SWIFT (télescope spatial)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Swift.

Swift

Caractéristiques
Organisation NASA, Goddard Space Flight Center
Domaine Analyse des sursauts gamma
Masse 1 500 kg
Lancement
Fin de mission Prévue en 2010
Désorbitage Pas avant 2020
Autres noms Swift Gamma-Ray Burst Mission
Orbite Orbite basse
Altitude 600 km
Période 90 min
Télescope
Type Masque codé (BAT), Wolter I (XRT), Ritchey-Chrétien (UVOT)
Longueur d'onde Visible, ultraviolet, rayons X, rayons gamma
Index NSSDC 2004-047A
Site swift.gsfc.nasa.gov
Principaux instruments
BAT Télescope (détecteur de sursauts gamma)
UVOT Télescope (optique/ultraviolet)
XRT Télescope (rayons X)

Swift est un télescope spatial développé par la NASA, l'Italie et le Royaume-Uni. L'objectif de Swift est d'étudier les sursauts gamma, qui sont des flashs de lumière gamma très puissants. Le fait que ces flashes soient de très grande luminosité permet de les détecter jusqu'à des distances très grandes. Le télescope a été lancé en orbite le à 17:16:00 UTC, par une fusée Delta 2.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le satellite SWIFT a pour but de détecter les sursauts gamma avec son instrument BAT, d'en préciser la position grâce aux instruments XRT et UVOT, et de suivre ces sursauts pendant plusieurs heures à plusieurs jours avec tous ses instruments. Le champ de vue de BAT couvre le huitième de la voûte céleste, et permet de détecter chaque année une centaine de ces sursauts gamma. Sa capacité de pointage rapide (entre 40 et 160 secondes suivant la position du sursaut) de ses instruments dans leur direction permet d'observer pour la première fois la partie suivant immédiatement le sursaut gamma.

Instruments[modifier | modifier le code]

Le satellite embarquait trois instruments :

  • Burst Alert Telescope, ou BAT, télescope de sursaut gamma, de 15 à 350 keV d'énergie pour repérer et calculer les coordonnées, et obtenir un spectre entre 15 et 150 keV.
  • X-Ray Telescope, ou XRT, télescope à rayons-X de 0.2 à 10 keV d'énergie. Il permet d'affiner le repérage jusqu'à quelques secondes d'arc près.
  • UltraViolet/Optical Telescope, ou UVOT, télescope UV/Optique de 170 à 650 nm pour des images et le suivi.

Les instruments seront utilisés dans cet ordre afin d'affiner progressivement l'identification de la source des sursauts gamma détectés par le télescope gamma.

Présentation[modifier | modifier le code]

Swift utilise une technologie lui permettant de se réorienter rapidement, de manière à étudier un sursaut gamma qu'il aurait détecté. Cette technologie avait été conçue à l'origine par l'armée américaine, pour son programme Guerre des étoiles ; c'était la première fois qu'un satellite civil l'utilise.

Le fait de modifier rapidement l'orientation du satellite occasionne de nombreux problèmes, dû notamment aux importantes différences de températures qu'il y a entre les parties exposées au Soleil et celles situées dans l'ombre. Les panneaux solaires alimentant en électricité le satellite doivent également rester toujours exposés de façon optimale lors de ses rotations.

Ceci est toutefois nécessaire pour l'étude de l'émission rémanente des sursauts gamma aux rayons X, que seul SWIFT peut réaliser pour le moment. L'étude optique de l'émission rémanente est également facilitée par la connaissance de la position précise de la source grâce aux observations de BAT et du XRT, disponible quelques secondes après que l'alerte soit lancée par le satellite.

Le coût de la mission est de 250 millions de dollars, payés par les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Italie.

Principaux résultats[modifier | modifier le code]

SWIFT a fait faire un nouveau pas en avant à la science des sursauts gamma. On lui doit entre autres :

  • la découverte de la contrepartie X/optique des sursauts courts
  • la détection des plus lointains sursauts gamma observés à ce jour grâce à un suivi plus systématique qu'auparavant
  • la détection de certains sursauts atypiques pouvant faire un lien entre sursauts gamma et supernovæ
  • la première détection d'un sursauteur gamma mou depuis dix ans, SGR 0501+4516 en août 2008.
  • la première observation de la dislocation d'une étoile par un trou noir supermassif[1],[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agence France-Presse, « Un trou noir surpris en train d'engloutir une étoile », sur http://www.cyberpresse.ca,‎ 25 août 2011
  2. (en) David Lazzati, « Astrophysics: The awakening of a cosmic monster », Nature, vol. 476,‎ 25 août 2011, p. 405–406 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]