Murinais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Murinais
Murinais
Le château de Murinais au début du XXe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté
Maire
Mandat
Patrice Iserable
2020-2026
Code postal 38160
Code commune 38272
Démographie
Gentilé Murinois
Population
municipale
401 hab. (2018 en augmentation de 6,93 % par rapport à 2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 50″ nord, 5° 18′ 57″ est
Altitude Min. 345 m
Max. 667 m
Superficie 8,22 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Marcellin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Sud Grésivaudan
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Murinais
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Murinais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Murinais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Murinais
Liens
Site web www.murinais.fr

Murinais est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Historiquement rattachée à la province du Dauphiné, la commune fait partie de la communauté de communes de Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté.

Ses habitants sont appelés les Murinois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Le village se positionne à égale distance entre Grenoble et Valence (à environ 50 km). Murinais est rattaché du canton du Sud Grésivaudan et par voie de conséquance, adhérent à la collectivité de Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Roybon Rose des vents
Chevrières N Varacieux
O    Murinais    E
S
Saint-Vérand

Géologie[modifier | modifier le code]

Le plateau de Chambaran sur lequel est installée la quasi-totalité du territoire de Murinais se compose de « cailloutis polygéniques » sans stratification visible, emballés dans un ensemble argilo-limoneux. Jusqu'à une dizaine de mètres de profondeur, ce cailloutis est essentiellement composé de roches siliceuses dont des quartzites mais très fortement altérées. Selon la notice d'une carte géologique au 1/50 000 : « cette formation, attribuée par certains auteurs à une nappe alluviale villafranchienne, peut aussi bien représenter, en totalité ou en partie, le niveau supérieur, altéré, des conglomérats miocène »[2].

Le plateau de Chambaran est classé à l'inventaire national du patrimoine naturel[3].

Climat[modifier | modifier le code]

La basse vallée de l'Isère et la partie occidentale du territoire du département l'Isère, où se situe le bourg central de Saint-Vérand, est formé de plaines à l'ambiance tempérée, de bas plateaux et de collines assez peu élevées au climat un peu plus rude. Du fait du relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent assez aisément.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

La commune de Murianis est traversée par la RD 71 qui relie Saint-Vérand à Riybon

L’autoroute la plus proche est l' A 49 :

  • Sortie 9 Saint-Marcellin (Isère) : Saint-Marcellin, puis la RD 518 et la RD 71.

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Saint-Marcellin, desservie par les trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Murinais est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Marcellin, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 17 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (87,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (47,4 %), prairies (36,8 %), forêts (11,8 %), terres arables (4,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Murinais est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), en limite de la zone n°4, située au sud-ouest de son territoire[11].

Terminologie des zones sismiques[12]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 André Ragache    
mars 2014 En cours Patrice Iserable SE Employé[13]
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2018, la commune comptait 401 habitants[Note 3], en augmentation de 6,93 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
467478501561720569645615660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
706709761611663606577560597
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560510427432382435428419388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
314260264282311340374378388
2018 - - - - - - - -
401--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Balme : ruines du château du XVIIIe siècle construit à la place d'une maison forte du XIIIe siècle[18].
  • Couvent Notre-Dame de la Croix : Fondé par Adèle de Murinais (1803-1857) en 1832, ayant hébergé un pensionnat de jeunes filles dans le seconde moitié du XIXe siècle[19]. Après un long déclin de la communauté, le couvent fut définitivement fermé en septembre 2011. Une partie des biens conventuels a été mis à disposition de la communauté des béatitudes en 1990, qui y établit le Monastère Saint Pierre et Saint Paul de Murinais. Ce dernier a fermé ses portes en 2008.
  • Le Wellingtonia ou séquoia géant planté devant l'église de Murinais en 1858 est classé parmi les arbres remarquables de l'Isère par la FRAPNA. Sa circonférence est d'environ 10 mètres et sa hauteur de près de 30 mètres.
  • La motte castrale du XIe siècle[20]
  • Église paroissiale
  • Monument aux morts

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adélaïde de Murinais, née en 1802, fonde en 1832 la congrégation des sœurs de Notre-Dame-de-la-Croix.
  • Antoine Victor Augustin d'Auberjon, comte de Murinais, maréchal de camp (1780) député de la Seine au Conseil des Anciens, arrêté le 18 fructidor comme comploteur et déporté en Guyane, mort à Sinnamary en 1797.
  • Jean-François Callens, écrivain, décédé en 2014 a été berger du monastère Saints Pierre et Paul de Murinais et y a résidé pendant plus de dix ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Murinais possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 4 septembre 2020.
  2. Site infoterre, page "carte géologique harmonisée du département de l'Isère / Notice technique
  3. ZNIEFF 820030032 - Plateau de Chambaran, sur le site inpn.mnhn.fr
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  12. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  13. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/murinais,38272/elections/presidentielle-2017/
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. Château de la Balme sur le site Isère Patrimoine, consulté le 12 novembre 2014
  19. [1], consulté le 4 avril 2015
  20. « Patrimoine », sur www.murinais.fr (consulté le 11 décembre 2015).