Murinais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Murinais
Murinais
Le château de Murinais au début du XXe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Sud Grésivaudan
Intercommunalité Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté
Maire
Mandat
Patrice Iserable
2014-2020
Code postal 38160
Code commune 38272
Démographie
Gentilé Murinois
Population
municipale
388 hab. (2016 en augmentation de 2,65 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 50″ nord, 5° 18′ 57″ est
Altitude Min. 345 m
Max. 667 m
Superficie 8,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Murinais

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Murinais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Murinais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Murinais
Liens
Site web www.murinais.fr

Murinais est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de la communauté de communes de Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté.

Ses habitants sont appelés les Murinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 André Ragache    
mars 2014 En cours Patrice Iserable SE Employé[1]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 388 habitants[Note 1], en augmentation de 2,65 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
467478501561720569645615660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
706709761611663606577560597
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560510427432382435428419388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
314260264282311340374378388
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château de la Balme : ruines du château du XVIIIe siècle construit à la place d'une maison forte du XIIIe siècle[6].
  • Le Couvent Notre-Dame de la Croix : Fondé par Adèle de Murinais (1803-1857) en 1832, ayant hébergé un pensionnat de jeunes filles dans le seconde moitié du XIXe siècle[7]. Après un long déclin de la communauté, le couvent fut définitivement fermé en septembre 2011. Une partie des biens conventuels a été mis à disposition de la communauté des béatitudes en 1990, qui y établit le Monastère Saint Pierre et Saint Paul de Murinais. Ce dernier a fermé ses portes en 2008.
  • Le Wellingtonia ou séquoia géant planté devant l'église de Murinais en 1858 est classé parmi les arbres remarquables de l'Isère par la FRAPNA. Sa circonférence est d'environ 10 mètres et sa hauteur de près de 30 mètres.
  • La motte castrale du XIe siècle[8]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adélaïde de Murinais, née en 1802, fonde en 1832 la congrégation des sœurs de Notre-Dame-de-la-Croix.
  • Antoine Victor Augustin d'Auberjon, comte de Murinais, maréchal de camp (1780) député de la Seine au Conseil des Anciens, arrêté le 18 fructidor comme comploteur et déporté en Guyane, mort à Sinnamary en 1797.
  • Jean-François Callens, écrivain, décédé en 2014 a été berger du monastère Saints Pierre et Paul de Murinais et y a résidé pendant plus de dix ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/murinais,38272/elections/presidentielle-2017/
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Château de la Balme sur le site Isère Patrimoine, consulté le 12 novembre 2014
  7. [1], consulté le 4 avril 2015
  8. « Patrimoine », sur www.murinais.fr (consulté le 11 décembre 2015).