporte plus cette inscription.

La définition héraldique est la suivante : « Étoile chérifienne d'or recouverte sur champs de gueules brochée d'une croix de Lorraine d'argent ».

Devises[modifier | modifier le code]

  • 1er régiment de spahis marocains : Faire face
    • 1er escadron : Inch Allah
      • 1er peloton du 1er escadron : En tuer
      • 2e peloton du 1er escadron : La caravane passe les chiens aboient
      • 3e peloton du 1er escadron : Vieux si nie l'audace !
      • 4e peloton du 1er escadron : Enado ya mota
    • 2e escadron  : Tace face (Se taire et faire)
      • 2e peloton du 2e escadron : Sicut Leo Rugiens
      • 3e peloton du 2e escadron : Sursum Corda.
    • 3e escadron  : Faire face
      • 3e peloton du 3e escadron : Pour une dent, toute la gueule!
      • 4° Peloton du 3° escadron: Toujours Partout, En tout le devoir
    • 4e escadron : Igneus ardens (feux ardents)
    • 5e escadron (réserve) : Ne crains que Dieu
    • Escadron d'instruction : Manu Militari
    • Escadron d'administration et de soutien : Virtus militari
    • Escadron de commandement et de logistique : Notre gloire est leur victoire

Historique[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article principal : 1er régiment de spahis marocains.

Les escadrons de spahis de l'armée française ont été créés en 1914 par le général Lyautey.

Le régiment de marche de spahis marocains (RMSM) participe activement à la victoire de la Marne. Envoyé sur le front d'Orient, il s'illustre à Pogradec, Skumbi, Bofnia, Uskub et sur le Danube. Ces combats lui valent 5 citations à l'ordre de l'armée et la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire. Renommé 21e régiment de spahis marocains en 1921, il prend part aux opérations de pacification au Levant de 1920 à 1927. Il y mérite 3 nouvelles citations à l'ordre de l'armée et la fourragère de la Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs. En 1929 il devient le 1er Régiment de Spahis Marocains (1er RSM).

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 1940, le capitaine Paul Jourdier qui commande le 1er Escadron du 1er RSM décide de continuer le combat contre l'Allemagne et de rejoindre les Britanniques en Palestine. À l'occasion d'une manœuvre au sud du Liban, il réussit à entraîner avec lui une petite moitié de son escadron[1]. Renforcé par quelques isolés qui ont passé eux aussi la frontière entre le Liban et la Palestine, puis par des engagés de Londres, l'escadron reprend le combat en Érythrée où il chargera encore à cheval à Umbrega sous les ordres du capitaine Jean Ballarin.

Il revient ensuite en Syrie pour combattre sur camions avec la 1re Brigade Légère Française Libre contre les forces restées fidèles au maréchal Pétain.

D'autres escadrons sont créés et forment ensemble un puis deux groupes de reconnaissance de corps d'armée (GRCA) commandés par Jourdier et Robert de Kersauson de Pennendreff.

Renforcé par la compagnie de chars de la France Libre, le 2e groupe équipé d'automitrailleuses et de canons portés, constitue la Free French Flying Column ou Colonne volante qui participe à la bataille d'El Alamein puis à la poursuite jusqu'en Tunisie, initialement au sein de la 8e Armée britannique, puis, en 1943, au sein de la Force L du général Leclerc.

Le 25 septembre 1942, les 2 Groupes ont été réunifiés au sein du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains (1er RMSM) placé sous les ordres de Jean Rémy.

Devenu régiment de reconnaissance de la 2e Division Blindée, le 1er RMSM combat en France et en Allemagne, subissant de lourdes pertes en tête des différents groupements.

Quant au 1er RSM originel[2], après avoir combattu à cheval en Syrie et en Afrique du Nord, il est motorisé au Maroc en 1943 et participe aux combats de Royan en 1945. Il est finalement dissout et fusionné avec le 8e régiment de dragons.

Décorations[modifier | modifier le code]

Le 1er RMSM est fait Compagnon de la Libération par décret du 7 août 1945 et est cité 2 fois à l'ordre de l'Armée. Voir la liste des compagnons de la Libération.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau du 1er RMSM porte à la fin de la guerre, brodées en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions[3] :

1er régiment de marche de spahis marocains.svg

Pertes[modifier | modifier le code]

Entre 1944 et 1945, au sein de la 2e DB, le 1er RMSM perd 184 tués dont 12,5 % de Maghrébins[4].

Après guerre[modifier | modifier le code]

Un engin blindé de reconnaissance du 1er régiment de spahis en 1978.

Un escadron du RMSM est envoyé en Indochine dès 1945 jusqu'à octobre 1946.

Ce régiment, redevenu 1er RSM en 1947, est envoyé au Maroc et en Algérie avant de stationner en Allemagne à Spire (Speyer) en Allemagne de 1961 à 1984 au sein des Forces Françaises en Allemagne, 2e C.A.

