Lunar Prospector

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lunar Prospector

Description de cette image, également commentée ci-après

Lunar Prospector

Caractéristiques
Organisation NASA
Domaine Étude des caractéristiques magnétiques, gravitationnelles et chimiques de la Lune
Masse 158 kg
Lancement 7 janvier 1998 à 02:28:44 UTC
Lanceur Athena II
Index NSSDC 1998-001A
Site NASA NSSDC Master Catalog

Lunar Prospector était une sonde d’exploration fabriquée par les Américains. Ce fut le premier engin construit dans le cadre du programme Discovery. Mise sur pied par la NASA, la mission a coûté 62,8 millions de dollars, dont environ 34 millions de dollars pour le développement, environ 25 millions pour le véhicule de lancement et près de 4 millions pour les opérations[1].

But de la mission[modifier | modifier le code]

Le but principal de la mission est d'étudier les caractéristiques magnétiques, gravitationnelles et chimiques de la Lune. À cet effet, la sonde est placée en orbite lunaire à 100 km d’altitude. Le 6 janvier 1998, la sonde est lancée et est en orbite lunaire le 15 janvier. À partir de décembre 1998, l'altitude de la sonde est diminuée progressivement jusqu'à 15 km. En juillet 1999, Lunar Prospector s'écrase, sur commande du centre de contrôle, non loin du pôle sud de la Lune[2].

Engin utilisé[modifier | modifier le code]

Le satellite cylindrique pesait 295 kg et mesurait 1,3 m de longueur et 1,4 m de diamètre. Il a été lancé grâce à la fusée à trois étages Athéna 2. Il est équipé entre autres d’un spectromètre de neutrons qui permet de détecter des neutrons qui sont projetés lors des collisions entre les rayons cosmiques et le sol lunaire, cela permet de les analyser. Un autre spectromètre est spécialisé dans l’analyse du rayonnement gamma pour analyser la composition du sol lunaire. Le troisième spectromètre permet de découvrir des gaz radioactifs. La sonde a aussi deux autres systèmes : un magnétomètre et un réflectomètre d’électrons. Ces deux appareils servaient à établir une carte du champ magnétique de la Lune. La sonde a aussi apporté une partie des cendres du planétologue Eugene Shoemaker à qui on doit la détermination de l'origine des cratères d'impact sur la Lune et la Terre.

Découvertes[modifier | modifier le code]

Lunar Prospector a détecté des traces d'hydrogène, au fond des cratères qui ne sont jamais éclairés par le soleil, qui pourraient indiquer la présence d'eau. Les scientifiques de la NASA ont manœuvré la sonde pour qu'elle s'écrase sur la Lune afin de détecter la présence d'eau sous forme de vapeur. Malheureusement les observations n'ont pas permis de trouver d'eau dans les débris observés à distance. L'impact était peut-être trop faible pour vaporiser l’eau. Une des missions des sondes LCROSS et LRO lancées en juin 2009 est de déterminer si les zones polaires abritent effectivement de l'eau sous forme de glace. Lunar Prospector a pu aussi étudier la croûte de la Lune pour examiner la composition du sol lunaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Aerospace Technology
  2. (fr) Ambassade de France aux États-Unis - Mission scientifique et technologique

Voir aussi[modifier | modifier le code]