Le 1er régiment de Spahis est créé en 1958 et descend des 1er régiment de marche de spahis marocains et 1er régiment de spahis marocains.

À la fin de la guerre d'Algérie, lorsque s'est posé le problème du sort des régiments de l'Armée d'Afrique et de leur dissolution, le Général de Gaulle a eu cette phrase célèbre : "on ne dissout pas un Compagnon de la Libération".

Au cours de l'après-guerre il est renommé de 1er RSM à 1er RS puis 21e RS et de nouveau 1er Régiment de Spahis (1er RS) actuel et stationne à Spire en Allemagne de l’Ouest comme unité des forces françaises en Allemagne.

En 1984, le régiment s'installe à Valence.

Régiment le plus décoré de l'arme blindée et de la cavalerie, il s'enorgueillit à juste titre des quatorze noms de batailles inscrits sur son étendard.

En 2009, le régiment quitte la 6e Brigade légère blindée pour rejoindre la 1re brigade mécanisée.

Le régiment participe à l'animation musicale avant le défilé du 14 juillet 2010, qui a pour thème le cinquantième anniversaire de l'indépendance des colonies françaises d'Afrique Noire.

Les chefs de corps[modifier | modifier le code]

insigne de la 6 B.L.B.
  • 1914-1918 : colonel Dupertuis
  • 1918-1919 : colonel Guespereau
  • 1919-1928 : colonel Massiet
  • 1928-1932 : colonel Holtz
  • 1932-1934 : colonel Langlois
  • 1934-1939 : colonel Bastien
  • 1939-1940 : colonel Trémeau
    • 1er RSM de 1940 à 1945
  • 1940-1941 : lieutenant-colonel de Chaléon
  • 1940-1941 : colonel Martin
  • 1943-1945 : colonel Michon
    • 1er RMSM de 1940 à 1945
  • 1940-1942 : chef d'escadrons Jourdier (Compagnon de la Libération)
  • 1942-1942 : chef d'escadron de Kersauson
  • 1942-1945 : colonel Rémy (Compagnon de la Libération)
    • De 1945 à nos jours
AMX 10 RC lors des festivités du 14 juillet 2005.
  • 1945-1948 : lieutenant-colonel Morel Deville (Compagnon de la Libération)
insigne de la 1er Brigade Motorisée.
  • 1948-1952 : colonel de Lannoy
  • 1952-1954 : colonel Fauchon-Villeplée
  • 1954-1956 : lieutenant-colonel Le Vacher
  • 1956-1958 : lieutenant-colonel Bonnot
  • 1958-1960 : lieutenant-colonel Berthet
  • 1960-1961 : lieutenant-colonel Nodet
  • 1961-1963 : lieutenant-colonel Calvel
  • 1963-1965 : lieutenant-colonel Saint-Olive
  • 1965-1967 : lieutenant-colonel Guillot
  • 1967-1968 : lieutenant-colonel Dumont Saint-Priest
  • 1968-1969 : lieutenant-colonel Arnaud
  • 1969-1971 : lieutenant-colonel de La Pomarède
  • 1971-1973 : colonel Woisard
  • 1973-1975 : lieutenant-colonel Perrin
  • 1975-1977 : colonel Combourieu
  • 1977-1979 : colonel de Bressy de Guast
  • 1979-1981 : colonel Mommessin
  • 1981-1983 : colonel Simon
  • 1983-1985 : lieutenant-colonel Grenaudier
  • 1985-1987 : colonel Garreau
  • 1987-1989 : colonel Fourniol
  • 1989-1991 : colonel Barro
  • 1991-1993 : colonel de Courtivron
  • 1993-1995 : colonel Beaulieu
  • 1995-1997 : colonel Ract-Madoux
  • 1997-1999 : colonel Moné
  • 1999-2001 : colonel Boulnois
  • 2001-2003 : colonel Mercier
  • 2003-2005 : colonel Duhesme
  • 2005-2007 : colonel Faure
  • 2007-2009 : colonel d'Andoque de Sériège
  • 2009-2011 : colonel Dupuy de La Grand'Rive
  • 2011-2013 : colonel Vincent Giraud
  • 2013-  : colonel Pinon
AMX 10rc du 1er régiment de spahis

Etendard[modifier | modifier le code]

De par sa filiation, le 1er Spahis est détenteur de son étendard du 1er Spahis Marocains.
Brodées en lettres d'or dans ses plis, il porte les inscriptions par tradition et à titre honorifique[3],[5]

1er régiment de spahis.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée :

  • Croix de la Libération (historiquement liée au 1er RMSM)
  • Croix de guerre 1914-1918 avec cinq palmes (historiquement liée au 1er RSM)
  • Croix de guerre 1939-1945 avec deux palmes (historiquement liée au 1er RMSM)
  • T.O.E. avec quatre palmes (historiquement liée au 1er RSM)
  • Mérite Militaire Chérifien (historiquement liée au 1er RSM)
  • Médaille de la bravoure Serbe (historiquement liée au 1er RSM)
  • Ordre serbe de Kara-Georges de 4e rang, avec glaives (historiquement liée au 1er RSM)
  • Croix de Guerre Serbe avec une citation à l'ordre de l'Armée Ordre Roumain de Saint Michel (historiquement liée au 1er RSM)
  • La cravate bleue de la Presidential Unit Citation américaine.

Puc-2edb-origine-p-ghemard.jpg

Le régiment aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Subordinations[modifier | modifier le code]

Le régiment est subordonné à la 1re brigade mécanisée. elle-même composante de la force d'action terrestre.

Composition[modifier | modifier le code]

  • 3 escadrons de combat sur AMX 10 RCR,
  • 1 escadron d’aide à l’engagement sur VBL,
  • 1 escadron d’éclairage et d’investigation sur VBL,
  • 1 escadron de commandement et de logistique,
  • 1 escadron de réserve.

Missions[modifier | modifier le code]

Missions d’intervention, d’assistance, d’aide aux populations, de sécurité intérieure, de souveraineté, d’interposition. Sur AMX 10 RCR à Djibouti puis en Afghanistan. Sur véhicule blindé léger (VBL) au Liban et en unité proterre dans les départements et territoires d’outre-mer (Guyane). Le régiment a participé à la plupart des opérations extérieures, Centrafrique, Gabon, Golfe Persique, ex-Yougoslavie, Tchad, Liban, Djibouti, Kosovo, Bosnie, Afghanistan, Côte d’Ivoire, Sénégal.

Le régiment en quelques chiffres (2008)[7][modifier | modifier le code]

Le régiment est composé d'environ 860 personnes :

La garde au drapeau du 1er Spahis, défilé du 14 juillet 2008 sur les Champs-Élysées, Paris.
  • 50 officiers ;
  • 210 sous-officiers ;
  • 570 engagés volontaires ;
  • 30 civils.

Il dispose de 260 véhicules :

  • 48 chars AMX-10 RCR (Rénové);
  • 90 véhicules blindés légers (VBL et VAB);
  • 24 véhicules de l'avant blindés ;
  • 32 véhicules tout-terrain.

Le budget de fonctionnement annuel du régiment (hors masse salariale) est d'environ 1,2 million d'euros

Stationnement[modifier | modifier le code]

Base de défense de Valence
1er régiment de spahis
Quartier Baquet BP 1008
26032 Valence CEDEX

Tél: 04 75 78 62 99

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le 1er escadron du 1er régiment de marche de spahis marocains », Revue de la France Libre, n° 29, juin 1950, et « le ralliement du 1er escadron du 1er régiment de spahis marocains », Revue de la France Libre, n° 240, 3e trimestre 1982.
  2. La numérotation des régiments prête à confusion, car deux régiments des spahis marocains ont porté le même numéro : le 1er RMSM de la France libre et le 1er RSM qui est resté fidèle à Vichy
  3. a et b Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  4. Annuaire des anciens combattants de la 2e DB, Imprimerie Arrault, 1949, p. 14
  5. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  6. "Édition Chronologique n° 45 du 29 octobre 2010".Le Ministère de la Défense instruction n°1515/DEF/EMA/OL/2 du 23 septembre 1983, modifiée, sur les filiations et l'héritage des traditions des unités; décision n°010318/DEF/CAB/SDBG/CPAG du 15 juillet 2008 portant création d'une commission des emblèmes. Art 1er. L'incription "Koweït 1990-1991" est attribuée aux drapeaux et étendards des formations des armées énumérées ci-dessous. 2e R.E.I, 1er R.E.C, 6e R.E.G, 3e R.I.Ma, 1er R.P.I.Ma, 11e R.A.Ma, 4e Régiment de dragon, 1er Régiment de Spahis, 6e Régiment de Commandement et de Soutien, 1er R.H.C, 3e R.H.C, puis les formations de l'Armée de l'Air les 5e, 7e, 11e escadre de chasse, la 33e escadre de reconnaissance et les 61e et 64e escadre de transport. Le présent arrêté sera publié au bulletin officiel des armées, Hervé Morin.
  7. Article du Dauphiné libéré du 8 novembre 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et Bibliographies[modifier | modifier le code]

  • Calots Rouges et croix de Lorraine, Paul Oddo et Paul Willing, Carnet de la Sabretache – 1988
  • Les spahis du 1er marocains, Thierry Moné, Lavauzelle - 1998, (ISBN 9782702504345)
  • Le burnous bleus et les chemins du devoir, Thierry et Mary Moné, La Gandoura - 2007, (ISBN 9782902935758)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]